25/02/2010

L'OPA verte sur le climat

Avant le milieu des années 80, aviez-vous entendu parler de la climatologie ? Peu probable, car cette science plutôt jeune, était encore très peu étudiée avant que la théorie du réchauffement climatique anthropique (dû à l'humain) ne fasse son apparition sur la scène politico-scientifique. Et pour cause, les crédits d'étude qui lui étaient alloués étaient à la mesure des retombées qu'on lui supposait. Science appliquée, dévolue donc à l'étude et la (tentative de) quantification d'un phénomène naturel réél, elle fait largement appel à la physique théorique pour expliquer les processus qui dirigent notre climat. Thermodynamique, mécanique des fluides, magnétisme, physique quantique, etc.. L'univers étant dirigé par la physique, notre atmosphère ne peut pas faire exception. Mais bien sûr, quand on fait de la physique théorique, on simplifie les situations pour les rendre facilement quantifiables. Par exemple, il est bien plus facile d'étudier le comportement d'un point de masse M, qu'un objet quelconque de même masse. Et bien la climatologie tente d'étudier le monde réél. Ce qui est évidemment très ingrat et donne rarement des résultats absolument indéniables. C'est pourquoi, lorsqu'il s'agit de passer de l'explication théorique à la quantification et à la prévision, la climatologie a recours, comme beaucoup d'autres sciences, aux modèles mathématiques qui ne sont rien de plus que des approximations.

Lire la suite

22/02/2010

Les Américains sont-ils les "méchants" ?

Question saugrenue, absolument pas pertinente et pourtant on entend souvent dire que les Etats-Unis sont les ennemis de la paix, qu'ils cherchent à gouverner le monde. Ils sont accusés de tous les maux de la Terre. Ils ont même créé le H1N1 en laboratoire. (peut mieux faire soit dit en passant) Bref en un mot, ils sont les méchants. Mais si on définit les Américains comme les méchants, on doit obligatoirement définir  leurs ennemis comme les gentils. C'est comme ça que ça se passe dans tout bon film... hollywoodien ! Un peu manichéen, même très, mais simplifier le monde, c'est bien pratique pour ceux qui ont de la peine à l'apréhender. Donc oui, qualifions les ennemis de l'Amérique de gentils. Qu'importe que ces pays soient des dictatures, des théocraties ou des groupes terroristes. S'ils sont contre les Américains, c'est bien qu'ils sont forcément de pauvres résistants, combattant l'hégémonie du mal représentée par la banière étoilée.

Quant aux amis de l'Amérique, ils sont forcément de fidèles toutous, des suppôts du grand Satan. Et ils n'ont aucune existence propre. Donc oui, le monde se découpe en deux camps. Dans un coin celui des amis du mal et dans l'autre celui des ennemis du mal, donc des amis du bien.  D'ailleurs c'est bien Georges W. Bush qui disait qu'on peut être soit avec eux, soit contre eux ? A moins que ce soit l'Empereur Palpatine, dans "La revanche des Siths". Ou alors les deux.

Bref. Dans le premier camp, on trouve entre autres l'Union Européenne, Israël, le Japon, la Corée du Sud. Tous ces braves chienchiens qui bavent à la moindre parole du grand frère américain permettent à ce dernier d'assurer une présence un peu partout autour de la Terre. Dans le second camp, on trouve les gentils comme l'Iran, la Corée du Nord, Al Quaida, les Talibans, le Hamas et le Hezbollah. Toutes ces pauvres victimes de la politique des Etats-Unis (et de leurs bras armé au Proche-Orient, Israël) ne veulent bien sûr que le bien de leurs populations. Ils sont obligés de les opprimer pour l'instant, mais pour leur bien. Le mal dont il faut les libérer c'est le Mal, avec un grand M, celui qui se tapit en Amérique du Nord !

Et au millieu, il reste quelques grands pays. Par exemple la Chine, la Russie, l'Arabie Saoudite ou le Pakistan. Des pays dont on ne sait pas (pour l'instant) sur quel pied ils veulent danser. Mais bien sûr, comme l'a dit W dans la citation ci-dessus, on ne peut être qu'avec les Américains ou contre les Américains. Donc si ces pays ne sont pas franchement avec les Américains, alors ils sont sauvés et ne se trouvent pas dans le camp du mal. Et forcément, puisqu'il n'y a que deux camps, ils se trouvent donc dans le camp du bien.  Ouf!

Voilà donc une splendide vision du monde, colportée par pas mal de monde en Occident. D'une part le camp du mal représenté par des pays qui sont, pour la plupart, des démocraties dans lesquelles il fait bon vivre et où on respecte à peu près les habitants, et de l'autre, le camp du bien avec une nuée de groupes terroristes, de dictatures sanguinaires et de théocraties totalitaires. Intéressant non ?

Comme je le disais au début, la question titre est en réalité sans intérêt. En matière de politique internationale, n'en déplaise à Hollywood, il n'y a pas de gentils. Il n'y a que des pays qui cherchent à tirer la couverture à eux, à gagner de l'influence. Les Etats-Unis ne font pas exception. Le fait qu'ils soient plus puissants que les autres ne les rends pas plus méchants que les autres. Ni plus gentils d'ailleurs. Ils ne font finalement rien d'autre que tous les autres pays.

Il faut toutefois rester attentifs. Les dérives du précédent gouvernement, qui avait sciemment menti à la population pour lui faire accepter et même encourager la guerre en Irak ne sont pas acceptables dans une démocratie. En s'abaissant de la sorte, les USA se sont abaissés au niveau de leurs ennemis. Et c'est probablement ce qui a amené beaucoup de monde à les considérer comme une puissance du mal. Mais il ne faut pas tout confondre. Les agissements de quelques individus ne font pas une nation. Les Américains finalement ne sont qu'un peuple comme les autres, avec des défauts et des qualités. Je pense qu'il est aussi idiot d'être anti-américain que d'être pro-américain. Il n'y a pas lieu d'être anti ou pro. Il y a d'ailleurs une chose qui m'exaspère, c'est entendre si souvent dire que les Américains sont incultes. Il s'agit d'une généralisation qui démontre plutôt la stupidité de celui qui le pense. D'autant que les Etats-Unis abrittent quelques-unes des plus prestigieuses universités du monde.

L'anti-américanisme est devenu politiquement correct. Les idées anti-atlantes sont bien sûr dopées par certaines manipulations des gouvernements américains précédents et même de l'actuel, mais surtout par une fronde universelle menée par une alliance de gauchistes et d'antisémites. Les islamistes qui se terrent en Occident n'y sont bien sûr pas étrangers, comme ce parti "anti-sioniste" qui a laissé un commentaire sur mon blog dernièrement. (voir ici, commentaire du 15.02.10) Ce dernier offre par son site une très belle démonstration de ce que j'avais avancé dans mon billet sur l'antisémitisme et l'antisionisme. Dans notre société se cachent bel et bien des gens qui prétendent défendre des valeurs de bien mais qui ne font que défendre le racisme et la haine. Leurs idées insidieuses se propagent dans la population, à tel point que beaucoup les considèrent déjà comme naturelles.

21/02/2010

Pourquoi on ne doit pas accepter une baisse du taux de conversion du 2ème pilier

On nous dit que les caisses de 2ème pilier courent à la faillite si on refuse la baisse du taux de conversion exigée. Or ce taux vient déjà d'être abaissé de 7.2% à 6.8%. Il semble bizarre de déclarer que ça n'est pas assez, alors que cette première baisse n'est pas encore entrée en vigueur! Je m'y suis donc intéressé pour vérifier leurs chiffres.

Lire la suite

16/02/2010

Le gouvernement italien se fiche de nous !

Dans un article de la TdG du jour, on apprend que M. Frattini, ministre des affaires étrangères italien, trouve que la Suisse prend l'Europe en otage dans l'affaire des visas Schengen refusés aux ressortissants libyens. Ce monsieur, dont le chef de gouvernement est mondialement connu pour sa très grande moralité, trouve que la Suisse se comporte mal en mettant en danger les intérêts économiques de son pays. Car n'oublions pas que dernièrement, alors que la Suisse se débattait pour faire libérer ses otages, M. Berlusconi recevait le guide suprême libyen dans ses salons feutrés, lui tendant un stylo pour lui faire signer de beaux contrats. Et bien sûr pour récupérer le pétrole que la Libye ne livrait plus à la Suisse ! Il est évidemment clair dans ces conditions que la suspension des visas entre l'espace Schengen et la Libye est problématique pour son pays. Difficile de faire du commerce avec un état voyou quand on ne peut pas y mettre les pieds...

Et le ministre de rajouter que son pays est "prêt à aider la Suisse à résoudre une question bilatérale" mais pas au dépens de tous !!! Car oui, ce ministre n'a aucune honte à dire n'importe quoi ! Si l'Italie avait voulu jouer les négociateurs pour le compte de la Suisse, ça fait un an et demi qu'elle aurait pu le faire ! Mais non, à la place pendant le G20, Berlusconi et les autres convives européens invités, ont bien rigolé lorsque le Colonel parlait de démembrer la Suisse ! Croit-il que la Suisse l'ait oublié ? Certainement pas ! Nous savons désormais que ce gouvernement italien, tout comme plusieurs autres gouvernements européens, n'est pas l'ami de notre pays. Et franchement, ça va faire le plus grand bien à ce ministre, dont le chef de cabinet aime autant faire des courbettes aux dictateurs méditerranéens que passer ses week-ends avec des jeunes filles à peine mineures, d'apprendre que la Suisse n'a aucun compte à lui rendre. Nous sommes un état souverain qui, s'il a un problème billatéral avec un état tiers, prend les mesures qui lui conviennent sans en référer à ses voisins. Particulièrement si ces voisins n'ont pas une fois proposé leur aide pour résoudre ce conflit.

Bref, on voit que la stratégie de la Suisse est la bonne. En interdisant l'entrée en Suisse de ressortissants libyens au bénéfice d'un visa Schengen, notre gouvernement a provoqué une crise inattendue entre la Libye et l'Union Européenne. Et ainsi elle a enfin poussé les grands gouvernements européens à réagir. Maintenant, la balle est dans leur camp. S'ils souhaitent résoudre ce problème de visas, ils n'ont qu'à forcer Kadhafi à résoudre au plus vite son litige avec la Suisse. Car le seul responsable de cette situation, c'est lui. La Suisse n'a rien fait pour que tout cela se produise et elle n'a pas à faire quoi que ce soit de plus pour résoudre le conflit.

Et je suis sûr qu'ils vont enfin s'activer pour protéger leurs intérêts en danger. Pour la première fois depuis longtemps, j'ai bon espoir que nos ressortissants rentrent prochainement dans leurs foyers. Alors j'espère que le Conseil Fédéral va tenir bon et ne pas céder aux pressions de nos voisins. S'il montre de la fermeté aujourd'hui, non seulement cela devrait permettre aux otages d'obtenir une prochaine libération, mais en plus le Conseil Fédéral parviendra à redorer son image sérieusement ternie ces derniers temps.

13/02/2010

Un avocat pour les animaux est-il utile ?

Le 7 mars, nous serons appelés aux urnes. L'un des sujets qui fait le plus parler de lui, c'est la votation concernant les avocats pour animaux. Personnellement, j'ai toujours eu des animaux et je souhaite bien sûr que leur protection soit la meilleure possible. En effet, ils sont souvent sans défense face à l'homme, à leur maître en particulier, et il est souvent nécessaire que la justice applique la loi sur la protection des animaux pour défendre les plus malchanceux d'entre eux.

Mais voilà: la nouvelle loi sur la protection des animaux a permis à cette cause de faire un pas de géant. Selon notre Conseil Fédéral et un grand nombre d'élus, c'est largement suffisant. Il est inutile de créer une tracasserie supplémentaire. Ce n'est pourtant pas ce que semble avoir pensé le canton de Zurich qui s'est offert les services d'un avocat pour animaux depuis de nombreuses années déjà.

Lire la suite

09/02/2010

Antisémitisme et antisionisme

J'ai remarqué que chez les islamistes, la méthode classique pour contrer les accusations d'antisémitisme, c'est de faire remarquer que les sémites ne sont pas tous Juifs. Un arabe selon eux ne peut pas être antisémite car il est lui-même un sémite. De même, ils font remarquer que les Juifs ne sont pas tous sémites puisqu'ils sont issus de régions très différentes. Ils tentent alors de se décrire comme antisionistes, par opposition aux sionistes qui prétendent qu'Israël est la terre du peuple juif, pour faire passer leur position pour politique et non raciste.

Mais il s'agit là au mieux de méconnaissance de la langue française, ou au pire de manipulation grossière. Le fait est que l'antisémitisme est un terme dérivé de l'Allemand Antisemitismus inventé à la fin du 19e siècle lors de la création d'une ligue antisémite. Son sens d'alors était clairement et exclusivement dirigé contre les Juifs. Les nazis se sont par la suite officiellement déclarés antisémites, comprenant eux aussi clairement ce mot comme dirigé contre les Juifs de toutes provenances. Et d'ailleurs ils n'étaient pas les seuls, dans tout le monde occidental, l'antisémitisme était de mise dans les années 20 et 30. (y compris dans notre pays) Et aujourd'hui encore, le terme d'antisémitisme ne désigne que la haine des Juifs et n'englobe pas la haine d'autres peuples sémites. Probablement que ce terme n'est plus très adapté, mais c'est le seul qui désigne cette forme particulière de racisme.

L'antisionisme par contre, désigne l'opposition au sionisme, c'est-à-dire à la politique visant la création d'un état juif au Proche-Orient. C'est important de souligner que ce terme est censé représenter une position politique. Mais lorsqu'on réclame la destruction d'Israël, on ne fait pas de la politique. On incite à la haine. Et la haine d'un autre peuple, c'est du racisme. Le Hamas est donc un mouvement raciste. Le Hezbollah est un mouvement raciste. L'Iran est un pays raciste. Toute position qui appelle à la destruction de l'état d'Israël est une position antisémite et pas seulement antisioniste. Et le fait que ça soit des personnes issues de peuples sémites qui ont cette position ne change rien au problème.

De plus, la plupart des personnes qui se disent antisionistes ne se contentent pas de demander la création d'un état palestinien. Ils réclament la disparition pure et simple de l'état d'Israël et le départ (ou la mort?) de tous les Juifs habitant cet état! Un état palestinien où des Juifs auraient le droit de vivre est inconcevable pour eux ! Il ne s'agit donc pas uniquement d'une position politique. Elle est clairement haineuse et dirigée contre les Juifs et peut donc être clairement considérée comme antisémite. Comme le rappelle D.J. dans son billet du jour, le grand Mufti de Jerusalem s'était à l'époque allié avec Hitler dont il devait bien aimer les idées antisémites. Je pense que dans ce cas, le lien entre antisémitisme et antisionisme est pour le moins clair.

07/02/2010

Quand va-t-on cesser de croire l'Iran ?

Une nouvelle fois les Occidentaux et la Russie sont déçus de la reculade du Président Ahmadinejad qui annonce que son pays va enrichir lui-même son uranium. Pourtant, l'Iran avait déjà refusé en novembre la possibilité de le faire enrichir à l'étranger. Alors croire à la bonne volonté iranienne cette fois encore, c'était faire preuve d'une inquiétante crédulité. Pourquoi l'Iran voudrait faire enrichir son uranium à l'étranger, si cela l'empêche de disposer d'uranium de classe militaire, nécessaire à construire sa bombe ? Le but a toujours été de disposer d'armes nucléaires. Il est donc évident que l'Iran ira au bout de ses ambitions, quoiqu'il arrive. Et ce ne sont pas les molles sanctions qu'on pourra prendre contre ce pays qui y changeront quoique ce soit. Tout au plus, ces sanctions atteindront la population. Mais le pouvoir restera de marbre devant les problèmes du peuple. Le pire, c'est que de telles sanctions mettront fin au rêve de liberté dans ce pays, car elles provoqueront un regroupement de la grande majorité de la population derrière le pouvoir.

Alors quand va-t-on cesser de croire que l'Iran veut collaborer avec la communauté internationale ? C'est un état voyou, c'est de plus en plus clair. Il poursuit une stratégie géopolitique qui vise à prendre le pouvoir régional sur tout le Proche et Moyen-Orient. Et compte tenu de l'importance stratégique de cette région, cela revient presque à pouvoir dicter ses conditions au Monde. Cette stratégie nécessite bien sûr l'accès au club restreint des puissances nucléaires. C'est le seul moyen pour eux d'éloigner la menace d'une intervention internationale. C'est aussi le seul moyen de mettre en échec par avance toute tentative interventionniste de la part de l'état hébreux, son principal ennemi. Quand on a compris cela, on a compris que négocier avec l'Iran n'a aucun sens.

Donc il faut cesser les tergiversations. La seule forme de discussion qui soit valable avec l'Iran, c'est l'ultimatum. Il faut prévenir Ahmadinejad que si son pays se met à enrichir l'uranium jusqu'à une teneur de 20% d'uranium 235, une intervention visant ses sites d'enrichissement sera inévitable. Car si la communauté internationale continue à tergiverser, il y en a qui n'accepteront pas de vivre avec la menace nucléaire iranienne. Les Israéliens, qui ne disposent pourtant pas de l'armement adéquat pour lancer une telle opération, se lanceront seuls à l'attaque du complexe nucléaire iranien. Avec tous les risques d'embrasement régional qu'une telle opération comporte. Obama doit se le tenir pour dit. S'il continue dans une voie qui peut permettre à l'Iran de se doter de l'arme nucléaire, la situation pourra déboucher sur une guerre sans précédent dans la région. Et comme les forces américaines sont présentes en abondance autour de l'Iran, elles ne manqueront pas d'être impliquées d'une manière ou d'une autre.

10:19 Publié dans Monde, Politique | Tags : nucléaire, iran | Lien permanent | Commentaires (2)

05/02/2010

Micheline Calmy Rey a simplement répondu honnètement

Que de bruit autour d'une petite parole de ministre. Une réponse à une question piège qui plus est. Mais finalement, elle n'a fait que répondre honnètement. Lui reprocher d'avoir dit ce qu'on ne veut pas entendre, c'est lui reprocher de ne pas avoir menti ! Car oui, du point de vue allemand, acheter les données volées, c'est absolument logique. Même si ça n'est pas très moral. En matière criminelle, on agit souvent de la sorte. Acheter des renseignements est une pratique courante lorsqu'il s'agit d'accumuler des preuves ou des témoignages concernant des délinquants ou criminels. Et l'impunité est souvent requise en faveur des petits délinquants quand il s'agit d'attraper de plus gros poissons. Regardez comment agissent les juges anti-mafia en Italie. Dans ce domaine, sans ces pratiques, il n'y aurait tout simplement pas d'enquête criminelle qui puisse se faire.

Cette parole de la ministre des affaires étrangères était sans doute destinée à calmer le jeu avec un pays qui est avant tout un ami et notre plus grand partenaire économique. Il s'agissait de ne pas jeter la pierre à un ministre des finances allemand qui finalement ne fait que son devoir. En effet, comment pourrait-il justifier auprès de la population allemande de ne pas avoir tout fait pour attraper des fraudeurs ? Le fait est que le système suisse est sur le fond peu défendable tant qu'il couvre du secret les actes de délinquants étrangers. Ou de délinquants suisses d'ailleurs. Certaines paroles de Peer Steinbrück étaient vraiment condamnables. Désormais on a affaire à autre style. Mais il faut que les Suisses sachent que le résultat est le même. La guerre que le fisc allemand livre à ses fraudeurs continuera à éclabousser notre pays. Alors plutôt que de se mettre à dos l'ensemble de la planète et à jouer ensuite les martyrs, nous devrions peut-être commencer à penser à réformer en profondeur notre système financier.

30/01/2010

L'initiative contre le financement de l'IVG

Dépénalisée depuis quelques années, l'IVG (interruption volontaire de grossesse) a même été plébicitée par le peuple. Il semble donc que les anti-IVG n'aient pas la côte ces temps-ci. On peut alors s'attendre à ce que tout texte qui émanera d'eux subisse le même sort. Et bien pas sûr. Car cette nouvelle initiative, ciblée sur le financement, pose une autre question, pas mauvaise il faut le dire.

Désormais c'est acquis. Les femmes peuvent choisir si elles veulent interrompre leur grossesse ou la conduire à son terme. Elles n'ont d'ailleurs même pas besoin de demander au père, ce qui pourrait être un autre point à discuter. On s'en remet donc à la seule compétence des femmes, alors que ces dernières ne sont pas les seules concernées. Ça risque de surprendre certains qui me savent ouvertement athé, mais j'ai quelques problèmes avec l'IVG. Si je suis contre une interdiction qui repousseraient les femmes dans une clandestinité malsaine, je n'ai aucune sympathie pour la tendance malsaine qu'on a aujourd'hui à se demander si c'est une bonne chose d'avoir un enfant. Et sur le fond, je suis d'accord que seuls les problèmes de santé et le viol sont de bonnes justifications pour interrompre une grossesse. Absence d'amour, manque de moyens financiers ou difficulté à concilier grossesse et vie professionnelle ne sont que de mauvaises raisons. Car il s'agit tout de même d'un enfant. Qu'on se prémunisse avant pour éviter qu'il y ait un enfant, ça va de soi. Mais lorsqu'il est là, on devrait changer d'optique. D'autant qu'un enfant peut toujours être adopté, il y a des tas de familles qui n'attendent que ça.

De toute façon, l'initiative ne parle pas d'interdiction, mais pose une autre question. La question qu'on pose ici, c'est: Est-il normal que cette opération soit financée par l'assurance de base ? Car après tout, la grossesse n'est pas une maladie, mais un heureux évènement. Et le but de l'assurance de base est de couvrir la santé des personnes. Sur le fond on peut donc dire qu'il n'y a pas lieu de rembourser cette opération qui n'améliore en rien la santé des personnes qui font ce choix. Après tout, les caisses ne remboursent pas non plus les opérations hestétiques, car elles ne servent en rien la santé, mais seulement le bien-être. Alors pourquoi ne devrait-on pas financer soi-même l'IVG ? Plus que l'IVG, ce débat porte sur l'assurance de base. Que veut-on en faire ? Est-elle destinée à assurer le bien-être de la population ou sert-elle à financer les gros pépins de la vie ? Cette initiative arrive aussi peu après l'acceptation de l'initiative pour le financement des médecines douces par l'assurance de base. Donc dans un contexte où la population semble majoritairement penser que tous les actes médicaux doivent être pris en charge. Mais sur le fond, l'IVG a encore bien moins sa place dans cette assurance de base. La tendance pourrait donc s'inverser.

Car finalement, il n'y a que le soutien féministe qui pourrait sauver le financement de l'IVG. Pour autant que les femmes suivent. Cet article lu sur le site de l'hebdo montre par exemple la virulence de certaines femmes sur le sujet. Son argument selon lequel la grossesse coûte beaucoup plus cher que l'IVG, montre à quel point les féministes considèrent qu'il existe un choix clair entre les deux et qu'il est normal d'interrompre la grossesse. Mais je ne suis pas si sûr que cette journaliste soit suivie par la majorité de la population. Car s'il est normal pour une société de financer la grossesse qui prépare son avenir, je ne vois aucune justification à financer son arrêt volontaire. Avoir le droit de disposer de son corps, c'est une chose. Mais quand ce droit est financé par l'ensemble de la population, il y a quand même un problème.

08/01/2010

Pas d'effet suspensif pour le recours contre les fumoirs

On apprend aujourd'hui que le Tribunal Fédéral juge inutile d'assortir le recours des initiants anti-tabac contre les fumoirs d'un effet suspensif. Ce qui signifie que les cafetiers et restaurateurs qui le souhaitent peuvent dès à présent prendre leurs dispositions pour la construction de ces fumoirs. Personnellement je souhaite vivement que le recours soit rejeté et que ces fumoirs puissent être installés. Toutefois je m'inquiète pour les restaurateurs qui prendront les devants sans attendre le jugement du Tribunal Fédéral. Et si ce dernier donnait raison aux initiants, comment expliquer cette décision de laisser faire ? Qui va payer les pots cassés ? Et bien les restaurateurs eux-mêmes bien sûr.

Dans ces conditions, je ne comprends pas que les juges de Lausanne n'interdisent pas temporairement leur construction. Mais peut-être que le fait de posséder un fumoir non-fumeur est considéré comme normal par les juges ! Toujours sans service, on aura le droit d'y aller avec son verre, mais sans clope ! Pour que les non-fumeurs puissent aussi en profiter. Il n'y a pas de raison, non mais...

A moins bien sûr qu'ils aient déjà pris la décision de rejeter le recours. Mais dans ce cas, je m'interroge sur le fonctionnement du TF. Si on a pris la décision, pourquoi attendre plus longtemps pour la divulguer ? Parce qu'on veut encore en discuter ? Pourquoi faire si on connait déjà la réponse ? Quoi qu'il arrive je ne pense pas que beaucoup de restaurateurs vont sans lancer sans être sûrs d'être dans leur bon droit.

Bref, je souhaite à tous les cafetiers et restaurateurs qui le désirent que ce recours soit rejeté et qu'ils puissent entreprendre la construction de leur "bocal à fumeurs" ! Ainsi nos amis fumeurs ne pourront plus se plaindre d'attraper des pneumonies !

18/12/2009

L'UDF est-il un parti respectueux des institutions de ce pays ?

Ca devait être une réponse sur le blog de Sami Aldeeb, mais finalement, je trouve si incroyable ce que j'ai découvert que je préfère en faire un billet. Je suis allé lire le programme politique de l'UDF. Et je me suis aperçu à quel point ce parti représente un danger pour la laïcité. A tel point qu'on peut se demander s'il est normal de le laisser agir. Voici quelques morceaux choisis:

"L’engagement et les principes de l’UDF s’enracinent dans la Bible, parole de Dieu. L’UDF prend au sérieux ses responsabilités envers le Créateur, la société et l’Etat."

On remarquera que le Créateur vient en premier et l'Etat en dernier. A croire que le respect des lois de ce pays passe après le respect des lois de Dieu. Encore plus flagrant:

"L’UDF considère que les dix commandements de la Bible constituent le meilleur fondement pour une vie en société."

Pas les droits de l'Homme, mais la Bible. Les dix commandements comme programme politique. Et on dit que les islamistes sont dangereux ?

"Avec l’invocation « au nom de Dieu tout-puissant » ancrée dans le préambule de la Constitution fédérale, la Suisse rappelle qu’elle se reconnaît dans ces valeurs."

La seule partie de la constitution qu'ils sont capables de citer, c'est justement celle qui devrait en disparaître. Ce préambule entre directement en conflit avec la laïcité de la constitution. C'est une atteinte claire au droit des non-croyants et des fidèles d'autres religions.

"L’UDF s’engage à ce que les valeurs chrétiennes gagnent en influence dans le débat politique suisse, tout en demeurant attachée au principe d’un Etat de droit non confessionnel, démocratique et libre, fondé sur les valeurs chrétiennes. "

Un Etat de droit non confessionnel, démocratique et libre, mais fondé sur les valeurs chrétiennes ? Il faudrait m'expliquer... Et que les valeurs chrétiennes gagnent en influence dans le débat politique. Dieu nous en garde !

"...Elle s’oppose à l’utilisation abusive de la liberté de l’art pour blasphémer la création divine"

Bref, il va falloir apporter une nouvelle restriction à la liberté d'expression: l'interdiction de blasphémer !!! Mais j'y songe, n'était-ce pas une interdiction qui avait cours avant la révolution française ? Des têtes n'ont-elles pas été coupées pour que nous puissions gagner ce droit au blasphème ? (entre autres...)

"Les immigrants se doivent de respecter les valeurs chrétiennes et les lois de l’Etat."


Les lois de l'Etat, ben oui, comme tout le monde. Mais les valeurs chrétiennes, ce ne sont pas celles de ce pays. Les valeurs suisses sont laïques ! Ils n'ont donc aucune raison d'adopter les valeurs chrétiennes.

"Pour des raisons liées au rôle attribué dans la Bible à Israël
, l’UDF reconnaît les prétentions que le peuple juif peut fonder sur les saintes Ecritures, et qui sont également reconnues par la Suisse. L’UDF demande en particulier la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale indivisible de l’Etat hébreu."

Donc, il n'y a plus rien à dire. Les arabes n'ont qu'à se la boucler. La Bible dit que cette terre appartient à Israël, donc il n'y a rien de plus à dire. Et au passage, j'aime beaucoup le "et qui sont également reconnues par la Suisse." Car pour l'UDF, la Suisse c'est eux !!!

Le peuple suisse s'est bel et bien trompé de cible. L'islamisme radical est encore quasiment absent dans notre pays. Par contre, les radicaux catholiques sont bien dans la place et il ne faudrait pas baisser la garde. Pour rappel, voici le jugement de la Cour Européenne des Droits de l'Homme qui avait autorisé l'interdiction du "Parti du Bien-Etre" en Turquie, parce qu'il menaçait directement la laïcité.

Jugement parti Refah 2001

Dans ces conditions, il est évident qu'il existe désormais une jurisprudence qui interdit aux partis politiques de prêcher contre la laïcité. L'attitude de l'UDF me semble donc condamnable...

 

En attendant Paula se fiche pas mal des querelles religieuses.
Tout ce qu'elle demande c'est de pouvoir reprendre son travail
au service de nos ainés.
Pour plus de précisions et pour signer la pétition, voir ici:

http://wipi.blog.tdg.ch/

1575297350.jpg

15:59 Publié dans Politique, Suisse | Tags : udf, chrétiens | Lien permanent | Commentaires (41)

15/12/2009

Copenhague ou la perpétuation des mauvaises solutions

Jusqu'à la fin de la semaine, Copenhague est le centre du Monde. Car c'est là que se tient la grande messe de la nouvelle religion sacralisant la déesse Terre. Les fidèles de tous pays n'ont d'yeux que pour cette ville où les grands de ce monde peinent à finaliser un accord qu'ils appellent de leurs voeux. Mais si on ne peut que convenir que quelque chose doit être fait pour notre avenir, les solutions pronées dans le cadre de ce sommet de Copenhague sont-elles souhaitables ?

Lire la suite

20:43 Publié dans Monde, Politique | Tags : copenhague, traité | Lien permanent | Commentaires (4)

07/12/2009

Les cafés restaurants ont besoin de fumée pour vivre !

C'est ce que j'ai appris aujourd'hui. Sans fumée, ils vont tous disparaître. C'est pourquoi ils préparent une initiative fédérale pour (ré-) introduire la liberté de choix entre établissement fumeur et non-fumeur. Une liberté qui a bien sûr toujours existé sans jamais être appliquée tant le nombre d'établissements non-fumeur a toujours été ridiculement bas. Dès lors, est-il sérieux de dire qu'il s'agit d'une véritable proposition respectueuse des uns et des autres ? Je préfère bien sûr de loin cette manière de procéder à celle des cafetiers genevois qui avaient lancé un référendum contre la loi d'application d'une loi acceptée par 80% du peuple. Tout le monde a le droit de lancer des initiatives et de lancer ou relancer un débat. Et puis au niveau fédéral, le souverain n'a encore jamais été consulté. Il serait donc intéressant de s'y mettre une fois pour toutes. De plus, une initiative n'a pas d'effet suspensif. La loi fédérale sur l'interdiction de fumer pourra donc enter en force malgré l'existence de cette initiative.

Toutefois les arguments des cafetiers-restaurateurs suisses m'interpellent de deux manières. Tout d'abord, le fait qu'on affirme que l'interdiction de la fumée saigne à blanc les responsables d'établissements publics me paraît inconsistante. Je croyais que les cafés et restaurants faisaient leur bénéfice sur les boissons et les plats. Depuis quand la fumée apporte des recettes à ces établissements ? Pour moi elle n'est qu'une nuisance inutile. Et si certains ne survivaient que grace à l'autorisation de fumer, on peut s'intéroger à propos de la qualité du service qu'ils proposent. Et on peut ainsi retourner la question et se demander pourquoi on devrait changer la loi pour permettre à des établissements de mauvaise qualité de survivre...

Ensuite on peut me répondre que si les fumeurs ne se rendent plus dans les lieux publiques, ça diminue les recettes globales de tous les établissements et ainsi le nombre d'établissements en difficulté augmente d'autant. Mais là je m'interroge donc sur les motivations des fumeurs. Je ne me souviens pas d'avoir entendu un fumeur se plaindre parce qu'il ne pouvait pas fumer au cinéma ou au théâtre. Ni parce qu'il ne pouvait pas fumer dans un grand magasin. Et que dire des avions ou des trains où avant il était possible de fumer ? L'interdiction a finalement été bien acceptée non ? Alors pourquoi les lieux de convivialité devraient faire exception ? Après tout, un café n'est pas fait pour fumer mais pour consommer une boisson. Et dans le cas d'un restaurant, la fumée est même une très grande nuisance pour les autres clients. Alors pourquoi serait-il normal de fumer ?

Et puis, cet argument est-il véridique ? Sans citer de chiffres, c'est facile de dire qu'on a plus de problèmes qu'avant. En réalité, des faillites d'établissements, il y en a tous les jours. Il y en a toujours eu et il y en aura toujours. Alors il est un peu facile d'accuser l'interdiction de fumer. Et puis j'ai des fois entendu des fumeurs dire que désormais, ils boivent leur verre et s'en vont. Et bien je ne vois pas en quoi ça diminuerait les recettes des cafetiers, car en quoi un fumeur qui reste à tirer sur sa clope sans consommer rapporte-t-il ? Au contraire, il occupe une table et fait fuir les non-fumeurs... Quant à ceux qui boycottent les bistrots parce qu'ils ne peuvent plus y inhaler leur dope, je pense qu'ils ne tiendront pas longtemps. Dans quelques années, cela paraîtra tellement naturel que la fumée soit interdite qu'on ne se souviendra même plus de ces débats stériles...

05/12/2009

Copenhague ou l'incompréhension entre le nord et le sud

Là où les riches tels que nous doivent dépenser pas mal d'énergie afin d'éviter que la nourriture qu'ils ingurgitent ne les fasse trop grossir, les pauvres du Sud dépensent toute leur énergie à essayer de ramener assez à manger à la maison pour nourrir leur famille. C'est plus ou moins ainsi qu'on peut résumer les différentens positions à l'approche du sommet visant à "sauver le monde" à Copenhague . En effet, durant un siècle, les pays dévelopés ont créé leur richesse en consommant des carburants fossiles sans vergogne et aujourd'hui qu'ils ont atteint un niveau de richesse suffisant, ils tentent d'empêcher les autres d'accéder au même niveau de richesse en leur imposant des restrictions sur les carburants. Ou c'est en tout cas comme ça que les pays du Sud le ressentent. Car le changement climatique, c'est essentiellement une préocupation de riches. La préocupation des pauvres, c'est de manger à leur faim.

Lire la suite

01/12/2009

Peut-on se passer du nucléaire ?

Dimanche, le vote des Vaudois a été totalement occulté par celui sur les minarets. Pourtant, leur choix pourrait avoir une tout autre répercution sur notre avenir et ce pour longtemps. Il est vrai que ce vote sur la reconduction de l'autorisation d'exploitation de la centrale de Mühleberg n'était que consultatif et les autorités ne sont pas forcées de suivre l'avis du peuple. Mais compte tenu de la forte oppositon populaire dans la plupart des cantons consultés, on voit mal comment les autorités pourraient passer outre l'avis populaire.

Lire la suite

29/11/2009

Bravo la Suisse pour ce fiasco

Bravo d'abord au parlement qui a laissé une initiative discriminatoire passer en votation. C'est vrai qu'on peut (éventuellement) se féliciter qu'on puisse parler de n'importe quoi dans ce pays. Mais on peut aussi se demander pourquoi on a pris le risque de laisser le peuple approuver une loi discriminatoire qui ne pourra jamais être appliquée. Je l'avais prédis et ça se produira dès demain: les Verts vont saisir le Tribunal des Droits de l'Homme. Et il y a fort à parier que la loi sera invalidée du fait de la discrimination d'une seule communauté qu'elle introduit dans notre Constitution. Alors que restera-t-il au final ? Une image. L'image d'un pays qui n'a aucun respect pour ses minorités. L'image d'un pays qui se tourne de plus en plus vers son extrême-droite. L'image d'un pays où la démocratie est utilisée pour discriminer.

Bravo aussi aux autorités des communes de Langenthal et Wangen bei Olten. Parce que franchement, il faut bien avouer qu'accorder le permis de construire pour un minaret dans des petites villes comme celles-là, ça tient de l'imbécilité. A Genève, ou Zurich les minarets ne gènent pas du tout. Personne ne fait attention à eux. Mais dans une toute petite ville, il est évident qu'on peut légitimement se sentir envahi. Si on avait été suffisamment intraitable et qu'on n'avait pas accepté la construction d'une mosquée avec minaret dans des villes dont elles violent totalement le style architectural, on n'en serait pas là, ça j'en suis sûr.

Bravo au peuple suisse qui a réussi l'un de ses plus beaux autogoals. Désormais, la porte est grande ouverte pour les Ramadans et autres islamistes pour convaincre les musulmans de ce pays qu'ils sont détestés par le reste de la population Ils vont pouvoir former la nouvelle génération d'islamistes dans les écoles coraniques qu'ils vont pouvoir ouvrir. Et on n'est pas prêt de parler d'un islam à l'européenne qui puisse se détourner de ces gens-là...

Et finalement, bravo au Conseil Fédéral pour sa brillante gestion de l'affaire Kadhafi dont les attaques répétées contre la Suisse, comme le souligne Blondesen sur son blog, ont sûrement grandement profité à l'initiative.  Un peu plus de répondant face à ce sinistre personnage aurait probablement rassuré les Suisses.

Avertissement: si les commentaires deviennent trop virulents ou insultants, et celà qu'ils soient pro ou anti-minarets, les commentaires seront immédiatement fermés et les messages concernés seront effacés sans autre forme de procès.

28/11/2009

Et on continue à croire que les gauchistes sont pacifiques...

Oui on y croit. A chaque fois qu'il y a un évènement qui ne leur plaît pas, il faut qu'ils mettent le feu à la ville. Se croient-ils vraiment au-dessus des lois ? Ah oui, je sais. Ce sont des éléments incontrolables et la GRANDE majorité des manifestations défilent dans le calme. Et bien ce genre de conneries, on en a assez. Interdisons les manifestations. Après tout, il n'y a qu'à Genève qu'on les autorise encore à manifester. C'est vrai que ça ne les empêche pas de faire le bordel. Mais au moins, on peut arrêter toute personne qui outrepasse l'interdiction.

Et puis à quoi ça rime de manifester dans un état démocratique ? C'est comme ça qu'on essaye de contourner la défaite dans les urnes ? On met le feu aux voitures ? On casse les vitrines ? Je comprends tout à fait qu'on manifeste dans les rues de Téhéran ou de Rangoon. Ici, si on veut s'exprimer on en a le droit ! On peut même proposer des lois et les faire voter à la population. Alors à quoi ça rime tout ça ? Est-ce parce qu'ils savent que leurs idées n'ont pas une seule chance face à l'épreuve de la majorité ?

En tout cas, moi je suis sûr que les propriétaires de ces voitures sont des directeurs de banque directement responsables du crash boursier:

DSC00083.jpg
Et tiens. Ce que je trouve bizarre c'est qu'on s'en prenne à une VW en plaque française, mais qu'on laisse la Volvo tranquille. Ca montre bien l'esprit de ces débiles. J'espère que la police va en choper quelques-uns et qu'ils vont en avoir pour des années à rembourser les dégats qu'ils ont commis !

D'ailleurs au passage, il faut dire que les assurances ne payent pas en cas de troubles publics. Alors qui va payer ? Et si on faisait payer les mouvements qui ont demandé l'autorisation de défiler ? Ca ne serait pas normal ? Après tout, ils n'ont qu'à assurer le service d'ordre au lieu de laisser faire et dire ensuite qu'ils n'y sont pour rien et que ce sont des éléments externes qui ont fait le travail...

18/11/2009

Et si on interdisait la religion musulmane ?

Je n'arrête pas de lire un peu partout, sur des blogs défendant l'initiative anti-minarets ou n'importe où ailleurs, que les musulmans sont TOUS dangereux, qu'il n'existe pas de musulmans modérés, que leur but est d'envahir l'Occident pour y imposer la charia et pour mettre des burqua aux Suissesses et autres Européennes. Mais si cette religion est si dangereuse, pourquoi faire un geste aussi vain et inutile qu'interdire les minarets ? Est-ce que les musulmans seront plus modérés sans leurs minarets ? Est-ce que les femmes ne seront plus obligées de porter le voile ou même (pour autant qu'on ait déjà pu en voir en Suisse) la burqua ?

On répond souvent que c'est un premier geste. Qu'il faut bien commencer quelque part. Et bien je réponds par cette question: pourquoi commencer par quelque chose qui ne sert à RIEN ? Pour mettre au pas les jeunes qui font des excès de vitesse, doit-on leur interdire de repeindre leur voiture ? Pour empêcher les cambrioleurs de commettre leurs méfaits, doit-on leur interdire de porter des couleurs foncées ?  Est-ce qu'un cardiologue guérit une tachycardie simplement en détournant le regard de l'ECG? Alors pourquoi s'en prendre à quelque chose de pûrement visuel si on pense qu'il y a un véritable problème ?

Après tout les Romains, lorsqu'ils se sont aperçus que la religion chrétienne était sur le point de les conquérir, l'ont bien interdite. IIls avaient d'ailleurs bien raison de penser que cette religion était dangereuse. Les millénaires qui ont suivi l'ont bien prouvé. lIs ont donc pris leurs responsabilités. Et l'Empereur Néron dans toute sa bonté, en a profité pour envoyer les récalcitrants jouer avec des gros chats dans le Collisée ! Pour tout le plaisir du bon peuple. Des jeux et du pain, c'était tout ce qu'il fallait pour faire le bonheur de la plèbe à ce qu'on disait ! Alors on pourrait les imiter non ? Ça ne les a pas empêché d'être conquis et de disparaître 300 ans plus tard. Mais en attendant, ils se sont bien amusés au moins !

16/11/2009

Le Conseil d'Etat qu'on attendait

Oui, cette élection d'hier ne nous aura apporté aucune surprise. Comme on pouvait s'y attendre, le MCG n'a pas fait son entrée au Conseil d'Etat. Comme on pouvait s'y attendre, la droite reprend la majorité au détriment des Socialistes en déroute. Comme on pouvait s'y attendre, c'est Véronique Pürro qui en fait les frais. Et comme on pouvait s'y attendre, les cinq sortants passent la rampe sans trop de difficultés. Finalement, un scrutin majoritaire, où les coalitions préfèrent ne pas présenter trop de candidats de peur de faire de l'ombre à leurs sortants, c'est vraiment peu enthousiasmant. On aimerait un peu plus de confrontation. On aimerait des coalitions gouvernementales qui présentent chacune 5 ou 6 candidats, pour avoir vraiment le choix. Bref, on aimerait pouvoir faire mieux que réélir les sortants faute de mieux. Certes, on a eu un taux de participation record, mais tout de même, 46% ça n'est pas très glorieux. Et ce genre d'élections où on n'a finalement le choix qu'entre 8 candidats sérieux pour 7 places ne va pas aider à plus intéresser la population !

Lire la suite

12/11/2009

Pour interdire la vente d'armes, il faudrait commencer par définir ce qui est une arme

Il est tout à fait clair qu'un pays neutre ne doit pas vendre d'armes à l'étranger, si elles risquent d'être utilisées dans des conflits. La Suisse met d'ailleurs beaucoup de moyens à s'assurer que les dérapages puissent être évités. Mais l'initiative du GSsA veut aller plus loin et veut interdire toute vente d'armes à quelque pays que ce soit, afin d'éviter que puisse exister toute possibilité de dérapage, au nom du principe de précaution. Cela pourrait avoir un sens, mais il faut voir que cela mettrait fortement en danger notre indépendance sur le plan militaire.  Car particulièrement au niveau des munitions, il est important de posséder une fabrication locale, car en cas de guerre, nous ne pourrions compter que sur nous-mêmes. Et une industrie qui ne se limiterait qu'à nos besoins locaux n'a pas une seule chance de survivre. Sans parler des emplois, qui quoi qu'on dise, ne pourraient pas être maintenus si la loi passait. En effet, une reconversion, bien que possible, ne peut pas se faire du jour au lendemain. Un appareil industriel nécessite beaucoup de moyens pour le reconvertir et le choix le plus simple serait la fermeture pure et simple.

Mais voilà, le GSsA met en avant de rares dérapages pour justifier cette interdiction. Le cas exposé le plus généralement est celui de ce Pilatus PC-9 que le Tchad a employé pour bombarder des populations.

Mais il est clair que l'ensemble de la gamme de Pilatus est constitué d'avions d'entraînement et non d'avions de combat ! Ils ne peuvent donc en aucun cas être considérés comme des armes !

Pilatus.jpgD'ailleurs, bien qu'excellents pour l'entraînement des pilotes, ces avions font de piètres avions de combat. En effet ils ne disposent d'aucune défense contre la DCA, ni contre-mesure, ni avionique sophistiquée, ni flares, etc...  Autant ré-équiper des avions de la seconde guerre mondiale, qui au moins avaient été construits pour le combat ! Si le Tchad les a équipés pour le combat, c'est qu'ils disposent d'une aviation moyen-âgeuse. Voire d'aucune aviation de combat. Sans cela, ils n'auraient même pas jugé utile d'y penser. A ce niveau, on peut imaginer que s'ils n'avaient pas eu le PC-9, ils auraient armé des ULM !

De plus, il s'agit D'UN SEUL AVION ! Doit-on revoir toute notre politique juste parce qu'un pays a utilisé un avion d'entraînement construit chez nous pour la guerre ? Et un avion qui n'est pas défini comme du matériel militaire ? Celà en total désaccord avec les prescriptions strictes d'utilisation fixées par la Suisse au moment de la vente ?

Et maintenant, si le PC-9 doit être considéré comme une arme, où est la limite ? Doit-on arrêter de vendre des montres parce que des commandants peuvent les utiliser pour synchroniser une attaque ? Doit-on arrêter de vendre des machines parce qu'elles peuvent être utilisées pour fabriquer des munitions ? Doit-on interdire à Logitech de vendre ses produits hors de Suisse, parce qu'ils peuvent équiper des ordinateurs d'armées de pays en guerre ? (ce qui est certainement le cas d'ailleurs...) Doit-on interdire à Novartis ou Roche de vendre des médicaments à l'étranger parce qu'ils pourraient être utilisés pour renforcer une armée ? Doit-on interdire aux chocolatiers ou aux fromagers de vendre à l'étranger parce que leurs produits peuvent apporter de l'énergie à des soldats ?

Alors oui, finalement il est possible que pour un pays neutre, il soit un peu hypocrite de vendre des armes à l'étranger. Ceci dit, un pays qui ne disposerait pas d'industrie d'armement ne peut en aucun cas s'assurer de l'indépendance de son armée. Et à notre époque, une industrie militaire qui n'aurait pour seul débouché que notre minuscule marché intérieur n'aurait aucune chance de survivre. A ce niveau-là, autant donner les clés de notre défense à nos voisins, moyennant payement en échange ! Mais d'ailleurs, c'est probablement là que le GSsA veut secrètement en arriver...

S'il faut faire quelque chose finalement, c'est peut-être plutôt assouplir notre neutralité. Voir la supprimer totalement. Accepter qu'à une époque de globalisation, où nous sommes durablement en paix avec tous les pays qui nous entourent, il soit préférable de collaborer avec eux dans le domaine militaire, plutôt que de continuer à nous voir comme une place forte isolée du monde. Jusqu'à la fin de la guerre froide notre neutralité avait (peut-être) encore un sens. Aujourd'hui, je la trouve totalement dépassée.

Si nous collaborions à l'OTAN, cela nous apporterait d'une part de nombreux avantages sur le plan de l'armement, à commencer par la compatibilité des systèmes d'armement et de commandement, la possibilité de nous entraîner à l'étranger, de participer à des opérations jointes, pour autant qu'on le souhaite, etc... Nous bénéficierions également de l'entraide des pays membres. Dans ce cas, il est probable que des pays tiers hésiteraient un peu plus avant de s'en prendre à nous. (Par exemple la Lybie qui prend bien garde de ne pas se mettre à dos l'organisation...) Et surtout, nous éviterions des couacs comme le refus de participer à l'opération Atalante, alors que le respect des conventions internationales nous y engageait. (voir ce billet) Et nous pourrions nous permettre d'avoir une armée de métiers, avec des spécialisations en ce qui concerne l'intervention à l'étranger, par exemple en la limitant à des opération de police, de maintien de la paix et à caractère humanitaire. Cela représenterait une adaptation assez difficile, mais finalement la seule à pouvoir restaurer une certaine cohérence dans notre politique internationale.