15/09/2017

L'Homme et le hasard

Après le passage de pas moins de quatre ouragans dans les Antilles et le golfe du Mexique, ce qui est frappant, c’est la tendance de beaucoup à mettre cela sur le dos du réchauffement climatique. Et cela alors que les météorologues eux-mêmes ne s’y risquent pas. En effet, il est extrêmement difficile de mettre un évènement climatique quel qu’il soit sur le compte d’un changement climatique à grande échelle. Et même si quatre ouragans se succèdent, on peut penser que cela est dû à des conditions océaniques particulières durant cette année et dans cette région. Cela ne peut par contre pas être considéré comme une preuve d’un changement à long terme.

irma.jpgEn réalité, au delà de la tristesse que je ressens devant le dénuement des populations touchées, cela m’inspire une réflexion sur la perception que l’Homme a du hasard. Je pense que l’être humain déteste le hasard. Pour lui il rime avec danger. (qui en anglais se dit ‘Hazard’ tout comme le hasard, ça n’est sans doute pas pour rien) Pour cela il préférera dire qu’un événement climatique catastrophique est dû à sa propre incurie, et donc qu’il a les moyens d’y remédier, plutôt qu’accepter l’éventualité qu’il soit dû au hasard des circonstances.

Lire la suite

19:02 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (2)

25/07/2017

L'activité sismique est-elle en augmentation ? (partie 1)

Note : Je découpe ce billet en plusieurs parties, du fait de sa longueur. Les autres parties viendront dans les jours suivants.

japon.jpgCertaines sources sur Internet parlent d'une augmentation de l'activité sismique qui aurait lieu depuis le début des années 2000. On se rappelle en effet de terribles séismes ayant eu lieu durant cette période, en particulier à Haïti, au Chili et bien sûr les très meurtriers tsunamis liés aux séismes de Sumatra en 2004 et du Japon en 2011, tous deux de magnitude supérieure à 9 sur l'échelle de Richter. Cela marque les esprits, mais cette impression est-elle réelle ?

Et bien j'ai voulu en avoir le cœur net. J'ai téléchargé les données sur les séismes répertoriés par la NOAA * entre les années 50 et nos jours en me limitant aux séismes de magnitude 6 ou supérieure, ceci afin d'éviter un effet lié au manque de disponibilité des données, les séismes de basse intensité pouvant être insuffisamment documentés par le passé dans certaines régions. J'ai ensuite trié ces données afin de déterminer l'évolution réelle de la fréquence des gros séismes dans le monde.

La base de données de la NOAA de laquelle j'ai tiré ces données: https://www.ngdc.noaa.gov/nndc/struts/form?t=101650&s...

(Note: si quelqu'un est intéressé par le fichier Excel que j'ai créé à partir de ces données brutes pour les utiliser, je le mets à disposition. M'envoyer simplement un email en cliquant sur le lien dans la colonne de droite, j'y répondrai avec le fichier attaché)

Le graphique obtenu est le suivant: (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Total mag 6-9.PNG

 

 

 

 

 

 

Finalement, ce que montre ce graphique, c'est qu'il semble bien que le nombre de séismes augmente depuis le début du siècle et peut-être encore plus depuis 2008. La moyenne annuelle de la décennie en cours est d'environ 25 séismes, alors que cette moyenne était de moins de 15 dans les années 50. A noter que l'année 2017 semble bien se diriger vers la même moyenne, comptant déjà 14 séismes de magnitude 6 ou supérieure, voire 15 car le dernier séisme en Turquie ne fait pas encore partie des données collectées.

On peut toutefois imaginer que cette augmentation soit due au manque de référencement de certains séismes anciens. Pour éviter cet effet, je me suis limité aux séismes de magnitude 8 ou supérieur, beaucoup moins nombreux, mais provoquant une telle stupeur qu'ils ne peuvent pas être oubliés. Donc si on peut imaginer que les séismes de magnitude 6 étaient imparfaitement répertoriés durant les années 50 et 60, cela parait impossible que cela soit le cas concernant les plus gros d'entre eux !

 

Total mag 8-9.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand on trie les données par décennies, on voit une claire augmentation. En effet, dans ce cas on trouve 9 séismes pour les années 50, 10 durant les années 60, seulement 6 dans les années 70, 5 dans les années 80, 6 pendant les années 90. Ils étaient par contre 12 durant la première décennie de ce siècle et déjà 7 durant l'actuelle. Autrement dit, il y a déjà eu plus de très gros séismes durant ces dernières 17 années que durant les 30 précédentes ! La différence me paraît donc significative.

Bref, sans qu'il s'agisse d'un effet aussi impressionnant que certains le prétendent, cela semble confirmer une augmentation, d'ailleurs connue des scientifiques spécialistes de ce domaine mais non expliquée. Alors bien sûr, on trouve sur Internet diverses théories, pour expliquer cette augmentation de l'activité sismique, parfois très farfelues.

Par exemple, certains disent qu'on se dirige vers une inversion de la polarité de la Terre à très brève échéance et que l'augmentation de l'activité sismique est la prémisse d'un cataclysme global. Comme souvent, ils prétendent que c'est également l'avis des scientifiques, voire qu'ils cachent la vérité pour éviter de provoquer une panique. Et bien, selon les spécialistes, c'est vrai qu'il est probable qu'on assiste à une inversion de la polarité de la Terre dans les prochains millénaires, mais pas dans les prochaines décennies ! Certes le pôle magnétique s'est déplacé et l'intensité du champ magnétique semble en légère baisse. Cela indique des modifications subtiles du noyau de la Terre, qui peuvent éventuellement être une prémisse d'une inversion future. Ou peut-être pas, nul ne le sait.

Mais le plus gros problème, c'est d'expliquer comment une telle inversion pourrait être la cause d'une augmentation de l'activité sismique. Il n'y a pas de modèle scientifique testé qui explique en quoi une inversion polaire pourrait provoquer une augmentation de l'activité sismique. Mais bon, pourquoi pas ? Le problème ce n'est pas qu'on invente des théories, mais c'est plutôt qu'on en fasse des vérités absolues sans l'amorce d'une preuve... Et surtout qu'on accuse les scientifiques de cacher la vérité à la population !

D'ailleurs, le fait que cette catastrophe globale avait été annoncée pour la fin du calendrier Maya, comme dans le très mauvais film catastrophe '2012', et qu'en 2017 cela ne se soit toujours pas passé ne les dérange pas : ils attendent toujours la fin du monde pour le lendemain, comme si notre calendrier s'était arrêté avec celui des Mayas ! Que la vie doit être gaie quand on pense chaque jour que la fin du monde va se produire le lendemain !

* La NOAA est une organisation américaine regroupant des données liées aux sciences de la Terre, leur site est une véritable mine d'or d'informations sur notre planète.

Note suivante : Augmentation de l'activité sismique (partie 2) : la planète X

10:17 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (21)

30/01/2017

Voyages dans le temps

Récemment, je me suis posé la question de la possibilité du voyage dans le passé. En effet, le voyage dans le futur est rendu possible par la théorie de la relativité d’Einstein, un peu à l’image de ce qui arrive aux personnages du film Interstellar, qui en approchant d’un trou noir voient « leur » temps ralentir fortement par rapport à celui de leurs trounoir-interstellar-film.jpgproches restés sur Terre et voyagent ainsi dans le futur, puisqu’ils rentreront sur Terre à une époque qu’ils n’auraient jamais dû vivre s’ils n’avaient pas quitté la Terre. En revanche, les théories d’Einstein ne prévoient pas le retour dans le temps. Jusqu’à preuve du contraire, la flèche du temps pointe toujours dans la même direction et on ne peut pas l’inverser.

Mais le fait est que rien ne permet d’en écarter la possibilité. En particulier, la théorie de la relativité générale prévoit que les 4 dimensions de l’espace et du temps peuvent se recourber dans une cinquième dimension sous l’effet de la gravité. C’est d’ailleurs ce phénomène qui explique le ralentissement du temps dans le cas du film cité précédemment. Et si le temps ralentit en s’approchant du trou noir, il semble que la théorie d’Einstein faillisse totalement à expliquer ce qui se produit à l’intérieur de ce trou noir. Certains pensent que le temps est si écrasé que le trou noir pourrait servir de passage spatio-temporel vers un autre lieu de l’espace et du temps, voire même vers un autre univers ;! La science-fiction s’en abreuve copieusement, mais on est encore très loin d’une théorie scientifique.

Ca n’est bien sûr que pure spéculation, mais on peut tout de même se demander si cela sera un jour possible. Et là, rapidement on doit se rendre à l’évidence. Si un jour une découverte permettait à la race humaine ou à nos descendants d’acquérir une technologie lui permettant de voyager dans le temps, elle se mettrait rapidement à explorer toutes les périodes de l’histoire. En fait, nous devrions déjà les avoir rencontrés à de maintes reprises, tout au long de l’histoire. Nous les rencontrerions de temps à autre, au détour de leurs voyages, comme de furtives rencontres avec des humains très différents de nous, disposant de technologies que nous ne pourrions même pas comprendre. En fait, comme le disait Arthur C. Clarke, nous verrions dans leur technologie une sorte de magie, tels des hommes des cavernes découvrant Internet. *

Et en fait… c’est là qu’on se dit que ça rappelle quelque chose. A partir de là, ça n’est que pure spéculation et il ne faut rien y lire de scientifique. Mais le fait est qu’il arrive à certains d’entre nous de faire des rencontres étranges, furtives et inexplicables. Des rencontres avec des formes de vie et des technologies qu’on ne pense pas pouvoir être issues de notre planète, car ces êtres ne sont pas humains et parce que leurs technologies sont bien trop avancées pour simplement imaginer qu’elles puissent être d’origine humaine. Et bien sûr il serait totalement inacceptable d’imaginer que notre planète puisse abriter des formes de vie bien plus avancées que la nôtre. On décrète donc que ces apparitions sont d’origine extra-terrestre.

Or, rien ne permet d’affirmer cela. Jamais on n’a pu prouver que ces apparitions venaient d’autres planètes. En réalité, on les appelle « Objets volants non-identifiés », à cause de trois caractéristiques qu’on ne peut réfuter : elles sont des objets, elles volent et on n’a pas réussi à les identifier. Et si on n’a pas pu les identifier, je trouve très présomptueux de décréter qu’elles sont d’origine extraterrestre. D’ailleurs dans l’histoire de l’humanité, chaque fois qu’on n’a pas réussi à expliquer un phénomène, on lui a attribué une origine plus ou moins surnaturelle et au fur et à mesure qu’on a progressé dans la connaissance des sciences, la place pour ce type d’explications s’est réduite de plus en plus. Aujourd’hui il faut admettre que la place pour un dieu s’est fortement réduite. Reste les extraterrestres dont la science ne peut nier l’existence faute de preuve.

Que sait-on sur les OVNI et les rencontres du troisième type ? D’une part, une très grande majorité de ces cinema-quelques-rencontres-avec-les-extraterrestres-revoir_2.jpgphénomènes trouvent une explication sans faire appel à des phénomènes surnaturels. Mais au final, un petit pourcentage ne trouve aucune explication. Il faut donc se concentrer sur ces derniers. La deuxième chose, c’est qu’il n’y a aucune raison de douter de la sincérité de la plupart des témoins. Ils sont la plupart du temps tout à fait sincères et certains phénomènes sont d’ailleurs observés par un nombre important de témoins indépendants. Il faut donc considérer que le phénomène OVNI est réel. Il y a de fortes chances que certaines observations concernent des technologies militaires ultrasecrètes, mais sans doute pas toutes. En particulier, les témoignages de rencontres d’humanoïdes qui de manière étrange sont souvent concordants entre eux, décrivant des petits personnages au crâne surdéveloppé, peuvent difficilement s’expliquer de cette manière.

Partant de là, je me suis mis à comparer la théorie classique, celle de voyageurs spatiaux, avec une autre possibilité, celle de voyageurs temporels. Dans le premier cas, on se retrouve avec des visiteurs, qui ont traversé de nombreuses années-lumière pour venir nous rencontrer, qui font une ou plusieurs petites apparitions comme s’ils prenaient un malin plaisir à provoquer des témoignages qui feront passer les observateurs pour des illuminés, puis repartent aussi vite qu’ils sont arrivés pour rentrer chez eux. Et ils reviendraient souvent, comme si cela les amusait. De plus, au vu de la disparité des technologies observées, (soucoupes, boules lumineuses, cigares…) ils viendraient sans doute de nombreuses planètes différentes. Leurs buts resteraient assez obscurs. Pas d’invasion, pas de liens amicaux créés avec une espèce étrangère. Seulement éventuellement une petite étude scientifique peu poussée. A se demander comment une espèce aussi peu curieuse a réussi à atteindre un tel niveau de développement technologique !

Quant aux témoins de rencontre avec des êtres vivants, ils décrivent en général des êtres non-humains et ne ressemblant à aucune forme de vie terrestre connue. Mais tout de même, il s’agit presque toujours d’êtres se tenant debout sur deux jambes, possédant deux bras terminés par des mains pourvues de doigts, possédant une tête, un cou, une bouche et deux yeux… bref, rien de très exotique je trouve. On peut mettre ça sur le compte du manque d’imagination des observateurs qui dans leur délire collectif voient ce que leur cerveau est capable d’imaginer ou qui se réfèrent à ce qu'ils ont vu au cinéma. Ou alors on peut se dire que finalement les êtres qu’ils disent observer ne sont pas si étrangers à notre planète que cela.

Admettons maintenant que ces êtres viennent du futur. D’un futur lointain où nos descendants auront réussi à inventer des machines permettant de voyager dans le temps, et en particulier, dans le passé. Que feraient-ils ? Je pense qu’ils se déplaceraient le long d’une ligne temporelle, de proche en proche, pour découvrir de leurs yeux ce qui pour eux relève d’une importance historique capitale. On les retrouverait de temps en temps, faisant une brève apparition, observant le monde de cette époque, ses technologies, ses formes de vie, puis repartant encore plus loin dans le passé, donnant l’impression aux observateurs de l’époque concernée qu’ils se sont volatilisés. Probablement, ils auraient pour règle de ne pas interférer dans la mesure du possible avec les habitants de l’époque afin de ne pas modifier ce qui pour eux est le passé et qui pourrait ainsi modifier le futur duquel ils sont issus. En effet, en admettant par exemple qu’ils soient issus d’un cataclysme pour eux historique, empêcher ce cataclysme pourrait les empêcher d’exister ! Il y a donc une conclusion vraiment déprimante à en tirer : quelle que soit leur connaissance des événements que nous pourrions avoir à vivre dans le futur, ils ne seraient pas là pour nous avertir et nous protéger, mais seulement pour observer notre chute.

Si par exemple, comme cela a souvent été rapporté par des témoins, ils ont observé les essais nucléaires durant les années 50 et 60, ça serait bien parce qu’ils considèrent le développement de cette technologie comme d’importance primordiale pour le futur. Mais ils n’ont pas cherché à empêcher la réussite de ces essais. Donc s’ils savent que ces armes seront un jour à l’origine d’un cataclysme majeur, le fait est qu’ils ne cherchent en rien à empêcher ce cataclysme. C’est d’ailleurs un fait très inquiétant pour nous…

800px-Sculpture_of_astronaut_added_to_New_Cathedral,_Salamanca,_Spain,_during_renovations.JPGDans le cas de visites de voyageurs du futur, nous devrions également trouver des traces de rencontres dans un passé lointain. Or il semble que certaines reliques de civilisations disparues représentent ce qu’on peut éventuellement interpréter comme de telles rencontres. Et certains écrits religieux ou certaines manifestations médiévales interprétées comme de la magie pourraient également y ressembler. Donc on ne peut pas exclure que ça soit le cas. **

Finalement, à partir du moment où cette invention sera faite, la technologie ne cessera pas de progresser du jour au lendemain. Nos lointains descendants continueront à améliorer leur technologie. Et ils continueront également à nous rendre visite, avec des machines de niveaux technologiques très différents, apparemment sans lien entre elles. Ils pourraient même avoir des apparences différentes, puisque leur race continuera à évoluer. Cela expliquerait ainsi très bien la disparité technologique ou biologique qu’on peut observer.

Bref, je trouve que l’hypothèse de voyageurs du futur tient bien plus la route que celle de voyageurs spatiaux. Cela ne suffit bien sûr pas à expliquer un phénomène restant inexplicable. Mais je me dis que ça pourrait être une explication assez crédible du phénomène OVNI. Et ça me laisse penser que, finalement, il n’est peut-être pas si impossible que cela de voyager dans le passé…

* 3ème loi de Arthur C. Clarke : « Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie »

** Ceci dit, la troisième image représentant un astronaute sculpté sur la cathédrale de Salamanque a été ajoutée lors d'une rénovation en 1992. Donc ne pas tirer de conclusion hâtive quand on voit ce type de représentations...

16:26 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (10)

21/08/2014

Réchauffement et propagande mensongère: là on touche le fond.

Je ne blogue vraiment plus beaucoup. Mais les foutaises relayées ce matin par la Tribune me forcent à réagir.

Voilà l'article de l'AFP en question, dans sa version reproduite par la Tribune.

http://www.tdg.ch/sante/environnement/Ils-dessinent-la-me...

On y apprend entre autres que le réchauffement durant la première décennie des années 2000 a été de 0.47°C. Ce chiffre totalement hallucinant m'a fait bondir. D'autant plus que depuis le début des années 2000, le réchauffement est tout simplement en panne. Donc j'ai vérifié sur les courbes données par le Hadley Center britannique:

réchauffement.jpg

Et oui, c'est vrai ! Il y a bien 0,47°C d'écart entre 2000 et 2010! Et ce sont des scientifiques qui le disent. Donc prendre un minimum et un maximum d'un signal fortement bruité pour tracer la courbe moyenne, c'est donc une méthode totalement scientifique ! Là je dis bravo on touche au paroxysme de la stupidité. Quand on en arrive à de pareilles débilités pour essayer de cacher des faits gênants, à savoir qu'il n'y a plus de réchauffement depuis plus de 10 ans, c'est que la fin est proche. Bientôt, ces idioties n'auront plus voix au chapitre.

Au passage, la droite en pointillés indique l'extrapolation de cette droite qui permet à ces "scientifiques" de prédire 2°C d'augmentation de la température d'ici 2050. Oui on est d'accord: on a bien l'air d'en prendre le chemin...

21:05 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (4)

14/02/2013

Les normales saisonnières

Vous avez tous entendu les météorologues parler de normales saisonnières. Ceci sous-entend qu'il existe une température normale pour un lieu et une saison donnée et que tout ce qui sort de la normale est forcément anormal. Personnellement je n'apprécie pas trop ce terme et je lui préférerais celui de moyenne saisonnière. Bien sûr il ne s'agit que d'une question de terminologie et on pourrait en débattre longtemps. Mais le problème c'est que le terme de moyenne permet d'envisager des fluctuations alors que celui de normale n'en autorise pas.

En bref, parler de moyenne, c'est faire de la météorologie au jour le jour. Parler de normale en revanche, ça revient à essayer de faire croire que notre climat est anormal, parce que changeant. C'est une manière de pousser l'inconscient à faire l’amalgame avec le réchauffement climatique, devenu "changement climatique" depuis que la Terre ne se réchauffe plus.

Lire la suite

20:25 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0)

16/12/2012

Qui a peur des Mayas ?

Bon d'accord. Nous n'avons plus que 5 jours à vivre. C'est en tout cas ce que nous prophétisent une partie des interprètes du fameux calendrier Maya. Ceci serait dû au fait que nous allons vivre la fin d'une période d'un peu plus de 5125 ans depuis le début de notre monde. Début du monde placé donc en 3114 av. JC.

Ce qui est intéressant, c'est que cela place le début du monde Maya aux alentours du début de notre histoire. Sans doute pas un hasard: la naissance de la civilisation est une des périodes les plus cruciales pour l'humanité et il est possible que les Mayas aient pû s'y référer. Il est possible aussi qu'ils aient eu des connaissances particulières sur l'histoire du monde et en particulier de leur continent. Connaissances que nous avons peut-être oubliées depuis.

Mais même en admettant qu'ils aient eu connaissance d'un phénomène qui se serait produit en 3114 av. JC, cela signifie-t-il pour autant que ce phénomène soit cyclique ? C'est peut-être ce qu'on cru les Mayas. Mais sommes-nous obligés de les suivre dans cette idée ?

Lire la suite

11:33 Publié dans Monde, Science | Lien permanent | Commentaires (0)

08/08/2010

L'Expansion de l'Univers : 5. Quel avenir pour l'Univers ?

Vers la première partie

Vers la seconde partie

Vers la troisième partie

Vers la quatrième partie

Je termine cette série, qui je l'espère a permis de montrer que l'Expansion de l'Univers n'a rien à voir avec le créationnisme, par une série de conjectures sur l'avenir de notre Univers. Connaître l'avenir implique souvent de bien connaître le passé et le présent. C'est loin d'être le cas à l'échelle de l'Univers. Il est donc assez vain pour l'instant de prétendre connaître son avenir. Toutefois, une série d'hypothèses peuvent être faites.

Lire la suite

12:04 Publié dans Espace, Science | Lien permanent | Commentaires (6)

05/08/2010

L'Expansion de l'Univers : 4. Mais qu'implique un univers statique ?

Vers la première partie

Vers la seconde partie

Vers la troisième partie

Souvent on cherche à critiquer l'expansion. Cette théorie ne plait pas à certains parce qu'elle implique une notion de création qui profite aux religieux. (A noter que je n'ai pas dit aux créationnistes, car on peut très bien croire en une création et à l'existence d'un ou plusieurs êtres supérieurs sans pour autant nier la théorie de l'évolution) Mais qu'en est-il d'une théorie d'un Univers statique, infini et éternel ? Cette conception est-elle compatible avec nos connaissances sur les processus qui ont lieu dans la nature et sur les interactions de la matière ? Pas si sûr.

Lire la suite

21:03 Publié dans Espace, Science | Lien permanent | Commentaires (7)

04/08/2010

L'Expansion de l'Univers : 3. Le rayonnement fossile

Vers la première partie

Vers la seconde partie

majinbbang2.jpg

Peu après le Big Bang, l'Univers était encore extrêmement dense. La totalité de la matière de l'Univers actuel était réunie en un petit espace, sous forme de plasma, c'est-à-dire de noyaux atomiques et d'électrons séparés. En effet, à de très fortes températures, les noyaux atomiques ne parviennent pas à conserver leur nuage d'électrons dont l'agitation est trop rapide et ces derniers sont libres. La matière ne laissait pas encore passer les ondes électromagnétiques et l'Univers était opaque. Puis, au bout de 380.000 ans environ, la température a suffisamment baissé pour que les atomes se forment. C'est alors que les premiers photons ont été libérés, l'univers étant pour la première fois perméable aux ondes électromagnétiques.

Aussi étonnant que ça puisse paraître, cette explosion de photons peut encore aujourd'hui être observée. La découverte de ce rayonnement cosmologique a d'ailleurs porté un coup de grâce aux théories alternatives à celle de l'expansion. Car aucune autre explication ne pouvait être donnée à ce rayonnement presque homogène, nous parvenant de toutes les directions à la fois. Surtout qu'il avait été précédemment calculé théoriquement et que ce qui a été mesuré correspond assez précisément aux attentes.

En effet, il avait été prédit dans les années 40 déjà, mais c'est seulement en 1964 qu'il a été découvert de manière fortuite par deux chercheurs des laboratoires Bell aux Etats-Unis, Arno Allan Penzias et Robert Woodrow Wilson. Ces derniers ont reçu le prix Nobel de physique en 1978 pour cette découverte.

Lire la suite

03/08/2010

L’Expansion de l’Univers : 2. Se représenter un Univers en expansion

Vers la première partie

Parce que nos cerveaux ne sont pas armés pour se représenter un Univers qui se déforme, nous avons besoin d'artifices pour appréhender ce que ça signifie. Il faut donc procéder par analogies.

Lire la suite

02/08/2010

L’Expansion de l’Univers : 1. La théorie

Je débute une petite série de billets qui, je l'espère expliquera bien pourquoi l'Univers ne peut qu'être en expansion. J'ai constaté que certains comparent cette théorie avec le créationnisme, car qui dit expansion dit création. Or il existe une différence fondamentale entre la théorie de l'Expansion de l'Univers et le créationnisme : l'Expansion de l'Univers ne cherche pas à exploiter les inconnues de la science classique. Elle ne cherche pas non plus à expliquer la création par l'œuvre d'une force consciente. Elle ne traite d'ailleurs pas de la création elle-même, mais de tout ce qui se passe ensuite. C'est une théorie scientifique basées sur des arguments physiques irréfutables. Et il n'y a plus aujourd'hui de doute au sein de la communauté de l'astrophysique. Ca fait donc un moment que je projette de me lancer dans cette série, je me décide aujourd'hui.

univers.jpgEn 1929, Edwin Hubble a édicté sa théorie de l'Expansion de l'Univers, en se basant sur le décalage vers le rouge de la lumière émise par les objets les plus lointains. Il a ainsi expliqué par l'effet Doppler ce décalage de couleur. Ce qui en découle, c'est que si toute la matière s'éloigne inexorablement, à un moment donné dans le passé, toute la matière de l'Univers se trouvait en un seul endroit. Cette conclusion a rebuté pas mal de scientifiques, à commencer par Albert Einstein, qui voyaient jusque-là en l'Univers un espace infini et éternel. Mais ce qui est éternel ne peut avoir de commencement, ni de fin. Il n'y a pas de début ni de fin à l'éternité. Leur conception de l'Univers se voyait donc toute chamboulée. C'est d'ailleurs Einstein qui a émis une hypothèse concurrente, dite de la « lumière fatiguée ». Il a toutefois convenu plus tard que cette théorie était pour le moins tirée par les cheveux et s'est alors rangé à l'avis de la majorité.

 

Lire la suite

16:01 Publié dans Espace, Science | Tags : expansion, univers | Lien permanent | Commentaires (28)

06/07/2010

Le réchauffement en prend un coup!

Il fallait qu'on en parle et la Tribune l'a fait. Une équipe de chercheurs suisses a réalisé une étude sur le recul des glaciers et a prouvé que la moitié environ de ce recul est dû à un autre phénomène: la bascule océanique atlantique. En effet, on observe que l'Océan Atlantique se réchauffe puis se refroidit avec une demi-période d'environ 30 ans. Cet effet a un impact certain sur le climat mondial. On peut observer cet 1aletsch.jpgimpact dans de nombreux phénomène. Aujourd'hui cette équipe ajoute le recul des glaciers à la liste de ces effets observés. Or durant les années 80 et 90, cette bascule océanique était au plus chaud ! Cela explique donc clairement l'amplification du réchauffement que le monde a connu durant cette période. Et comme l'Atlantique a atteint son point de basculement de température, cela explique la stagnation actuelle des températures. (voir aussi ici, sur le site de Jacques Duran)

Bien sûr, comme le dit Martin Funk, le glaciologue interviewé, cela ne signifie pas que l'activité humaine n'a aucun impact. Ca signifie juste que cette équipe a réussi à expliquer par une autre méthode environ 50% du recul et donc, le recule restant est toujours inexpliqué. L'activité humaine est donc un bon candidat pour l'expliquer. Toutefois, cette étude contredit les conclusions du rapport AR4 du GIEC, qui se base sur des simulations dont une fois de plus, on constate qu'elles se basent sur des données éronnées ! Car quelles sont les données qui doivent être prises en compte pour prédire un apocalypse climatique ? Il faut que les conditions suivantes soient réunies:

  1. L'intégralité du réchauffement observé durant le 20ème siècle est dû à l'homme.
  2. Le taux de CO2 (dû à l'activité humaine) va continuer à grimper durant le 21ème siècle.
  3. Il existe des effets amplificateurs, comme le dégel du permafrost, qui vont libérer des gaz à effets de serre comme le méthane. Ces effets amplificateurs surpassent les contre-réactions.

On voit bien désormais que la première condition n'est absolument pas remplie. Les belles et coûteuses simulations du GIEC ne valent donc pas un clou. De plus, la seconde condition est absurde, compte tenu que la production pétrolière ne va plus pouvoir augmenter et va probablement commencer à reculer. (voir ici) Or la quantité de CO2 rejetée par l'activité humaine dépend en très grande partie de la quantité de pétrole consommé. Or si la production baisse, la consommation ne pourra que baisser...

équilibre.JPGPour ce qui est de la troisième condition, rien ne prouve que ces effets amplificateurs existent réellement et surtout qu'ils surpassent les contre-réactions. Mais il existe tout de même une raison de ne pas trop s'inquiéter de ça. Les gens qui ont fait un peu de physique le savent: il existe 2 types d'équilibre. On les appellera l'équilibre stable et l'équilibre instable. On peut les représenter par une boule qu'on placerait au sommet d'une bosse, (équilibre instable) ou au fond d'un trou. (équilibre stable)  Si la boule qui est au fond du trou est en équilibre stable, c'est que si elle subissait une force qui l'obligerait à se déplacer, la gravité jouerait immédiatement son rôle de contre-réaction et la ferait rapidement regagner le centre du trou. Au contraire, la boule qui est au sommet de la bosse est bien en équilibre car la gravité est dirigé perpendiculairement à son contact avec le sol, mais cet équilibre est instable parce que la moindre force qu'elle subirait la ferait quitter cet état et la gravité intensifierait alors de plus en plus la force reçue.  La gravité joue donc dans ce cas le rôle de réaction positive. Dans la pratique, il est évident qu'un tel état d'équilibre instable est impossible à maintenir durant très longtemps. Essayez, je pense que vous abandonnerez rapidement !

Dans le cas de la climatologie, on veut nous faire croire que sur cette planète, les effets de réaction positive surpassent les contre-réactions. Or si c'était le cas, cela signifierait que notre climat est en équilibre instable. Si c'était le cas, le climat aurait depuis longtemps quitté cet état d'équilibre et notre atmosphère, à l'instar de celle de Vénus, serait totalement inadaptée à l'existence de la vie ! Autrement dit, si nous existons, c'est justement parce qu'il existe sur notre planète des conditions particulièrement propices, sans doute très rares, qui ont permis à la vie d'apparaître et de perdurer durant plus de 4 milliards d'années...

Bref, si on a un peu de jugeote, on ne peut que douter des conclusions du GIEC. Si une part du réchauffement climatique reste possiblement imputable à l'activité humaine, ce réchauffement ne causera pas l'Apocalypse. Donc, mieux vaut s'intéresser à des problèmes beaucoup plus graves qui tuent des gens tout autour du globe et cela aujourd'hui même, comme la faim ou le manque d'eau potable. D'autant plus qu'il existe encore de nombreux effets dont les modèles du GIEC ne tiennent pas compte. Par exemple la PDO (oscillation décennale pacifique), les bascules de courants océaniques du sud-pacifique (El Niño ou la Niña) et l'activité solaire. Au final, quand on comprendra mieux le fonctionnement de l'atmosphère et ses interactions avec d'autres éléments, il ne restera sans doute plus beaucoup de place pour le réchauffement causé par l'homme...

25/02/2010

L'OPA verte sur le climat

Avant le milieu des années 80, aviez-vous entendu parler de la climatologie ? Peu probable, car cette science plutôt jeune, était encore très peu étudiée avant que la théorie du réchauffement climatique anthropique (dû à l'humain) ne fasse son apparition sur la scène politico-scientifique. Et pour cause, les crédits d'étude qui lui étaient alloués étaient à la mesure des retombées qu'on lui supposait. Science appliquée, dévolue donc à l'étude et la (tentative de) quantification d'un phénomène naturel réél, elle fait largement appel à la physique théorique pour expliquer les processus qui dirigent notre climat. Thermodynamique, mécanique des fluides, magnétisme, physique quantique, etc.. L'univers étant dirigé par la physique, notre atmosphère ne peut pas faire exception. Mais bien sûr, quand on fait de la physique théorique, on simplifie les situations pour les rendre facilement quantifiables. Par exemple, il est bien plus facile d'étudier le comportement d'un point de masse M, qu'un objet quelconque de même masse. Et bien la climatologie tente d'étudier le monde réél. Ce qui est évidemment très ingrat et donne rarement des résultats absolument indéniables. C'est pourquoi, lorsqu'il s'agit de passer de l'explication théorique à la quantification et à la prévision, la climatologie a recours, comme beaucoup d'autres sciences, aux modèles mathématiques qui ne sont rien de plus que des approximations.

Lire la suite

17/01/2010

J'ai découvert la foi!

En faisant des recherches pour mon précédent billet sur le Dessein Intelligent, j'ai découvert qu'il existait une nouvelle église, celle du Monstre de Spaghetti Volant. Et c'est là que la lumière m'est venue ! J'ai découvert la seule vérité. C'est bien le Monstre de Spaghetti Volant qui a créé l'univers. Toute autre théorie ne peut être que mensongère, y compris la théorie de l'évolution et celle de l'expansion de l'univers!

Lire la suite

12/01/2010

Le dessein intelligent - une science ?

Le dessein intelligent, c'est quoi ? Et bien il s'agit d'une nouvelle théorie, qui accepte l'idée d'évolution, ce qui n'était pas le cas du créationnisme. Elle y est toutefois assimilée. Il s'agit d'un créationnisme débarrassé du divin, puisqu'on dit seulement que la nature a été créée par une intelligence supérieure, mais qu'on ne cite pas formellement Dieu. Donc, cette intelligence peut très bien être extra-terrestre. (reste toutefois dans ce cas à déterminer qui a créé les extra-terrestres...) Et surtout, un créationnisme qui se veut scientifique. Autrement dit, il est censé se baser sur des éléments objectifs.

Lire la suite

25/12/2009

Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas

Cette phrase, faussement attribuée à André Malraux et se prétendant donc philosophique alors qu'elle n'est que prophétique, pose tout de même une question intéressante. Notre siècle pourrait être celui de la science, de la connaissance et du rejet de l'obscurantisme. En effet, plus nos connaissances de l'univers et de la nature deviennent importantes, moins une divinité semble y avoir sa place. Et l'instruction de la population progressant dans tout le monde dit développé, il semblerait normal que les croyances entrant en opposition avec le savoir y reculent.

Et c'est bien ce à quoi nous assistons. Les religions classiques reculent dans tout les pays où le niveau d'instruction est élevé. Et bien sûr plus particulièrement en Occident, où le Christianisme ne cesse de reculer. Toutefois, ce recul se fait-il au profit d'un athéisme total ? Dans les apparences oui. Mais on peut se demander si le besoin de spiritualité de l'homme ne prend pas le dessus dans tous les cas. Cependant, pour concilier ce besoin de spiritualité avec des connaissances étendues des mécanismes de la nature, il faut trouver des artifices.

C'est pourquoi certains ont aujourd'hui élevé la nature elle-même au rang de déesse. En ce début de 21ème siècle, on voit apparaître un mouvement à caractère quasi religieux, qui vénère la nature et qui se sert de la science pour en faire sa mythologie. Était-ce donc de cette spiritualité-là dont voulait parler la phrase titre ? La vénération de la déesse-nature va-t-elle relancer la spiritualité pour le siècle à venir ?

Ce qui rend cette croyance très sophistiquée, c'est justement qu'elle s'appuie sur la science. Ou en tout cas une version de la science qui l'arrange. Elle transforme des théories scientifiques en vérités révélées et d'autres théories en messages sataniques. Elle ne possède pas encore de livre sacré mais, signe des temps, des films ont commencé à en fixer les canons. Celui de Al Gore et plus récemment celui de Yann Arthus-Bertrand par exemple. Il est d'ailleurs symptomatique que ces films soient bourrés d'arguments moraux, alors que cette religion prétend s'appuyer sur la science.

Ce que pense le fidèle de la nouvelle religion est simple: l'humanité est un hôte en ce monde. Elle n'a droit à sa place que parce que la déesse-nature l'y a autorisé et elle se doit de respecter les commandements divins de la nature en retour. En particulier, l'humanité ne doit pas interférer avec la nature et doit lui permettre de rester préservée, inchangée. Le fait que la nature soit en perpétuel changement est pour lui une contre-vérité. Seul l'homme est capable de déséquilibrer la nature. De même, il n'accepte pas l'idée que l'homme soit une part de la nature. Il n'est à son avis qu'une gène pour l'équilibre naturel.

Mais le fait est que depuis plus d'un siècle, l'homme n'a pas respecté ces commandements. La recherche du profit l'a conduit à la destruction de la nature. Et c'est là que les Satans de la nouvelle religion interviennent: les multinationales qui ne sont mues que par la cupidité et qui sont prêtes à détruire la nature pour assurer leur propre prospérité. Des noms tels que Exxon, Shell et BP sont particulièrement cités comme grands démons. Ces nouveaux marchands du temple sont les terribles ennemis qui cherchent à provoquer l'Apocalypse.

Après les balbutiements de la religion durant lesquels d'autres déluges tels que la destruction de la couche d'ozone avaient été mis en avant, c'est désormais le réchauffement planétaire qui est devenu la grande menace planant sur la déesse-nature. Toute la mythologie de la nouvelle religion est maintenant basée dessus. Et la véracité de cette menace ne souffre d'aucun questionnement. Comme toute vérité révélée, il est totalement interdit de la mettre en doute.

D'ailleurs les non-croyants, qui se prétendent faussement sceptiques et animés d'un esprit scientifique, sont en réalité trop attachés à leur petit confort pour accepter la grande vérité. Ils sont donc des alliés volontaires ou involontaires des Satans nommés ci-dessus et doivent donc être combattus avec la même ardeur. Même les "bons" scientifiques s'y mettent, puisqu'ils s'arrangent pour que leurs contradicteurs aient les plus grandes difficultés à publier le résultat de leurs recherches.

Bref, ce mouvement écologique qui se prétend motivé par la science a tous les caractères d'une religion. Il a ses prophètes, (les scientifiques du GIEC), ses gourous (Al Gore, Yann Arthus-Bertrand) et ses grandes messes. (Copenhague) Alors oui, il semble bien que même si les connaissances de l'humanité s'étendent quotidiennement, l'homme ne puisse se passer de spiritualité. Et ce début de 21ème siècle porte à croire que ce siècle sera spirituel et sera.

23/11/2009

Des documents piratés montrent-ils que les scientifiques du climat sont des falsificateurs ?

C'est ce que j'aimerais bien savoir. Ces derniers jours, des pirates informatiques ont réussi à s'introduire sur un serveur du centre de recherches sur le climat (CRU) de l'université d'East Anglia en Angleterre. Ils ont réussi à récupérer des données dont ils disent qu'elles prouvent les falsifications des données climatiques qui ont été faites depuis de nombreuses années. Et ils les ont mises en ligne sur un serveur russe. Et partout sur Internet, on peut lire une dépêche de l'Associated Press, relayée par de nombreuses sources. En voici une:

http://fr.news.yahoo.com/3/20091122/twl-gb-climat-piratag...

Lire la suite

29/09/2009

Le CO2, ce grand incompris

Comme j'en ai assez de lire ces confusions classiques qui sont faites, (jusque dans "Home", le film de Yann Arthus-Bertrand !) je tiens à rétablir la vérité. Dire que le CO2 est une pollution montre une méconnaissance grave de la chimie de la vie ! Il faut savoir que si la vie est apparue sur notre planète, c'est parce que son atmosphère originelle était saturée de CO2 ! Si la vie continue à exister aujourd'hui, c'est parce qu'il y reste du CO2 ! Sans CO2, il n'y a pas de vie sur Terre ! C'est une histoire qui remonte à une époque où les premières cellules végétales ont appris la photosynthèse pour briser la molécule de gaz carbonique et récupérer le carbone, élément si indispensable à la vie. L'oxygène, qui ne leur servait à rien, était alors simplement relâché dans l'atmosphère. C'est ainsi que notre atmosphère a lentement été modifiée, le CO2 étant peu à peu remplacé par l'oxygène. Lorsque le taux de CO2 est devenu très faible, la vie aurait donc pu disparaître.

Mais c'est là que le second miracle s'est produit. La cellule animale a fait son apparition. Elle avait la particularité de tirer son carbone d'autres formes vivantes, (végétales ou animales) et ainsi pouvoir se passer de CO2. Mieux, lorsqu'elles brûlent ce carbone avec de l'oxygène de l'air pour en tirer son énergie vitale, les cellules animales produisent du CO2, qu'elles rejettent ensuite ! Et c'est ainsi qu'un équilibre, qu'une symbiose parfaite est apparue : les plantes produisent de l'oxygène à partir du CO2 dont elles assimilent le carbone. Les animaux absorbent l'oxygène créé et mangent les plantes (ou d'autres animaux) pour en récupérer le carbone. Après consommation du carbone, ils rejettent le CO2 pour le plus grand bonheur des plantes !

CO2.pngMais qu'en est-il du CO2 relâché par l'homme, non pas par sa respiration, mais par son activité industrielle ? Et bien, d'un point de vue chimique, il est produit plus ou moins par la même méthode. Par consomption du carbone à l'aide de l'oxygène de l'air. La différence par contre, c'est qu'on ne se sert pas d'un carburant vivant, mais d'un carburant mort depuis des millions d'années. Le pétrole et le charbon ont été des formes de vie bien avant que leurs restes se retrouvent enterrés sous des couches de centaines de mètres de roche. C'est la pression de cette roche qui a transformé ces restes vivants en carburants si recherchés par nos contemporains. Donc en produisant du CO2 à partir de ce carbone enterré, on ne fait finalement que réintroduire dans le biotope du carbone qui en avait disparu depuis longtemps.

L'effet positif, c'est que l'augmentation du taux de CO2 dans l'atmosphère aide à la pousse des plantes. C'est ainsi que les arbres croissent aujourd'hui plus vite qu'à la fin du 19ème siècle. De ce point de vue, on peut considérer le CO2 dû à l'activité humaine comme  plutôt bénéfique. Alors que lui reproche-t-on ? Et bien le CO2 a une autre particularité : c'est un gaz à effet de serre. Sans rentrer dans les détails, cela signifie qu'il participe à un phénomène qui permet à notre atmosphère d'être bien plus chaude que le froid de l'espace. Mais il n'est pas le seul. La vapeur d'eau, présente en beaucoup plus grandes quantités, a un effet bien plus important. On l'a tous expérimenté. Dans une atmosphère très humide, par exemple dans les pays tropicaux, la température monte beaucoup sous l'effet du soleil le jour et peine à redescendre la nuit. Par contre, dans les déserts où l'humidité est beaucoup plus faible, il peut faire très froid la nuit.

Ce qu'on considère comme un effet dévastateur c'est donc l'augmentation de cet effet de serre dû à l'augmentation du taux de CO2. On pense qu'en augmentant le taux de CO2 de manière artificielle, on va provoquer une augmentation exponentielle de la température au niveau du sol. Mais certains climatologues en doutent fortement, contrairement aux affirmations des gouvernements. Ils pensent que l'effet de serre dû au CO2 a été largement sur-évalué par les modélistes et qu'en réalité l'augmentation de température du prochain siècle restera tout à fait contrôlable. Le débat restera ouvert au moins une bonne décennie encore.

Conclusion : il faut cesser de parler de pollution lorsqu'on parle de CO2. C'est un gaz inerte, qui est même essentiel à la chimie de la vie. Il ne provoque pas de cancer, ni de crise d'asthme, ni de mutations génétiques. Pour qu'il rende l'atmosphère irrespirable, il faudrait que son taux monte tellement, qu'il ferait chuter le taux d'oxygène, faisant ainsi ressembler l'atmosphère à sa version archaïque, où la vie animale ne pourrait pas exister. Et je rassure tout le monde : on en est très loin...

 

 

21:19 Publié dans Science | Tags : co2 | Lien permanent | Commentaires (16)

23/09/2009

Un modèle mathématique, est-ce précis ou non ?

Dernièrement, j'avais lu que hommelibre sur son blog critiquait la manipulation des prévisions faites à propos de la propagation du virus H1N1 dans ce billet. Or ces prévisions ont été réalisées à l'aide de modèles mathématiques complexes qui, à l'aide de puissants ordinateurs, permettent de faire des prévisions. Mais finalement, qu'est-ce qu'un modèle mathématique ? Pourquoi les scientifiques les utilisent-ils ? Sont-ils précis ? Personnellement, je doute qu'il s'agisse d'une manipulation. Pour moi, ce genre de méthodes tient de la pure divination tant les critères introduits dans le programme peuvent avoir une influence importante sur le résultat. Que les résultats des prévisions réalisées à propos de la propagation de la grippe porcine soient totalement éronnés n'est donc pas étonnant.

Lire la suite

15/09/2009

Après la conférence du Professeur Hawking

news-graphics-2007-_441537a.jpgComme pas mal de monde, je n'ai pas résisté à l'appel de la science ce soir. L'auteur d'"Une brève histoire du temps" que j'avais lu avec passion voici une vingtaine d'années était donc de passage dans notre cité pour un soir, le temps d'une conférence évènement. Et je n'ai pas regretté ma soirée. Quelle émotion de voir arriver ce petit homme apparemment tout rabougri dans son fauteuil électrique et pourtant si lucide dans sa tête ! Sa passion si communicative, ses connaissances si passionnantes et son humour un peu décallé ont rythmé une conférence qui est passée à la vitesse de l'éclair. Certes, si on connaît déjà ses thèses, on n'a pas appris grand chose ce soir. Mais entendre la voix synthétique de son ordinateur expliquer les origines de l'univers était un moment unique.

Lire la suite