11/04/2011

L’utopie d’un avenir sans nucléaire : 2. Les énergies renouvelables

Il ne sert à rien de le cacher, l’abondance de l’énergie produite aujourd’hui par le nucléaire va être extrêmement difficile à compenser. Il s’agit de rien de moins que 40% de notre production électrique. Mais remplacer le nucléaire est vital. Et ce qui est vital nécessite parfois des choix difficiles. Il faut faire avec. Alors quels sont nos choix si nous voulons nous passer de nucléaire sans laisser (totalement) tomber notre mode de vie ?

Lire la suite

10/04/2011

L’utopie d'un avenir sans nucléaire : 1. Sortir du nucléaire, pourquoi faire ?

En réponse à un commentaire de trapaski sur le sujet précédent, je débute une petite série de billets afin de faire la liste, non-exhaustive, d'un certain nombre de pistes qui permettraient à moyen terme de sortir du nucléaire.

Lire la suite

21/03/2011

Réflexions à propos du sarcophage de Tchernobyl

Hasard du calendrier ou non, alors que les Japonais bataillent pour sécuriser les réacteurs endommagés de la centrale de Fukushima, on reparle du sarcophage de Tchernobyl. En effet, l'édifice protégeant les restes du réacteur accidenté avait été construit à la hâte, dans des conditions effroyables, et il montre désormais des signes de vieillissement accéléré. Les autorités ukrainiennes ont donc décidé de construire une nouvelle structure par-dessus l'actuelle afin de la renforcer.

tchernobyl-sarcophage-dec1999.jpgCeci pose une question fondamentale au sujet de la centrale désafectée de Tchernobyl et de son réacteur numéro 4. Les restes liquéfiés du réacteur ayant fait fusion reposent aujourd'hui au fond d'un trou, provisoirement stabilisés. Mais les matériaux nucléaires qui composent ce magma refroidi seront encore dangereux pour des centaines de milliers d'années. Ce lieu restera maudit pour toute cette durée, à moins qu'une hypothétique civilisation future parvienne à l'assainir. Et on voit aujourd'hui qu'après seulement 25 ans, soit une génération, la première structure montre déjà des signes de faiblesse. La nouvelle, selon les autorités, devrait protéger le site pour 100 ans au moins. 4 générations. Mais 100'000 ans, ça représente 4000 générations ! Il faudra donc reconstruire 1000 fois ce sarcophage avant que le site soit devenu moins dangereux ! Qui peut dire que les 4000 prochaines générations seront à même de protéger ce site et d'entretenir cette structure ? Et pendant tout ce temps, y aura-t-il seulement des habitants humains dans la région ? Qui peut dire que la civilisation va résister au temps et que les humains auront toujours la technologie et les compétences nécessaires pour assurer la pérénité du site ?

Il est très probable qu'une nouvelle glaciation se produise dans les milliers d'années à venir. Et alors, si un glacier emporte la structure et amène le tout vers la mer Baltique, c'est les mers du monde entier qui seront polluées. Et bien avant cela, qui peut dire combien de temps ce bâtiment restera en état d'assurer sa fonction de protection ? Les pyramides sont probablement les plus anciennes structures d'origine humaine encore debout. Et elles ont moins de 5000 ans ! Aucune construction humaine n'est faite pour résister 100'000 ans. Dans 100'000 ans, les pyramides elles-mêmes seront réduites à l'état de sable. Et on veut nous faire croire que le sarcophage de Tchernobyl protégera les 4000 prochaines générations ? A long terme, je pense  malheureusement qu'une seule conclusion peut s'imposer. La catastrophe qui ne s'est pas produite en 1986 se produira forcément un jour. Et alors les habitants de la Terre auront de bonnes raisons de nous maudire, pour autant que la mémoire de notre existence ait résisté au temps.

26/05/2010

Pétrole: le grand enjeu stratégique de la première moitié du 21ème siècle

Oui je sais. Jusque-là rien de nouveau. Cela fait des décennies que le pétrole est déjà un enjeu stratégique. Et même le principal enjeu stratégique. Peut-être le seul. Alors qu'est-ce qui change ? Le fait est qu'il y a deux nouveaux facteurs qui en font plus que jamais le plus grand enjeu de ce début de siècle. Et seulement de cette première moitié de siècle d'ailleurs, car ensuite… il n'y en aura sans doute plus ! Ou en tout cas en quantité si faibles que notre économie aura déjà dû réussir sa reconversion ou à défaut se sera totalement effondrée.

Lire la suite

03/05/2010

La société mondialisée survivra-t-elle à la fin de l'ère du pétrole ?

Enième hoquet de notre mode de consommation énergétique basée sur l'usage du pétrole, la marée noire en cours en Louisiane est bien évidemment une nouvelle incitation à se questionner à propos de l'avenir de cette substance. Une telle catastrophe est clairement inadmissible. Surtout que ça n'est de loin pas la première et que, si nous continuons à consommer le pétrole au même rythme, c'est encore moins la dernière !

3259_la-plate-forme-deep-water-horizon-en-feu-le-22-avril-2010.jpgMais si de tels évènements peuvent et doivent catalyser notre réflexion, il y a une catastrophe à venir bien plus grave encore pour notre avenir énergétique qui devrait nous faire réagir. Durant plus d'un siècle, notre civilisation a construit sa prospérité sur l'usage d'une forme d'énergie bon marché et, jusque-là, abondante. La découverte des applications liées au pétrole a dopé l'industrie et l'économie. Il est l'huile qui fait tourner l'économie. Mais beaucoup de spécialistes le disent: cette huile va bientôt venir à manquer et la machine économique pourrait bien de se gripper. Ces spécialistes donnent à nom à cette calamité: le pic pétrolier.

Lire la suite

22/03/2010

Energies renouvelables: la solution du PS

Ca fait un moment qu'il y a polémique dans le domaine de l'énergie. On le sait, durant ce siècle nous allons devoir remplacer le pétrole comme source d'approvisionnement principale en énergie. Cela signifie bien sûr qu'il va falloir refondre toute notre société autour d'un nouveau mode de consommation de l'énergie. Les énergies renouvelables sont une des solutions. Il y en aura sans doute d'autres. Mais quoi qu'il en soit, cet avenir sans pétrole, c'est aujourd'hui que nous devons le créer. C'est bien tout un modèle de société qu'il va falloir construire. Le changement sera aussi fondamental pour notre mode de vie que l'électrification  l'avait été pour le réseau ferroviaire. Il est probable que l'une des voies technologiques pour arriver à atteindre ce but sera une baisse de la consommation globale. Et il est également probable que dans l'avenir l'énergie deviendra une denrée moins abondante et donc plus chère. D'autant que la demande mondiale risque d'exploser dans le même temps. Voilà pourquoi nous ne devons pas attendre et nous lancer dès aujourd'hui dans cette refonte de notre mode de vie. Malheureusement, pour l'instant on parle et on n'avance pas beaucoup...

289716698.jpgSi les énergies renouvelables sont effectivement une voie encourageante à explorer, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elles ne sont pas prêtes à fournir des quantités d'énergie équivalentes à ce que nous accorde généreusement le pétrole. Pour l'instant, elles n'ont même pas, et de loin, la capacité de remplacer l'énergie nucléaire, qui représente 40% de notre production électrique. (voir ici pour les détails) Tout au plus, elles peuvent suffire à compenser le surplus de consommation dû à l'augmentation de la population. Il est donc déjà irresponsable de prétendre que nous n'avons pas besoin de remplacer la production d'énergie de nos centrales nucléaires vieillissantes par autre chose que les énergies renouvelables. Le PS et les verts le font pourtant depuis longtemps. Et ils rencontrent malheureusement un certain écho dans la population. Grâce à cette stratégie, nous pouvons déjà considérer que dans une dizaine d'années environ, nous passerons dans une situation de pénurie chronique. Et bien sûr, notre économie va sérieusement en pâtir.

Mais le PS ne s'arrête pas là. Il propose désormais de remplacer aussi le pétrole par les énergies renouvelables! Et cela dans les 20 prochaines années! Et que proposent-ils pour que la technologie des énergies renouvelables soit capable de remplacer le nucléaire et le pétrole d'ici là ? C'est simple: ils veulent les rendre obligatoires! C'est tellement simple qu'on se demande pourquoi personne n'y avait pensé avant. La technologie n'est pas prête ? Et bien c'est pas grave, désormais il est obligatoire qu'elle soit en mesure de remplacer le pétrole et le nucléaire!  Une solution légale pour solutionner un problème technique. C'est génial non ? Basée sur le principe de "les lois inapplicables n'ont jamais tué personne", cette proposition ne fait pas avancer le schmilblick. Elle sème seulement la confusion et empêche de choisir les solutions transitoires et de mener la nécessaire recherche dans des domaines bien plus variés que celui proposé. Elle nous empêche de réfléchir à notre pérénité énergétique à moyen et long terme. Bref, elle va nous conduire tout droit à la catastrophe. Et j'ai bien peur que le PS arrive à convaincre pas mal de monde...

01/12/2009

Peut-on se passer du nucléaire ?

Dimanche, le vote des Vaudois a été totalement occulté par celui sur les minarets. Pourtant, leur choix pourrait avoir une tout autre répercution sur notre avenir et ce pour longtemps. Il est vrai que ce vote sur la reconduction de l'autorisation d'exploitation de la centrale de Mühleberg n'était que consultatif et les autorités ne sont pas forcées de suivre l'avis du peuple. Mais compte tenu de la forte oppositon populaire dans la plupart des cantons consultés, on voit mal comment les autorités pourraient passer outre l'avis populaire.

Lire la suite

14/07/2009

Des centrales solaires dans le Sahara

En lisant la TDG ce matin, cet article m'a particulièrement intéressé. Voilà enfin un projet concret qui propulsera l'approvisionnement énergétique de l'Europe dans le 21ème siècle. Le solaire, c'est l'avenir. Car quelle autre source d'énergie totalement renouvelable est aussi abondante que celle que nous prodigue l'astre du jour ? Seulement pour la capter, il faut prévoir de larges surfaces. Et il serait bien sûr dommage de sacrifier des surfaces forestières ou agricoles en les couvrant de miroirs. Et une implantation doit de plus bénéficier d'un ensoleillement adéquat. Dans ces conditions, la solution consistant à couvrir le désert de panneaux solaires semble s'imposer tout naturellement !

solar2.jpgSeulement voilà. Les déserts proches de l'Europe se trouvent tous dans des pays instables et confier notre approvisionnement énergétique à de tels pays semble assez incertain. Il faudra donc s'assurer de la collaboration à long terme de ces pays. Quitte à laisser tomber certains d'entre eux. Par exemple, je suis effaré de voir qu'on envisage des implantations en Libye ! Un pays dirigé par un fou furieux lunatique capable de décider du jour au lendemain de faire passer un pays de la liste de ses partenaires à celle de ses ennemis. Les Européens feraient bien de regarder la façon dont il traite aujourd'hui la Suisse avant d'en faire un partenaire commercial privilégié...

Autre problème, le transport de l'énergie. Car l'énergie électrique se transporte assez mal. Selon la loi d'Ohm, les pertes sont proportionnelles à la distance. Si ces pertes sont assez négligeables sur des distances de quelques centaines de kilomètres (si on utilise des lignes à haute tension en tout cas) elles deviennent bien plus importantes lorsqu'on passe à des distances de plusieurs milliers de kilomètres. Il faudra donc utiliser de nouvelles technologies. Il s'agira soit d'augmenter la tension électrique des lignes, (ce qui a pour effet d'abaisser le courant électrique et donc les pertes) soit prévoir des méthodes de transport encore plus inédites, par exemple avec  des câbles supraconducteurs. Dans ce dernier cas, il est évident que le coût de revient serait gigantesque. D'autant que les lignes devraient alors être entièrement enterrées. Dans le premier cas par contre, les lignes pourraient toujours être aériennes, mais les pilônes devraient être beaucoup plus grands que ceux utilisés pour le 400'000 Volts. Donc la aussi, le transport aurait un coût non-négligeable.

Et finalement, le solaire pose un grand problème qui l'empêche d'en faire la source de production exclusive pour l'électricité. L'énergie n'est produite que de jour. Et même si la consommation nocturne est plus faible, elle n'est pas inexistante. D'autant qu'il est possible que nous changions notre manière de consommer dans les décennies à venir. Si par exemple la voiture électrique se généralise, il est évident que la recharge des batteries se fera principalement de nuit pour bénéficier des tarifs plus avantageux. Dans ce cas, la part de la consommation nocturne pourrait augmenter rapidement. Et comme l'énergie se stocke très mal, il faudra produire plus d'énergie la nuit. Pour l'instant cela ne pose aucun problème car la production nocturne est largement excédentaire. Mais si nous nous mettions à consommer plus de nuit à l'avenir, il faudrait en tenir compte. Ainsi, l'énergie solaire ne pourra jamais devenir la source exclusive d'énergie électrique. Par contre, associée à d'autres sources, elle doit absolument faire partie de notre avenir énergétique.

30/06/2009

Nucléaire ou pas nucléaire ?

S'il y a un débat qui devrait agiter notre pays en ce moment, c'est bien celui de l'énergie. Nos centrales nucléaires vieillissantes vont petit à petit être retirées du service et nous nous trouvons à un tournant. Ces centrales représentent tout de même 40% de notre production d'énergie électrique. Et Dieu sait que notre économie ne peut plus se passer de cette énergie. Doit-on remplacer ces centrales par de nouvelles centrales plus modernes ? Existe-t-il d'autres solutions ? Peut-on économiser suffisamment pour pouvoir s'en passer ? Toutes ces questions sont d'importance cruciale pour notre avenir. Et pourtant, ce sujet ne semble pas intéresser la politique. Est-ce dû au peu d'intérêt que peut trouver un politique de parler d'un sujet qui porte au-delà des prochaines élections ? On serait en tout cas tenté de le croire.

Il faut pourtant savoir que nous nous dirigeons tout droit vers une pénurie à l'horizon 2020. 10 ans, c'est tellement peu que la plupart des politiciens actuels seront encore en exercice. Comment justifieront-ils alors leur attentisme ?

Lire la suite