27/06/2017

Après l'embargo, l'ultimatum et après... la guerre ?

Je suis sidéré qu'on ne parle presque pas des tensions internationales sur nos médias occidentaux en ce moment. Pourtant jamais la situation n'a été si tendue. Les nouvelles se succèdent et font écho les unes aux autres, comme si on vivait un improbable scénario de film catastrophe. Pourtant, on continue simplement les préparatifs des vacances comme si tout allait pour le mieux. Dans les précédents billets, j'ai déjà cité les 3 théâtres d'où une crise majeure pouvait venir. La Syrie bien sûr, mais aussi le Golfe Persique et la Corée du Nord.

missile coréen.jpgDans ce dernier état extrême-oriental, on continue à narguer le monde entier avec des missiles qui menaceraient jusqu'aux rives continentales des Etats-Unis. Il semble qu'on soit désormais en mesure d'équiper des missiles balistiques d'armes nucléaires, certes assez peu puissantes, mais tout de même potentiellement très meurtrières si utilisées contre des zones habitées. La rhétorique est plus guerrière que jamais, Kim Jong Un ayant traité Donald Trump de nouvel Hitler aujourd'hui même, ou de psychopathe la semaine dernière après la mort de l'étudiant américain peu après sa libération des prisons nord-coréennes. Bref, on est loin d'un langage diplomatique !

http://www.20minutes.fr/monde/2094571-20170627-coree-nord...

Ce qui est sûr c'est que la Chine et la Russie se préparent déjà à une confrontation entre la Corée du Nord et les USA. Ces deux pays ont groupé beaucoup de troupes aux frontières qu'ils ont avec la péninsule coréenne. Officiellement il s'agit de faire face à un possible afflux de réfugiés. Mais il s'agit aussi et surtout de faire face à une possible extension du conflit...

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1733/Coree-du-Nord/article/det...

En Syrie, les tensions vavion syrien.jpgont également croissante entre l'autoproclamée "coalition internationale" et les forces gouvernementales. Avion syrien abattu par les Américains, attaque israélienne contre les forces gouvernementales suite à une attaque de missiles dans le plateau de Golan, on peut dire qu'on s'éloigne de plus en plus d'une attaque coordonnée contre Daesh. Même lorsque les Américains bombardent des bâtiments officiels de Daesh à Raqqa, ils bombardent une prison où sont bien sûr en majorité détenus... des fidèles du gouvernement syrien !

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20170619-avion-syrien-abat...

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/06/24/97001-201706...

http://www.rfi.fr/contenu/ticker/syrie-une-frappe-aerienn...

Et finalement, on prétend qu'Assad préparerait une nouvelle attaque chimique. (alors que bien entendu, on n'a encore jamais daigné présenter des preuves de l'implication du gouvernement Assad dans les attaques chimiques précédentes) Et on menace à nouveau la Syrie de représailles dans un tel cas. Gageons qu'une attaque va avoir lieu prochainement, qu'on en accusera immédiatement le gouvernement syrien et qu'on va en profiter pour se lancer dans une véritable guerre contre les troupes gouvernementales, délaissant au passage Daesh qui pourra enfin souffler et reconstituer ses forces.

http://www.lemonde.fr/syrie/article/2017/06/27/les-etats-...

Mais c'est finalement entre le Qatar et la coalition menée par l'Arabie Saoudite que se situe le principal motif d'inquiétude. En effet, un ultimatum en treize points, dont beaucoup sont totalement irrecevables, a été transmis au gouvernement qatari. Ce dernier a une dizaine de jours pour s'y conformer. Certes le souverain des Emirats Arabes Unis prétend que ça n'est qu'une base de négociations, mais dans ce cas pourquoi l'assortir d'un ultimatum ? Est-ce la bonne manière de conduire des négociations ?

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orien...

http://www.europe1.fr/international/pour-erdogan-lultimat...

La question qui se pose donc c'est "Et après ?" Le Qatar ne cédera pas, c'est évident. Donc à la fin de l'ultimatum que va-t-il se passer ? La guerre ? Si c'est le cas, l'Iran et la Turquie se sont déjà rangés derrière le Qatar. On se retrouvera donc avec deux grosses coalitions opposées l'une à l'autre. Iran, Turquie et Qatar contre Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Egypte et Bahrein. Possiblement aussi Israël. Et derrière ces deux coalitions, la Russie et la Chine d'une part, les Occidentaux d'autre part. Cela ne prédit rien de bon.

Bref, ce début d'été ne pousse pas à l'optimisme. Je pense même qu'on n'a jamais été si proche d'un conflit global depuis la crise des missiles de Cuba. Et peut-être même qu'il faut remonter plus loin pour trouver une situation plus explosive...

Commentaires

"Je suis sidéré qu'on ne parle presque pas des tensions internationales sur nos médias occidentaux en ce moment. "

Vous avez entièrement raison. Il faut se poser la question du pourquoi. C'est une autre manière de préparer la guerre en faisant en sorte qu'il n'y ait pas de manifestation pacifiste. La presse des milliardaires n'en continue pas moins sa campagne anti-Poutine à l'occasion de la diffusion des "Conversations avec Poutine" de Stone. Avec un déchaînement de calomnies. Une autre manière de formater l'opinion.

Les risque le plus grave n'est pas le Qatar, mais la Syrie. Il semblerait que les Américains ne soient pas prêts à accepter la défaite de leurs terroristes. Et vous résumez très bien la situation. Les Russes ont abattu un drone espion au-dessus des eaux territoriales syriennes. Qui en a parlé? Réplique à l'avion syrien abattu.

http://pc-ge.org/blog/drone-abattu-le-spectre-dune-guerre-us-russie-semble-se-rapprocher

Mais ils devraient faire très attention. Car si tous les problèmes viennent d'Israël (plan de remodélisation du Moyen-Orient: se débarrassere de tous ceux qui soutiennent les Palestiniens, annexer le Golan), certaines personnes pourraient envisager de régler le problème une fois pour toute en cas de guerre mondiale et nucléaire.

Écrit par : Armageddon | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

J'ai été choqué par les mêmes choses que vous. On se trouve dans la peau des gens des années 30 qui voyaient très bien ce qui allait inexorablement arriver...

Écrit par : Géo | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

Il y a certes beaucoup de tension, mais ni plus ni moins que lors de ces dernières années. Les grandes puissances avancent et placent leurs pions en leurs fournissant produits de consommations et armes.
Si les petits pions se font la guerre les grandes puissances ne sont pas perdantes car les petits pions seront affaiblis et il faudra reconstruire. (Ce n’est pas mauvais pour l’économie).
En outre, après un conflit il y a des réfugiés qui quitteront leurs pays. Ces réfugiés se situent dans la frange la mieux formée de la population qui aurait été nécessaire pour la reconstruction de leur pays. (Les autres réfugiés ne peuvent pas venir car ils sont trop pauvres, malades ou déconnectés).
Les réfugiés qui arriveront dans les pays "riches" feront pression sur les salaires des habitants ce qui va permettre de baisser les coûts de productions.
(Bonjour les conflits sociaux et le racisme que tous les bienpensants vont s'empresser de dénoncer sans se rendre compte qu'ils sont les idiots utiles d'un système.
Ainsi va le monde qui est un jeu entre grandes puissances et manipulation de leur population.
La grande question est de savoir jusqu'à quand ce petit jeu va durer.
A lire, voir et écouter nos médias et politiciens, il y a encore de la marge.
Alors dormez tranquille et bonnes vacances d'été.

Écrit par : Boccard | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

"mais ni plus ni moins que lors de ces dernières années." Cela fait depuis la crise de Cuba que la tension entre Américains et Russes n'a jamais été si forte.
Les Américains prétendent avoir décelé des préparatifs d'attaque chimique sur un aérodrome syrien : c'est évidemment une fumisterie. Ils ont vu des équipes accrocher des bombes sous des avions, c'est tout. Mais c'est un prétexte pour aller à l'affrontement. Ils ont déjà abattu un avion russe et les Russes ont promis d'abattre tout appareil de la coalition à l'ouest de l'Euphrate. Alors, pour venir nous déclarer : "mais ni plus ni moins que lors de ces dernières années", je ne sais pas quel genre de somnifère vous consommez...

Écrit par : Géo | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

Il est vrai qu'en 2013, quand une grande attaque sur la Syrie avait été planifiée en représailles d'une présumée attaque chimique des forces gouvernementales sur la population civile, la tension était tout aussi grande. Mais il faut rappeler que nous n'avons échappé à une guerre que grâce à un problème que je qualifierai de technique. À savoir qu'une attaque d'envergure sur la Syrie par les Américains et leurs vassaux se serait soldée par un cuisant échec. Aujourd'hui ils sont présents sur le territoire syrien et la situation à donc changé.

Écrit par : Kad | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

Cher Géo

Depuis 1945, il y a eu de nombreuses tensions entre les grandes puissances. Ces dernières ne peuvent pas se faire la guerre sans des conséquences irréversibles. (Tout le monde sera perdant ce qui n'est pas le but).
Les tensions entre grandes puissances ont été bien plus importantes lors des derniers conflits qui ont touchés la Corée, le Vietnam ou les pays du Moyenne Orient. Selon vous qui a profité de ces guerres et quelles ont été les conséquences. (Économiques et migratoires).
Le plus difficile dans l'analyse d'une situation politique c'est de regarder la réalité en face et c'est souvent le politiquement correcte qui l’empêche.
En étant un peu ironique, M. Poutine et M. Trump ont simplement besoin de montrer leurs "muscles". C'est bon pour manipuler l'opinion publique. En réalité les américains savent très bien que les Russes ne renonceront pas à leurs bases en Syrie. (Ou bien il faudra des fortes compensations, du style admettre que l’Ukraine et la Crimée font partie de l’empire Russe).
Nous vivons dans un monde "Machiavélique" au sens propre du terme, ce que beaucoup de "bienpensants" ne veulent pas admettre.
Pour votre info, je n’ai heureusement pas besoin de somnifère pour calmer mes angoisses. Mais avoir un peu de réflexions objectives et neutres me semble bien plus bénéfique.

Écrit par : Boccard | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

Il y a une erreur à ne pas commettre: ce n'est pas parce qu'une chose s'est produite 1000 fois qu'elle se produira une 1001e fois. Jamais jusqu'à présent les deux grands se sont retrouvés impliqués dans un même conflit. Les guerres que vous citez se sont déroulées par proxy interposés. Désormais on peut s'attendre à voir des avions americains abattre des avions russes et vice-versa. De plus, un conflit dans le Golfe Persique toucherait à des intérêts si fondamentaux que les grandes puissances ne pourraient que s'impliquer directement. Ca non plus ce n'était pas le cas dans les cas que vous citez.

Écrit par : Kad | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

Kad a répondu avant moi...

Écrit par : Géo | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

" les grandes puissances ne pourraient que s'impliquer directement. "

Les grandes puissances sont déjà impliquées directement. Les Américains ont établi une base dans le sud syrien en violant la légalité internationale. Un avion américain a été abattu par un S-300 russe. L'escalade est en route si les Américains ne font pas machine arrière, ce qu'ils ne s'apprêtent pas à faire en annonçant que la Syrie prépare une attaque avec armes chimiques. Un mensonge bien évidemment uniquement destiné à justifier la poursuite de l'escalade. Leurs proxies sont en déroute partout. Seule leur intervention directe peut leur éviter une défaite à très court terme. Il faut compter sur le sang froid des Russes. Mais déjà la décision de flinguer un appareil américain a été descendue des généraux à des officier subalternes. A bon entendeur.

La Russie n'est pas un "empire", mais une fédération. Toujours cette russophobie de désigner la Russie ou ses dirigeants pour ce qu'ils ne sont pas.

Écrit par : Armageddon | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

L'escalade est en route:

https://fr.sputniknews.com/international/201706281032027017-syrie-usa-reconnaissance/

https://fr.sputniknews.com/international/201706281032026474-lavrov-russie-provocations-usa-syrie/

Fake news: ces deux mots sont américains.

https://fr.sputniknews.com/international/201706281032024299-zakharova-reaction-attaque-chimique-washington/

Informations sur ce qui se passe sur le terrain au jour le jour:

http://en.farsnews.com/

Les Américains sont pressés d'agir avant l'effondrement complet de daech. Il faut rappeler qu'ils ont laissé des corridors pour que les terroristes puissent fuire Mossoul et Raqqa et continuer la guerre contre l'armée syrienne.

Écrit par : Armageddon | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

C`est la Turquie qui pose peut-etre le plus de risque en ce moment a la paix dans la zobe européenne, bien qu`on n`en parle quasiment pas. On sait qu`il y a des réserves de gaz colossales sous des eaux territoriales qui sont revendiquées a la fois par les Grecs et les Turcs. Il y a la de quoi facher sérieusement deux nations aussi fieres l`une que l`autre et ce n`est pas leur appartenance commune a l`OTAN qui les dissuaderait d`en venir éventuellement aux mains... D`autre part, s`il advenait que les Turcs et les Russes se fachent une fois de plus et que la Turquie décide d`enfermer la marine russe dans la Mer noire en bloquant le Bosphore, les Russes ne feraient certainement pas profil bas...

Écrit par : Kamchatka | 28/06/2017

Répondre à ce commentaire

Mais la Turquie fait partie de l'OTAN, et l'OTAN est le moyen pour les USA d'asservir l'Europe...
La seule contradiction : les Américains arment les Kurdes...

Écrit par : Géo | 29/06/2017

Répondre à ce commentaire

La Turquie fait encore partie de l'OTAN mais je pense qu'en cas de guerre elle rejoindrait l'autre camp. Depuis la tentative de putsch, le pays s'éloigne des Etats-Unis. La preuve: elle prend fait et cause pour le Qatar.

Écrit par : Kad | 29/06/2017

Répondre à ce commentaire

D`accord avec Kad. Celui qui dirige en ce moment la Turquie n`est pas du genre a se laisser lier par tel ou tel accord international au le cas ou cela contredirait ses propres "visions" stratégiques. L`histoire a souvent montré comme l`accumulation du pouvoir aux mains d`un seul homme pouvait etre dangereuse lorsque cet homme a de grands projets nationalistes et dispose d`une armée puissante. Tempus narrabo...

Écrit par : Kamchatka | 29/06/2017

Répondre à ce commentaire

Armageddon: " Un avion américain a été abattu par un S-300 russe. "
Vous avez une source ? Je ne trouve pas trace de cette info.

Écrit par : Kad | 29/06/2017

Répondre à ce commentaire

Kad @ "La preuve: elle prend fait et cause pour le Qatar." Et alors ? Est-ce que les Américains n'ont pas leur plus grande base précisément au Qatar ?

Écrit par : Géo | 29/06/2017

Répondre à ce commentaire

@ Kad: l'avion est un drone RQ-4 Global Hawk.

L'information est dans le lien que j'ai posté sur votre blog le 28.6, tout premier commentaire. Le lien fournit une source.

Discussion:

http://engforum.pravda.ru/index.php?/topic/280185-us-eq-4-global-hawk-drone-shot-down-by-russian-s-300-over-mediterranean-sea-near-syria/

Écrit par : Armageddon | 29/06/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire