28/04/2017

Les primaires françaises, grande réussite

Quelques mois plus tard, il est assez drôle de constater que les 2 partis qui ont organisé des primaires sont hors jeu après le premier tour. Pourtant, pendant plusieurs mois, les médias n'avaient parlé que de ça. D'abord de la primaire de la droite puis de celle de la gauche, qui avaient réuni respectivement environ 10% et 6% de l'électorat. Sachant d'ailleurs que parmi les électeurs de droite, il y avait de nombreux socialistes qui s'étaient mobilisés contre Nicolas Sarkozy, offrant au passage 2€ aux républicains, on comprend à quel point ces primaires n'avaient pas intéressé grand monde.

D'ailleurs, si on fait le compte des favoris présumés l'année dernière, il est d'autant plus amusant de constater que peu d'entre eux sont arrivés à l'élection présidentielle.

Côté socialiste, la question que se posaient les médias l'année passée, c'était si Hollande allait se présenter aux primaires et, s'il jetait l'éponge, si Manuel Valls allait le remplacer. Finalement, ni l'un ni l'autre n'a atteint l'élection, pas plus que le challenger désigné, Arnaud Montebourg.

Côté républicain, on nous a longtemps vanté le fabuleux Alain Juppé. Et on se demandait s'il parviendrait à battre Nicolas Sarkozy... Tous deux ont été envoyé à la retraite bien avant l'élection!

On s'attendait dès lors à ce que le prochain président soit Fillon... mais le seul membre respectable des républicains s'est révélé être beaucoup moins respectable que prévu. Si bien qu'une partie de ses électeurs se sont reportés sur Dupont-Aignan et Fillon va devoir faire face à la justice.

Au final, les deux partis qui ont dominé les 35 dernières années sont éliminés du second tour. C'est un véritable séisme, tout comme les scores de l'extrême-droite et de l'extrême-gauche qui sont sans précédent. Cette élection est vraiment hors normes. Et vu le résultat de cet exercice inédit, je pense qu'on ne devrait plus assister à des primaires en France, ce qui serait très salutaire pour la vitalité de la démocratie qui aura souffert de la spoliation de l'attention des médias.

Finalement, la seule chose qui s'est révélé exacte, c'est la présence de Marine Le Pen au second tour. Et comme le prévoyaient les médias depuis le début, son opposant, quelqu'il soit, est très largement favori. Ceci dit, Macron est tellement lisse et peu convaincant, je pense de plus en plus que Marine Le Pen a contre toute attente plus de chances que prévu. Son élection serait finalement le dernier séisme de cette présidentielle et en ferait un événement historique sans précédent.

Je réitère ce que j'avais dit il y a quelques temps: Si Marine Le Pen est une machine à faire élire un âne (autrement dit n'importe qui lui étant opposé), Emmanuel Macron est peut-être bien une machine à faire élire une machine à faire élire un âne.

25/04/2017

Pauvre peuple français...

Oui pauvre peuple français. Quelques décennies de télé-réalité et de séries américaines auront eu raison de ta détermination et auront suffi à te décérébrer. Où est passée la France qui se bat ? La France résistante qui refuse de laisser à autrui sa souveraineté ? Elle doit être morte avec l'américanisation réussie commencée dès la fin de la guerre.

Tu avais une vraie occasion de changer les choses par les urnes et de chasser tes esclavagistes. Mais voilà que tu t'apprêtes à une union patriotique pour faire barrage à celle qui souhaite la destruction de la nation. Les valeurs s'inversent. Ceux qui cherchent à protéger la souveraineté sont une menace pour la patrie. Les euro-mondialistes sont le dernier rempart contre eux. Ceux qui ont le pouvoir depuis si longtemps et qui transforment le peuple en esclave sont un moindre mal alors que le changement est vu comme un danger. On préfère donc rester dans la même situation, on choisit le confort d'une vie servile plutôt que l'incertitude de la liberté. Le choix que ferait une bête de somme.

Tu vas donc foncer tête baissée dans le piège qu'on te tend et quand tu t'apercevras qu'on t'a menti, tu descendras dans la rue pour te plaindre. Comme à chaque fois. Et comme à chaque fois, quand tu auras fini de te plaindre, tu capituleras. Pourtant tu pouvais prendre vraiment les choses en mains et récupérer ta démocratie, mais une fois de plus, tu as cru ceux qui te mentent depuis tant d'années. Ce comportement n'a rien d'humain. Le peuple français dans son ensemble est un peuple animal. Un peuple hybride composé de plusieurs animaux différents.


aveaute.jpgSi les Français sont des veaux comme le disait Charles De Gaulle, c'est qu'ils s'abreuvent à l'auge de la télévision qui meuble leur temps de cerveau disponible afin de leur éviter d'avoir à réfléchir. Qu'il est confortable de rester tranquillement à regarder Koh Lanta pendant 5 ans sans avoir à réfléchir à l'avenir de la nation. Puis au bout de ces 5 années, quand on est obligé de refaire un choix, on en redemande. C'est tellement bon. Qu'importe qu'on soit destiné à être transformé en tranches pannées, tant qu'on peut brouter.


mouton-noir-intello-abattoir.jpgSi les Français sont des moutons, c'est qu'ils sont prêts à suivre le berger quoi qu'il arrive. Et cela même s'il s'avère que c'est un loup déguisé. La règle d'or du Français-mouton : suivre le troupeau en toute situation, même s'il saute dans un précipice. De toute façon, il n'y a qu'une chose qui compte: être régulièrement tondu pour que la laine ne s'accumule pas trop.

Mais non finalement, voici l'animal hybride qui représente le mieux les Français. Il devrait remplacer le coq comme emblème national :

MOUGEON.jpg

09/04/2017

Les questions en suspens après l'attaque américaine sur territoire syrien

Une fois n'est pas coutume: la première stupeur passée, on se pose des tas de questions. Souvent, lorsqu'il s'agit de confrontation militaire, il ne faut pas chercher la réponse dans les médias, ils ne les abordent même pas. Pour ma part, je me pose toute une série de questions auxquelles je peine pour l'instant à répondre.

1200px-Tomahawk_Block_IV_cruise_missile_-crop.jpgTout d'abord, il faut savoir que le Tomahawk utilisé par les Américains est un missile de croisière, qu'on peut assimiler à un avion sans pilote ou à une bombe volante descendant des fameux V1 allemands, qui vole à basse altitude en utilisant un logiciel de suivi de terrain. Il est de conception relativement ancienne, puisqu'il date des années 80. Il n'a de ce fait aucune capacité en matière de furtivité et fait donc une très belle cible pour la DCA adverse. On compte plutôt sur leur grand nombre pour surpasser les capacités de défense de l'ennemi. 

Deuxièmement, il faut savoir que la Russie a justement déployé d'importants moyens de défense anti-aérienne pour protéger le territoire contrôlé par le gouvernement syrien. Il s'agit de missiles de haute technologie S-300 et S-400, dont on dit qu'ils sont d'une très grande précision, à tel point qu'on leur accorde des capacités anti-missiles. (autrement dit, ils sont capables de cibler et détruire des toutes petites cibles se déplaçant à très grande vitesse, ce qui n'est pas le cas du Tomahawk, qui se déplace lui à vitesse subsonique) Il se dit d'ailleurs qu'en 2013, c'est la destruction de deux missiles Tomahawk tirés depuis la Méditerranée qui avait convaincu Obama d'abandonner l'idée d'une invasion de la Syrie. En effet, comme prémisse à toute attaque terrestre, les Américains considèrent qu'il est primordial de contrôler le ciel.

Finalement, on peut considérer que d'un point de vue stratégique, cette attaque n'a aucun intérêt. D'une part, les Tomahawk sont plutôt considérés comme une arme d'appui de l'aviation, l'équivalent de l'artillerie pour l'armée de terre. En  2003, des Tomahawk avaient été tirés pendant plusieurs heures avant que les premiers avions n'emplissent le ciel irakien. C'est bien une tactique classique d'artillerie, qui pilonne les lignes ennemies pendant une longue période avant que les troupes combattantes avancent pour occuper le terrain, mais appliquée à l'aviation. Or, on voit qu'ici c'est l'arme d'appui qui est utilisée comme arme offensive. Je trouve de ce fait cette attaque d'un intérêt tactique quasi-nul, d'autant qu'il semble que les Russes aient été prévenus de l'attaque.

Ce peu d'intérêt tactique est d'ailleurs confirmé par les images diffusées par les médias. On voit des hangars bombardés vides, (s'il y avait eu des avions dedans, on aurait vu des restes des carlingues) une piste de décollage totalement indemne et des vieux Mig-21 alignés, d'ailleurs sans doute là plutôt pour l'effet de la mise en scène tant ces avions datant du Vietnam ont peu de chances d'être engagés dans un conflit moderne.

Les questions que je me pose sont donc les suivantes:

1. Pourquoi choisir de détruire une cible sans intérêt tactique, voire même préparée pour subir le minimum de dégâts ?

2. Pourquoi aucun Tomahawk n'a-t-il été détruit alors qu'ils sont censés être vulnérables aux S-400 russes ?

3. Pourquoi lancer si vite une opération sans plan de bataille réel ?

Je ne peux faire qu'une théorie. Je n'ai aucune preuve de ce que j'avance. Mais au moins, tout porte à croire que Poutine et Trump se sont bien entendu sur cette affaire et qu'ils ont contré ceux qui souhaitent jeter de l'huile sur le feu et provoquer une troisième guerre mondiale.

A mon avis, ils se sont en effet entendu sur une cible afin de gêner au minimum les opérations russes et syriennes sur les territoires occupés par les djihadistes. Il s'agit d'une opération de marketing visant l'opinion publique américaine afin de la convaincre que les USA ne restent pas les bras croisés face aux horreurs de la guerre en Syrie. Il s'agit également de tuer dans l’œuf toute attaque de la présidence qui pourrait à terme la forcer à intervenir réellement en Syrie, avec les risques qu'on sait. Selon moi donc, l'ennemi qu'à combattu Trump avec cette attaque, ça n'est pas le gouvernement syrien ni la Russie. Mais c'est ceux qui dans son propre pays souhaitent le forcer à envenimer une situation déjà très compliquée.

Je vois tout de même une autre possibilité. Il est possible que les Tomahawk tirés aient été dotés de systèmes de brouillage et qu'il s'agissait en fait d'une démonstration faite aux Russes prouvant que désormais, ce qui était vrai en 2013, à savoir que la Russie contrôlait l'espace aérien syrien, n'est plus vrai en 2017. Je considère cette théorie comme peu probable mais pas impossible. Si c'était le cas, cela signifierait en tout cas que les rapports de force en Syrie et dans le monde s'en retrouveraient totalement chamboulés.

06/04/2017

L'attentat de Sarajevo de notre époque ?

Dans mon analyse de la situation géopolitique et du risque qu'elle dégénère en 3ème guerre mondiale, j'avais, dans un commentaire fait cette prévision: "Bien sûr, il n'y aura pas d'attaque unilatérale. Je pense plutôt qu'il y aura un attentat de Sarajevo comme déclencheur. Si un ou plusieurs attentats de Sarajevo se produisent dans les prochains mois, nous pouvons commencer à avoir très peur."

Voir le billet ici

Attaque-chimique-en-Syrie-le-bilan-s-eleve-a-72-morts.jpgJ'avais aussi prévu que le dernier créneau disponible pour lancer une troisième guerre mondiale serait le printemps 2017. (voir l'analyse pour plus de détails) Et bien je crains que les événements des derniers jours me donnent raison. Jusqu'à l'été, nous vivons la période la plus dangereuse, peut-être de toute l'histoire. Et l'attaque chimique, réelle ou non, qui a eu lieu en Syrie avant-hier est un événement extrêmement dangereux dans ce contexte. Si, comme la menace a été proférée par les Etats-Unis, une intervention unilatérale devait avoir lieu, (ce qu'on appelle communément une déclaration de guerre) dans la situation explosive que nous vivons, la guerre pourrait rapidement se répandre à travers le monde entier.

Et je ne suis qu'à moitié étonné qu'on n'attende pas une enquête sérieuse pour définir le coupable. La théorie russe selon laquelle le régime syrien a bombardé un entrepôt des terroristes qui dominent la ville et que cet entrepôt contenait malheureusement des armes chimiques, me paraît pourtant très plausible. Dans ce contexte, je suis sûr que la Russie n'aurait pas mis son veto contre une résolution condamnant l'utilisation des armes chimiques sans désigner de coupable. Une enquête sérieuse aurait ensuite pu être lancée, mais on préfère faire confiance à des ONG pourtant plus que douteuses. Il y a de ce fait une volonté claire de mettre de l'huile sur le feu, ce qui ne m'étonne pas compte tenu du souhait de certains militaires américains d'en découdre avec la Russie et la Chine.

Encore une fois, j'espère me tromper, mais la situation ne semble pas évoluer très positivement.