03/03/2018

L'heure de la tonte a sonné

Hier j'écoutais France Info et je suis tombé sur une interview d'un couple de retraités français qui se plaignaient de l'augmentation de la CSG (un impôt directement imputé sur les revenus) qui réduit leur pouvoir d'achat. J'aurais presque eu de la compassion. Je me disais que ce n'est pas normal de s'en prendre aux retraités qui en France ne sont déjà pas très bien lotis. (même si ceux-ci annonçaient un revenu cumulé de près de 4000€, ce qui ne les place pas parmi les plus démunis) Et puis ils ont dit qu'ils avaient voté Macron au Printemps dernier. Ils disaient avoir voté par défaut, parce qu'ils ne savaient pas quoi voter d'autre.

Bref, ce sont typiquement ce genre de personnes qui ont permis à Emmanuel de prendre le pouvoir. Et pourtant, s'ils avaient simplement pris la peine de lire son programme, ils auraient su, car tout était dedans. On peut reprocher beaucoup de choses à Macron mais pas d'être menteur. Tout ce qu'il avait promis de faire, il le met maintenant en place. Ils n'avaient qu'à lire plutôt que d'écouter les médias qui faisaient constamment sa publicité. Le vote Macron, c'était le vote d'une société de souris qui éliraient constamment des chats pour les diriger.

 

C'est surtout le vote d'une société de moutons qui votent constamment pour celui qu'on lui désigne. Qu'importe que ça soit un loup. Je ne pense pas que ces deux retraités me liront, mais s'il y en a d'autres qui se reconnaîtraient et qui passeraient par là, voici la petite fable que j'ai pour eux:

Le mouton, ayant voté Macron au Printemps, se trouva fort dépourvu quand l'heure de la tonte fut venue. Pas une seule compensation à l'augmentation de CSG. Il alla crier famine auprès du berger à la radio, le priant de lui prêter quelques sous pour subsister.

- Jusqu'à la saison nouvelle, je vous paierai, lui dit-il. Avant l'Août, foi d'ovin, intérêt et principal. 

Le berger n'est pas prêteur; c'est là son moindre défaut.

- Que faisiez-vous au mois de mai ? dit-il à cette emprunteur.

- Nuit et jour à tout venant, je chantais les louanges d'Emmanuel et de sa Brigitte, ne vous en déplaise.

- Vous chantiez? Et bien bêlez maintenant !

Bêêêê. Bêêêê. L'heure de la tonte a sonné!

la-tonte.jpg