03/07/2018

Le MH370 a-t-il remplacé le MH17 ?

A lire en premier

Le vol MH370 a disparu le 8 mars 2014 et en juillet il n’avait toujours pas été retrouvé. J’étais de ce fait de plus en plus persuadé du vol de cet appareil. Entre temps j’avais entendu parler des témoins des Maldives qui avaient vu passer à très basse altitude un gros avion se dirigeant vers Diego Garcia. J’étais également d’avis qu’à l’opposé de l’aviation civile, les militaires des pays survolés devaient posséder des données intéressantes qu’elles semblaient refuser de révéler.

En fait, je considérais comme très vraisemblable  l’hypothèse selon laquelle le pilote avait dérobé l’appareil en vue de le précipiter sur la base américaine de Diego Garcia et comme beaucoup je considérais comme plausible que l’avion ait été abattu par les militaires américains pour l’empêcher d’approcher trop près de l’île. L’omerta servirait dans ce cas à cacher la destruction d’un avion civile par les militaires, ce qui serait difficilement acceptable par l’opinion publique. C’est cette hypothèse que défend toujours Ghyslain Wattrelos dont la femme et les deux enfants ont disparu dans le crash et dont la vérité sur cette disparition est devenu depuis l’unique combat. Pour ma part, je n’y ai cru que jusqu’au mois de juillet, alors qu’un autre événement m’a fait changer d’opinion.

J’étais d’ailleurs en vacances et je m’intéressais alors peu à l’actualité mondiale, comme on peut le comprendre. J’ai donc bien failli manquer l’info. Mais quand j’ai fini par apprendre que le 17 juillet, un appareil avait été abattu dans le Donbass, à l’Est de l’Ukraine et que cet appareil portait le code MH17, ça m’a naturellement fait tilt. J’étais toujours dans l’attente d’un événement qui marquerait le retour du MH370 et le crash d’un avion portant le sigle de la même compagnie, à seulement 4 mois d’écart, c’était vraiment incroyable. Certains diront que le hasard fait bien les choses. Et je ne suis pas du genre à dire que je ne crois pas au hasard. Parfois des coïncidences étranges se produisent. Mais là, il s’agissait de deux appareils absolument identiques, des Boeing 777-200ER de la compagnie Malaysia Airlines, qui avaient disparu à quelques mois d’écart dans des circonstances très douteuses à chaque fois. On n’est plus dans le domaine des coïncidences mais de la curiosité statistique.

Il était d’autant plus nécessaire de s’intéresser à ce double mystère que la zone du crash faisait partie du petit nombre de régions disputées par les deux grands camps au niveau mondial, qui en faisait et en fait toujours un enjeu géostratégique majeur. J’avais donc évidement conscience de ce qu’impliquait ce crash au niveau géopolitique. Si les deux factions ukrainiennes se rejetaient la responsabilité de la destruction de l’appareil, c’était aussi les Etats-Unis et la Russie qui jouaient un bras de fer derrière eux. Et il semble clair aujourd’hui que le premier effet qu’à eu cet événement sur la situation mondiale a été de relancer définitivement la guerre froide entre les deux blocs. Ça n’est pas rien et ça mérite donc de s’y intéresser de plus près.

L’avion tombé du côté des forces pro-russes, c’est naturellement ces dernières qui sont arrivées sur les lieux en premier. Il se trouve qu’ils ont été très étonnés par ce qu’ils ont vu sur place. Mais quand un général des forces pro-russes dit que les cadavres qu’il a vus ne lui ont pas paru très frais, on est en droit de mettre sa parole en doute. Sauf que… il est extrêmement improbable qu’il ait eu à ce moment-là l’idée que cette parole pourrait ramener certains au MH370 ! Cela impliquerait qu’il se soit dit qu’il fallait instiller dans l’esprit des conspirationnistes occidentaux des informations lacunaires qui les pousseraient à imaginer un scénario alambiqué d’échange d’avions. Cela bien sûr dans l’espoir plus qu’improbable que ces conspirationnistes arrivent un jour à faire éclater la vérité (ou plutôt dans ce cas la vérité issue de son mensonge) et à renverser leurs gouvernements. Non, personnellement j’ai plutôt décidé de tabler sur la sincérité de ce général, qui n'avait pour moi aucun intérêt à faire ce commentaire !

Un film, dont j’ai hésité à mettre le lien, circule sur Internet. Dans ce film, une légiste ukrainienne montre des images de la scène du crash qu’elle a elle-même filmées lors de son arrivée, très peu de temps après la destruction de l’avion. Ce film est assez insoutenable, je laisserai donc chacun faire ses propres recherches pour le trouver, s’il le souhaite. Je déconseille en tout cas les âmes sensibles de le regarder tant c’est dur à regarder. Ce qu’il montre en tout cas corrobore le témoignage du général. On y voit des corps en état de décomposition, les lèvres et la langue noircies, sans la moindre trace de sang, mais dont s’échappait un liquide verdâtre, dont elle disait qu’il produisait une forte odeur chimique. On y voit énormément de corps de type asiatique, alors qu’au moins deux tiers des passagers du MH17 étaient des Européens. La plupart étaient nus, aucun n’était encore attaché à son siège. Bien entendu, le reportage montre un à-priori de cette femme qui semble déjà convaincue qu’elle a vu les corps des passagers du MH370. Mais je pense qu’elle s’est forgée cette opinion après coup, en faisant ses recherches sur Internet. Elle avait été fortement secouée par le spectacle auquel elle avait assisté, une mise en scène devrait-on dire, et il est naturel qu’elle ait cherché un moyen de trouver un sens à tout cela. Aucune autre hypothèse ne peut rendre compte de cette étrangeté et lorsqu’on a épuisé toutes les solutions évidentes, il est naturel de se tourner vers des hypothèses plus alambiquées.

D’autant qu’il y a d’autres bizarreries dans l’histoire. On peut se demander pourquoi un commandant de bord choisit sciemment de survoler une zone de conflit. Normalement, la prudence veut qu’on contourne la zone. C’est d’ailleurs ce qu’a fait le MH17 durant les mois et les semaines précédentes. Pourquoi ce jour-là ne pas avoir opté pour la même prudence ?

Sur la carte ci-dessous, on peut voir la trajectoire de l’avion. On y voit un décrochement assez bizarre au-dessus de la Pologne. La raison d’un tel changement de trajectoire parait assez nébuleuse. Y aurait-il pu y avoir un échange d’avions à cet endroit, le premier éteignant son transpondeur et le second allumant un faux transpondeur imitant le premier ?

parcours.jpg

De très rares débris du MH370 ont bien été retrouvés sur les côtes de la Réunion et du Mozambique. Mais ils n’ont été retrouvés qu’après la destruction du MH17 soit, s’il y a eu échange d’avions, du MH370. Autrement dit, cela faisait longtemps que l’ensemble des débris de la carlingue de l’avion était entre les mains des Occidentaux. Ces débris ont bien pu être déposés après coup pour qu’ils soient retrouvés là où on le souhaite pour étayer la thèse officielle. Ils ont été identifiés comme provenant du MH370 ? Personnellement, je ne m’attendais pas à autre chose.

mh17.jpgEt finalement, pourquoi la Malaysia Airlines a-t-elle été visée ? Et bien pour ma part je pense qu’elle a été choisie uniquement parce qu’elle répondait à une série de paramètres. Il fallait que le vol choisi passe très près du Donbass et que l’avion réponde aussi à d’autres critères : il fallait qu’il s’agisse d’un long courrier américain (informatique mieux connue des auteurs présumés du vol du MH370) et il fallait qu’il ait été conçu pour voler avec un système ‘Fly by wires’. En 2014, il y avait encore peu de Dreamliners 787 en circulation et le seul autre avion en circulation qui répondait à tous ces critères était le ‘triple-seven’ qui a dû s’imposer comme choix. Cette infographie parle d’elle-même : le MH17 était l’avion parfait pour servir la cause des autorités ukrainiennes, car il survolait naturellement la zone des combats.

Je ne m’étendrai pas trop sur les deux camps se rejetant la responsabilité de l’accident. Il est évident que les indépendantistes n’avaient ni les moyens logistiques ni même un mobile pour monter toute cette histoire. Le pilote qu’on supposait avoir abattu l’avion selon la version russe s’est d’ailleurs suicidé ce printemps, après avoir reçu un coup de téléphone. La culpabilité l’a peut-être rattrapé…

A part ça, voici le déroulement des événements de la fin 2013 et de cette année 2014. On voit bien à quel point la disparition du MH370 s’inscrit bien au sein du déroulement de la crise ukrainienne.

  • 21 novembre 2013 : Le gouvernement ukrainien décide de ne pas signer l’accord d’association avec l’UE. Début de l’Euromaiden.
  • 30 novembre 2013 – 8 décembre 2013 : Fortes violences.
  • 18 – 21 février 2014 : Nouvelle période de violences.
  • 22 février 2014 : Destitution du président Ianoukovytch.
  • 27 février 2014 : Le gouvernement retire au russe le statut de langue nationale.
  • 1er mars 2014 : La Crimée demande à la Russie d’intervenir sur son territoire.
  • 1er mars 2014 : Grandes manifestations pro-russes, notamment en Crimée et dans le Donbass.
  • 8 mars 2014 : Disparition du MH370.
  • 11 mars 2014 : La Crimée se sépare officiellement de l’Ukraine.
  • 16 mars 2014 : Référendum de Crimée.
  • 18 mars 2014 : Suite au référendum de Crimée, la péninsule se rattache à la Russie.
  • 7 avril 2014 : Proclamation de la République populaire de Donetsk.
  • 15 avril 2014 : Début de l’intervention ukrainienne dans le Donbass. A partir de là, la région est en état de guerre civile.
  • 17 juillet 2014 : Destruction du MH17 près de Donetsk.

Pour moi il est évident que la responsabilité de la destruction du MH17, pour autant qu'elle soit bel et bien volontaire, ne peut être qu’ukrainienne, avec à la clé la volonté de provoquer une intervention de l’OTAN pour reprendre le contrôle de tout le territoire. Ce qui ne s’est d’ailleurs finalement pas produit, ce qui me fait penser que l’opération n’a pas été montée par les Etats-Unis comme une lecture simpliste pourrait le laisser penser. Je n’exclue d’ailleurs pas que toute l’opération ait été montée par l’Ukraine, y compris le vol du MH370. Mais compte tenu des moyens logistiques nécessaires ainsi que, sans doute, les moyens technologiques, il  me semble plus probable qu’ils aient été aidés, sinon par l’OTAN, en tout cas par des membres de haut niveau du complexe militaro-industriel.

Ce crash nous renseigne ainsi mieux sur les inconnues du vol du MH370. Nous savons désormais qui a fait le coup et pourquoi et nous savons aussi ce que sont devenus les corps, même si nous ne verrons jamais de preuves, puisqu’elles sont entre les mains de ceux qui ont probablement monté cette opération. L’enquête soi-disant indépendante n’est rien d’autre qu’une plaisanterie quand elle est menée par l’une des parties. En revanche, d’autres questions sont apparues et n’ont toujours pas trouvé de réponses. Où se trouve le vrai MH17 ? Que sont devenus ses passagers et son équipage ? Et bien moi, si je n’attends plus le retour du MH370, j’attends désormais celui du MH17.

10:48 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (23)

02/07/2018

Le MH370 volé ?

Je précise tout d'abord qu'il n'est pas facile de parler d'un tel sujet. Mes pensées vont bien sûr en priorité aux victimes innocentes qui ont sans doute été lâchement assassinées et à leurs familles. Mais je pense que le respect des victimes implique aussi qu'on cherche à faire la lumière sur les circonstances qui ont provoqué leur assassinat. Que dirait-on si, sous prétexte de respect des victimes, on ne faisait jamais d'enquête policière pour connaître les coupables ?

Quand j’ai, pour la première fois, entendu parler des circonstances de la disparition du vol de la Malaysian Airlines MH370, j’ai tout de suite réagi en disant que cet appareil n’a pas été détourné, mais volé. La différence essentielle avec un détournement, c’est qu’on ne cherche pas à obtenir quelque chose en échange de la restitution de l’avion et de la vie de ses passagers, mais qu’on veut s’approprier l’avion lui-même. Le meilleur exemple de vol d’avions, c’est le 11 septembre. Dans ce cas, 4 avions ont été dérobés, avec pour but final de les utiliser comme armes contre des bâtiments. La similitude des circonstances avec le 11 septembre est d’ailleurs assez troublante : après avoir envoyé un dernier ‘Good bye’ aux contrôleurs aériens malaysiens, le commandant de bord aurait sciemment éteint le transpondeur et fait faire un 180 à son appareil pour se rediriger vers les côtes malaysiennes. C’est exactement le même comportement qu’on a pu enregistrer en suivant les trajectoires de vol des avions du 11 septembre.avion.jpg

La suite de l’histoire officielle ne tient par contre pas la route si on considère l’avion comme volé. L’avion aurait continué sa route un moment puis aurait bifurqué vers le sud pour s’abimer quelque part dans l’Océan Indien, après avoir consommé tout son carburant. Le problème c’est que si on vole un avion, c’est forcément pour l’utiliser ensuite. Pas question de le laisser tomber au milieu de l’Océan, là où personne ne peut le voir tomber. Et s’il s’était agi d’un suicide du pilote comparable à celui d’Andreas Lubitz de Germanwings comme le laisse entendre l’histoire officielle de ce drame, pourquoi prendre autant de précautions pour faire disparaître l’avion auparavant ? Il suffit de faire cabrer l’appareil et de plonger dans l’Océan là où on se trouve. Non, tout cela n’a aucun sens.

En revanche la théorie de la subtilisation de l’appareil a pour elle d’expliquer non seulement ce comportement autrement absurde, mais aussi le fait que les débris de l’avion n’aient jamais été retrouvés. Tout simplement, il n’y a jamais eu de débris. A part bien sûr les quelques pièces retrouvées à la Réunion ou sur les côtes africaines, dont je reparlerai. En théorie, l’Océan aurait dû être rempli de débris flottants trahissant plus ou moins la position de l’épave. Même le Rio-Paris d’Air France a pu être retrouvé au fond de l’Atlantique grâce aux débris flottants. Si on n’a jamais rien retrouvé dans le cas du MH370, c’était sans doute qu’il n’y avait rien à retrouver.

trajectoire.jpgD'ailleurs certains témoignages recueillis auprès d'habitants des Maldives font état d'un très gros avion volant à basse altitude en direction de l'île de Diego Garcia. Outre le fait que cette île abrite une base britannico-américaine, elle est également très loin de la zone de recherche où le MH370 est censé s'être abîmé. De plus, cette trajectoire est beaucoup plus proche de celle prise originellement par l'avion après l'arrêt de son transpondeur. La logique devrait donc privilégier cette position de l'appareil. Il est curieux que les recherches ne se soient jamais attachées à cette zone, en se basant uniquement sur des données Inmarsat très imprécises et en occultant effrontément plusieurs témoignages visuels.

Maintenant, si j’ai tout de suite été convaincu que le MH370 ne s’était pas écrasé, mais avait été volé, il est clair que le vol de cet avion appelle plusieurs questions dérangeantes. En voici quelques-unes :

  • Où l’avion a-t-il atterri ? (car l’absence de crash implique évidemment que l’avion a dû finir par atterrir)
  • Qui a volé l’avion ?
  • Pourquoi les voleurs ont-ils volé l’avion ?
  • Comment l’avion a-t-il été volé ?
  • Que sont devenus l’équipage et les passagers ?

A la dernière question, je pouvais déjà répondre à l’époque. Quand on détourne un avion, on cherche à obtenir quelque chose en échange de l’avion bien sûr, mais surtout de la vie de ses passagers. Les garder en vie est donc primordial. Quand on vole un avion en revanche, les passagers ne sont qu’un paramètre du plan. Ils sont là mais sont plus gênants qu’utiles. Ils sont témoins et doivent donc disparaître. Malheureusement, la réponse était donc qu’ils étaient probablement morts depuis le début.

A l’avant-dernière question j’avais en guise de réponse une piste possible : comme beaucoup d’avions volant aujourd’hui, le Boeing 777 a été conçu pour être ‘Fly by wires’ autrement dit, l’avion est entièrement commandé par ordinateurs, l’équipage se contentant de programmer, contrôler et superviser le fonctionnement de ces ordinateurs. De plus, à notre époque, de nombreux drones ont été conçus par bon nombre de puissances militaires. Boeing est d’ailleurs constructeur de drones et maîtrise bien cette technologie.

On a également beaucoup parlé de la présence à bord de 4 des 5 propriétaires d’une arme supposée permettre de prendre le contrôle à distance d’un avion, faisant du 5ème propriétaire le bénéficiaire unique. Sachant que les 4 premiers étaient chinois et que le dernier est une société américaine, il y a de quoi penser que c’est suspect. De là à penser qu’on a profité du vol de l’avion pour se débarrasser des propriétaires chinois du brevet, il n’y a qu’un pas…

Mais au fond, je ne suis pas certain que la technologie ait été nécessaire pour dérober cet avion. Après tout, seule la complicité du pilote était nécessaire. Et c’est souvent la solution la plus simple qui est la bonne. Pourquoi mettre en place une logistique très complexe quand il suffit d’un seul complice pour faire le travail ?

Finalement, je dois bien dire que je n’avais aucune réponse à donner aux 3 premières questions, à savoir, qui et pourquoi a volé l’avion et où a-t-il atterri. La seule chose que je pouvais dire, c’était que si on vole un avion, c’est pour l’utiliser ensuite. Il suffisait alors d’être attentif à l’actualité dans les mois qui suivraient pour en savoir plus.

Lire la suite

12:30 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (74)