14/07/2009

Des centrales solaires dans le Sahara

En lisant la TDG ce matin, cet article m'a particulièrement intéressé. Voilà enfin un projet concret qui propulsera l'approvisionnement énergétique de l'Europe dans le 21ème siècle. Le solaire, c'est l'avenir. Car quelle autre source d'énergie totalement renouvelable est aussi abondante que celle que nous prodigue l'astre du jour ? Seulement pour la capter, il faut prévoir de larges surfaces. Et il serait bien sûr dommage de sacrifier des surfaces forestières ou agricoles en les couvrant de miroirs. Et une implantation doit de plus bénéficier d'un ensoleillement adéquat. Dans ces conditions, la solution consistant à couvrir le désert de panneaux solaires semble s'imposer tout naturellement !

solar2.jpgSeulement voilà. Les déserts proches de l'Europe se trouvent tous dans des pays instables et confier notre approvisionnement énergétique à de tels pays semble assez incertain. Il faudra donc s'assurer de la collaboration à long terme de ces pays. Quitte à laisser tomber certains d'entre eux. Par exemple, je suis effaré de voir qu'on envisage des implantations en Libye ! Un pays dirigé par un fou furieux lunatique capable de décider du jour au lendemain de faire passer un pays de la liste de ses partenaires à celle de ses ennemis. Les Européens feraient bien de regarder la façon dont il traite aujourd'hui la Suisse avant d'en faire un partenaire commercial privilégié...

Autre problème, le transport de l'énergie. Car l'énergie électrique se transporte assez mal. Selon la loi d'Ohm, les pertes sont proportionnelles à la distance. Si ces pertes sont assez négligeables sur des distances de quelques centaines de kilomètres (si on utilise des lignes à haute tension en tout cas) elles deviennent bien plus importantes lorsqu'on passe à des distances de plusieurs milliers de kilomètres. Il faudra donc utiliser de nouvelles technologies. Il s'agira soit d'augmenter la tension électrique des lignes, (ce qui a pour effet d'abaisser le courant électrique et donc les pertes) soit prévoir des méthodes de transport encore plus inédites, par exemple avec  des câbles supraconducteurs. Dans ce dernier cas, il est évident que le coût de revient serait gigantesque. D'autant que les lignes devraient alors être entièrement enterrées. Dans le premier cas par contre, les lignes pourraient toujours être aériennes, mais les pilônes devraient être beaucoup plus grands que ceux utilisés pour le 400'000 Volts. Donc la aussi, le transport aurait un coût non-négligeable.

Et finalement, le solaire pose un grand problème qui l'empêche d'en faire la source de production exclusive pour l'électricité. L'énergie n'est produite que de jour. Et même si la consommation nocturne est plus faible, elle n'est pas inexistante. D'autant qu'il est possible que nous changions notre manière de consommer dans les décennies à venir. Si par exemple la voiture électrique se généralise, il est évident que la recharge des batteries se fera principalement de nuit pour bénéficier des tarifs plus avantageux. Dans ce cas, la part de la consommation nocturne pourrait augmenter rapidement. Et comme l'énergie se stocke très mal, il faudra produire plus d'énergie la nuit. Pour l'instant cela ne pose aucun problème car la production nocturne est largement excédentaire. Mais si nous nous mettions à consommer plus de nuit à l'avenir, il faudrait en tenir compte. Ainsi, l'énergie solaire ne pourra jamais devenir la source exclusive d'énergie électrique. Par contre, associée à d'autres sources, elle doit absolument faire partie de notre avenir énergétique.