24/09/2009

Le Conseil de Sécurité souhaite dénucléariser le monde !

champignon-atomique-283px.jpgC'est en tout cas ce qui a été affirmé aujourd'hui à New York. Et comme c'est un sujet qui me tient particulièrement à coeur, ça m'a fait très plaisir. En effet, dans ce billet, j'avais appelé de mes souhaits que l'organe exécutif de l'ONU, et ses cinq membres permanents en particulier, s'engagent dans ce sens afin que disparaisse cette épée de Damocles au-dessus de nos têtes.

Voici ce que j'avais écrit :

"Alors, à défaut de réinventer un monde sans arme nucléaire, pouvons-nous encore inventer un monde dénucléarisé ? Les nations nucléaires actuelles, à commencer par les Etats-Unis, peuvent-elles abandonner cette arme alors que n'importe qui pourrait un jour se la procurer et menacer le monde entier ? En fait, je pense que ça serait bien plus facile de faire respecter un traité de non-prolifération, si quelques états ne se gardaient pas le triste privilège de faire planer une telle menace sur le monde. La fin de la prolifération passe sans doute par le désarmement. Si une interdiction totale était le but du conseil de sécurité de l'ONU, je pense que, moyennant des pressions, on pourrait y faire adhérer l'ensemble des nations. Alors nous pourrions peut-être entrevoir le bout du tunnel. Et mettre fin à plus de soixante ans de folie."

Aujourd'hui je le pense plus que jamais. Un monde dénucléarisé est une utopie. Mais les utopies d'aujourd'hui feront les réalités de demain. Pour que les prochaines générations vivent dans un monde qui ne risque pas de disparaître à chaque instant dans une gerbe d'étincelles, il faut que notre génération s'engage pour la disparition de ces armes de folie.

20/09/2009

Bienvenue M. Medvedev !

En Europe, le Président russe Medvedev ainsi que le Premier Ministre Poutine ont plutôt mauvaise presse. Ils sont régulièrement accusés de fascisme dans nos journaux, que ça soit dans leur politique intérieure ou dans leurs relations internationales. Mais il faut voir que sur le plan intérieur, ils font face à une corruption et une mafia dont nous n'avons que très peu idée. S'ils veulent mettre de l'ordre dans leurs institutions, il faut y mettre beaucoup de moyens policiers. Et la démocratie en souffrira forcément. Quant aux manoeuvre politiques qui ont permis à Poutine de rester plus ou moins au pouvoir, elles ne sont pas si éloignées de celles que pratiquent certains de nos voisins. En particulier l'Italie, où Berlusconi semble s'accrocher au pouvoir depuis des lustres.

Au Sud de ce grand pays, des fondamentalistes musulmans tentent de faire la loi. Là aussi, lorsqu'on reproche leurs errements, bien réels, aux Russes ils faut aussi tenir compte de ce fait. C'est vrai que la Tchétchenie est tenue d'une main de fer. C'est vrai qu'il faudra qu'ils trouvent un jour une solution. Mais se rappelle-t-on de ces prises d'otage meurtrières auxquelles ils ont dû faire face il y a quelques années ? La menace intégriste, ils savent ce que c'est. Et ils ont des raisons de se sentir plus menacés que nous.

Et que dire de la politique de l'ancien Président américain, qui par son expansionnisme tentait d'entrer très profondément dans la sphère d'influence de la Russie ? L'Ukraine et la Georgie en particulier sont des Etats qui par le passé faisaient partie de l'Empire soviétique. Il est forcément difficile pour les russes d'imaginer ces deux pays faire partie de l'OTAN. Et c'est la raison de leur actuelle mauvaise entente avec la Russie. Dans le cas de la Georgie, "mauvaise entente" c'est même un euphémisme. Ces pays ont bien sûr droit à l'autodétermination. Mais pour éviter que cette entrée dans l'OTAN s'accompagne d'une trop grande perte d'influence régionale pour la Russie, ne devrait-on pas associer la Russie à cette organisation ? On peut même aller plus loin : depuis la dissolution du Pacte de Varsovie, cette organisation a-t-elle encore un sens ? Ne faudrait-il pas la fondre dans une alliance militaire plus globale, mieux adaptée aux menaces actuelles ? En particulier, les mêmes menaces que celles que connaissent l'Europe ou l'Amérique du Nord pèsent aussi sur la Russie ou le Japon. Et quand on a des intérêts communs, il est préférable de s'allier.

Quant au bouclier anti-missiles, il est vrai que les gesticulations des Russes pouvaient étonner. Il ne s'agit que d'une arme défensive, et ils ne peuvent se sentir menacée par elle que s'ils voient leur propre arsenal militaire comme une défense contre celui de l'OTAN. Il faut donc croire que c'est bien ce qu'ils pensent. Alors le problème n'est pas le bouclier anti-missiles, mais bien la menace que représente l'OTAN dans leur esprit. Si M. Obama veut relancer ses relations avec la Russie, il faudra donc crever cet apcès. La solution n'est pas d'abandonner le bouclier anti-missiles comme il l'a annoncé cette semaine, mais bien d'intégrer la Russie dans ce bouclier. Pour lui prouver que la Russie n'est pas considérée comme une menace et pour prouver en même temps que l'OTAN peut aussi protéger la Russie. D'autant que la menace, qu'elle soit iranienne ou nord-coréenne, est elle bien réelle. Il ne faut pas baisser la garde et montrer de la fermeté à ces deux pays.

Bref, demain et après-demain, notre pays reçoit en grandes pompes ce Président russe si peu aprécié par nos médias. Les droits de l'Homme et la démocratie seront sûrement abordés. Mais le principal sujet de discussion sera sans doute économique. Va-t-on importer du pétrole russe pour remplacer celui des Kadhafi ? Va-t-on importer du gaz russe à la place de celui de l'Iran ? L'avantage en tout cas, c'est que Medvedev n'imposera pas à Micheline Calmy-Rey de porter le voile pendant leurs discussions ! Et bien sûr, la Russie est déjà un partenaire financier important pour nos banques. Un accord de double-imposition serait donc le bienvenu.

Je pense donc que nous devons accueillir comme il se doit le Président de ce grand pays qui nous fait l'honneur de sa visite. Pour montrer ses bonnes intentions, il s'est fait précéder de deux beaux oursons pour remplir notre fosse aux Ours si vide aujourd'hui. C'est à prendre comme un cadeau destiné à montrer ses bonnes intentions, comme la diplomatie en faisait beaucoup par le passé. Et je suis sûr que sa visite débouchera sur une grande amélioration de nos relations billatérales. Un accord de libre échange n'est d'ailleurs pas exclu. Et par les temps qui courent, avoir de bonnes relation avec un grand état est suffisamment rare pour être souligné. Je dis donc bienvenue à M. Medvedev, et j'espère que mes compatriotes ne vont pas lui réserver un accueil trop glacial. S'il se sent bien dans notre pays, si en particulier on ne lui prépare pas des manifestations dans chaque lieu où il passera, il pourrait être bien plus enclin à améliorer les relations entre nos deux pays.

 

08/09/2009

Le droit de la mer et la piraterie

Aujourd'hui, le Conseil des États a voté favorablement à une intervention d'une trentaine d'hommes dans le Golfe d'Aden, en soutient de l'opération internationale Atalante, visant à maintenir ouverte l'une des voies maritimes les plus importantes du monde. L'enjeu est particulièrement crucial si l'on pense qu'en cas de fermeture de cette voie, c'est le canal de Suez qui serait lui aussi fermé. Et tout comme les autres pays européens, nous dépendons beaucoup de l'existence de ce canal. Malgré tout, cela fait bien sûr débat, mais finalement, la Suisse a-t-elle le choix ? Elle est signataire de la convention du droit de la mer, la version moderne de l'un des plus anciens traités internationaux, et à ce titre elle est tenue d'en appliquer les termes.

Lire la suite

06/08/2009

Il y a soixante-quatre ans, Hiroshima...

CGP-038.jpgIl y a soixante-quatre ans aujourd'hui, le 6 août 1945 Paul Tibbets pilotait l'Enola Gay, un B-29 transportant une charge spéciale, un prototype qui devait être utilisé pour la toute première fois dans une attaque réelle. Une bombe d'un tout nouveau type qui n'avait été testée pour la première fois que deux semaines auparavant. C'était l'accomplissement du projet Manhattan qui avait mobilisé de nombreux physiciens depuis des années. Et ce projet avait accouché d'un monstre. "Little boy", la bombe à laquelle Tibbets faisait traverser le Pacifique, avait une puissance phénoménale. Pour la première fois depuis le début de la guerre, un seul avion, occupé par un petit équipage, avait le pouvoir de raser toute une ville.

La deuxième guerre mondiale était une sale guerre. Peut-être une des pires de toutes. Les nations du monde entier se sont déchirées durant six années. Combien de villes ont été rasées par des tapis de bombes ? Combien de vies innocentes ont été anihilées à jamais par cette violence inouie hiroshima_champ.jpg? Ne fallait-il pas que ça cesse ? Deux petites villes martyres ne valaient-elles pas toutes les vies sans doute économisées par la suite grâce au point final que cet évènement à mis à la guerre ? C'est une question dont on pourrait parler pendant des heures. Sur l'instant, je suppose que ce terrifiant déferlement de violence avait un sens. Tout le monde en avait assez. Les militaires voulaient rentrer dans leurs foyers. Les autres voulaient retrouver la quiétude de la paix. Il était temps que tout cela cesse. Mais si une réflexion sur le plus long terme avait eu lieu, il est possible que toute la folie qui a suivi aurait pu être évitée.

Ainsi, si à l'époque Little boy ainsi que son successeur "Fat man", largué sur Nagasaki trois jours plus tard, ont eu le pouvoir de précipiter la fin de la guerre, le développement de l'arme nucléaire a aussi eu pour conséquence de plonger le monde dans la terreur pour des décennies. Trente-cinq années de guerre froide ont suivi la fin de la guerre. Une guerre froide sur fond de course aux armements, menant en définitive à l'absurde situation où chaque camp possède le pouvoir de raser l'ensemble de la planète plusieurs fois. Une guerre froide qui a mis face à face les anciens alliés. Une guerre froide enfin, dont les ferments sont toujours présents et qui pourrait être relancée à n'importe quel moment.

Et même si la guerre froide est terminée, lui a succédé une menace encore plus grande : la prolifération. Désormais n'importe quel état peut se doter de l'arme suprême. Et les pires dictateurs ne se gênent pas de lancer des programmes nucléaires très ambitieux. Kim Jong Il, le leader nord-coréen, est même à un cheveu de parvenir à faire aboutir le sien. Désormais le temps est compté. Si le monde ne veut pas se réveiller un matin et s'apercevoir qu'il faut désormais compter avec une Corée du Nord devenue puissance nucléaire, il ne faut plus tarder à montrer les dents pour faire cehiroshima_afterbomb.jpgsser ce programme. Barack Obama a exhorté les nord-coréens à cesser ces provocations. Mais je pense qu'il se trompe lourdement s'il croit qu'il ne s'agit que de provocations. Et il pourrait ainsi se rendre responsable d'une erreur historique. Une erreur qui conduira le monde dans une nouvelle escalade. Pour éviter cela, il n'y aura qu'un seul moyen : mouiller sa chemise et montrer sa puissance. La diplomatie que l'administration américaine déploie sans cesse est perçue par la Corée du Nord comme une faiblesse. A raison sans doute...

Aujourd'hui, durant la commémoration de l'attaque, le maire d'Hiroshima a plaidé pour un monde sans arme nucléaire dans vingt ans. Il s'agit clairement d'une utopie. Mais c'est une utopie dans laquelle je veux croire. Le vingtième siècle aura été le siècle de la guerre et de la destruction. Faisons du vingt-et-unième siècle celui de l'espoir et du progrès...

20:12 Publié dans Histoire, Monde | Tags : hiroshima | Lien permanent | Commentaires (4)

27/07/2009

Merci Le Monde pour ce fou rire du jour !

Oui merci ! Quel bon moment j'ai passé en lisant ceci ! Votre journal est toujours prêt à relayer n'importe quelle dépêche, même la plus idiote qui soit, pour autant qu'elle aille dans le sens de votre pensée écolo-dominante. Et là je dois dire que vous faites fort:

http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/07/26/le-nivea...

Des prédictions comme celle-là, je peux en faire des tas ! En 2100, la population mondiale se situera entre 1000 et 20 milliards d'humains ! En 2100, dans le village de Pétaouchnock, il tombera entre 2 et 200'000 mm de pluie ! En 2100, le nombre de morts sur la route se situera entre 0 (si la sécurité routière est renforcée d'ici là) et 20 milliards ! (la population mondiale maximale, voir ci-dessus !) En 2100, on mangera entre 40 et 20'000 kcal par jour ! Et même celle-là : en 2100 les poules auront entre 1 et 40 dents !(bon là d'accord, je m'avance...)

Franchement, comment peut-on qualifier les auteurs de ces prévisons de "scientifiques" ? Les océans vont monter de 7 à 82 cm ! Avec une marge d'incertitude pareille, il n'y a qu'une chose dont on puisse s'étonner : comment se fait-il que leurs modèles n'aient jamais pronostiqué d'abaissement du niveau ? Ah mais oui, suis-je bête. C'est sans doute arrivé. Mais si on publie ce genre de résultats, on peut dire aurevoir à ses crédits d'étude ! Alors un minimum de 7 cm ça devrait aller, hein ?

Et puis l'avantage, c'est que non seulement ils ne se mouillent pas trop, (c'est le cas de le dire) mais le mieux c'est qu'en 2100, tous ceux qui peuvent lire ce rapport aujourd'hui seront morts ! Alors il n'y aura plus personne pour vérifier ces prédictions ! Génial non ? Le truc idéal pour ne prendre aucun risque ! Et dans le genre, l'ultime prédiction est encore plus géniale : "L'IMPACT SUR LE NIVEAU DES MERS DU RÉCHAUFFEMENT SE POURSUIVRA PENDANT DE NOMBREUX SIÈCLES" D'une part, ils se mouillent encore moins sur ce coup, mais en plus, ils sont vraiment sûrs que l'ensemble des lecteurs du Monde et des autres feuilles de chou qui ont relayé cette information seront oubliés depuis longtemps par leurs propres ancêtres ! Ces derniers les maudiront d'ailleurs à jamais pour avoir provoqué une montée durable des océans DE 7 CM !!! Vous vous rendez compte l'état des plages dont 7 cm auront disparu à jamais ? Elles ne seront plus jamais les mêmes. Que c'est triste...

Bon au moins, je vois un point positif dans cette dépêche. Désormais, on annonce moins d'un mètre d'augmentation du niveau des océans. Peut-être qu'on s'éloigne gentîment de l'alarmisme hystérique pour revenir à la raison. Et pourtant, en fouillant les sites et les blogs écolos, on n'a malheureusement aucune peine à trouver ce genre de choses:

http://blog.francetv.fr/EUROPE195720072057/index.php/2008...

Et ça n'est qu'un exemple au hasard. Les prédicateurs du dimanche sont légion. Et quand on sait qu'il faudra 91 ans pour vérifier leurs prédictions, ils ont encore de beaux jours devant eux...

Au passage, félicitations à la Tribune pour ne pas s'être fait l'écho de cette dépêche absurde. Ca m'évite ainsi d'avoir à me moquer de mes hôtes...

22:15 Publié dans Monde, Science | Tags : niveau, océans, 2100 | Lien permanent | Commentaires (2)

26/07/2009

Complexe supergéant à La Mecque

Confrontée à un affux toujours plus grand de pélerins, La Mecque, lieu saint le plus important de l'Islam a décidé de la construction d'un complexe résidentiel géant pouvant loger jusqu'à 65'000 personnes. Cela peut paraître étonnant pour une ville qui n'avait jusqu'alors presque jamais construit en hauteur. Lorsqu'elle sera inaugurée l'année prochaine, la plus haute tour du complexe prendra même provisoirement la seconde place du classement mondial des plus hautes tours avec pas loin de 600 mètres, loin derrière la Burj Dubai bien sûr, mais bien devant la Taipeï 101, la plus haute tour du monde pour quelques mois encore. Elle ne devrait toutefois garder cette seconde place que deux ans car la Shanghai Tower puis la Spire Tower devraient assez rapidement la dépasser.

terminé.jpg

Non seulement la hauteur de ce complexe de sept tours construites sur un socle unique peut surprendre dans une ville où les immeubles ne cherchent presque jamais à rivaliser avec les minarets de sa grande mosquée, mais c'est surtout la lourdeur de la construction qui semble écraser tout ce qui l'entoure, à commencer par la mosquée à laquelle elle fait face. Constuire une aussi énorme structure au coeur d'un quartier comme celui-ci, c'est un peu comme si on rasait toute la vieille-ville à part la cathédrale et qu'on construisait un gigantesque bâtiment unique sur la surface ainsi libérée ! Pour moi, c'est bien là l'expression d'un urbanisme totalement raté qui dénature gravement l'image de la ville.

construction.jpg

Je peux comprendre ce besoin d'offrir plus de surface résidentielle aux plus riches pélerins. Je peux même comprendre qu'on cherche à rénover l'image de La Mecque. Mais n'aurait-il pas été préférable de construire plus loin de la mosquée ? N'aurait-il pas fallu construire plusieurs bâtiments séparés pour éviter de créer une gigantesque structure qui écrase tout le reste de la ville, à commencer par la mosquée en contrebas ? Bref, on l'aura compris, je suis assez circonspect devant cette réalisation architecturale. Pour moi qui aime l'architecture élancée, c'est même le bâtiment géant actuellement en construction le plus laid qui soit. Ce à quoi ça me fait le plus penser finalement, c'est à la Bucarest idéale telle que l'avait rêvée Ceausescu et qui n'a heureusement jamais été réalisée.

construction2.jpg

15/07/2009

La nano thermite et le WTC

Suite à un commentaire de Johann, je me suis pas mal intéressé aux théories alternatives concernant le 11 septembre ces derniers temps. J'ai toujours été assez réceptif à ce genre de théories, compte tenu des nombreux points étranges que la résolution de l'enquête comporte, en particulier la facilité avec laquelle le FBI a trouvé des preuves impliquant les terroristes désignés ainsi que l'organisation Al Quaida à laquelle on dit qu'ils adhéraient. Toutefois, je n'ai jamais pensé qu'Al Quaida n'y était pour rien. Je pensais que tout au plus, l'Etat était plus ou moins au courant de ce qui se tramait et a laissé faire pour provoquer une sorte de second Pearl Harbor lui permettant de justifier sa guerre contre le terrorisme.

Toutefois, depuis quelques mois il y a de nouvelles preuves. Preuves qui impliquent qu'il y avait au moins quelqu'un d'autre impliqué dans les attentats. Que les avions n'étaient pas la seule cause de l'effondrement des 3 tours du WTC. Et même pas sa cause principale. Et ces preuves ont été collectées par des scientifiques qui ont publié leurs résultats dans un journal scientifique avec révision par les pairs ! (peer reviewed) Dans ces conditions, il devient difficile de parler d'hurluberlus timbrés qui se croient dans X-Files...

Lire la suite

11/07/2009

Et à Shanghai, quoi de neuf ?

Jadis petit port occupé par plusieurs états colonisateurs, Shanghai est aujourd'hui devenu le symbole de cette Chine progressiste, à l'économie si florissante. Métropole chinoise, la ville compte ainsi les plus grands immeubles de Chine populaire. (et non de Chine tout court, car le plus haut immeuble du monde, la Taïpei 101, se trouve pour quelques mois encore à Taïpei...) Et si la croissance de sa population est parfaitement maitrisée contrairement à beaucoup d'autres grandes villes asiatiques, sa croissance en hauteur donne le vertige. Le quartier financier de Pudong est en effet le théâtre d'une course au gigantisme ressemblant fortement à celle qui prévaut à Dubaï.

shanghai.jpg

Dernier avatar, le Shanghai World Financial Centre a ouvert ses portes l'année passée. Second plus grand immeuble du monde avec ses 492m100px-SWFC_Jul08.jpg et ses 101 étages, la tour biseautée possède tout de même deux records, celui de l'étage occupé le plus haut du monde, ainsi que celui de la plateforme d'observation la plus haute du monde. Ces deux records vont toutefois tomber d'ici la fin de l'année, lorsque la Burj Dubaï sera inaugurée. Le World Financial Centre est en grande partie dévolu au domaine commercial comme c'est souvent le cas. Toutefois il contient aussi l'hôtel le plus haut du monde, le Park Hyatt Shanghai.

Personnellement, j'apprécie particulièrement son style architectural hors du commun et audacieux. On voit à quel point les architectes du début du 21ème siècle ont décidé d'en finir avec les horribles cubes de béton et d'acier qu'ils construisaient si souvent vers le début du dernier quart du 20ème siècle.

Bref, Shanghai détient la seconde place et ne compte pas la perdre. Elle la perdra toutefois, puisqu'à la fin de l'année, le World Financial Center passera à la troisième place. Mais elle compte bien la récupérer en 2014, lorsque son prochain grand projet en construction sera inauguré !

Lire la suite

09/07/2009

Ainsi fond, fond, fond...

Etrange comme ce résultat tombe à point nommé, juste avant le G8. Cette nouvelle a-t-elle eu une influence sur les décisions des grands de ce monde ? En tout cas, il semble évident qu'ils ont cédé à l'alarmisme ambiant. Ainsi les glaces arctiques fondent à vitesse grand V. Cet article résume bien la manière dont ces données sont présentées :

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d...

L'article rappelle que certains annoncent une disparition de la glace en été en 2012 déjà, participant ainsi à l'alarmisme général ! Cet article se prétend scientifique mais en relayant de pareilles absurdités, il se discrédite déjà... Bref, comparons maintenant les indications de cet article avec le graphique de la surface glacée de l'Arctique.

current.area.jpg
On voit que chaque année, la surface glacée entre l'hiver et l'été varie fortement. La glace restante en été constitue la glace persistante. Et que voit-on d'autre ? Oui entre 2005 et 2007, une diminution claire de l'étendue glacée s'est produite en hiver. Et au cours de l'été 2007 ce qui devait arriver est bien arrivé : les glaces persistantes ont cédé et l'extension des glaces a fortement diminué. Cette nouvelle n'avait bien sûr pas manqué d'être relayée par la presse du monde entier. Et même si la situation semble être en train de s'améliorer, on continue à nous dire que l'Arctique va bientôt être libre de glace. En effet, aucun compte n'est tenu de l'année passée et de l'année en cours. Car ce qu'on peut voir, c'est que les hivers de ces deux années, si elles ne marquent pas un total retour à la normale, montrent que la glace se reconstitue lentement. Et même si la glace formée en hiver est fragile, (elle a malheureusement en grande partie fondu l'été passé) il n'en reste pas moins que la situation est en train d'évoluer de manière positive. Pour se prononcer sur l'état des glaces cet été, il faudra encore attendre le mois de septembre, traditionnel minimum d'extension des glaces.

Toutefois, le résultat est déjà connu. Car quel que soit le minimum d'extension des glaces arctiques cette année, on nous dira que les glaces persistantes ont diminué. Car, et c'est là la manipulation, il ne suffit plus que la glace soit conservée durant l'été pour être considérée comme persistante ! La notion de glaces multi-annuelles a en effet été introduite. Cela permet de s'assurer que la glace créée depuis 2007 ne soit pas considérée comme de la glace persistante...

Et mieux, si on compare le pic de 2004 avec celui de 2008, ils sont pratiquement identiques. Cet article en rend-il compte ? Absolument pas. Mais il se garde bien de mentir. Au contraire on ne nous parle que de l'épaisseur de la glace, celle-ci étant forcément moins épaisse compte tenu de l'évènement qui s'est produit entre ces deux années et qui a fortement fragilisé la glace. On nous dit aussi que la surface de glace jeune a augmenté. Ce qui devrait être considéré comme une bonne nouvelle puisque ça montre une reconstitution partielle de la banquise est ainsi transformé en catastrophe...

Bref, les alarmistes n'arrêtent pas de dire qu'il ne faut pas tenir compte de périodes trop courtes car les évènements climatiques courts ne sont pas représentatifs. Pourtant quand ça les arrange, ils sont capables de présenter des données de manière à influencer les conclusions tirées par le lecteur. Une seule chose positive, les auteurs de cette étude affirment que ces changements sont dûs au réchauffement de de l'atmosphère et à des modifications de la circulation des glaces à la surface de l'océan. Tout cela est sans doute exact et ils se gardent bien de faire le lien avec le CO2. Car si le réchauffement est réél, cela ne veut pas dire que l'homme en soit totalement responsable ! D'autres causes, mal connues, peuvent aussi entrer en ligne de compte et essayer de faire croire que la science climatique est parfaitement connue est un mensonge. Toutefois, il est évident que la manière alarmiste avec laquelle sont présentées ces données et le hasard du calendrier a bien dû jouer un rôle dans les décisions prises par le G8.

14:00 Publié dans Monde, Science | Tags : glaces arctiques | Lien permanent | Commentaires (0)

27/06/2009

Freedom Tower vs Spire Tower

Après avoir parlé des plus grands projets de Dubaï ici et ici, j'ai décidé de parler des projets états-uniens. Certes, on n'y construit ni aussi grand, ni aussi vite que dans la grande ville commerciale du Golfe. Mais tout de même, on ne peut pas accuser les Américains de manquer de vision. Les projets y sont toujours aussi grandioses et les deux villes américaines les plus hautes continuent de voir toujours plus grand.

Lire la suite

17/06/2009

Je rêve d'un monde sans arme nucléaire

Et si nous réinventions un monde où la bombe atomique n'aurait jamais été inventée ? Ce rêve est bien sûr totalement utopique. Ce qui a été inventé ne peut plus être désinventé. Nous sommes condamnés à vivre dans ce monde où l'Homme sait fabriquer des armes nucléaires. Et c'est là qu'on peut critiquer l'inconscience de ces scientifiques qui ne se sont pas aperçus des conséquences de ce qu'ils inventaient. Certes, sur l'instant, ça avait dû ressembler à une plutôt bonne idée. La guerre faisait rage et posséder une arme qui permettrait de terminer cette guerre rapidement et avec un minimum de pertes dans ses propres rangs était un but qui semblait s'imposer. D'autant que l'Allemagne tentait elle aussi de se la procurer et il importait d'en disposer avant elle.

Mais qu'en a-t-il été depuis ? D'autres pays, Union Soviétique en tête se sont mis à fabriquer cette arme. La course aux armements a été lancée dès la fin de la seconde guerre mondiale. Et la puissance de ces armes a rapidement décuplé. Cette arme, qui avait été vue par ses inventeurs comme un moyen de terminer rapidement la guerre, s'est transformée en instrument de fin du monde. Seule la peur de l'annihilation réciproque aExplosion-Nucleaire-1.jpg permis à ce monde de rester propice à la vie.

Durant une quarantaine d'années, l'équilibre de la terreur s'est ainsi maintenu. Puis l'Union Soviétique a baissé les bras et nous avons pu enfin souffler. Seulement, à peine la guerre froide s'est-elle terminée qu'un nouveau danger est apparu : celui de la prolifération. Aux cinq puissances nucléaires "classiques", à savoir les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France et la Grande-Bretagne, se sont rapidement ajoutées trois nouvelles. L'Inde, le Pakistan et Israël. Et si ces trois pays ne font pas trop craindre qu'ils puissent être les artisans d'un holocauste mondial ou même régional, trois autres pays beaucoup moins fréquentables leur ont immédiatement emboité le pas.

L'Irak, l'Iran et la Corée du Nord ont tous conduit des programmes nucléaires plus ou moins sérieux. Plus ou moins, car il s'est finalement avéré que l'Irak avait abandonné depuis longtemps son programme, contrairement aux accusations proférées par l'administration américaine. L'invasion du pays avait donc été conduite sous un prétexte fallacieux. Et le premier de ces trois pays, qui pour Georges Bush constituaient "l'axe du mal" était pour finir très loin de pouvoir devenir une puissance nucléaire. Doit-on pour autant généraliser ? Certainement pas, car les deux autres puissances nucléaires potentielles conduisent des programmes nucléaires bien plus sérieux.

En effet, l'Iran n'a jamais cessé ce programme. Il semble même avancer à grands pas. Et surtout, la Corée du Nord semble à bout touchant. Désormais ça n'est peut-être plus qu'une question de mois avant que ce pays ne dispose d'armes nucléaires viables et de missiles pouvant atteindre leurs voisins et même le territoire des Etats-Unis.

Il serait temps que le monde se réveille. Car laisser ces deux pays ou même un seul d'entre eux posséder l'arme nucléaire nous ferait replonger dans une nouvelle guerre froide. C'est totalement intolérable. Et il faut le faire savoir aux gouvernements de ces deux pays, si avides de pouvoir. Ils doivent comprendre que jamais on ne les laissera atteindre leur but. Car si une intervention devenait indispensable, elle devrait se faire avant que ces pays disposent d'armes nucléaires. Ensuite, cela deviendrait totalement impossible, le risque d'embrasement devenant insupportable.

On le voit, les scientifiques qui ont découvert la fission de l'atome ont créé un monstre que personne ne peut contrôler. Mais n'était-ce pas inéluctable ? Ca n'est finalement pas de leur faute si les particules subatomiques possèdent un si formidable potentiel énergétique. La célèbre formule E=MC2, Einstein ne l'a pas inventée. Il n'a fait que la découvrir. Et si ça n'avait pas été lui qui avait découvert l'énergie incommensurable que représente la masse atomique, quelqu'un d'autre l'aurait fait. Probablement à la même époque ou peu après. Ainsi va la science. L'histoire aurait peut-être même été profondément modifiée selon l'Etat qui aurait pu développer la bombe en premier. Et nous devons finalement plutôt être satisfaits de la tournure des évènements.

Alors, à défaut de réinventer un monde sans arme nucléaire, pouvons-nous encore inventer un monde dénucléarisé ? Les nations nucléaires actuelles, à commencer par les Etats-Unis, peuvent-elles abandonner cette arme alors que n'importe qui pourrait un jour se la procurer et menacer le monde entier ? En fait, je pense que ça serait bien plus facile de faire respecter un traité de non-prolifération, si quelques états ne se gardaient pas le triste privilège de faire planer une telle menace sur le monde. La fin de la prolifération passe sans doute par le désarmement. Si une interdiction totale était le but du conseil de sécurité de l'ONU, je pense que, moyennant des pressions, on pourrait y faire adhérer l'ensemble des nations. Alors nous pourrions peut-être entrevoir le bout du tunnel. Et mettre fin à plus de soixante ans de folie.

15/06/2009

Benyamin Netanyahou le pacificateur

C'est en tout cas ce qu'il cherche aujourd'hui à nous faire croire, sous la pression de Barack Obama il est vrai. En effet, il dit ne pas être opposé à la création d'un état palestinien. Mais bien sûr, il fixe certaines conditions.

Tout d'abord, il exige la reconnaissance de l'Etat d'Israël. Ceci semble couler de source et ne représente d'ailleurs plus une barrière infranchissable depuis pas mal de temps. Mais, le problème est qu'il demande la reconnaissance de l'Etat d'Israël en tant qu'état juif ! Ce qui signifie que les nombreux Palestiniens qui y résident et qui sont de confession musulmane ou chrétienne ne sont pas chez eux. Ils ne sont que des étrangers si on peut dire. Je pense que dans l'ensemble des pays démocratiques, il n'y a aucun autre état qui se réclame d'une religion plutôt qu'une autre. Certes, l'Iran ne fait pas mieux en se désignant lui-même comme une république islamique, mais ne doit-on pas attendre mieux de la part d'Israël ?

Il déclare aussi que cet état ne devra pas posséder la moindre force militaire. On va donc se retrouver avec un état qui n'aura pas la moindre capacité à assurer sa sécurité, intérieure comme extérieure. C'est dire que des mouvements armés comme le Hamas pourront sans problème y faire la loi. Une façon de prouver à posteriori que c'était une erreur de laisser les Palestiniens gérer leur pays de manière autonome...

Finalement, et surtout, il exclut la fin de la politique colonialiste d'Israël ! Comment peut-on dire dans le même discours qu'on est prêt à accorder une autonomie à un autre peuple et ensuite qu'on va continuer à coloniser ses territoires ?

Il aurait été très étonnant qu'un homme qui s'est fait élire sur la base d'une politique expansionniste et bélliqueuse soit l'homme par qui la paix pourra se faire. Et décidemment, il est évident que ça n'arrivera pas...

 

13/06/2009

Crisis ? What crisis ?

Après ce sujet sur la Burj Dubaï, la tour qui a atteint sa hauteur maximale de 818m au début de l'année et devrait ouvrir ses portes avant la fin de l'année, je continue ma série sur l'urbanisme de Dubaï. En pleine crise économique, alors que beaucoup d'autres villes voient leurs projets stoppés par le manque de liquidités, Dubaï se permet de continuer à créer les projets les plus fous, et surtout à les réaliser !

Non contente d'abriter la construction humaine la plus haute de tous les temps, la ville vise déjà le futur et prévoit de battre son propre record avec une tour de hauteur… kilométrique !

Lire la suite

11/06/2009

L'0MS déclare la pandémie : pétard mouillé ?

Voici donc l'inévitable annonce de la pandémie. En réalité, si l'OMS avait respecté ses propres critères, à savoir une épidémie autonome dans au moins 3 pays, il y a plusieurs semaines que l'état pandémique aurait dû être décrété. Seulement voilà, la grippe porcine se révèle beaucoup moins virulente que prévu. Le taux de mortalité n'éfleure même pas le pourcent et les craintes que cette pandémie ne provoque la mort de dizaines ou de centaines de millions de personnes semble s'éloigner de plus en plus. Après tout, la grippe saisonnière tue aussi et elle ne fait peur à personne. De plus, seuls trente mille personnes ont été touchées à travers le monde, ce qui ne représente qu'une part infime de la population mondiale. Dès lors, pourquoi paniquer ?

Et bien, il ne faut pas paniquer bien sûr. Et c'est sans doute pour cela que l'OMS a autant retardé sa décision de relever son niveau d'alerte. Toutefois, il faut quand même voir que la progression de la maladie suit une courbe exponentielle et que rien ne semble pouvoir l'infléchir. Trente mille malades aujourd'hui pourraient se transformer en millions d'ici un ou deux mois, puis en centaines de millions d'ici l'hiver. Et même si le taux de mortalité n'était que d'un demi-pourcent, Le nombre de morts pourra alors finir par atteindre le million. Ca n'est donc pas négligeable. Et il faut aussi dire que le nombre réel de malades doit être largement sous-estimé. Les pays pauvres ne sont pas à même de dépister efficacement le virus. Et certains pays, à commencer par le Mexique, annoncent une diminution importante du nombre de nouveaux cas, sans doute plus pour raison économique, puisque ce pays craint une importante baisse du revenu du tourisme !

Alors contrairement à ce qu'on entend trop souvent, je pense qu'il n'est vraiment pas inutile de continuer à produire du Tamiflu afin de diminuer au maximum le taux de mortalité des malades, et de dévelloper le plus vite possible un vaccin afin de stopper la progression de la pandémie. Je pense qu'il faut donc cesser ces critiques de l'OMS et les laisser faire leur travail en paix. Après tout, si cette organisation a une utilité, c'est bien pour gérer ce genre de crise.

01/06/2009

La crise coréenne : premier grand test de politique internationale pour Obama

Aux USA, on a coutume de penser que les présidents républicains sont plus à même de résoudre les conflits internationaux auxquels le pays est confronté. En effet, que ça soit avec Reagan ou avec les Bush, père et fils, l'Amérique a su montrer sa puissance au monde et les tentatives visant à s'en prendre à l'hégémonie de la première puissance mondiale ont toujours été tuées dans l'œuf. Ronald Reagan est même crédité de la victoire dans le conflit larvé qui a opposé son pays à l'Union Soviétique durant plus de quarante ans ! Ce qui est sans doute un peu exagéré car le pouvoir soviétique du plus grand pays du monde a surtout implosé de lui-même.

Quant aux présidents démocrates, on leur octroie d'autres qualités. La gestion de la politique sociale est leur principale spécialité. Sur le plan international, ils sont crédités de plus de capacités sur le plan diplomatique et leurs victoires les plus visibles ont souvent eu lieu autour de tables de négociations. Mais pour ce qui est de la gestion des crises, ils semblent moins bien dotés par la nature et sont réputés moins fermes.

Lire la suite

27/05/2009

L'Occident peut-il se permettre de laisser l'Iran et la Corée du Nord se doter de l'arme nucléaire ?

La question me semble très grave et très urgente à mesure que les stratégies visant à la conciliation échouent l'une après l'autre. Je pense que ces deux pays n'ont jamais souhaité interrompre leurs programmes nucléaires, mais n'ont accepté de prendre part aux tables de négociation que pour gagner du temps.

D'un côté, il y a l'Iran dont les missiles pourraient menacer directement Israël ainsi que tous les pays du Golfe. On pourrait par exemple imaginer une attaque coordonnée contre les puits de pétrole de ces pays, mettant en un instant l'approvisionnement du monde à genoux. L'Iran pourrait ensuite fixer ses propres prix et ses propres conditions, décidant qui mérite de recevoir le précieux liquide et qui n'en est pas digne. L'équilibre géostratégique en serait ainsi totalement bouleversé, et sans doute pas à l'avantage des Occidentaux...

De même, ils pourraient aussi s'en prendre directement aux gouvernements des pays limitrophes en attaquant directement les capitales de ces pays. Israël, la Jordanie, l'Irak, le Koweit, l'Arabie Saoudite, les Emirats, l'Afghanistan, le Pakistan... Tous ces pays plus ou moins amis de l'Occident pourraient se retrouver un de ces jours à la portée des missiles iraniens ! Et pire : parmi ces pays, existent déjà deux puissances nucléaires...

De l'autre côté du monde, la Corée du Nord, dont le régime est aux abois, semble sur le point de faire aboutir son programme d'armement nucléaire. Et deux alliés de première valeur de l'Occident, les frères ennemis du Sud et le Japon, pourraient alors se retrouver sous la menace directe de leurs missiles. Déjà, la Corée du Nord se fait menaçante et cherche à imposer sa loi au Sud. Et cela ne ferait qu'empirer si la production d'armes nucléaire devenait effective. Ca serait clairement un désastre majeur sur le plan stratégique.

Mais quel autre choix ont les Occidentaux que de tenter de renouer le dialogue ? A la question titre, on peut répondre par une autre : "L'Occident peut-il se permettre de se lancer dans des conflits régionaux majeurs avec ces deux pays ?" Il est clair que de tels conflits feraient de la guerre en Irak une petite escarmouche et de celle en Afghanistan une petite bagarre dans un bac à sable. Il y a bien sûr de quoi terrifier des peuples comme les nôtres, peu habitués à devoir se battre. Mais, l'histoire montre qu'il est bien plus dangereux d'attendre et laisser son adversaire gagner des forces que de frapper rapidement avant qu'il ne soit trop tard. Par exemple, si les Alliés avaient choisi de matter l'Allemagne vers le milieu des années trente, la guerre aurait été rapide et le régime nazi aurait pu être mis à terre sans trop de résistance. En laissant l'Allemagne reconstituer ses forces militaires, les Alliés ont donc fait une énorme erreur historique.

Alors, l'histoire va-t-elle se répéter ? L'Occident va-t-il à nouveau trop tarder pour se décider à frapper, au point qu'il n'aura plus le moyen de réagir ? Il faut aussi dire que la Chine et la Russie jouent leur propre jeu dans ces deux affaires, et ces deux membres permanents du Conseil de Sécurité risquent bien d'opposer leur véto à toute action militaire. Il faudra donc que les Occidentaux prennent leurs responsabilités avec tous les risques que cela comprend d'embrasement régional. Voire global...

12/05/2009

Pas de loi anti-raciste en Israël ?

Je pense en tout cas qu'il n'y en a pas, car j'ai tout de même vu à la TSR un reportage repris d'une chaîne locale où des gens sont interviewés dans la rue, et qui osent dire en public que le pape n'est pas le bienvenu dans leur pays, parce qu'il est allemand et parce qu'il est originaire d'une région proche de celle dont est issu Hitler. Ce qui signifie que toute personne venant de ce pays est personna non grata dans leur pays selon ces personnes. On rend donc tout un pays responsable pour les crimes dont l'un de ses ressortissants s'est rendu coupable. Et le fait qu'on parle d'évènements qui se sont déroulés il y a plus de 60 ans et que la plupart des responsables de ces crimes soient morts depuis longtemps n'y change rien.

Ce genre d'arguments ne sont, et de loin, pas circonscrits à ce seul pays. Loin de moi donc l'idée de généraliser et de dénoncer l'ensemble des Israéliens pour les propos de quelques-uns. En outre, je ne suis pas du tout religieux et je n'ai absolument aucune sympathie particulière pour Benoît XVI. Je pense juste que si quelqu'un avait tenu des propos similaires ici, jamais il n'aurait pu franchir les barrières de la censure. Et je trouve que ce genre de particularités pose problème et n'aide pas à la reconnaissance internationale d'Israël.

Pour ma part, ce que j'attendrais d'Israël, c'est qu'il soit un pays exemplaire, voire le porte-drapeau au Proche-Orient des couleurs morales de l'Occident. Mais malheureusement, je dois constater que ça n'est pas franchement le cas. On y met régulièrement, comme c'est le cas en ce moment, des gouvernements fascistes au pouvoir. On pense que pour résoudre les conflits, il faut élire des fauteurs de guerre. Et tant que les Israéliens ne comprendront pas qu'ils doivent apprendre à vivre avec le monde qui les entoure, leur pays restera considéré comme un paria par beaucoup de monde.

16:02 Publié dans Monde, Politique | Tags : israël, pape, racisme | Lien permanent | Commentaires (0)

08/05/2009

L'Allemagne veut interdire le paintball !

Suite à la fusillade survenue récemment dans un collège allemand, le Gouvernement envisage, entre autres, d'interdire ce jeu. Selon lui, à l'instar des jeux vidéo violents, ce jeu contribue à banaliser la violence. La Suisse envisage quant à elle de suivre le mouvement.

Lire la suite

06/05/2009

Peut-on encore éviter une pandémie ?

Il semble que la situation échappe petit à petit à l'OMS. La grippe A – H1N1 continue sa progression, malgré toutes les mesures sanitaires prises. Dans la seule journée d'hier, les Etats-Unis ont annoncé une augmentation de 40% de ses cas confirmés. L'Espagne, principal foyer de la maladie en Europe, compte déjà 75 cas confirmés. La dissémination du virus semble donc suivre une courbe exponentielle, typique de ce genre de maladie très infectieuse. L'OMS n'a pas pour autant décidé de relever son niveau d'alerte. Compte tenu qu'il n'y a pas de cas confirmé de transmission d'humain à humain en dehors du Mexique et des Etats-Unis, l'organisation a décidé d'attendre encore pour déclarer le niveau d'alerte 6, son niveau maximum.

Mais cela ne veut pas dire qu'une pandémie soit encore évitable. On sait par habitude que la grippe est une maladie qui se propage très facilement, particulièrement dans notre société globalisée. Je ne pense pas que la question soit encore d'éviter la pandémie. D'ailleurs, on peut se demander si c'est souhaitable. Pour l'instant le taux de mortalité de cette grippe est de 2% à peine, pas beaucoup plus qu'une grippe saisonnière normale. Donc pas de quoi s'affoler, pas tant que le virus ne mute pas en tout cas. Donc, les mesures nécessaires pour essayer d'endiguer la maladie, qui impliqueraient la fermeture des frontières des pays touchés, ne semblent pas être justifiées par la virulence de ce virus. Ces mesures feraient d'ailleurs bien plus de mal que le virus, car elles impliqueraient une terrible plongée dans la crise des pays touchés et donc une catastrophe pour les populations les plus pauvres.

La pandémie ne pourra donc pas être évitée. Soit. Mais il ne faut pas baisser les bras pour autant. Les mesures prises pour enrayer sa progression nous permettront de gagner du temps. Les chercheurs du monde entier se sont déjà mis au travail pour développer un vaccin efficace. Tout ralentissement de la progression de la maladie leur laissera le temps de le mettre au point, puis laissera le temps à l'industrie du médicament de le produire en masse pour protéger le plus de population possible. Enfin, si on vit dans un pays développé bien sûr. Parce que pour les autres, il y a peu d'espoir…

09:07 Publié dans Monde, Santé | Tags : pandémie, grippe, porcine | Lien permanent | Commentaires (0)

04/05/2009

818 m de haut !

Oui vous avez raison, pour une montagne, ça ne fait pas très haut. C'est juste là hauteur du Salève environ. Mais voilà, cette altitude ça n'est pas une montagne qui l'a atteinte, mais une construction humaine : la Burj Dubaï !

burj-dubai-2009.jpgIl faut savoir que Burj en arabe, ça veut dire "tour". Donc la Burj Dubaï, ça veut littéralement dire "La tour de Dubaï" ! Au niveau de l'originalité du nom, c'est à ranger dans la même catégorie que le Stade de Genève… Mais son nom est bien la seule chose qui puisse être considéré comme banale.

Tout d'abord, il faut dire qu'on est à Dubaï. Un petit Emirat du Golfe dont le souverain a une certaine quantité de pétrodollars dont il souhaite se débarrasser. Et on le comprend, puisqu'il lui en reste encore pas mal, en "liquide", dans son sous-sol ! Dans ces conditions, il aurait tort de se priver non ? Donc, il a décidé de faire de sa ville la cité la plus moderne du monde. La première grande cité du 21ème siècle. Et il faut bien dire qu'il est en train d'y arriver. Les projets les plus fous s'y succèdent à rythme soutenu. Et la Burj Dubaï n'est jamais que le plus fantasmagorique de tous…

En janvier dernier, la tour a donc atteint sa hauteur maximale. Elle n'est pas encore considérée comme la plus haute tour du monde, car elle n'obtiendra ce titre qu'après son inauguration qui devrait avoir lieu cette année encore. Mais elle est déjà, et de très loin, la plus haute construction humaine au monde. Et ce comparatif montre qu'elle devrait le rester un bon bout de temps encore. Même la Freedom Tower à New York, dont les promoteurs auraient voulu qu'elle devienne la plus haute tour du monde, parait plutôt petite à côté…

http://skyscraperpage.com/diagrams/?25002165dubai-downtown-burj-dubai1.jpg

Et bien sûr, il n'y a pas que l'extérieur de ce pique à glace géant qui ait été soigné. Comme on s'en doute, l'intérieur est extrêmement luxueux. C'est normal, on est à Dubaï. Une ville où la vie est plus facile si on possède une American Express Gold ! On y trouvera des appartements de haut standing, plusieurs hôtels, dont un de la chaîne Armanii et  bien sûr pas mal de bureaux. A ses pieds un lac artificiel et tout un complexe immobilier, comprenant le plus grand centre commercial du monde, sont en construction.

Ce petit film tourné fin janvier, alors qu'on venait de poser la flèche de la tour, permet de se faire une idée de ce que ça donne en réalité. Vous remarquerez comme les gratte-ciels qu'on voit en contrebas paraissent ridiculement petits. Et bien il faut se rendre compte que beaucoup d'entre eux feraient passer les tours de la Défense à Paris pour des naines…

 

Alors Burj Dubaï, nouvelle tour de Babel où les peuples se rencontreront ? Ou futur fiasco commercial, rêve d'un Emir mégalo brisé sur l'autel de la crise ? L'avenir nous le dira…