15/06/2009

Benyamin Netanyahou le pacificateur

C'est en tout cas ce qu'il cherche aujourd'hui à nous faire croire, sous la pression de Barack Obama il est vrai. En effet, il dit ne pas être opposé à la création d'un état palestinien. Mais bien sûr, il fixe certaines conditions.

Tout d'abord, il exige la reconnaissance de l'Etat d'Israël. Ceci semble couler de source et ne représente d'ailleurs plus une barrière infranchissable depuis pas mal de temps. Mais, le problème est qu'il demande la reconnaissance de l'Etat d'Israël en tant qu'état juif ! Ce qui signifie que les nombreux Palestiniens qui y résident et qui sont de confession musulmane ou chrétienne ne sont pas chez eux. Ils ne sont que des étrangers si on peut dire. Je pense que dans l'ensemble des pays démocratiques, il n'y a aucun autre état qui se réclame d'une religion plutôt qu'une autre. Certes, l'Iran ne fait pas mieux en se désignant lui-même comme une république islamique, mais ne doit-on pas attendre mieux de la part d'Israël ?

Il déclare aussi que cet état ne devra pas posséder la moindre force militaire. On va donc se retrouver avec un état qui n'aura pas la moindre capacité à assurer sa sécurité, intérieure comme extérieure. C'est dire que des mouvements armés comme le Hamas pourront sans problème y faire la loi. Une façon de prouver à posteriori que c'était une erreur de laisser les Palestiniens gérer leur pays de manière autonome...

Finalement, et surtout, il exclut la fin de la politique colonialiste d'Israël ! Comment peut-on dire dans le même discours qu'on est prêt à accorder une autonomie à un autre peuple et ensuite qu'on va continuer à coloniser ses territoires ?

Il aurait été très étonnant qu'un homme qui s'est fait élire sur la base d'une politique expansionniste et bélliqueuse soit l'homme par qui la paix pourra se faire. Et décidemment, il est évident que ça n'arrivera pas...