29/09/2009

Le CO2, ce grand incompris

Comme j'en ai assez de lire ces confusions classiques qui sont faites, (jusque dans "Home", le film de Yann Arthus-Bertrand !) je tiens à rétablir la vérité. Dire que le CO2 est une pollution montre une méconnaissance grave de la chimie de la vie ! Il faut savoir que si la vie est apparue sur notre planète, c'est parce que son atmosphère originelle était saturée de CO2 ! Si la vie continue à exister aujourd'hui, c'est parce qu'il y reste du CO2 ! Sans CO2, il n'y a pas de vie sur Terre ! C'est une histoire qui remonte à une époque où les premières cellules végétales ont appris la photosynthèse pour briser la molécule de gaz carbonique et récupérer le carbone, élément si indispensable à la vie. L'oxygène, qui ne leur servait à rien, était alors simplement relâché dans l'atmosphère. C'est ainsi que notre atmosphère a lentement été modifiée, le CO2 étant peu à peu remplacé par l'oxygène. Lorsque le taux de CO2 est devenu très faible, la vie aurait donc pu disparaître.

Mais c'est là que le second miracle s'est produit. La cellule animale a fait son apparition. Elle avait la particularité de tirer son carbone d'autres formes vivantes, (végétales ou animales) et ainsi pouvoir se passer de CO2. Mieux, lorsqu'elles brûlent ce carbone avec de l'oxygène de l'air pour en tirer son énergie vitale, les cellules animales produisent du CO2, qu'elles rejettent ensuite ! Et c'est ainsi qu'un équilibre, qu'une symbiose parfaite est apparue : les plantes produisent de l'oxygène à partir du CO2 dont elles assimilent le carbone. Les animaux absorbent l'oxygène créé et mangent les plantes (ou d'autres animaux) pour en récupérer le carbone. Après consommation du carbone, ils rejettent le CO2 pour le plus grand bonheur des plantes !

CO2.pngMais qu'en est-il du CO2 relâché par l'homme, non pas par sa respiration, mais par son activité industrielle ? Et bien, d'un point de vue chimique, il est produit plus ou moins par la même méthode. Par consomption du carbone à l'aide de l'oxygène de l'air. La différence par contre, c'est qu'on ne se sert pas d'un carburant vivant, mais d'un carburant mort depuis des millions d'années. Le pétrole et le charbon ont été des formes de vie bien avant que leurs restes se retrouvent enterrés sous des couches de centaines de mètres de roche. C'est la pression de cette roche qui a transformé ces restes vivants en carburants si recherchés par nos contemporains. Donc en produisant du CO2 à partir de ce carbone enterré, on ne fait finalement que réintroduire dans le biotope du carbone qui en avait disparu depuis longtemps.

L'effet positif, c'est que l'augmentation du taux de CO2 dans l'atmosphère aide à la pousse des plantes. C'est ainsi que les arbres croissent aujourd'hui plus vite qu'à la fin du 19ème siècle. De ce point de vue, on peut considérer le CO2 dû à l'activité humaine comme  plutôt bénéfique. Alors que lui reproche-t-on ? Et bien le CO2 a une autre particularité : c'est un gaz à effet de serre. Sans rentrer dans les détails, cela signifie qu'il participe à un phénomène qui permet à notre atmosphère d'être bien plus chaude que le froid de l'espace. Mais il n'est pas le seul. La vapeur d'eau, présente en beaucoup plus grandes quantités, a un effet bien plus important. On l'a tous expérimenté. Dans une atmosphère très humide, par exemple dans les pays tropicaux, la température monte beaucoup sous l'effet du soleil le jour et peine à redescendre la nuit. Par contre, dans les déserts où l'humidité est beaucoup plus faible, il peut faire très froid la nuit.

Ce qu'on considère comme un effet dévastateur c'est donc l'augmentation de cet effet de serre dû à l'augmentation du taux de CO2. On pense qu'en augmentant le taux de CO2 de manière artificielle, on va provoquer une augmentation exponentielle de la température au niveau du sol. Mais certains climatologues en doutent fortement, contrairement aux affirmations des gouvernements. Ils pensent que l'effet de serre dû au CO2 a été largement sur-évalué par les modélistes et qu'en réalité l'augmentation de température du prochain siècle restera tout à fait contrôlable. Le débat restera ouvert au moins une bonne décennie encore.

Conclusion : il faut cesser de parler de pollution lorsqu'on parle de CO2. C'est un gaz inerte, qui est même essentiel à la chimie de la vie. Il ne provoque pas de cancer, ni de crise d'asthme, ni de mutations génétiques. Pour qu'il rende l'atmosphère irrespirable, il faudrait que son taux monte tellement, qu'il ferait chuter le taux d'oxygène, faisant ainsi ressembler l'atmosphère à sa version archaïque, où la vie animale ne pourrait pas exister. Et je rassure tout le monde : on en est très loin...

 

 

21:19 Publié dans Science | Tags : co2 | Lien permanent | Commentaires (16)