28/04/2017

Les primaires françaises, grande réussite

Quelques mois plus tard, il est assez drôle de constater que les 2 partis qui ont organisé des primaires sont hors jeu après le premier tour. Pourtant, pendant plusieurs mois, les médias n'avaient parlé que de ça. D'abord de la primaire de la droite puis de celle de la gauche, qui avaient réuni respectivement environ 10% et 6% de l'électorat. Sachant d'ailleurs que parmi les électeurs de droite, il y avait de nombreux socialistes qui s'étaient mobilisés contre Nicolas Sarkozy, offrant au passage 2€ aux républicains, on comprend à quel point ces primaires n'avaient pas intéressé grand monde.

D'ailleurs, si on fait le compte des favoris présumés l'année dernière, il est d'autant plus amusant de constater que peu d'entre eux sont arrivés à l'élection présidentielle.

Côté socialiste, la question que se posaient les médias l'année passée, c'était si Hollande allait se présenter aux primaires et, s'il jetait l'éponge, si Manuel Valls allait le remplacer. Finalement, ni l'un ni l'autre n'a atteint l'élection, pas plus que le challenger désigné, Arnaud Montebourg.

Côté républicain, on nous a longtemps vanté le fabuleux Alain Juppé. Et on se demandait s'il parviendrait à battre Nicolas Sarkozy... Tous deux ont été envoyé à la retraite bien avant l'élection!

On s'attendait dès lors à ce que le prochain président soit Fillon... mais le seul membre respectable des républicains s'est révélé être beaucoup moins respectable que prévu. Si bien qu'une partie de ses électeurs se sont reportés sur Dupont-Aignan et Fillon va devoir faire face à la justice.

Au final, les deux partis qui ont dominé les 35 dernières années sont éliminés du second tour. C'est un véritable séisme, tout comme les scores de l'extrême-droite et de l'extrême-gauche qui sont sans précédent. Cette élection est vraiment hors normes. Et vu le résultat de cet exercice inédit, je pense qu'on ne devrait plus assister à des primaires en France, ce qui serait très salutaire pour la vitalité de la démocratie qui aura souffert de la spoliation de l'attention des médias.

Finalement, la seule chose qui s'est révélé exacte, c'est la présence de Marine Le Pen au second tour. Et comme le prévoyaient les médias depuis le début, son opposant, quelqu'il soit, est très largement favori. Ceci dit, Macron est tellement lisse et peu convaincant, je pense de plus en plus que Marine Le Pen a contre toute attente plus de chances que prévu. Son élection serait finalement le dernier séisme de cette présidentielle et en ferait un événement historique sans précédent.

Je réitère ce que j'avais dit il y a quelques temps: Si Marine Le Pen est une machine à faire élire un âne (autrement dit n'importe qui lui étant opposé), Emmanuel Macron est peut-être bien une machine à faire élire une machine à faire élire un âne.

Commentaires

Jolie conclusion Kad!
:-)

À propos de primaires je comprends mal qu'elles soient ouvertes à tout le monde. Des opposants à tel ou tel candidat peuvent participer à la décision, ce qui biaise le choix. Si primaire il doit y avoir elle devrait rester à l'intérieur de chaque parti. Et encore au vu du résultat il vaut peut-être mieux revenir aux congrès avec des courants. Convaincre son propre camp me paraît primordial pour avoir une proposition claire ensuite.

L'inconvénient est que dans un congrès les choix peuvent aussi être biaisés par les accointances, les négociations discrètes, les calculs. Dans ce sens une primaire ouverte est intéressante. Mais alors pourquoi ne pas la réserver aux seuls militants? Parce que ouverte à tous et toutes avec signature d'une charte, rien ne permet de croire à la sincérité du vote. Signer une charte n'engage pas à grand chose.

Si MLP était élue ce serait en effet le séisme total, et pourquoi pas? Si c'est Macron tout pourrait bien continuer comme avant.

Écrit par : hommelibre | 28/04/2017

Répondre à ce commentaire

Le problème c'est que les primaires donnent aux candidats une légitimité qui dépasse le cadre du parti. Quand les affaires ont fait surface François Fillon aurait dû être écarté et remplacé par un autre candidat. Mais on ne peut pas désélire celui qu'on n'a pas élu. Sans un désistement du candidat lui-même, pas moyen de le remplacer. François Fillon est allé dans le mur tout seul et son parti a été pris à son propre piège. Je suis persuadé que si les Républicains avaient envoyé Juppé à l'élection, nous aurions un deuxième tour Macron-Juppé avec victoire probable de Juppé. Mais finalement je ne suis pas mécontent que ça ne soit pas le cas.

Écrit par : Kad | 28/04/2017

Répondre à ce commentaire

Oui Fillon a fait une erreur en se maintenant, surtout après la mise en examen. Innocent ou pas, la charge est trop forte pour ne pas atteindre son crédit dans la population. Il n'a de plus pas eu la force suffisante pour reprendre la main et dérouler son programme.

Les Républicains auraient pu faire une sorte de coup d'Etat en proposant un autre candidat et en désavouant FF, même s'il s'était maintenu. Mais cela aurait tout autant jeté leur parti dans la tempête et les fillonnistes auraient de toute façon voté Fillon.

Écrit par : hommelibre | 28/04/2017

Répondre à ce commentaire

Où le crime a été parfait.

vu que les institutions de la Ve république ne sont pas organisées pour fonctionner sur le principe de l'élection présidentielle par pré-sélection de primaires bi-partistes,

mais sur le suffrage universel,

A vouloir user de positions dominantes pour s'imposer avant-toute via pré-élection en primaires, à l'encontre des mécanismes prévus pour l'équilibre des pouvoirs par les textes de leur pays,
les 2 principaux partis français se sont auto-phagocités.

De fait les français doivent choisir leur président en fonction de nouveaux critères: hors parti et en dehors du cadre constitutionnel prévu par la Ve République.

Écrit par : divergente | 28/04/2017

Répondre à ce commentaire

Comme aux usa avec trump/clinton, en France c'est l'élite économique totalement "hors-sol" et méprisable qui a placé au 2ème tour macron/le pen pour faire élire macron! Aux usa ça n'a pas marché comme l'élite a voulut (Mais qu'importe puisqu'elle bloque toutes les initiatives de trump, c'est bien la preuve que les usa aussi sont bien dirigé par une élite occulte et pas par un président fantoche! obama est donc allé dans le sens de cette élite occulte pendant 8 ans!) Mais en France là ça va passer sans problème! Nous en reparleront donc dans un an, avec en main la liste des promesses du petit macron, histoire de voir qu'il n'en aura honoré aucune, comme mitterrand/chirac/sarko/hollande, et tant d'autres avant eux!

Écrit par : dominique degoumois | 28/04/2017

Il y a une très grosse contradiction dans ce système des primaires : il désigne comme candidat d'un parti quelqu'un qui débarque avec son petit programme perso qu'il a concocté tout seul dans sa cuisine. Les militants de son parti sont donc complétement floués. Et le PS se retrouve avec un frondeur qui a cherché à la saboter pendant ses 5 ans de gouvernement !

Une petite question, Kad : pourquoi parlez-vous d'"extrême-droite" pour un parti de droite nationale (en opposition à la droite internationaliste) ? Pour moi, l'extrême-droite, c'est le GUD, les néo-nazis, les cathos fachos avec curé qui entraîne ses ouailles au tir à la mitraillette, les blocs identitaires, etc,etc...

Écrit par : Géo | 28/04/2017

Répondre à ce commentaire

C'est la politique en sont entier et les politiques qui est "primaires"!

Écrit par : dominique degoumois | 28/04/2017

Répondre à ce commentaire

Kad@ Macron est aujourd'hui à Oradour sur Glâne. Oooh putaing, le démago !!!

Écrit par : Géo | 28/04/2017

Répondre à ce commentaire

Géo: "Une petite question, Kad : pourquoi parlez-vous d'"extrême-droite" pour un parti de droite nationale (en opposition à la droite internationaliste) ? Pour moi, l'extrême-droite, c'est le GUD, les néo-nazis, les cathos fachos avec curé qui entraîne ses ouailles au tir à la mitraillette, les blocs identitaires, etc,etc..."
D'accord avec vous. Mais c'est le classement qu'on colle généralement au FN. Et je pense qu'une partie de sa base est bien d'extrême-droite.

De toute façon l’amalgame passe bien. J'ai bien entendu une de ces lycéennes qui préféraient aller casser du flic que de faire ses révisions pour le bac dire qu'elle ne voulait pas d'un parti "néo-nazi" au pouvoir!

Et avec sa visite à Oradour sur Glâne, Macron surfe là-dessus. Mais à part des ados qui n'ont pas le droit de vote, je ne suis pas sûr que la majorité des Français va le suivre sur ce terrain. Il y a des choses sacrées qu'on n'a pas le droit de récupérer pour faire sa propagande.

Écrit par : Kad | 29/04/2017

Répondre à ce commentaire

"De toute façon l’amalgame passe bien. J'ai bien entendu une de ces lycéennes qui préféraient aller casser du flic que de faire ses révisions pour le bac dire qu'elle ne voulait pas d'un parti "néo-nazi" au pouvoir!"
J'ai aussi entendu ça. Et justement, on a suffisamment d'estime pour vous pour attendre autre chose que de suivre les fantasmes des adolescentes au crâne bourré d'inepties mainstream...

Écrit par : Géo | 29/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire