24/05/2009

Et si on n'avait jamais construit le Stade de Genève ?

Cela serait bien tombé en tout cas. Un stade des Charmilles rénové aurait entièrement fait l'affaire puisque Servette a connu les déboires que l'on sait peu après la construction du nouveau stade. Et pourtant... rien ne le laissait présager. Genève sans une équipe de pointe, impensable ! Et puis, il y avait l'Euro qui approchait. La Suisse avait besoin de 4 stades de niveau international. Et qu'une ville telle que Genève ne fasse pas partie des 4 villes choisies, ça paraissait inimaginable !

Bref, nous avons décidé, tous ensemble, ou en tout cas la majorité des votants du canton, d'offrir à notre ville et à sa principale équipe un stade flambant neuf, de valeur internationale. Et s'il est arrivé ce qui est arrivé au Servette par la suite, on peut juste dire merci à M. Roger ! Désormais, le stade est en déficit chronique et nos élus, qui se souviennent qu'ils vont devoir rendre des comptes à la population à la fin de l'année, rechignent de plus en plus à éponger ce déficit...

Mais peut-on laisser tomber le stade ? Quelle alternative avons-nous ? Personnellement, je ne vois pas trop. Il y a sans doute des moyens d'organiser d'autres manifestations, des spectacles, voire des matches internationaux. Mais tout cela ne remplacera jamais une équipe de pointe qui attire du monde chaque semaine au stade.

Bref, si on veut que ce stade devienne rentable, il n'y a qu'une seule chose à faire : avoir une équipe dans l'élite de ce pays ! Ca peut être Servette ou pourquoi pas une autre équipe, (Carouge est tout près, la Servette est plus loin...) mais il nous faut une équipe en Super League, voir en coupe d'Europe, et rapidement ! Donc au lieu de mettre les pieds contre le mur concernant le renouvellement du crédit, les parlementaires ne devraient-ils pas plutôt chercher un moyen de remettre une équipe sur les rails ? Je suis sûr qu'avec de la volonté, Genève pourrait se doter à nouveau d'une équipe capable d'entousiasmer plus que quelques fidèles.