15/03/2011

Les centrales japonaises: parfaitement sûres

Le titre de mon billet vous fait sourire ? Peut-être pas car ce sujet ne prête pas trop à la plaisanterie ces temps-ci. Mais en tout cas, il paraît complètement absurde, non ? Pourtant c'était ce que n'importe quel expert dans le domaine du nucléaire aurait dit jusqu'il y a quelques jours. La technologie du nucléaire japonaise est considérée comme parfaitement sûre car elle répond totalement aux normes internationales en vigueur. A Fukushima, on n'est pas à Tchernobyl. Le personnel de la centrale est parfaitement instruit. L'entretient de la centrale ne soufre aucun reproche. Le coeur est correctement confiné. Les multiples systèmes de sécurité fonctionnent parfaitement et sont prêts à prendre le relais lorsque les autres ont cessé de fonctionner. Ici comme en Suisse, on n'a pas une chance sur un million de vivre un accident. La population aux alentours est parfaitement rassurée et aime sa centrale qui apporte emplois et confort.

Alors pourquoi y-a-t'il eu un accident ? Pardi, c'est à cause d'un tremblement de terre. Et du tsunami qui a suivi. Soudainement, cette centrale réputée totalement sûre s'est transformée en risque majeur parce qu'elle a été construite au mauvais endroit. Mais qu'ils sont bêtes ces japonais ! Ne pouvaient-ils pas prévoir ces risques ? Un enfant leur aurait dit que des tsunamis peuvent se produire et que l'endroit est mal choisi ! Enfin c'est ce qu'on entend dire au comptoir du bistrot du coin. Mais ça n'est pas entièrement vrai. La réalité, c'est que ce risque avait été pris en compte. On ne construit pas une centrale nucléaire au Japon, en bord de mer, sans tenir compte des risques sismiques. Le Japon est sans doute l'une des régions du monde où les tremblements de terre sont les plus violents. Et le mot "tsunami" est un mot japonais, il ne faut pas l'oublier. Donc c'est un phénomène qu'ils connaissent bien et celui de l'autre jour est très loin d'être le premier que les Japonais vivent.

Alors la triste réalité, c'est que les experts ont fukushima.jpgjugé que cette centrale résisterait aux évènements qui se sont produits la semaine passée, car sur l'échelle du siècle, ils n'ont rien d'exceptionnel. Et le fait est qu'ils se sont plantés. Il faut cesser de se poser les mauvaises questions. Savoir pourquoi on a construit une centrale à cet endroit n'est pas intéressant. Savoir si les causes de cette catastrophe peuvent se produire en Suisse n'est pas non plus une bonne question. Les seules questions intéressantes sont: peut-on faire confiance à des experts qui ne maîtrisent pas totalement toutes les données ? Et aussi: notre indépendance énergétique vaut-elle le risque encouru ?

Je ne pense pas qu'il y ait de réponse toute faite à ces questions. Toute technologie comporte un risque. N'importe quel objet que nous utilisons au quotidien peut nous blesser ou produire des dégâts. Mais généralement, les avantages surpassent clairement les inconvénients et on décide d'accepter les risques. Mais dans le cas du nucléaire, un accident a des conséquences tellement graves que la question ne peut pas être tranchée si rapidement. C'est un peu comme dire que l'avion est le moyen de transport le plus sûr. C'est vrai, mais en cas de catastrophe, le nombre de morts est toujours très important et imaginer le calvaire vécu par ces gens fait toujours réfléchir.

Pour se décider sur le bienfondé de cette technologie, je pense qu'il serait important de renseigner la population sur la réalité de son fonctionnement. Et je pense que si les gens savaient comment fonctionne une centrale, ils y seraient opposés. Il faut savoir qu'une centrale nucléaire est basiquement un système instable. Le combustible nucléaire, une fois enrichi en Uranium 235 normalement rare, a une tendance naturelle à l'emballement. Le contrôle des réactions se fait au moyen de divers systèmes qui permettent d'éviter cet emballement en frainant continuellement les réactions. Pour illustrer cela, il faut imaginer disposer d'une voiture à moteur nucléaire. Sur cette voiture, vous n'auriez pas d'accélérateur, mais seulement un frein. Lorsque vous souhaitez accélérez, vous relâchez une partie de la pression sur le frein. Mais en aucun cas vous ne pourriez relâcher totalement la pédale, sans quoi votre voiture partirait dans le décor ! En principe ça ne pose pas de problème grave, car vous êtes capable de maîtriser la pédale. Mais qu'arrive-t-il si vous vous assoupissez une fraction de seconde ? Ou si votre pied glisse ? La réponse est simple: vous avez un accident. Et c'est exactement ce qui s'est produit au Japon. Les systèmes de sécurité qui étaient censés protéger la centrale en cas de tsunami se sont révélés insuffisants lorsque la situation réelle s'est produite. Et cela a conduit à l'emballement et donc à la surchauffe.

Lorsque j'étais étudiant, on a cherché à me pousser dans la filière du nucléaire parce que j'avais un bon niveau en maths et en physique. Mais si j'ai choisi une autre voie alors que celle-ci était tout à fait passionnante, c'est justement parce que je sais ce qu'est le nucléaire. Et que jamais je n'aurais voulu travailler sur une forme d'énergie dont je pense que l'humanité doit faire le deuil ! Je n'ai jamais cru aux experts qui prétendent qu'il n'y a aucun risque, justement parce que ce sont des êtres humains et qu'ils peuvent faire des erreurs. Il y aura toujours des situations qu'ils n'ont pas prévues. La Terre est un système complexe et imprévisible par nature. Prétendre comprendre totalement son fonctionnement est un mensonge. En réalité, les gens qui prétendent que la technologie nucléaire est parfaitement sûre ne sont rien d'autre que des apprenti-sorciers qui sont prêts à nous faire partager à tous le risque qu'ils ont décidé de courir.

P.S. Je me fais rare sur ces blogs parce que je suis passé à autre chose et que je trouvais avoir fait le tour des sujets qui m'intéressent. Mais mon blog n'est pas fermé et je continuerai à écrire de petits messages lorsque des sujets d'actualité m'en inspireront !

Commentaires

Un vif merci, Kad, d'avoir pris la peine d'écrire cet article bien construit et très clair. Pourvu que votre bon sens se partage de plus en plus!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 15/03/2011

"Et que jamais je n'aurais voulu travailler sur une forme d'énergie dont je pense que l'humanité doit faire le deuil !"

Bienvenue au club!

Je trouve que vous évoluez vachement positivement. Reste un effort à faire sur le "refroidissement" de l'arctique et la bombe iranienne.

Vous vous rappelez? Vous aviez prévu une première bombe pour... septembre dernier. C'est dommage pour le pari, j'aurais gagné 100 francs.

Quand à l'arctique, c'est ici, avec un nouveau record pratiquement :

http://nsidc.org/arcticseaicenews/

Écrit par : Johann | 15/03/2011

Nous voilà au pied du mur, avec les problèmes de la protection de la vie humaine contre le nucléaire. Le Japon qui était prêt pour de fortes secousses, se voit dans l'impuissance de régler cette catastrophe au plus vite. Y'a même pas de quoi sauver ces japonais, on ne peut pas les accueillir tous, ils sont (étaient) 127.7 millions d'habitants. Faut trouver une solution interplanétaire !! et laissons la politique de côté le temps de réaliser que la vie a plus d'importance que les trophés des présidents !!

Écrit par : N.H | 15/03/2011

Permettez moi d'ajouter:

-Le Japon, traumatisé du nucléaire, était particulièrement attentif à la sûreté de ses installations
-Comme vous le dites, le japon dispose de techniciens de très haut niveau
-La centrale de Fukushima a été au coeur d'un scandale de falsification de documents de sécurité il y a quelques années.

Tout cela fait que nous avons un accident qui touche l'une des plus sures centrales au monde.

La centrale a très bien résisté au tremblement de terre. Tous les systèmes de sécurité ont fonctionné; ce qui démontre également que l'entretien était parfait, et nous devons donc tirer notre chapeau aux ingénieurs.

Sauf que... Sauf que nul n'avait pensé à l'impensable.

A Tchernobyl, c'était l'incompétence qui a conduit les exploitants à explorer des domaines de fonctionnement interdits car instables,
A Three Miles Island, c'était la panique des opérateurs qui mettaient hors service les systèmes de sécurité au fur et à mesure qu'ils s'enclenchaient,
A Fukushima, c'est l'impensable qui s'est réalisé.

Trois accidents majeurs pour 500 centrales en service; soit 1 accident pour 150 centrale. La probabilité mesurée d'un accident majeur est donc de 0.7%.

Est-ce bien le chiffre avancé par nos experts ? Comment est-il possible que le patron de la sûreté nucléaire suisse dise samedi qu'il peut affirmer que tout est sous contrôle car Fukushima est du même type que Mühleberg et qu'ils ont tout calculé... Me voilà rassuré ! Est-il encore à son poste, ce Monsieur ?

Écrit par : gerardh | 15/03/2011

@Marie-France de Meuron,Il n'y a pas besoin d'aller jusqu'au Japon ce me semble bien qu'en notre pays le Cern ne produit pas de produits chocolatés ,quand à éviter le pire on l'a évité plusieurs fois,mais on oublie trop facilement de signaler aux gens qu'en cas de doute si radiations il y a , surtout ne pas s'exposer au soleil,sinon risque de cancers aggravés et on connait la suite ,comme quoi le serpent fini toujours par se mordre la queue,quand au soleil lui-même concernant sa composition,dire on est contre le nucléaire semble un pléonasme surtout au vu des gens recherchant toujours plus comme signe de santé ,un parfait bronzage,kaliméro lui-même se tordrait de rire en analysant le comportement de beaucoup!

Écrit par : lovsmeralda | 15/03/2011

Johann, pour le nucléaire je n'évolue pas. La période dont je parle c'est la première moitié des années 80, soit avant Tchernobyl ! Et je n'ai jamais changé d'avis depuis !

Pour la bombe iranienne, je me suis trompé ok. Mais ça ne veut pas dire que ça ne se fera pas. Et pour l'Arctique, sur une année, c'est un peu la roulette. C'est avant tout le phénomène El Niño qui est responsable. Comme c'est le phénomène inverse (La Niña) qui est cours actuellement, les choses pourraient être bien différentes dans un an !

Écrit par : Kad | 15/03/2011

Je crois que nous étions d'accord sur presque tout, sauf Israël et le nucléaire civil. Mais, sur ce dernier point, finalement (après 30 ans de réflexion...) je crois que vous avez raison.
Meilleurs messages

Écrit par : Philippe Souaille | 15/03/2011

L’anti-Atome est de fait à la mode ! Mais si le pire n’est pas encore arrivé au Japon, il n’en reste pas moins que notre confort de tous les jours est dû en grande partie au à l’énergie nucléaire.

Certes, il faudra bien diminuer notre dépendance, mais il est simplement impossible de se séparer dans l’immédiat des centrales nucléaires, sinon plus de chauffage, de trains, de trams, de M/M2 et plus d’internet non plus !

Nous n’aurons pas le choix que d’accepter cette épée de damoclès sur nos têtes encore 30 ou 50 ans, par contre , il faudra démultiplier les normes de sécurités, limité les emplacements ..bref, il y a du boulot !

A moins qu’une solution « miracle » ne puisse être trouvée rapidement !

Écrit par : Steeve | 15/03/2011

Philippe, les évènements comme ceux que vivent les Japonais, en espérant que ça ne se transforme pas en catastrophe majeure, (ils n'en ont pas besoin avec ce qu'ils viennent déjà de vivre!) auront au moins l'avantage d'ouvrir les yeux à beaucoup de monde.

Steeve, il est clair qu'on ne peut pas fermer les centrales du jour au lendemain. Il faudra continuer à vivre un certain temps avec. Et il est tout aussi clair que se passer de leur énergie ne va pas être facile. Mais beaucoup de choses nécessaires ne sont pas faciles. On est d'accord qu'on ne peut pas fermer les centrales existantes tout de suite, mais il faut clairement partir sur une stratégie de sortie du nucléaire comme l'avaient fait les Allemands avant de se rétracter. Et il y a une chose qui ne peut pas faire partie d'une stratégie de sortie du nucléaire: la construction d'une nouvelle génération de centrales !

Écrit par : Kad | 15/03/2011

"Johann, pour le nucléaire je n'évolue pas. La période dont je parle c'est la première moitié des années 80, soit avant Tchernobyl ! Et je n'ai jamais changé d'avis depuis !"

Alors d'autant plus bravo!


"Pour la bombe iranienne, je me suis trompé ok. Mais ça ne veut pas dire que ça ne se fera pas."

Proposez une date, et je vous refais le coup du pari!


"Et pour l'Arctique, sur une année, c'est un peu la roulette. C'est avant tout le phénomène El Niño qui est responsable. Comme c'est le phénomène inverse (La Niña) qui est cours actuellement, les choses pourraient être bien différentes dans un an !"

Certes chaque année est différente, mais si je me souviens bien vous avanciez que le réchauffement de l'arctique était plus ou moins terminé alors que cette dernière année ne vient pas le confirmer, au contraire. De plus nous venons de passer par un minimum du cycle solaire, et l'activité d'icelui est juste en train de reprendre. Alors oui, il y aura encore des cycles, mais la tendance est la diminution de la banquise en surface et surtout en épaisseur. A suivre donc...

Écrit par : Johann | 15/03/2011

"L’anti-Atome est de fait à la mode ! Mais si le pire n’est pas encore arrivé au Japon, il n’en reste pas moins que notre confort de tous les jours est dû en grande partie au à l’énergie nucléaire."

Notre "confort" est dû en PETITE partie à l'énergie nucléaire. Environ un tiers.


"Certes, il faudra bien diminuer notre dépendance, mais il est simplement impossible de se séparer dans l’immédiat des centrales nucléaires, sinon plus de chauffage, de trains, de trams, de M/M2 et plus d’internet non plus !"

La recherche sur les moyens de substitution n'a que trop tardé. Le chauffage grâce au nucléaire, non merci. Une maison à Genève - même vieille - peut être rendue complètement autonome pour son chauffage. Pas besoin du nucléaire, pas besoin du mazout. Il y a tellement de gaspillages que la meilleure "source d'énergie" est à rechercher de ce côté. Mais voilà ceux qui monopolisent la production d'énergie ne sont pas prêt de renoncer à leurs profits, et peu leur importe de faire des victimes. Ils s'en contrefoutent totalement. Ce ne sont pas eux qui vont verser des indemnités aux victimes pour la merde dont ils sont pourtant totalement responsables.

Et s'il faut se passer d'internet un jour sur trois, je vote pour! Ca évitera une partie de toutes les conneries qu'on trouve sur la toile.

Se limiter à l'essentiel, que voilà un beau programme!

Écrit par : Johann | 15/03/2011

Allez faire un tour sur GE :

Fukushima I Nuclear Power Plant

Vous verrez que la colline qui "entoure" la centrale est à plus de 30m d'altitude et que le site de la centrale a été excavé et paraît être en-dessous de 15m.

Bravo messieurs les ingénieurs! Votre intelligence fait plaisir à voir. Mais je ne suis pas sûr que vos compatriotes vous en féliciteront.

Moi, je vous dis merci, grâce à vous sans doute pourrons-nous éviter la construction de pareils engins de mort dans notre pays. Reste la France...

Écrit par : Johann | 16/03/2011

On met souvent en avant le coût modique de l'énergie produite par le mode nucléaire ... oui, certes, elle reste modique, pour autant qu'on y intègre pas les coûts induit par les catastrophe qui sont opportunément pris en charge pas la communauté.

Encore un aveuglement néolibérale-industriel, ou la privatisation des bénéfices et la socialisation des pertes agit en puissance.

Écrit par : Dji | 22/03/2011

vous savez on va tous* péter de rire* passez moi l'expression mais on n'a jamais vu un porte avion nucléaire comme le Général de Gaules en pleine manoeuvres de l'OTAN prendre l'océan en plein tsunami ou juste après,il faut croire que tous les anti en tous genres ont de l'argent a gaspiller pour monter un bid pareil!et nombreux sont ceux ne croyant pas une seconde au montage mensonger des images carnavalesques en provenance du Japon!mais sans doute bien copiées grâce à des trucages cinématographiques d'une telle ampleur financière qu'il faut être aveugle pour ne pas savoir qui se cache derrière!

Écrit par : lovsmeralda | 22/03/2011

lovsmeralda: si vous ne croyez pas qu'il y ait une catastrophe en cours, je vous conseille de vous payer le voyage et d'aller boire l'eau au robinet, de boire du lait et manger des salades locales. Par la même occasion, vous pourriez aussi donner votre aide à la population qui en a bien besoin. Et pourquoi pas, vous pourriez aller relayer les pompiers de Tokyo pour tenir leurs lances à incendie. Après tout, ces braves types ne risquent rien du tout, alors pourquoi ne pas les rejoindre ?

P.S. : les tsunamis ne sont vraiment dangereux que près des côtes. En haute mer, il ne s'agit que d'une onde de choc à grande vitesse. Ils ne créent presque pas de remous en surface. C'est seulement à l'approche du plateau continental que la vague se forme par contraction de l'onde et ralentit par la même occasion. (question de conservation de l'énergie) Donc le Charles de Gaule qui subirait un tsunami en pleine mer ne risquerait rien ! Par contre, au port...

Écrit par : Kad | 22/03/2011

@Kad,élevée dans l'Anschluss longtemps je me suis demandée à quoi il avait servi,et dans ce monde livré aux troupes de l'imagination délirante comme c'est le cas aujourd'hui c'est un réflexe de survie aussi que de prétendre le contraire,j'ai enfin compris pourquoi nos ancêtres se sont tus sur ordre du Général Guisan ,nous sommes encore nombreux à respecter sa paroles ne nous fiant qu'à notre propre jugement quand à aider jeune homme,/permettez car sans doute beaucoup plus âgée que vous,et possédant l'expérience de la vie accomplie/j'ai aidé à ouvrir le fameux musée d'Anne Frank au Japon alors en tant que suissesse ,je peux vous assurer qu'aider fut notre leitmotive dés la fin de la guerre mais quand on voit le peu de résultats des sommes déviées de leur but final,excusez du peu!et pour ne pas le citer mon grand père fut un des créateurs des célèbres cartons du coeur,donc aider on sait ce que sait et se mouiller aussi!
bien à vous et toute bonne soirée

Écrit par : lovsmeralda | 22/03/2011

en espérant que vous ayez regardé l'émission sur l'eau hier soir,avec Evolia vous avez compris j'espère ou partent des milliards sensés aider les autres!

Écrit par : caramel | 23/03/2011

Les commentaires sont fermés.