06/01/2017

Les russes sont-ils responsables de la divulgation des emails de John Podesta ?

gettyimages-622150226.jpgC'est ce qu'affirment en tout cas la CIA et qui a poussé Barack Obama a prendre des sanctions diplomatiques contre la Russie. Par contre, Julian Assange le nie. Pour lui, il n'y avait vraiment pas besoin d'être un hacker professionnel pour y parvenir :

Un ado de 14 ans aurait pu le faire

Et Donald Trump soutient cette thèse :

Trump désavoue la CIA et soutient Assange

Au final, je trouve que ça fait beaucoup de polémique pour pas grand chose. Il est en effet possible que le hacker qui a piraté ces emails se trouve en Russie, comme cela arrive souvent. Et même si c'est le cas, cela ne prouve en rien que le gouvernement soit derrière cette attaque.

Et surtout, quelque soit la source de l'attaque, cette polémique ne sert qu'à masquer un fait: si la révélation de ces emails a effectivement pu influencer l'issue de la campagne présidentielle, ce dont je ne doute pas, ce n'est pas parce que le directeur de campagne d'Hillary s'est révélé être un enfant de cœur en matière de sécurité informatique. C'est au contraire le contenu de ces emails qui a révélé la triste vérité à propos de la candidate démocrate: il s'agit d'une très sombre politicienne, aux pratiques plus que douteuses, voire criminelles, lorsqu'elle ne soutient pas en catimini le terrorisme international.  Ce site a été créé pour faire un condensé des plus dommageables de ces emails:

http://www.mostdamagingwikileaks.com/

Commentaires

Trump, sans le savoir et sans le vouloir, venait de tourner une page de magie noire qui a détruit les USA depuis plus de trente ans. Il faut espérer qu'il a tourné la dernière.

Déjà et pas de rare fois, Dame Clinton utilisait une adresse mail privée pour traiter certaines affaires sensibles d'état, avec un serveur non étatique. C'est dire que ses données étaient hébergées à la belle étoile...
Doit-on s'étonner des conséquences?

https://consortiumnews.com/2016/06/06/will-hillary-clinton-get-favored-treatment/

Il semble que de hauts responsables des USA, de la CIA au gouvernement, y ont été coutumiers de ce genre d'exercices de haute voltige.
On est en droit de penser qu'il y avait une certaine volonté de faire fuiter certains éléments d'intimidation, et de compter sur leur large diffusion.

Beaucoup d'accusations en prenant la planète entière à partie. Un écran de confusion dans le but de noyer les gens dans un marécage de mysticisme. Avec autant d'actions criminelles secrètes, Dame Clinton avait voulu créer une atmosphère de fiction dans laquelle elle pouvait agir à sa guise.

Les membres militants et donateurs du Parti Démocrate doivent se sentir malaisés avec une direction aussi corrompue que criminelle. A moins qu'ils soient devenus tous obédients de cette secte.
Il faudra plusieurs années de recul pour connaître comment et par qui ce parti avait été hijacked.

Écrit par : Beatrix | 09/01/2017

Ne s'agit-il pas une fois de plus et comme toujours de s'en prendre aux "Russes" masquant Vladimir Poutine

en l'indifférence la plus absolue concernant la divulgation des emails de John Podesta

en revanche prétexte à prendre de "nouvelles sanctions diplomatiques contre la Russie",

En son genre Julien Assange est un fortiche.
On ferait pas mal, à temps, de le prendre au sérieux.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/01/2017

Je ne me sens pas qualifiée pour trancher dans cette affaire : qui a tort, qui a raison ? Qui a réellement fait quoi et qu'est-ce qui est de la fiction ?

Toutefois, le concept de la transparence totale ( et donc la divulgation d'informations sensibles, destinées à être secrètes, soit pour des raisons privées, soit pour des raisons de sécurité) me semble une illusion et même dangereux.
Est-ce à p.ex. Julian Assange de décider ce qui doit être divulgué ? Pourquoi lui ? Quelle serait sa légitimité ? Il n'a pas été élu pour ça.
Oui, il est persécuté par le système judiciaire et politique américain, mais est-ce que cela justifie une position de vengeresse de sa part ? On peut répondre : oui, bien sûr ! Mais je ne suis pas sûre que cela contribue, en fin de compte, à améliorer la vie de la communauté internationale.

D'autre part, je me demande, pourquoi aucun mail en provenance ou à destination du camp Trump n'a filtré ?
Est-ce parce qu'il est si angélique, qu'il n'a rien à cacher ?
Est-ce parce qu'il a un cryptage si puissant de toutes ses communications sensibles, que les hackers ultra-performants, capables de pénétrer énormément de systèmes sécurisés, n'arrivent pas à accéder aux boîtes de D. Trump ?
Ou alors : est-ce que des pirates détiennent déjà des informations peu reluisantes et exercent un chantage plus ou moins explicite sur Donald Trump ? Il suffit, que Trump sache, que des gens ( où qu'ils se trouvent, même dans un lit quelque part aux USA) sont capables d'aller lire et de publier des mails gênants, pour ne pas se mettre en conflit avec eux.
Tout cela est très opaque, alors qu'il est censé s'agir de révélations et de transparence bénéfique...

Écrit par : Calendula | 09/01/2017

Calendula,

Vous avez raison de parler d'opacité à commencer par l'opacité sournoise du Nouvel Ordre Mondial asservissant.

Non opaque, en revanche, l'agressivité concernant les Russes, or, si vous vous informez sur Google "Les USA veulent attaquer la Russie et la Chine?" vous lirez que "La Chine et la Russie préviennent les Etats-Unis qu'une attaque israélienne (Israël soutenu par qui?) déclencherait une guerre mondiale."!

Ceux qui entendent soutenir Israël "pour de bon" ont-ils forcément raison de ne jamais remettre en question la politique de M, Netanyahou à propos des colonisations?

Ceux qui disent la vérité comme on sait devant être exterminés qui soutiendrait Julien Assange lequel n'est pas sans savoir, quoi qu'il affirme, les risques qu'il encourt?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/01/2017

Bonjour Myriam Belakovsky,

Je ne suis pas convaincue que Google soit le canal privilégié pour s'informer...
Il est très difficile de discerner, quelles sources sont les plus fiables et même, si on est convaincu de l'exactitude d'une information, comment jauger son importance relative ?

Je donne toujours l'exemple de l'image de la Suisse, véhiculée par la presse ou par la télévision française, car nous avons souvent l'occasion d'y être confrontés.
Presque chaque fois, que je vois ou lis un reportage concernant la Suisse ou Genève, je le trouve incomplet ou pas tout à fait correct. Pas forcément par malveillance, mais par manque de connaissances.
La mise en perspective est rarement réussie et je crois toujours percevoir des partis-pris, par exemple du paternalisme.
Ainsi, je prends toutes les nouvelles concernant les USA, Israël ou la Russie avec circonspection. Et ne parlons pas de la Syrie !! Je me dis, que je ne peux pas comprendre l'entier de la situation, parce que je n'ai pas une expérience de la vie sur place.
Ensuite, je peux essayer de me documenter abondamment à la source, mais si je ne parle pas la langue du pays, comme c'est le cas avec le russe ou l'hébreu, il me manquera un élément essentiel.
Mon crédo est, que je ne peux pas prétendre comprendre l'entier des enjeux de la politique mondiale et c'est pourquoi je laisse toujours une marge d'incertitude et refuse de prendre parti pour un camp.
Il faut appliquer la même grille de lecture sceptique face à toutes les déclarations, d'où qu'elles viennent. Et surtout, si elles viennent de Google ;-))))

Écrit par : Calendula | 09/01/2017

Calendula,


On ne comprend en effet pas grand-chose sinon que n'existent pour nos dirigeants que les espaces finances et multinationales au détriment de toute forme d'éthique.

Je complète Google par d'autres approches... modestes

mais suis en mesure malgré tout de constater que par une évidente concertation "on" ne cesse de s'en prendre aux Russes.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/01/2017

@ Myriam Belakovsky,

Nous ne savons pas, combien "on" s'en prend aux Occidentaux dans la presse russe, puisque nous ne pouvons pas le vérifier de nos propres yeux.

Ce que je sais, c'est qu'il peut y avoir soudainement une campagne de presse p.ex. contre la Finlande ou des attaques de trolls tout à fait avérés. Il est difficile pour des Russes de se faire passer pour des Finlandais, on les remarque très vite.
J'en reviens toujours à cet exemple que je connais un peu.

Des journalistes finlandais en place à St Petersbourg, Moscou ou ailleurs rapportent des choses vues et lues dans les médias sur place. Ces gens maîtrisent donc le russe et vivent sur place.
Un exemple récent: un couple de citoyens russes établis en Finlande était au milieu d'une procédure de divorce extrêmement violente. Les autorités de Protection de l'enfance ont retiré les trois enfants du couple, pour les placer pour la période de la procédure de divorce, car elles estimaient que les enfants étaient en danger.
Cette procédure a provoqué un tollé en Russie, cette affaire est devenue un thème super-important dans les nouvelles un peu partout et des personnes ayant des responsabilités politiques se sont mises à réclamer que l'on applique la loi russe en Finlande pour les ressortissants russes.
Selon les journalistes finlandais en place en Russie, ça prenait des proportions énormes, d'une ingérence totalement exagérée, sans parler de la dimension non-conforme au droit international.
Dans ces cas, ils mettent des liens pour les émissions de télé et pour les journaux cités. On peut donc vérifier par soi-même, si on maîtrise la langue, ce qui est le cas de bien des gens en Finlande.

Mon problème n'est pas d'être contre qui que ce soit, mais juste de penser avec la même logique jusqu'au bout. Il faut appliquer le même regard et les mêmes exigences à tous les médias. En cas de doute, ou d'incompétence, ne pas se précipiter vers des conclusions trop hâtives ou émotives.
Mon ignorance ne doit pas me pousser à arriver à de fausses conclusions. Et je dois pouvoir supporter un certain degré d'incertitude.

Écrit par : Calendula | 09/01/2017

@ Calendula

Un certain degré d'incertitude est notre condition humaine mais le danger des fausses informations, rumeurs, bobards, réseaux sociaux est réel.

Il faut se mobiliser afin d'empêcher une troisième guerre mondiale dont on parle et nous devons apprendre à nos enfants à se situer trait d'union non flèche de discorde.

Avec vous, Calendula je reconnais notre quasi ignorance moi, hélas, bien plus que vous, certes, mais, à Paris, j'ai connu la seconde guerre mondiale et nous savons que la troisième ne pardonnerait pas vu les "progrès" techniques en fait d'armements.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/01/2017

Merci, Myriam, pour votre réponse.

Notre responsabilité est minime, mais nous sommes aussi des papillons, dont les battements d'ailes virtuels peuvent avoir des effets à travers " la toile".
Il y a tant de mouvements, qu'ils finissent probablement par s'annuler mutuellement. On se noie dans la masse.
Il faudrait être dingue, pour être indifférent à la perspective d'une nouvelle guerre généralisée. Mais quelle est la meilleure façon de l'éviter ?
Je pose la question sans ironie et sans prétendre connaître le début d'une réponse. Les "progrès" que vous évoquez sont redoutables et la guerre de l'information et de la désinformation peuvent en faire partie.

Écrit par : Calendula | 09/01/2017

« Presque chaque fois, que je vois ou lis un reportage concernant la Suisse ou Genève, je le trouve incomplet ou pas tout à fait correct. Pas forcément par malveillance, mais par manque de connaissances.»

Si les médias français ou anglo-saxons "travaillent" aussi bien sur la Russie et Poutine, qu'ils le font avec la Suisse et Genève (genre Tintin chez Heidi)... ben, c'est vite vu, on a 100% raison de s'inquiéter de leur enfumage.

Écrit par : petard | 10/01/2017

@Calendula

Votre histoire de couple russe en procédure de divorce en Finlande,
est intéressante dans la mesure où elle ne peut pas être considérée comme une histoire de divorce entre Finlandais en Finlande. Pourquoi ?

Vous évoquez une «ingérence exagérée qui serait non-conforme au droit international». J’observe (même si je n’approuve pas), que la notion de «droit international» (employée à tort et à travers), est plutôt ancrée dans la tête des «vassaux», des «soumis», de ceux qui n’ont pas droit de veto à l’ONU.

D’ailleurs, il n’existe pas de code du Droit international à proprement parler, et pas davantage de hiérarchie entre les différentes sources, qu'elles soient écrites ou non.

Les différentes sources du droit international sont mentionnées dans les statuts de la Cour internationale de justice. Ainsi, par exemple: les coutumes sont acceptées comme éléments du droit. Aussi, le fait que la coutume soit une source de droit non écrit pose la question de son opposabilité.

Comme chacun le sait, La Russie, tout comme les quatre autres memmbres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, qui ont droit de veto, peuvent - en théorie -, modeler comme ils le souhaitent les principes du droit international.

Alors, dans cette histoire de divorce, quand un «sous-membre» de l’ONU, dicte sa coutume à des ressortissants d’un membre du top 5… ça fait des étincelles, et c’est mal reçu chez les sujets directs du «prince».

Écrit par : petard | 10/01/2017

@petard,

Mon propos était de dire, que "les juges étrangers" ne sont pas ceux qu'un peuple souverain aime voir intervenir dans la justice de son pays.
Si depuis la Suisse, on s'adresse à la Cour européenne de justice, c'est parce que le pays a signé des conventions, qui préconisent la participation à un tel système, ainsi que l'adhésion à la Charte Européenne des Droits de l'Homme. C'est déjà trop contraignant aux yeux de certains.
Il n'est pas concevable, que l'on applique la loi d'un pays étranger dans un autre pays.
Certes, au Royaume-Uni, on admet une certaine application de la charia dans le affaires familiales, mais je ne suis pas en faveur de ce genre de procédure !
Sans être une spécialiste du droit international, il me semble qu'une vive campagne de presse, dont l'objectif est de mettre en cause l'application de la loi dans un pays voisin, a quelque chose d'excessif.
Il m'est impossible de considérer que la seule presse occidentale fasse du mauvais boulot. Mon propos n'est pas de féliciter les médias occidentaux, mais seulement de dire, que notre vision est incomplète, tant que nous n'avons pas un accès aussi direct aux médias russes,( tels qu'ils fonctionnent sur place), que nous pouvons l'avoir aux nôtres ou à ceux des pays voisins, dont nous maîtrisons la langue.
Je ne pense pas, que le cas d'un divorce puisse être d'un sujet qui mérite le "prime time".
Lorsqu'on décide de s'établir à l'étranger, même en tant que ressortissant d'une grande nation, on est soumis aux lois de ce pays-là. Il n'y a ni dictée, ni outrage ! ;-)))

Écrit par : Calendula | 10/01/2017

Calendula,


Pourquoi les peuples acceptent-ils d'être utilisés comme marionnettes au service des grands de ce monde.
Pourquoi accepter la guerre?
Trouver normal de n'avoir pas son avis à donner sachant que ce ne sont pas ceux qui décident de se battre qui partent au combat eux-mêmes!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/01/2017

P.S. Que se passerait-il si les peuples concernés par une guerre étaient appeler à voter oui ou non?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/01/2017

Beatrix: "Il faudra plusieurs années de recul pour connaître comment et par qui ce parti avait été hijacked."
Je doute que le parti ait été piraté par qui que ce soit. L'exercice du pouvoir corrompt et c'est suffisant. Mais en tout état de cause, si le parti a bel et bien été 'hijacked', vous ne le saurez jamais, j'en suis presque certain.

Écrit par : Kad | 10/01/2017

Calendula: "Est-ce à p.ex. Julian Assange de décider ce qui doit être divulgué ? Pourquoi lui ? Quelle serait sa légitimité ? Il n'a pas été élu pour ça."
Julian Assange n'est qu'un messager. Il publie anonymement ce que d'autres lui envoient. Je pense pour ma part qu'en dehors de véritables secrets-défense, comme les caractéristiques d'une arme nouvelle ou la position exacte des troupes, aucune information ne devrait être classifiée. Si les politiciens peuvent classifier tout ce qui les dérange, alors un contre-pouvoir capable de divulguer ces infos me paraît nécessaire sinon légitime.

"D'autre part, je me demande, pourquoi aucun mail en provenance ou à destination du camp Trump n'a filtré ? "
Le début de la réponse est dans l'interview de Assange. Si on lui avait transmis des emails compromettant concernant Trump, il les aurait publiés. Maintenant s'il n'y en a pas, c'est peut-être simplement parce que Trump n'a pas exercé le pouvoir et est donc peu intéressant pour les hackers. C'est peut-être aussi parce qu'on y trouverait plus d'infos sur les télés-réalités auxquelles il a participé que sur de véritables secrets. Et finalement, vu sa personnalité, quoi qu'on découvre dans ses emails, il les revendiquerait avec fierté ! Difficile de faire chanter ce type de personne...

Et concernant votre exemple sur le couple en procédure de divorce, il montre effectivement que toute information est déformée par le point de vue de l'observateur. Et concernant l'information de guerre, il y a un principe de base à toujours avoir en tête: il s'agit toujours de propagande. Propagande pro-occidentale d'un côté, propagande pro-russe d'autre part. Partant de là, il n'y a qu'une seule manière de s'informer de manière à peu près neutre, consulter les deux sources et faire une synthèse. Quand il y a des éléments communs, ils peuvent être conservés. Tout ce qui est antagoniste est à jeter.

Écrit par : Kad | 10/01/2017

Myriam: "P.S. Que se passerait-il si les peuples concernés par une guerre étaient appeler à voter oui ou non?"
C'est bien parce que le résultat est connu d'avance qu'un tel vote n'aura jamais lieu. Je pense qu'à titre individuel nous ne pouvons pas faire grand chose. Nous pouvons essayer d'alerter notre cercle direct et l'étendre dans la mesure de nos capacités. C'est ce que j'ai tenté de faire avec mes modestes moyens dans la série sur la troisième guerre mondiale que j'ai publiée sur ce blog. Mon but était de montrer à quel point notre monde est une poudrière prête à exploser. Et le moment venu, il nous est tous donné de faire le choix de la paix lorsque vient le temps des élections. (pour autant bien sûr qu'on vive dans un pays qui a un impact sur ce futur possible) C'est ce qu'ont fait les Américains en choisissant Trump. Je ne veux pas dire qu'on est assuré de la paix avec Trump, loin de là. Mais je pense qu'une guerre est moins probable avec lui qu'avec Clinton. Et c'est le mieux que pouvaient faire les Américains. Le tour viendra bientôt aux Français et aux Allemands de faire ce choix. En espérant que les événements leur en laissent le temps.

Écrit par : Kad | 10/01/2017

Merci, Kad

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/01/2017

@ Myriam,

Comme Kad, je pense que personne ( en tant que citoyen) n'est d'accord de faire la guerre à priori. Cela devait être d'autant plus le cas à l'époque, où les soldats étaient envoyés comme " chair à canon" sur des champs de bataille forcément très meurtriers, avant l'invention de la guerre mécanisée et technologique.
Mais, comme dans le cas du régime hitlérien, un leader charismatique peut en convaincre une certaine partie de la population.
C'est l'idée de la guerre juste.
Ainsi, il aurait été intéressant de savoir, combien d'Américains ont été réellement convaincus par la fausse fiole exhibée par Colin Powell et la conclusion, qui en découlait : faire la guerre en Irak.

Il y a aussi le cas, où des citoyens veulent se défendre face à un envahisseur et où l'on part au front pour sauver son indépendance. Je crois qu'à ce moment-là, on ne pose pas la question en termes : est-ce que je suis d'accord ou pas ? On défend ses frontières, pour ne pas être soumis à des agresseurs.
Notre crainte est plus forte, si nous pensons que notre pays pourrait devenir le théâtre des opérations. Il est évident, qu'on voudra éviter cela à tout prix, sauf peut-être en se soumettant de façon servile au possible agresseur.

Écrit par : Calendula | 10/01/2017

@ Kad,

Je crois qu'il faut bien distinguer les faits, les opinions et les hypothèses.

On peut décider de croire Assange sur parole. On peut espérer qu'il distingue bien ce qui peut mettre des gens en réel danger et qu'est-ce qui est de l'ordre de la révélation utile.
Il porte une lourde responsabilité. Et cela me dérange qu'une personne seule fasse le tri, alors que nous sommes généralement très à cheval sur les principes démocratiques. Certes, il y a une sorte de jubilation de voir qu'un homme seul puisse faire trembler des appareils politiques.

Dans les sociétés occidentales, les journalistes sont souvent très critiques face à ceux qui exercent ou briguent le pouvoir et nous, les citoyens, nous le sommes également. Il est rare d'entendre ou de lire des satisfecit, et il y a rarement un large consensus sur l'action de tel ou tel politicien. La critique est un peu la règle.
Désormais, les médias font aussi parti des institutions à abattre. Les réseaux sociaux prennent toujours plus d'importance et on se réfère facilement à des sites, dont on ne connaît pas toujours les références , ni la réelle crédibilité.

Contrairement à vous, je ne pense pas que de nombreuses informations concordantes soient la garantie de la vérité et qu'une information discordante soit la fausse. En effet, les agences de presse contrôlent la diffusion des nouvelles et on ne peut être sûr d'avoir le compte-rendu de la totalité des faits. Et les sites-internet ne donnent pas toutes les garanties de non-propagande. Une fausse nouvelle peut devenir virale.

C'est pour cela que je dis, qu'il faut pouvoir vivre avec une marge d'incertitude. Et ne pas croire qu'on peut tout savoir dans les heures qui suivent un événement.
On nous a p.ex. raconté, que les premiers terroristes étaient des " loups solitaires". On pouvait en douter, mais il fallait attendre d'en savoir plus.
Au début, on nous a affirmé, que les "petits hommes verts" en Crimée étaient en tout cas pas russes. La chose a dû être corrigée par la suite.

Je pense qu'en étant sceptique, en attendant que la fumée se dissipe, on peut s'approcher des faits. Ils ne nous plaisent pas toujours, mais que faire ?!?!

Écrit par : Calendula | 10/01/2017

Calendula,

Quelle guerre "juste"!?

A propos d'Hitler... un pays comme l'Allemagne armé jusqu'au dents, puissant, est incapable de neutraliser un être visiblement dément?

Nous portons des personnes au pouvoir.
Quelles sont nos attentes?
Massacres, carnages, injustice sociale, inhumanité?

Si les personnes élues ne répondent pas à nos attentes que faire sinon revenir sur nos choix?

Pas prévu?

N'en serait-il pas temps?

En fait de... "Nouvel Ordre Mondial"!!

Il n'y a pas de guerre juste, Calendula, parce qu'anéantissant des innocents elles sont des attentats, donc, du terrorisme.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/01/2017

@ à tous

Après avoir vu ce doc, vous ne consommerez plus les médias français comme auparavant.

Dépêchez-vous, il ne restera pas longtemps sur Youtube.

https://www.youtube.com/watch?v=h04zD-Vt6Dw

Écrit par : petard | 10/01/2017

@Myriam,

Quand j'écris " c'est l'idée de la guerre juste", je ne prends pas position en faveur de ce concept ! Bien au contraire, puisque je parle de Hitler juste avant.
N'importe quel leader politique peut mettre sur pied une théorie de "guerre juste". Comme p.ex. George W. Bush pour l'Irak, avec la fausse fiole.

www.lexpress.fr/.../chronologie-de-la-guerre-en-irak-2002-2011_498027.html

Il faut remarquer, que la presse occidentale mainstream offre énormément d'articles très critiques et argumentés au sujet de cette guerre désastreuse.

Il ne faut pas que les citoyens gobent ces histoires, c'est bien clair.
Est-ce qu'en 2003, deux ans après le 11 septembre, les Américains étaient traumatisés et hypnotisés au point d'être majoritairement d'accord avec leur président ? En tout cas, il y a eu ces mouvements très anti-français, à cause de la position négative du gouvernement français.

Mais comment arrêter les scénarios belliqueux d'un gouvernement ? C'est assez compliqué. Les protestations contre la guerre au Vietnam ont duré des années. Le pacifisme des protestataires était très mal vue. Il me semble qu'il n'y a pas eu de protestations en 2003.
L'expression de l'opinion publique et sa prise en compte sont des choses délicates. Les sondages d'opinion, les manifestations de rue, les pétitions Facebook ne sont pas forcément des instruments de gouvernance...
Généralement, ce sont les parlements qui décident de l'entrée en guerre, n'est-ce pas ?
Et il reste le cas de figure, où le pays est attaqué et où il faut être prêt à le défendre. Il faudrait pouvoir stopper sec les velléités d'invasion, justement pour éviter la mort d'innocents, la destruction des maisons.
Et la guerre civile ? Comment l'éviter, c'est peut-être une des pires formes de guerre ?

Écrit par : Calendula | 10/01/2017

Calendula, je prends un exemple:

L'information circule que l'OTAN a augmenté sa présence en Europe orientale ces jours-ci. En consultant le site Russia Today en français, on trouve cette nouvelle, assortie du ressenti russe. La Russie considère cela comme une provocation et un nouveau pas dans l'escalade.

https://francais.rt.com/international/31966-centaines-chars-americains-arrivent-europe

On pourrait se contenter de cette version, mais le réflexe doit être une vérification auprès d'un média opposé. Je recherche donc une autre source et je trouve la même info sur Radio Canada. Sachant que le Canada est membre de l'OTAN, je considère cela comme une confirmation.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1009434/otan-renforcement-flanc-est-deploiement-troupes-pologne-estonie-lettonie-lituanie

Bien sûr la version OTAN est qu'il s'agit d'une réponse à l'augmentation du nombre de troupes russes à proximité. En fait, que ce soit le ressenti russe ou la justification de l'OTAN, ils ont beau être opposés, ils confirment la même chose: la confiance entre les deux camps ne cesse de diminuer et cela occasionne une escalade incontrôlée.

Voilà ma méthode pour vérifier les infos. ;)

Concernant les emails de Podesta, je rappelle juste ma position: le fait qu'ils aient été révélés par Wikileaks et que la première source soit inconnue m'importe peu. Le fait est que ces emails sont très compromettants par leur contenu et que leur véracité n'a jamais été niée et donc qu'ils doivent être considérés comme véridiques. Et si des révélations sur cette sombre personne qu'est Hillary Clinton ont été faites par une méthode illégale, cela m’indiffère autant que de savoir comment on a obtenu des informations pour arrêter un terroriste.

Écrit par : Kad | 10/01/2017

- « Mais, comme dans le cas du régime hitlérien, un leader charismatique peut en convaincre une certaine partie de la population. » (Calendula)

Et quelques banquiers et industriels aux intérêts capitalistes charismatiques, comme J.P.Morgan, Rockefeller (Chase), Ford, Alcoa, Dow Chemical, Bendix Aviation, peuvent convaincre l'autre partie, comme ils ont convaincu les fans allemands de club hitlérien que ...


- « C'est l'idée de la guerre juste. » (Calendula)

... c'est aussi une guerre ... très profitable, ... surtout quand l'opinion publique, une opinion très populaire, est piratée par le très célebre hacker de l'époque, le bloggueur William Randolph Hearst ... fils d'industriel multi-millionaire, ... tombé dans une mine d'argent magique quand il était petit...

https://fr.wikipedia.org/wiki/William_Randolph_Hearst

... grand adepte du journalisme jaune ...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Journalisme_jaune

... ce fameux journalisme très charismatique qui permit de ... "convaincre une certaine partie de la population" étatzunienne, ... que l'idée de faire la guerre contre l'Espagne, ... était une très bonne idée, ... car c'était une guerre ... très "juste", ... car très bonne ... pour le capital ... de certains américains, ...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_hispano-am%C3%A9ricaine

... avec un 15 février très médiatique, aussi médiatique qu'un certain 11 septembre, ... pour laisser croire à la population étazunienne, ... que c'est vraiment elle qui a décidé de faire la guerre à l'Espagne, ... alors que ça a été décidé bien avant.

https://lmathieu.wordpress.com/2012/06/16/la-dynastie-john-pierpont-morgan/

https://www.cairn.info/revue-l-economie-politique-2010-4-page-42.htm

Écrit par : Chuck Jones | 11/01/2017

@ Chuck Jones,

Merci pour ces exemples multiples.

En définitive, je me demande, s'il existe une guerre, qui n'étaient/ n'est pas motivée par des intérêts bassement matériels, même s'il y a un discours légitimateur, comme p.ex. la sauvegarde de la démocratie, la défense d'une religion, le secours apporté à un allié en détresse.
Je crois que les leaders calculent bien, où sont leurs intérêts et l'intérêt de leurs soutiens dans le pays. C'est ce qu'on appelle la stratégie. Elle implique la force et la richesse.
C'est pour ça que le slogan "make America great again" me fait craindre des actions belliqueuses. Si ce n'est qu'économique, on respire. Mais l'économie ne vit pas dans un vacuum géo-politique.

Qu'un pays se défende, si attaqué, semble justifié.

Écrit par : Calendula | 11/01/2017

@ Kad,

Super exemple !

Il montre bien, comment on peut comprendre les faits.
Ensuite, il y a leur mise-en-perspective : comment en est-on arrivé là ?
Et la question : Qui a commencé ?

Je connais ça des bagarres de cour de récréation ! ;-)))
Quand j'allais séparer des bagarreurs, jamais aucun bagarreur n'a admis : C'est moi.
Et il y a toujours eu des justifications du style : Il y a une semaine, il m'a regardé de travers dans le bus. Ou : Parce qu'il a insulté ma copine, j'ai le droit de taper.
C'est toujours la faute à l'autre, l'origine du conflit se loge, par définition, pas chez moi.
C'est humain.
La seule façon de s'en sortir et de ne pas se laisser embarquer dans des récits enfumants, c'est de dire :
Comment fait-on pour que ça s'arrête ? Peut-on considérer que désormais vous êtes quittes ? Et si ce n'est pas la cas, comment faut-il faire, pour que les ardoises soient effacées ?
Et on négocie.
Et on obtient des garanties. On se donne les moyens de vérifier que l'accord est respecté, tout en étant crédible sur les sanctions en cas de non-respect. On ne menace qu'avec des sanctions dont on est sûr, qu'elles sont applicables. Et on se tient à ça.
L'ONU n'arrive pas à fonctionner comme ça. Il se pourrait que le véto des membres permanents soit l'obstacle majeur.

Pour en revenir à la géo-politique : les pays baltes sont très nerveux, surtout depuis l'épisode de la Crimée, car les justifications données pour le retour à la Fédération de Russie peuvent être appliquées à eux. Il y a entre 17 et 25 % d'habitants/citoyens d'origine russe et de langue russe en Lettonie, Lituanie, Estonie.
Je ne sais pas si la meilleure façon de calmer la situation, c'est d'aller militariser la zone. J'en doute, mais si les trois pays en question réclament un soutien de leurs alliés, on en est là.

Comme j'ai un problème à la base avec l'idée que les grandes puissances ont droit à des zones d'influence militaire, que les pays qui les entourent doivent être neutralisés de facto, je trouve toutes ces manœuvres très négatives.
Je me pose énormément de questions sur l'OTAN : Qui décide de quoi et avec quelles priorités ? Je crains qu'il ne s'agisse de gens enfermés dans leur tour d'ivoire ou tour de tank...
Et , bizarrement, l'appartenance à l'OTAN n'empêche pas de s'allier avec la Russie, puisque la Turquie le peut.

J'abdique, à ce stade.

Si Trump arrive à effacer l'ardoise, à remettre les compteurs à zéro, je l'applaudirai ici.

Écrit par : Calendula | 11/01/2017

En immeuble locatif Celui qui veut vivre en paix avec des relations de bon voisinage sait à quel point il est indiqué de se mêler non des affaires d'autrui mais des siennes propres et que tant qu'à balayer devant une porte choisir la sienne est la meilleure des choses à faire.
Or à peine M. Poutine élu, lui n'ayant pas encore ouvert la bouche ni rien fait... la meute européenne passait à l'attaque déblatérant sur ou contre lui à qui mieux mieux.
Si l'on regarde Vladimir Poutine de face, le visage, juste, on peut voir se profiler comme un ours blanc lesquels, on le sait, ne sont pas à trop provoquer.

Madame Merkel se servant de l'UE comme d'un mirador ainsi juchée observe, sermonne (fille de pasteur). Tout premier mot non austérité mais rigueur et sanctionne... La démarche, visant à empêcher une troisième guerre mondiale, en l'occurrence ne serait-elle pas par la presse la présentation de grands reportages sur la misère en Allemagne.
Grèce...
Sur la France, ses échecs.
Et ainsi de suite.

Fondée sur un mensonge, officiellement pour éviter une nouvelle guerre, en réalité pour affaires de charbon et d'acier l'UE, par le fait, présente les symptômes qui sont à la source de la schizophrénie.
Le patient peut soutenir une démarche aux raisonnements indiscutables, absolument. Mais le problème qui se présente est que son discours est fondé sur une erreur.
Maison fondée sur le sable s'effondrera.
Puisse-elle se retrouver le bec dans l'eau avant une déclaration de guerre générale.
Par nouvelles parentales en provenance des Etats-Unis, ces deux derniers jours, c'est un son de cloche bien sûr, "qui dit Trump dit faschisme et faschisme "fin des haricots".
Gare, ces jours, à l'OTAN.

Il y eut la Crimée pour la plus grande indignation de la presse mais
lorsque les Chinois envahirent le Tibet, avec tortures, démembrements ou autres supplices... chinois! ainsi que ravages économiques définitifs visant les petits commerçants tibétains (Au loin la liberté, par le Dalaï Lama) que, par nos médias, d'articles de modestes à "philosophiques" dimensions.


Le Dalaï lama particulièrement bien placé pour le faire dit qu'il ne faut en aucun cas parler de "guerre pour faire la paix".
Il faut engager le dialogue en et toutes toutes ses formes.

Médiation, clairvoyance, intuition.
Prémonition... en privilégiant non la langue mais l'oreille.

Le silence dans le respect et l'attention est présence de qualité laquelle exerce une très puissante tension psychologique provoquant la confiance non pour tromper un partenaire désormais non plus adversaire mais concilier en cherchant ensemble la bonne solution soit la résolution du ou des conflits.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/01/2017

J'avais lu des révélations de Philip Agee ex-officier de la CIA "Inside the Company: CIA Diary ", bouquin paru en 1975 où il dût se cacher pour l'écrire.
Avec le temps. la CIA et le Pentagone sont le véritable Gouvernement des USA.

A propos d'élection de D. Trump. la taupe semble provenir de l'intérieur du comité directeur du Parti Démocrate.
Ce qui me semble vraisemblable. Le premier ennemi ne vient pas spontanément de l'extérieur, ni automatiquement, ni obligatoirement.
Tout individu qui a eu l'expérience dans la direction d'une entreprise, dans la coiffe d'associations civiles ou professionnelles, ou d'un parti politique, doit savoir que l'ennemi le plus acharné et le plus incontournable se trouve au cœur de sa propre entité. Il lui incombe, avant tout, de savoir l'identifier. Mais quand le mépris est partie intrinsèque de sa nature, l'aveuglement est inévitable.

http://www.globalresearch.ca/the-soft-coup-collapses-russia-did-not-hack-cia-bluffing-blackmail-revealed-what-next/5567311

Écrit par : Beatrix | 11/01/2017

Yvette Riel( ou deux lle) de Lausanne et Genève sous Marie-Claude Leburgue, femme de radio, insistait également sur cet ennemi qui vient de l'intérieur... mais au point où nous en sommes il n'est pas inutile de s'informer de manière impartiale afin de voir si l'actualité confirme ou infirme ce que nous lisons sous plan Kalergi soit génocide voulu et déterminé des populations européennes, métissage en même temps que sournois abêtissement afin de mieux dominer ou/et manipuler.

Posons la question à un journaliste autorisé soit "que faut-il croire"?

Méprisant au plus haut point, imbu de lui-même il ne vous fera même pas ou plus l'aumône d'une réponse.

Si oui soit "génocide déterminé des populations européennes" sommes- nous ou non en situation d'urgente défense légitime?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/01/2017

A propos d'Yvette Rielle il est éclairant de s'informer par Google concernant le féminisme non dévié, humanisme avant tout, soit

Yvette Rielle collaboratrice radio avec Marie-Claude Leburgue

Les nombreuses pages présentées sont un travail sérieux, autorisé.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/01/2017

"Les russes sont-ils responsables de la divulgation des emails de John Podesta ?"
Non:
https://www.youtube.com/watch?v=Wet-Bm-rTCA
Le coup ne vient pas de la Russie, mais de l'intérieur des USA.
Les vrais médias sont ceux sur internet (et non la presse corrompue).
To go to war to Irak was a disaster.
Etc.
Et aussi:
Ecoutez attentivement: Steve Pieczenik dit clairement que la CIA est impliquée dans les attentats du 11 septembre 2001. Après 7'33".

Écrit par : Caramba! | 12/01/2017

Caramba, j'ai depuis longtemps du respect pour Steve Pieczenik et sa carrière, mais tout de même, depuis le temps qu'il parle du 11 septembre et qu'il promet de témoigner pour mettre les vrais responsables en prison, on reste un peu sur sa faim. Et il dit beaucoup de choses sans jamais apporter de preuve. Je commence donc à douter de sa sincérité. N'est-il pas un peu un faire-valoir pour Alex Jones ? Alex Jones a ouvertement fait campagne pour Trump, à tel point qu'on peut se demander s'il n'a pas été son employé. Bref, je me méfie un peu.

Dans ce cas, il a dit que les Russes ne sont pas impliqués. Mais pourquoi dans ce cas Trump a dit le contraire avant-hier ? Je trouve tout cela trop incohérent pour être honnête.

On peut aussi regarder cette vidéo, où il explique les coups réalisés par les deux camps:

https://www.youtube.com/watch?v=uw5Vw9yBEO4

Et celle-là, où il dénonce les activités pédophiles du couple Clinton, ce qui ramène au Pizzagate, autre sujet explosif... si seulement quelqu'un pouvait amener une preuve pour les incriminer vraiment. Sans cela, ça n'est que pure gesticulation sur internet et ne mènera jamais à rien.

https://www.youtube.com/watch?v=q0NECKLELi4

Pour ma part, je suis certain qu'après l'investiture de Trump (si elle a lieu), ni les Clinton, ni Obama, ni les Bush ne seront incriminés dans aucune affaire criminelle et qu'aucune nouvelle enquête sur le 11 septembre ne sera ouverte. Cette soi-disant révolution agitée par Pieczenik n'aura été qu'un pur argument électoral.

Écrit par : Kad | 13/01/2017

C'est bien de douter, c'est mieux de savoir. Par exemple que les Etats-Unis c'est mensonge après mensonge. Alors spécifiquement pour le cas qui nous occupe:
http://lesa kerfrancophone.fr/la-reelle-signification-du-rapport-de-la-direction-du-renseignement-us-sur-le-choix-de-la-russie-dinterferer-dans-lelection
Ce que Pieczenik a dit c'est que lui et certaines de ses connaissances ont organisé un contre-coup face au coup d'Etat de Clinton (avoir notamment écarté Sanders). Pas les Russes. Lui et d'autres Américains. Il l'a annoncé. Ca a marché. Trump a été élu. Pas par les soi-disant hackers russes. Posez-vous la question de tous ces "décès" dans l'entourage du parti démocrate. Posez-vous la question des sondages sortie des urnes dans les trois Etats-clés. Et ce n'est pas la publication des courriels de Podesta qui a inversé le vote de ces Etats.
Voyez-vous jusqu'à Trump c'était toujours le candidat qui disposait du plus gros budget qui gagnait l'élection. La série a pris fin avec Trump: il a dépensé moins que Clinton. Posez-vous la question: par qui faut-il être soutenu pour remporter l'élection à la présidence des Etats-Unis? Qui soutient Trump? Sur le territoire des Etats-Unis il y a un service secret bien plus efficace que le GRU.
Et maintenant que la CIA se plaigne des "méchants" Russes, cela est pour le moins cocasse, quand on sait le rôle que cette agence a joué en Iran, au Chili, à Panama, en Irak, en Syrie, en Ukraine, etc., etc.
Quant à Pieczenik il a dit que quand sa source sera d'accord de parler, il la révèlera. Il a aussi dit que Ben Laden est mort en décembre 2001. Pour une fois qu'un Américain dit la vérité.

Écrit par : Caramba! | 15/01/2017

Les commentaires sont fermés.