27/06/2017

Après l'embargo, l'ultimatum et après... la guerre ?

Je suis sidéré qu'on ne parle presque pas des tensions internationales sur nos médias occidentaux en ce moment. Pourtant jamais la situation n'a été si tendue. Les nouvelles se succèdent et font écho les unes aux autres, comme si on vivait un improbable scénario de film catastrophe. Pourtant, on continue simplement les préparatifs des vacances comme si tout allait pour le mieux. Dans les précédents billets, j'ai déjà cité les 3 théâtres d'où une crise majeure pouvait venir. La Syrie bien sûr, mais aussi le Golfe Persique et la Corée du Nord.

missile coréen.jpgDans ce dernier état extrême-oriental, on continue à narguer le monde entier avec des missiles qui menaceraient jusqu'aux rives continentales des Etats-Unis. Il semble qu'on soit désormais en mesure d'équiper des missiles balistiques d'armes nucléaires, certes assez peu puissantes, mais tout de même potentiellement très meurtrières si utilisées contre des zones habitées. La rhétorique est plus guerrière que jamais, Kim Jong Un ayant traité Donald Trump de nouvel Hitler aujourd'hui même, ou de psychopathe la semaine dernière après la mort de l'étudiant américain peu après sa libération des prisons nord-coréennes. Bref, on est loin d'un langage diplomatique !

http://www.20minutes.fr/monde/2094571-20170627-coree-nord...

Ce qui est sûr c'est que la Chine et la Russie se préparent déjà à une confrontation entre la Corée du Nord et les USA. Ces deux pays ont groupé beaucoup de troupes aux frontières qu'ils ont avec la péninsule coréenne. Officiellement il s'agit de faire face à un possible afflux de réfugiés. Mais il s'agit aussi et surtout de faire face à une possible extension du conflit...

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1733/Coree-du-Nord/article/det...

En Syrie, les tensions vavion syrien.jpgont également croissante entre l'autoproclamée "coalition internationale" et les forces gouvernementales. Avion syrien abattu par les Américains, attaque israélienne contre les forces gouvernementales suite à une attaque de missiles dans le plateau de Golan, on peut dire qu'on s'éloigne de plus en plus d'une attaque coordonnée contre Daesh. Même lorsque les Américains bombardent des bâtiments officiels de Daesh à Raqqa, ils bombardent une prison où sont bien sûr en majorité détenus... des fidèles du gouvernement syrien !

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20170619-avion-syrien-abat...

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/06/24/97001-201706...

http://www.rfi.fr/contenu/ticker/syrie-une-frappe-aerienn...

Et finalement, on prétend qu'Assad préparerait une nouvelle attaque chimique. (alors que bien entendu, on n'a encore jamais daigné présenter des preuves de l'implication du gouvernement Assad dans les attaques chimiques précédentes) Et on menace à nouveau la Syrie de représailles dans un tel cas. Gageons qu'une attaque va avoir lieu prochainement, qu'on en accusera immédiatement le gouvernement syrien et qu'on va en profiter pour se lancer dans une véritable guerre contre les troupes gouvernementales, délaissant au passage Daesh qui pourra enfin souffler et reconstituer ses forces.

http://www.lemonde.fr/syrie/article/2017/06/27/les-etats-...

Mais c'est finalement entre le Qatar et la coalition menée par l'Arabie Saoudite que se situe le principal motif d'inquiétude. En effet, un ultimatum en treize points, dont beaucoup sont totalement irrecevables, a été transmis au gouvernement qatari. Ce dernier a une dizaine de jours pour s'y conformer. Certes le souverain des Emirats Arabes Unis prétend que ça n'est qu'une base de négociations, mais dans ce cas pourquoi l'assortir d'un ultimatum ? Est-ce la bonne manière de conduire des négociations ?

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orien...

http://www.europe1.fr/international/pour-erdogan-lultimat...

La question qui se pose donc c'est "Et après ?" Le Qatar ne cédera pas, c'est évident. Donc à la fin de l'ultimatum que va-t-il se passer ? La guerre ? Si c'est le cas, l'Iran et la Turquie se sont déjà rangés derrière le Qatar. On se retrouvera donc avec deux grosses coalitions opposées l'une à l'autre. Iran, Turquie et Qatar contre Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Egypte et Bahrein. Possiblement aussi Israël. Et derrière ces deux coalitions, la Russie et la Chine d'une part, les Occidentaux d'autre part. Cela ne prédit rien de bon.

Bref, ce début d'été ne pousse pas à l'optimisme. Je pense même qu'on n'a jamais été si proche d'un conflit global depuis la crise des missiles de Cuba. Et peut-être même qu'il faut remonter plus loin pour trouver une situation plus explosive...

23/06/2017

Les fourmis mieux que les humains ?

Avez-vous vu cette scène de panique dans une fan zone de la Juventus de Turin quand des "plaisantins" ont fait sauter un pétard pour faire croire à un attentat ? Cette fausse alerte s'est tout de même soldée par un bilan de... 1500 vrais blessés ! Certes, il s'agit de supporteurs de football et les mauvaises langues diront que ce qui brille dans une foule de supporteurs, ce n'est pas l'intelligence. Mais tout de même, il faut s'imaginer au milieu de cette foule, compressé contre des barrières de sécurité par des gens paniqués, eux-mêmes poussés par d'autres gens paniqués et incapables de faire autre chose que vous écraser. Cela fait un peu penser à la tragédie du Heysel en 1985 qui avait fait 39 morts durant la finale de la Coupe des Champions, déjà des fans de la Juventus pour la plupart.

Ce qui m'interpelle, c'est la dynamique de cette foule. Une véritable vague de panique déferle et écrase tout sur son passage. On s'aperçoit que la foule a bien un mouvement global, mais elle n'est pas mue par la raison, mais uniquement par la peur. Autrement dit par un instinct primaire. Si la foule avait été capable d'additionner l'intelligence de ses membres plutôt que sa peur, elle aurait pu avoir un mouvement coordonné, permettant à un maximum de personnes d'échapper au danger présumé, sans mettre d'autres en danger. Mais ça n'est pas comme cela que ça se passe.

Maintenant, étant enfant, avez-vous déjà tenté de provoquer une situation de panique au sein d'une colonie de fourmis ? En plantant par exemple un bâton dans leur fourmilière. La fourmi est un être dépourvu d'intelligence, qui n'est mu que par ses seuls instincts. On pourrait s'attendre ainsi à ce qu'elles réagissent de manière totalement illogique, en partant dans tous les sens. Mais il n'en est rien. Immédiatement, elle s'en prennent au bâton, de manière coordonnée pour l'éliminer. Elles vont additionner leurs forces réciproques pour parvenir à se débarrasser de l'intrus. Et après quelques minutes, elles auront effacé les traces de cette petite tragédie et auront repris leur travail habituel.

N'est-il donc pas étrange de constater que l'être humain, censé être le plus intelligent de la création et de plus adapté à la vie en société organisée, est incapable de réagir de manière coordonnée dans une situation de crise, alors qu'un être aussi stupide que la fourmi le peut ? C'est un peu comme si les fourmis était dépourvues d'instinct de survie propre, mais n'avait qu'un instinct de survie commun à toute la colonie. Seule, une fourmi ne peut rien faire, mais une colonie de fourmis est comme un organisme complet, doté de différents organes spécialisés et d'une intelligence collective lui permettant de faire des miracles, un peu à la manière des cellules formant un organisme complet. L'homme, au contraire, individuellement est une machine formidable, mais collectivement, c'est comme si l'intelligence des uns et des autres s'annulait pour ne plus laisser que les instincts primaires. Au final, les fourmis ne sont-elles pas mieux adaptées à la survie que nous ? Elles existent d'ailleurs depuis une centaine de millions d'années alors que l'homme n'existe que depuis quelques centaines de milliers d'années. Et probablement qu'elles existeront encore longtemps après sa disparition.

10:53 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

13/06/2017

Un point sur la situation internationale

Pendant que tout le monde prépare ses vacances et que la France et la Grande Bretagne ne parlent que des conséquences de leurs élections législatives réciproques, des événements très inquiétants se produisent ailleurs dans le monde. Que cela soit en Syrie, dans le Golfe Persique ou en Corée du Nord, la tension semble à son comble en cette fin de printemps. Je rappelle au passage mon analyse de la situation mondiale datant de la fin de l’année passée (voir ici et les billets suivants pour les détails) : je pense que ce printemps catalyse tous les dangers et que la moindre étincelle peut enflammer toute l’hémisphère nord. Or ces derniers temps, les étincelles virevoltent un peu partout et, contrairement à ce que peut laisser penser la quiétude ambiante, le danger est à nos portes. Pour rappel d’ailleurs, la quiétude régnait également juste avant la première guerre mondiale…

Ce que j’avais plus ou moins prédit, c’est qu’une guerre entre l’Iran et l’Arabie Saoudite pourrait dégénérer et se répandre dans le monde entier. La Corée du Nord a elle aussi le potentiel d’entraîner le monde dans la guerre. Même si je ne crois pas trop que ce pays qui s’est attiré l’inimitié du monde entier puisse amener la Chine ou la Russie à combattre à ses côtés. Cependant, un conflit nucléaire localisé peut très bien enfler jusqu’à devenir mondial. Le danger n’est donc pas à sous-estimer.

La Syrie

Ce pays reste bien sûr une poudrière. Il ne faut pas pavoiser en entendant parler des victoires militaires, tant de la "coalition internationale" et des "forces syriennes libres" que des forces syro-russes. Il y a eu également des attaques graves de ladite coalition internationale contre les forces syriennes. D’ici quelques temps, il est probable que les derniers bastions de Daesh vont tomber. Les deux coalitions vont alors se retrouver face à face et il faudra envisager l’avenir du pays et de la région. Que va-t-il se passer ? Il y a peu de chances que ces deux camps arrivent à s’entendre tant leurs positions sont différentes. En particulier, il est impossible que le gouvernement Bachar accepte l’idée occidentale d’un avenir dont il serait écarté. Une telle position est donc incompatible avec une paix dans la région et il y a à craindre que la guerre continue ensuite, opposant directement les deux coalitions et entraînant derrière elles leurs "parrains" occidentaux et russes.

A propos de l'attaque de la coalition contre un convoi syrien et avertissement de Moscou:

http://www.europe1.fr/international/bombardement-en-syrie...

Le Qatar

Depuis une semaine, le Qatar est sous embargo suite à la découverte de ses liens avec le terrorisme. Personnellement, non seulement la révélation de ces liens ne m’étonne pas – je suis convaincu depuis des années que le Qatar finance le terrorisme, en particulier de Daesh – mais ce qui m’étonne par contre, c’est que le principal accusateur se trouve être l’autre état soupçonné de financer ce terrorisme, l’Arabie Saoudite ! J’ai même déjà dit que pour moi, cet état et Daesh ne formaient qu’une seule entité. Et je le pense toujours.

Dans ces conditions, à quoi ce blocus rime-t-il ? Il faut évidemment aller chercher du côté des liens que le Qatar tente de créer avec l’Iran. Car si le Qatar a jusqu’ici financé le terrorisme, il faut rappeler que l’Iran n’a rien à voir avec le terrorisme et d’ailleurs il vient de subir un attentat de grande ampleur, ce qui cause encore plus de tensions dans la région. Donc en se rapprochant de l’Iran, le Qatar s’éloigne de l’Arabie Saoudite et de Daesh. C’est cela qui est considéré comme intolérable par les Saoudiens. Si l’Iran nouait des relations étroites avec le Qatar, les Iraniens se retrouveraient à leurs frontières terrestres alors que jusqu’à maintenant ils étaient séparés d’eux par un bras de mer.

Cette crise a bien sûr également été rendue possible par la visite de Trump le mois dernier, durant laquelle il a rappelé le lien indéfectible des Etats-Unis avec le royaume de Saouds, et qui a à nouveau désigné l'Iran comme le grand Satan de la région, rompant avec la politique de détente suivie par Obama. Il semble donc que ceux qui avaient espéré que Trump serait un anti-guerre (au rang desquels je me trouvais) et qu'il se mettrait en choc frontal avec le complexe militaro-industriel se soient trompés. D'ailleurs les contrats gigantesques de vente d'armes conclus durant cette visite ne font qu'envenimer une situation déjà explosive.

Je pense que parmi les étincelles actuelles, celle-ci a véritablement le potentiel d’enflammer toute la région, puis le reste du monde. Car si l’Arabie Saoudite et l’Iran se retrouvent en guerre directe, c’est aussi les Occidentaux qui se retrouveraient opposés, par leurs alliances réciproques, à la Russie et la Chine.

Au passage, il faut signaler que la Turquie soutient le Qatar dans cette crise. Cela confirme donc que, bien que faisant toujours partie de l'OTAN, ce pays s'éloigne rapidement des Etats-Unis.

L'Iran accuse l'Arabie Saoudite et les Etats-Unis d'être à l'origine des attentats de Téhéran:

http://www.leparisien.fr/international/iran-fusillades-au...

La Turquie augmente sa présence militaire au Qatar:

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/06/07/97001-201706...

Visite de Donald Trump à Riyad: vente d'armes record, réaffirmation du soutien à l'Arabie Saoudite et accusation contre Téhéran de soutenir le terrorisme:

http://www.lefigaro.fr/international/2017/05/21/01003-201...

La Corée du Nord

Même si les Etats-Unis ont rappelé l’une de leurs flottes pour la poster dans la région, la Corée du Nord continue à tester toutes sortes de missiles en vue d’une confrontation directe. Il y a entre autres des missiles terre-mer, visant donc directement le groupe aéronaval qui lui fait face, et un missile intercontinental (de type ICBM) que Pyongyang dit être presque prêt à tester. Cette dernière menace serait bien sûr inacceptable pour les USA. Dans ces conditions, un conflit régional, potentiellement nucléaire, deviendrait inévitable. Et comme écrit plus haut, dans une telle éventualité, on ne peut pas exclure une extension du conflit.

Test imminent de missiles intercontinentaux :


http://www.lci.fr/international/la-coree-du-nord-affirme-...

missile corée.jpg

09/06/2017

Et si on jetait les pandas dans la cage des tigres ?

L'année passée, j'ai visité le zoo de Beauval en France, l'un des 6 zoos européens autorisés à accueillir des pandas géants. En effet, le gouvernement chinois est avare en pandas captifs, lancé qu'il est dans un grand programme de conservation de l'espèce. Car il faut le dire, le panda n'est pas un champion de la survie de l'espèce. Incapable de résister à la disparition de son environnement, très mauvais sur le plan de la reproduction, le panda géant est au bord de la disparition à l'état sauvage. Sans l'aide du gouvernement chinois, il aurait sans doute disparu aujourd'hui.

Et bien j'ai trouvé le spectacle offert par ces gros paresseux assez ennuyeux. Il s'agit d'un animal très mou et il n'y a pas grand chose à voir. Il passe son temps à mâchonner du bambou, assis sur son derrière. Alors finalement, je me dis que ça serait assez sympa pour le spectacle de jeter ces grosses peluches dans la cage des tigres afin de voir en combien de temps ils seraient mangés ! Au moins ça attirerait les spectateurs pour quelques minutes et ensuite, il ne serait plus nécessaire de nourrir ces gros mâcheurs de bambou.

Lire la suite

10:02 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (17)