12/09/2010

Mosquée de Ground Zero et corans non brûlés

En ce lendemain de commémoration du neuvième anniversaire du 11 septembre, si on regarde en direction des Etats-Unis, on se demande quelle mouche a pu piquer ce peuple. Entre les protestations contre le projet d'un pasteur extrémiste de brûler des Corans et les affrontements concernant le projet de construction d'une insignifiante mosquée près de Ground Zero, on dirait que les Américains sont en train de plonger dans un incompréhensible débat dont l'enjeu est la suprématie d'une religion sur une autre.

Tout d'abord, je ne comprends pas les pressions qu'a subies ce pasteur pour ne pas faire brûler ces livres. Bien que l'acte puisse être considéré comme une provocation, après tout aucune loi n'interdit à qui que ce soit d'acheter des livres et de les faire brûler ! Pour autant que ça ne se passe pas sur la place publique bien entendu. Alors qu'est-ce qui fait de ce livre, recueil de feuilles de papier imprimées et reliées, un cas si spécial ? On devrait se poser une question: tous ces bien-pensants qui veulent défendre un livre comme le Coran, se dresseraient-ils également pour défendre la Bible si un imam iranien décidait d'en faire de même ? J'en doute beaucoup. Je me dis même que c'est sûrement déjà arrivé, mais qu'on n'en a pas entendu parler, parce que tout le monde s'en fiche. Quand je vois ce spectacle affligeant, même si je ne partage absolument pas son point dmosquee-ground-zero-new-york-islamophobes-vir-L-3.jpege vue, je regrette presque que ce pasteur ait décidé de ne pas mettre son projet à exécution. Ca aurait en tout cas montré que dans une démocratie, les contraintes morales des religieux ne priment pas sur le droit.

Ensuite, la construction de la mosquée contestée. Je ne comprends personnellement pas bien ce qui pose problème. Tout South Manhattan serait-il devenu un sanctuaire chrétien ? Certains diront que c'est une provocation, à l'image de l'incinération de Corans. Mais ça peut aussi être pris comme une volonté de devenir plus visible, de tenter de rompre avec cette image déplorable qu'une poignée de fous de Dieu ont donné à toute une religion. Il peut s'agir d'une main tendue, d'un geste de réconciliation. Il faut bien sûr contrôler scrupuleusement cet édifice qui ne doit pas devenir un lieu de diffusion de haine contre l'Occident. (ce qui est rarement le cas mais se produit bel et bien dans quelques mosquées) D'ailleurs, je pense que les Musulmans qui fréquenteront une mosquée située dans ce secteur situé à deux pas de Wall Street seront probablement en grande majorité des traders ou des employés de banque ! Donc certainement pas des pirates de l'air potentiels...

Mais quand je vois certains débats qui commencent à avoir lieu en Europe, je constate que finalement, à l'image des Etats-Unis, nos communautés religieuses sont également en train de se dresser les unes contre les autres. Nous n'avons donc rien à envier en bêtise à nos grands frères transatlantiques. Il est tout de même paradoxal que dans une société qui abandonne peu à peu la religion, on puisse en venir à radicaliser ainsi le débat religieux. Le seul moyen d'apaiser ce débat tout en défendant plus efficacement notre démocratie: adopter partout une stricte laïcité. La laïcité est la seule force capable de contrer le radicalisme religieux, car elle fait prîmer le droit civil sur le droit moral. Mais attention, elle ne doit pas être utilisée comme un rempart contre une religion comme ça se fait en France. La laïcité traite également toutes les religions en définissant la place qui est la leur. Elle permet l'épanouissement de toute religion, pour autant qu'elle respecte l'espace publique. La laïcité peut même être considérée comme une excellente protection pour les religions minoritaires comme l'est l'Islam en Occident, puisqu'elle empêche les grandes religions d'imposer leur ordre moral à l'ensemble de la société. Par exemple, en interdisant les signes religieux ostentatoires dans les écoles, la laïcité protège aussi les enfants musulmans qui n'auront ainsi pas à s'asseoir à longueur de journée au pied d'un crucifix.