09/02/2018

L’espace : une affaire privée

Alors que SpaceX, la compagnie spatiale d’Elon Musk, a réussi à propulser le nouveau roadster décapotable de Tesla, autre compagnie phare du milliardaire, à l’aide de sa fusée géante ‘Falcon Heavy’ sur une orbite qui le fera approcher de la planète Mars et de la ceinture d’astéroïdes, l’année 2018 semble marquer un tournant qui devrait voir le spatial privé peu à peu compléter, sinon supplanter, les grandes agences nationales ou supra-nationales.

La Falcon Heavy, c’est rien de moins que le lanceur le plus puissant du marché, avec laquelle seule la Saturne V des missions Apollo aurait pu rivaliser. A voir ou revoir, le vol impressionnant de la fusée, en particulier la récupération des boosters, (ainsi que du premier étage mais la vidéo est ratée) prouesse technologique inédite dans toute l’histoire de la conquête spatiale, et la mise en orbite de la Tesla sur le ‘Life on Mars’ de David Bowie.

Je trouve aussi d’une grande poésie la Tesla et son conducteur le manequin ‘Starman’ s’éloigner lentement de la Terre pour sa mise en orbite solaire.

starman.jpg

Au fait, pour les adeptes de la Terre plate, ne perdez pas vos croyances, il s'agit bien d'une photo-montage !

Bref, cet événement fait pleinement prendre conscience à quel point l’espace est en train de devenir une affaire privée. Et on peut citer plusieurs autres entreprises qui sont lancées dans la course menée par SpaceX. La compagnie poursuit plusieurs objectifs de front, avec en ligne de mire la planète Mars, véritable obsession d’Elon Musk. Elle développe des lanceurs, des vaisseaux spatiaux capable de relancer le voyage spatial et même le scaphandre spatial du Starman, qui sera sans doute un jour porté par les astronautes de SpaceX.

Outre la capsule spatiale qui prendra place au sommet de la Falcon Heavy, SpaceX développe une fusée géante, dont la finalité sera l’envoi d’un vaisseau spatial, géant lui aussi, vers Mars. Elon Musk prévoit ainsi de coloniser Mars durant les prochaines décennies. Il n’est visiblement pas homme à attendre de voir les crédits nationaux ou internationaux affluer. Il pourrait bien être capable de se lancer seul dans l’aventure. Il suffirait pour cela que les retours sur investissements prévus soient suffisants pour rentabiliser le voyage.

Virgin Galactic

J’avais déjà parlé sur ce blog de Virgin Galactic, la compagnie de Richard Bronson, il y a quelques années. L’entreprise propose pour 200’000$ d’amener de riches touristes en vol sub-orbital, avec une courte séquence d’apesanteur à la clé. La compagnie a construit un ‘spaceport’ dans le désert de Mojave à proximité de Los Angeles. Le vol se fait à l’aide d’une aile portante, avion à réaction à deux corps, portant un avion spatial, le VSS Unity qui se décroche en vol pour se propulser hors de l’atmosphère à l’aide d’un moteur fusée, puis revient atterrir sur la piste du spaceport après un vol en cloche dans l’espace.

Normalement les vols commerciaux auraient dû commencer il y a plusieurs années, mais un tragique accident survenu en 2014 a mis temporairement la société en difficulté. Désormais ces problèmes sont derrière et Richard Bronson espère participer personnellement à un premier vol pour le milieu d’année, pour un début de commercialisation vers la fin d’année.

2013%2F11%2F22%2Faf%2FVirginGalac.e6862.jpg

Blue Origin

La société de Jeff Bezos, fondateur d’Amazon.com, vise elle aussi le tourisme spatial, mais pas seulement. Elle développe d’une part une capsule suborbitale, le ‘New Shepard’, pour de courts vols touristiques, mais avec une technologie plus proche de celle de SpaceX que de Virgin Galactic. La capsule est en effet propulsée par une fusée mono-étage récupérable. On ne sait pas quand les vols commerciaux pourront débuter, mais les technologies sont presque prêtes. En particulier, le lanceur récupérable a déjà effectué un vol réussi de bout en bout en 2015.

160619-blue8.jpg

Blue Origin développe aussi un lanceur lourd réutilisable, le ‘New Glenn’, dont la motorisation maison équipera aussi la nouvelle ‘Vulcain’, lanceur destiné à remplacer les Delta IV et Atlas V vieillissantes.

Mars One

On s'est beaucoup moqué de la société qui prévoit d’envoyer 24 astronautes vivre sur Mars sans espoir de retour. Il est effectivement possible que Mars One ne parvienne jamais à réaliser son plan. Mais l’entrainement et la sélection des astronautes continue. Sur le plan technologique, Mars One entend s’adresser à d’autres entreprises plus expérimentées, en particulier SpaceX dont elle espère utiliser la Falcon Heavy pour propulser ses vaisseaux martiens. Elon Musk ne croit pas à leur projet, mais il est par contre tout à fait d’accord de leur fournir le lanceur, bien entendu.

Mais si Mars One a peu de chances de réaliser ses objectifs, on peut imaginer à terme que la collaboration avec SpaceX aille au-delà de la fourniture de matériel, SpaceX possédant la technologie et Mars One fournissant les astronautes pour les premiers vols. Il s’agit là d’une supposition de ma part car personne n’en a jamais parlé pour l’instant. Mais je trouverais logique que ces deux projets complémentaires finissent par fusionner.

mars-one-2.jpg

Concurrence des agences officielles

Bien sûr, les agences officielles continuent à exister et le spatial ne va pas encore passer définitivement dans le domaine privé. L’Europe développe son Ariane 5, la Chine est lancée dans une nouvelle course à la Lune, suivie par les Etats-Unis dont le programme spatial a été relancé par Donald Trump récemment, visant toujours l'objectif final d'un voyage vers Mars, en passant par la construction d'une nouvelle station spatiale, la 'Deep Space Gateway’, servie par le nouveau lanceur lourd SLS. L'Inde quant à elle est un peu en retard mais entend bien ne pas se laisser distancer, en particulier par son grand voisin. Mais il semble tout de même que les délais fixés par ces agences les placent loin derrière les entreprises privées, si bien sûr les délais annoncés par les privés seront respectés au final. On peut donc légitimement se demander si le 21ème siècle ne verra pas le remplacement des agences officielles par les opérateurs privés.

Commentaires

Et pendant ce temps on ne voit toujours rien venir avec le projet Galileo qui devait concurrencer le GPS américain.
Ni aucun groupe d'importance se profiler pour concurrencer les GAFAs.
Alors va pour le rêve, mais j'ai déjà assez l'impression de me faire endormir par le divertissement permanent qu'il soit politique, social, sportif ou ludique. Au final, j'ai la désagréable impression de me faire mettre sans consentement éclairé.

Écrit par : Pierre Jenni | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

Si des parents souhaitent faire un beau cadeau a leur petit enfant, un paquet d`actions Tesla vaudra certainement une fortune dans une vingtaine d`années grace en particulier au développement du tourisme et de industrie miniere spatiales.

Écrit par : JJ | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

ET moi qui croyait naïvement que vous ne sauriez imaginer le monde dans trois ans...
Depuis quand êtes-vous devenu consultant en investissement Jean ?

Écrit par : Pierre Jenni | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

Difficile de dire comment et quand vont pouvoir se résoudre les grands problemes qui déterminent la vie de tous les jours mais relativement facile d`imaginer comment vont se développer des industries déja existantes en relation avec la technologie spatiale. On aura toujours besoin de matieres premieres, celles-ci sont de plus en plus probématiques a extraire sur Terre (notamment a cause des effets sur l`environnement) mais tres abondantes autour de la Terre pour peu qu`on puisse faire parvenir dans l`espace les machines nécessaires et ramener la camelote sur Terre.

Écrit par : JJ | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

Une des plus grandes énigmes restera l'évolution du système monétaire qui repose essentiellement sur de la dette et qui provoque l'émergence et les soubresauts des cryptomonnaies.
Dit autrement, il se pourrait bien que le concept même de valeur change radicalement dans un monde de rareté artificiellement entretenue.
Même la prolongation de la vie des plus nantis ne semble pas suffire à leur épanouissement. Et je n'ose pas penser à la mauvaise surprise qu'éprouvera le premier être immortel. Alors les matières premières...

Écrit par : Pierre Jenni | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

J`ai un peu de peine a vous suivre dans ces grandes théories mais mon peyotl est peut-etre moins frais que le votre.

Écrit par : JJ | 09/02/2018

Cela dit, si tout d`un coup tout le monde s`est mis a développer les fusées réutilisables, c`est bien parce`que le tourisme et l`exploitation miniere des astéroides ne seront rentables que si l`on ne balance pas les moteurs dans la mer a chaque fois.

Écrit par : JJ | 14/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire