05/06/2009

Nous voterons donc sur l'interdiction des minarets

Moi les minarets, je m'en fiche. Je me considère depuis mon plus jeune âge comme un athée convaincu et toute forme de religion me paraît ridicule. Je pense qu'à notre époque, il est absurde de croire en n'importe quelle bondieuserie quelle qu'elle soit, alors que la science a fait de tels progrès et que la nécessité d'une force supérieure pour expliquer l'univers n'a pratiquement plus aucune raison d'être. La spiritualité me direz-vous. Certes, il y a effectivement de nombreuses personnes qui ressentent le besoin de croire en quelque chose de supérieur pour assouvir leur soif de spiritualité. Et bien je répondrai que pour ma part, ma spiritualité est bien plus touchée par la lecture de la théorie de la dérive des continents ou celle de l'évolution des espèces qu'en écoutant des histoires de dieux ou de déesses à dormir debout !

Et pour cette raison, je serais prêt à tout pour défendre ma liberté d'incroyance. Le jour où on essayera de m'imposer une religion quelle qu'elle soit, je serai prêt à me battre de toutes mes forces pour sauvegarder mon droit à l'athéisme. Et pour moi la laïcité est une valeur fondamentale de notre société occidentale démocratisée, au même titre que le droit de vote ou la liberté d'expression. Mais, bien que je considère mon athéisme comme un fondement de ma propre personne, il y a une autre chose contre laquelle je serais prêt à me battre avec tout autant de vigueur : je me battrais contre toute tentative de réduire le droit de mes semblables à croire en ce qu'ils veulent, aussi absurdes que puissent me paraître ces croyances !

Lire la suite

26/05/2009

Les forces spéciales peuvent intervenir en Libye !

Ainsi donc les forces spéciales de l'Armée Suisse seraient tout à fait en mesure d'intervenir en Libye pour libérer nos deux ressortissants retenus en otage depuis plus de 300 jours ! Alors pourquoi ne pas les envoyer immédiatement ? Nos Conseillers Fédéraux ont-ils peur de fâcher Khadafi ? C'est vrai qu'il pourrait couper le robinet du pétrole... Mais enfin, qu'il le fasse ! Après tout la raffinerie de Collombey appartient aux Libyens de Tamoil et si elle doit fermer avec tout le réseau de vente, on sait qui va en pâtir en premier ! Et surtout, nos deux ressortissants valent bien quelques litres de pétrole ! Je trouve affligeant de voir comme le Gouvernement les oublie. Ça donne une bonne idée de la manière dont on serait traités si la même chose nous arrivait... Allons les récupérer tout de suite. Cette attente a assez duré ! Et toute autre considération diplomatique ou commerciale ne fait vraiment pas le poids dans la balance...

19/05/2009

De qui se moquent les dirigeants de l'UBS ?

De nous bien sûr. Des contribuables de ce pays qui avons financé un plan de sauvetage de la banque et qui semblons si idiots que nous ne sommes pas capables de réagir face aux sornettes qu'ils répètent sans cesse.

Premier épisode. après avoir reçu sept milliards de la Confédération, et sans parler des trente milliards de la banque nationale, ils annoncent verser deux milliards de bonus à leurs collaborateurs. Bien sûr, je ne veux pas de mal aux employés de l'UBS. Et je ne souhaite pas qu'ils doivent vivre avec des clopinettes. Mais tout de même. Si ça n'avait pas été l'UBS, on n'aurait jamais aidé la société en difficulté ! Et elle s'en serait tout de même sortie malgré tout, ça j'en suis sûr ! En demandant à ses employés de faire un effort, en licenciant une partie d'entre eux malheureusement, elle aurait réussi à revenir d'elle-même dans les chiffres verts ! Mais voilà, c'est l'UBS, une banque dans laquelle la moitié des politiciens de ce pays ont des intérêts privés et qui dispose d'un gigantesque lobby à Berne, et à ce titre, elle mérite une aide spéciale...

Second épisode. La banque annonce le licenciement de deux mille collaborateurs. Ainsi, non contente de piller les deniers publics et de les utiliser pour verser des bonus, elle se permet de mettre une partie de son personnel au chômage. A la charge des cantons donc. N'aurait-on pas mieux fait de ne pas verser les bonus et de licencier moins de personnel ? Je suis sûr qu'expliqué comme ça la plupart des employés l'auraient compris...

Troisième épisode. (mais sans doute pas le dernier) La direction vient d'annoncer que pour faire face à l'exode du personnel le plus qualifié, elle a décidé d'augmenter les salaires ! Et certainement pas les salaires des employés de base qu'on a de toute façon décidé de licencier, mais plus certainement des cadres ! La raison invoquée ? On pense que le "bas revenu" pousse ces gens à fuire la banque.


Mais que croient-ils ? Qu'on peut annoncer des milliers de licenciements et créer ainsi une ambiance extrèmement malsaine et en même temps espérer que les meilleurs éléments vont rester, fidèles au poste ? Il est clair que dans cette situation, si on a l'occasion de partir, on le fait ! Et ça n'est jamais les plus mauvais qui partent en premier, surtout en temps de crise lorsque les places dans d'autres établissements se font rares. Une augmentation de salaire n'y changera rien. Mais peut-être qu'il y a une autre raison à ces augmentations ? Peut-être sont-elles destinées à compenser la diminution de revenus de la direction avec la baisse des bonus ? Non je n'ai rien dit. Je vais passer pour une mauvaise langue...

16/05/2009

Des quotas pour les travailleurs étrangers ?

Ainsi donc, le Conseil Fédéral s'est mis à parler de la mesure de sauvegarde qui l'autorise, selon l'accord sur la libre circulation, à réintroduire temporairement les quotas de travailleurs étrangers venant de l'Union Européenne. Il n'a fait qu'en parler bien sûr, car le but n'est sans doute pas d'introduire un quota, mais plutôt de montrer les dents...

Car qui seraient les premiers touchés par une telle mesure ? Les deux grands voisins bien sûr. La France et l'Allemagne. La France où les entreprises suisses se servent allègrement en travailleurs frontaliers, et l'Allemagne qui est devenue le principal fournisseur d'immigrants pour notre pays. Et il se trouve que ces deux pays sont justement ceux qui, en Europe, cherchent à imposer à la Suisse des mesures fortement limitatives sur le secret bancaire. Ceux qui se plaignent ouvertement de l'évasion fiscale dont bénéficierait, selon eux, la Suisse. Finalement, il ne s'agit de rien d'autre que d'une guerre d'annonces ! Alors est-ce un hasard si Peer Steinbruck s'est engagé auprès de parlementaires suisses à mettre de l'eau dans son vin et à éviter les déclarations trop agressives ? Pas sûr…

15/05/2009

Circuler sur la bande d'arrêt d'urgence, une bonne idée ?

Ainsi, les travaux ont démarré. Nos voisins et amis vaudois ont décidé de se lancer et d'autoriser, à terme, la circulation sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute A1 dans les deux sens aux heures de pointe, entre Morges et l'échangeur d'Ecublens. Ainsi, il devrait être possible de faire sauter le légendaire bouchon de Morges à peu de frais. Et donc, on va pouvoir remettre à plus tard la construction d'une troisième voie, de toute façon pratiquement impossible en ce qui concerne la traversée de Morges. En effet, le projet qui devrait un jour remplacer avantageusement cette solution provisoire comprend un long tunnel qui permettra d'éviter le centre de Morges. On se rend bien compte à quel point les travaux entrepris devraient représenter une énorme économie...

Mais est-ce judicieux de permettre une augmentation du débit de cette autoroute aux heures de pointe ? Il se trouve qu'au-delà de l'échangeur d'Ecublens, le réseau est plutôt en sur-capacité. Que ce soit en direction d'Yverdon ou de Lausanne Sud, le trafic y est généralement beaucoup moins dense que sur le tronçon Morges - Lausanne. Et dans une moindre mesure, le contournement nord de Lausanne a lui aussi encore une réserve de capacité. Ainsi, déverser un peu plus de trafic dans ces divers tronçons paraît encore possible. Et dans l'autre sens, on remarque facilement qu'au-delà de Morges, le trafic décroit rapidement. Alors pour moi la réponse est clairement oui. C'est tout à fait judicieux de faire sauter ce goulet d'étranglement. La fluidité globale devrait s'en trouver augmentée.

Et on objecte souvent que la sécurité est sacrifiée en ouvrant la bande d'arrêt au trafic. Mais il est clair qu'un trafic dense est la situation la moins sûre possible. La plupart des accidents sur autoroute se produisent lorsque les véhicules roulent pare-choc contre pare-choc. De plus, des places d'évitement seront prévues, ce qui devrait suffire dans la plupart des cas. Et si un véhicule s'arrête tout de même sur la bande d'arrêt, le trafic y sera immédiatement interdit, et on se retrouvera tout simplement dans une situation similaire à celle qu'on a aujourd'hui. Je pense que la sécurité de ce tronçon devrait ainsi rester suffisante.

Dès lors, qu'attendons-nous pour nous lancer dans un projet similaire de ce côté-ci de l'autoroute A1 ? Entre Nyon et l'échangeur du Vengeron, des colonnes de véhicules s'entassent tous les matins et il serait temps de faire sauter ce bouchon aussi. Et il faut dire que les travaux effectués sur le pont de la Versoix il y a quelques années ont permis d'avoir une bande d'arrêt continue et suffisament large sur toute la longueur de cette section. La solution lausannoise paraît donc techniquement réalisable là aussi.

Mais voilà : la situation est ici bien différente. L'autoroute débouche sur une autoroute de contournement déjà saturée et dont les tunnels ont été creusés sans bande d'arrêt et qu'on ne pourra donc pas élargir. Côté lac, on débouche sur une rue de Lausanne au débit peu élevé et déjà complètement saturée. Dès lors, on peine à trouver un intérêt à augmenter le débit de l'autoroute A1 de ce côté-ci. Une mise à trois voies ne semble d'ailleurs pas plus utile. Un seul espoir : qu'on se décide de construire cette fichue traversée de la rade ! (devenue récemment traversée du lac...) Ainsi, le débit global des routes sur lesquelles débouchent l'autoroute A1 en sera augmenté et on pourra enfin accroitre la capacité de l'autoroute A1. Sans parler bien sûr des autres avantages pour la population genevoise, qui sont liés à l'extraction du trafic de transit du centre-ville. On pourra ainsi plus facilement étendre la zone piétonne, rendre les quais à la population, améliorer la desserte en transports publiques, etc... Donc, si on parlait un peu plus de traversée de la rade ?

10/05/2009

Le passeport biométrique en question

Est-ce que le passeport biométrique est une bonne chose ? La réponse est oui. Il permettra de rendre plus difficile la falsification du document. Et sur le plan pratique, il nous permettra de continuer à nous rendre aux USA sans visa et bien sûr, de continuer à participer à l'Espace Schengen, avec tous les avantages que ça implique. Dès lors, faut-il voter oui la semaine prochaine ? La réponse est malheureusement non.

J'aimerais beaucoup pouvoir dire que le projet concocté par le Conseil Fédéral est un bon projet et que nous pouvons nous ranger sans crainte derrière lui. Mais de toute évidence, on a tenté de s'offrir des "raffinements" technologiques parfaitement inutiles et des possibilités d'extension sans la moindre nécessité. La base de données centrale est sans doute le point le plus litigieux. Elle n'est en aucun cas exigée par Schengen et personnellement, je n'arrive pas à en comprendre l'utilité. Son développement coûtera cher, la sécurité qu'elle exige aussi et au final, on ne peut pas être certain à 100% qu'aucun hacker ne parviendra jamais à venir à bout de cette sécurité. Vous imaginez la catastrophe si la liste complète des coordonnées des centaines de milliers de détenteurs de passeports, incluant les empreintes digitales, se retrouveraient en vente sur le Net au plus offrant ? Une refonte complète du passeport biométrique serait alors nécessaire pour restaurer la sécurité de ce document.

Malgré tout, je pourrais tout de même être favorable à cette base de données, si on avait été capable de m'en expliquer l'utilité. Or, on dirait que même Mme Widmer-Schlumpf n'a aucune idée de son utilité ! Je pense qu'elle a laissé faire sans se poser de questions et que les interrogations de certains autres partis la prennent au dépourvu. A moins que la justification de cet investissement soit plus inavouable...

Deuxième point d'accrochage, la possibilité d'inclure une puce dans la carte d'identité. Elle n'est bien sûr pas encore en question, car elle n'est exigée par aucun état. Mais le fait qu'elle puisse être introduite dans le futur sans aucun débat démocratique me paraît très gênant. Une carte d'identité biométrique augmenterait fortement son prix de revient et il ne faut pas oublier que, contrairement au passeport, en posséder une est obligatoire. Donc, je pense que son introduction n'aurait rien d'anodin et mériterait tout de même que le parlement, voire la population, puisse se prononcer.

Renvoyons donc le Conseil Fédéral sur le métier. Il a encore près d'un an pour proposer une loi plus consensuelle, qui ne sera pas combattue par un référendum. Votons donc non la semaine prochaine.

09/05/2009

Pourquoi il est important que l'assurance de base ne prenne pas en charge les médecines complémentaires

Les adeptes des médecines complémentaires pensent qu'elles remplacent avantageusement la médecine classique. On nous dit qu'elles s'en prennent aux causes et non aux symptômes. Qu'elles coûtent moins cher et permettent donc de faire des économies. Mais je trouve que ces arguments ne tiennent pas.

Lire la suite

08/05/2009

L'Allemagne veut interdire le paintball !

Suite à la fusillade survenue récemment dans un collège allemand, le Gouvernement envisage, entre autres, d'interdire ce jeu. Selon lui, à l'instar des jeux vidéo violents, ce jeu contribue à banaliser la violence. La Suisse envisage quant à elle de suivre le mouvement.

Lire la suite