05/09/2013

Le loup est mort, vive les chasseurs !

Je réagis aux commentaires de Anoukmaude et Larry Klette sur ce billet. (Merci à vous pour vos commentaires) Moi aussi j'ai été choqué par ce que j'ai lu. 3 ans depuis que j'avais écrit cette note et rien n'a changé. (même 4 ans depuis que j'ai écrit ma première note sur les loups dans le Valais et en Suisse) Et pas moins de 18 ans depuis que le loup a reparu dans les alpages valaisans. A-t-on forcé les éleveurs à protéger leur bétail ? Non, tout est pareil. Par contre, on continue à délivrer des autorisations de tir sans rechercher de solutions alternatives.

327640576.jpgSans doute le loup de Conches a tué de nombreux moutons. Mais encore une fois ils n'étaient pas protégés. Encore une fois, on a affaire à des pseudo-éleveurs qui choisissent de ne pas défendre leur troupeau parce qu'ils ne veulent pas s'adapter aux forces de la nature. Et probablement, des pseudo-éleveurs qui sont de vrais chasseurs de loup ! C'est gens n'aiment pas leurs bêtes puisqu'ils les exposent volontairement aux canines des loups. Tout ce qu'ils veulent c'est recevoir les subventions fédérales et pouvoir participer à la traque du loup pour le transformer en trophée de chasse.

Et on lit aussi que le parlement valaisan est favorable à un "Valais sans loup". On croit rêver. Être favorable à un Valais sans loup c'est comme être favorable à un étang sans moustiques, vous pouvez faire ce que vous voulez, ils finiront toujours par revenir ! Ce qu'ils veulent, c'est pouvoir tuer les loups dès qu'on les aperçoit. Qu'ils soient coupables ou non. C'est ce qu'on appelle un délit de faciès. Le loup est coupable d'être un supposé-mangeur-de-moutons. Mais il faut rappeler à ces gens-là qu'il y a des lois. Le loup est un animal strictement protégé dans les Alpes. Ils doivent faire avec. Et ça passe par la protection des troupeaux et l'éducation des éleveurs. Tant qu'on ne le fera pas, le Valais ne pourra pas trouver la quiétude.

Le Valais reste toujours un mouroir pour les loups. A quand une loi fédérale plus stricte pour accompagner la présence du loup ? Le WWF ne devrait-il pas se rendre utile pour une fois et s'occuper de récolter des signatures ? Une grande majorité de la population est favorable à la protection du loup. Ne faut-il pas en profiter ?

Commentaires

"Une grande partie de la population est favorable à la protection du loup..."

Or, parmi ces urbains romands combien se rendent et connaissent la Vallée de Conches ou du Binnertal. On n'en fait certainement pas des mains pleines car tous sont occupé à passer leurs vacances aux Maldives ou en Thaïlande.

Un ami hôtelier à Oberwald me confirmait qu'il voit au maximum une dizaine de romands dans son hôtel.

Quant à éduquer les éleveurs il faut commencer par éduquer les promeneurs.

Je propose que les paysans valaisans n’alpent que des vaches de la race d’Hérens bien entendu accompagnées de leurs veaux en phase d’allaitage et non des vaches de plaine incapables de se battre et de se mouvoir avec aisance et rapidité. Il est clair qu’un loup regardera deux fois avant de s’attaquer à de telles batailleuses que sont les vaches de la race d’Hérens… Donc pas besoin de chiens pour les garder.

En ce qui concerne les moutons il faut à tout prix laisser importer des chiens bergers des Carpates munis de leur énorme collier à point d’acier les seuls capables de défendre le troupeau tout en tuant le loup qui les attaque.

Bien entendu les bobos et les écolos terroristes pousseront des cris d’orfraie car juste retour des choses ils seront attaqués aussi bien par le bétail que les chiens bergers.

Une excellente manière de se débarrasser de ces donneurs de leçons à la noix et pollueurs de nos alpages et autres bisses. Une vrai plaie que ces urbains lâchés dans nos montagnes.

Écrit par : Les rives du bisse | 05/09/2013

@Les rives du bisse, vous avez raison de vous insurger! les urbains comme vous dites si bien sont les loups les plus dangereux et qui n'ont qu'une idée en tête diffuser le système de la pensées unique comme seul modèle de vie.

Écrit par : lovsmeralda | 05/09/2013

Pourquoi ne pas solliciter des volontaires du service civil pour, après avoir été formés, pourraient assister les paysans de montagne en assurant la surveillance de leurs troupeaux. Je suis certain que de nombreux jeunes pourraient être intéressés, plutôt que de perdre leur temps à l'armée en attentes inutiles et en beuveries stériles.

Écrit par : Galileo | 05/09/2013

On dit souvent que les citadins ne savent pas ce que vivent les gens sur place. Cela présuppose que les personnes les plus impliquées sont les plus à même de comprendre la complexité du problème. Or c'est faux: quand on est soi-même impliqué, surtout économiquement, on ne peut pas appréhender le problème. On ne peut comprendre que son propre problème et on n'a aucun respect pour les arguments de ses opposants. C'est ce que montrent les commentaires tels que celui de "Les rives du bisse".

Au passage, les promeneurs que vous méprisez, ce sont des touristes. Le tourisme c'est ce qui fait vivre le Valais. S'il vivait de la fabrication du fromage, ce serait un des lieux les plus pauvres au monde. Alors ne crachez pas dans la soupe...

Le problème est complexe c'est vrai. Bien sûr, défendre ses troupeaux cela veut aussi dire avertir les promeneurs qu'ils ne doivent pas approcher des chiens, qui sont des animaux de protection et non des animaux de compagnie. Mais la complexité n'implique pas qu'on ne doit rien faire. Il est au contraire urgent d'agir.

Écrit par : Kad | 05/09/2013

Je suis un "urbain romand" passant l'été en Valais (romand) à 1850 m d'altitude.
Je peux observer tous les jours les troupeaux de vaches de la race d'Hérens dans
les alpages avoisinants. Deux chiens pour surveiller et "gendarmer" 150 vaches
paissant de jour dans l'enclos qui leur est réservé (on change les limites de
l'enclos tous les jours), la soir en rentre les vaches pour la traite et les soins puis la nuit les vaches sont à l'écurie.
Tout ça n'est pas gratuit et nécessite le travail de "vachers" Que les propriétaires qui laissent paître leurs troupeaux sans suveillance dans l'attente de subventions fédérales suite à une soit disant attaque de loups (il y a aussi des chiens errants qui se baladent sur les hauts) arrêtent de se plaindre en demandant l'extermination du loup.
Qu'ils fassent pour leurs moutons ce qui se fait près de chez moi par des
éleveurs de bovins.
Les "moutoniers" sont certainement confrontés à d'autres problèmes mais ils ne font pas suffisament d'efforts au niveau de la sécurité et du confort de leurs bêtes : Pas besoin de se casser le c.. on touchara la subvention...
Inutile de préciser que je suis un ardent défenseur du loup !

Écrit par : bidouille | 05/09/2013

Les partisans du loup aiment se rouler dans l'émotionnel et le symbolique, pour mieux le combattre le plus souvent. Le loup n'aurait jamais tué d'humains et toutes ces choses...
Ce qu'il y a d'intéressant, c'est de continuer la logique plus loin. Le loup, ce parfait seigneur, racé, sans pitié, si beau dans sa hautaine fierté de mâle dominant ou de louve alpha; le peuple stupide des moutons, juste bon à être massacré pour le plaisir par le seigneur Ysengrin. Une sorte de matériel, comme les femmes pour DSK, en quelque sorte...

Tirez-en les conclusions qui s'imposent sur les réelles motivations de gauche des urbains qui sont pour la présence du loup dans leur disneyland alpin...

Et que l'on cesse de nous faire rigoler avec les pseudo-mesures contre les loups. Un berger derrière chaque troupeau...
Mais que peut-on attendre de gens qui sont habitués à se faire tondre par la racaille dans les rues de Genève et qui trouvent cela normal ? Et qui même refusent les caméras de vidéosurveillance, au prétexte de la défense de leur vie privée...

Écrit par : Géo | 05/09/2013

@Bidouille ce que vous soulignez est exact. Mais à comparer avec certains humains qui harcèlent par téléphone ,le loup Valaisan semble bien mieux élevé à coté de ces gens là qui ont le 022 comme préfixe et qui bien que signalés comme personnes très nuisibles continuent malgré tout leur petit jeu
Et qui dit loup dit masque aussi!

Écrit par : lovsmeralda | 05/09/2013

Géo: ceux qui n'ont pas de respect pour les moutons, c'est ceux qui se prétendent des professionnels de l'élevage et qui ne prennent pas les mesures qui s'imposent pour protéger leurs troupeaux. Je n'ai que très rarement entendu parler de moutons protégés et attaqués. Les mesures telles que celles citées par bidouille sont efficaces. L’éradication du loup non, puisqu'il revient sans cesse.

Si un électricien vous dit qu'il ne juge pas utile de se protéger contre l'électrocution parce que le danger de l'électricité ne devrait pas exister, vous trouvez que c'est un professionnel ? Un chauffeur routier qui ne met pas sa ceinture parce qu'il ne veut pas entendre parler d'accident, c'est un professionnel ? Et bien c'est exactement la même chose pour un éleveur qui ne veut pas protéger son bétail parce qu'il ne veut pas accepter qu'il puisse y avoir un danger.

J'avais vu dans un reportage un type qui était catastrophé parce qu'il avait déjà perdu plusieurs bêtes. Mais il refusait de protéger son troupeau parce qu'il jugeait que le loup n'avait rien à faire là ! Et en plus il faisait une véritable phobie, chaque fois que son enfant sortait jouer dehors, on le voyait courir pour aller le chercher et le ramener à l'abri. Ceci alors qu'il n'y a aucune attaque recensée contre un humain depuis que le loup est de retour dans les Alpes. Aucune. En réalité, le chien est bien plus dangereux pour l'homme que le loup, parce qu'il n'en a pas peur !

Écrit par : Kad | 05/09/2013

Kad@ Votre critique de la gestion des troupeaux est injuste, probablement parce que vous n'allez pas assez en montagne ou que vous n'observez pas assez. Il n'est pas rationnel de mettre des barrières partout. Dans de nombreuses régions, on laisse les troupeaux vaquer là où ils le peuvent. Cela a l'avantage d'éviter la surpature, qui est le principal inconvénient des moutons en montagne...
Sur les chiens, j'ai comme tout le monde vu des films pris de nuit sur les attaques par des loups sur des troupeaux gardés par des patous. Ces derniers se font facilement rouler par des diversions...
Les humains se sont débarrassé des loups parce que l'un ou l'autre était de trop. Le loup contrecarrait trop ouvertement nos intérêts. On pourrait survivre en le laissant venir et prospérer. Mais un jour ou l'autre, après que tout le monde aura renoncé à élever des moutons en montagne, voire des vaches (ce mouvement a d'ores et déjà commencé : cela ne paie plus, cf. prix du lait), les nombreuses meutes qui auront épuisé les réserves de gibier se rabattront sur ce qui reste : nous, ou plutôt nos enfants. Cela n'arrivera pas, parce que les montagnards ne sont pas idiots et ne se laisseront jamais dominer par les déviants et les illuminés des villes...

Écrit par : Géo | 05/09/2013

Pourquoi donc les loups en France (et en Suisse donc) sont-ils très méchants et au Canada très gentils?

Écrit par : Johann | 05/09/2013

Sans parler de l'Italie où il n'y a pas de problème particulier alors que, contrairement à la France et la Suisse, il n'y a jamais disparu. Et les quelques loups suisses et français font bien pâle figure à côté des milliers de loups italiens.

Écrit par : Kad | 06/09/2013

Y aurait pas un problème de taille du territoire ? Je dis ça au hasard, bien sûr...

Écrit par : Géo | 06/09/2013

"les loups en France (et en Suisse donc) sont-ils très méchants et au Canada très gentils?" Dire que j'ai laissé passer ça sans réagir, cela devient de la sauce blanche par là-dedans...
Les loups ne sont ni méchants ni gentils, Johann. Les loups agissent en loups, espèce dans la tête de laquelle ces notions n'existent pas. Les loups mangent ce qu'ils trouvent quand ils ont faim. Comme nous. Et donc vous savez que ce n'est pas une question de gentillesse...

Écrit par : Géo | 08/09/2013

Géo, vous me décevez. Beaucoup. Un indice? Il y loups et "loups". Allez je vous laisse une seconde chance avant de vous donner la réponse. Et même Kad vous aide.

Écrit par : Johann | 08/09/2013

Les commentaires sont fermés.