20/09/2010

L'Iran, le 11 septembre et moi et moi et moi...

Suite aux discussions qui ont eu lieu ces derniers temps sur un autre sujet, je tenais à préciser mes vues. Parfois mes prises de position peuvent paraître inconciliables. D'un côté je suis favorable à une plus grande fermeté au Moyen-Orient, envers des groupes ou des nations plus ou moins hostiles. D'autre part, je pense que certains éléments du côté occidental ont utilisé des moyens indignes de démocraties, et même parfois criminels, pour défendre leurs intérêts. Or il est rare qu'une même personne défende ces deux visions.


En particulier, être persuadé que le 11 septembre est, au moins partiellement, une mystification et oser l'affirmer, cela conduit souvent à se faire assimiler à des mouvements naïvement pacifistes, gauchistes, tiers-mondistes. Quand ils ne sont pas anti-américains primaires, voire antisémites. On vous accuse d'être un défenseur de Ben Laden, de Saddam Hussein, des Talibans ou de Mahmoud Ahmadinejad, le Président iranien. Ou alors vous êtes très naïf et vous vous laissez manipuler par toutes ces personnes peu recommandables. Personnellement, je ne suis rien de tout ça, bien au contraire. Je souhaite que l'Occident défende ses intérêts lorsque c'est nécessaire. Je ne suis pas un partisan inconditionnel de la politique israélienne, mais je lui reconnais le droit d'exister et de défendre la sécurité de sa population. Et je souhaite qu'on lutte sans répit contre l'intégrisme religieux et le terrorisme qui lui est associé. Mais je me veux aussi un défenseur convaincu du droit et de la démocratie. Si l'Occident et Israël peuvent et doivent défendre leurs intérêts sur la scène internationale, ça doit être dans le respect des règles fondamentales du droit. Et lorsque je découvre des indices trop flagrants démontant la version communément admise, je refuse de fermer les yeux comme la grande majorité de la population.

Et je pense d'ailleurs que la majorité des gens qui composent le mouvement pour la vérité sur le 11 septembre, mouvement qui ressemble plutôt à une nébuleuse, sont dans ce cas. Ce mouvement est né aux Etats-Unis et ne peut donc pas être accusé d'anti-américanisme. Parmi les militants les plus acharnés, il y a des proches de victimes de ces attentats. Il n'y a aucun sous-entendu politique ou idéologique derrière leur combat. Il y a juste la volonté de découvrir la vérité sur un crime qui a endeuillé toute une ville et tout un pays. Et s'assurer qu'aucun de ses responsables ne puisse s'en tirer sans être inquiété.

Et le fait est que pour croire à la version officielle, il faut vraiment détourner le regard. Car elle ne tient tout simplement pas debout. C'est sans doute plus rassurant de penser qu'on vit dans un monde ou le bien et le mal sont bien délimités géographiquement. Car si le mal peut venir de n'importe où, alors notre vie se résume à une méfiance continuelle. C'est sans doute pour cela que les Américains ont si volontiers accepté la théorie de la conspiration islamiste comme seule explication du 11 septembre. Et cela malgré les énormités qu'on est obligé d'avaler pour croire à cette théorie.

Simple exemple d'absurdité: pourquoi l'armée la plus puissante du monde a laissé 4 avions survoler le territoire des Etats-Unis pendant aussi longtemps sans les abattre ou au moins tenter des les intercepter ? Je peux admettre que le premier avion n'ait pas été abattu parce que l'armée pensait à un détournement classique, mais le second ? Et surtout le troisième sur le Pentagone ? Ce dernier avion a pu voler pendant une quarantaine de minutes à l'opposé de sa trajectoire normale, en direction de la capitale du pays, totalement interdite de survol, et avec son transpondeur coupé ! Finalement, les terroristes auraient jeté l'avion détourné contre le quartier général de l'armée la plus puissante du monde sans qu'on ne tente de les en empêcher. Et tout cela alors que le premier avion avait déjà percuté la tour numéro une du World Trade Center. Non, l'incompétence n'explique pas tout. Même l'armée de l'air suisse, avec ses escadrilles en nombre actuellement insuffisant pour assurer un bon tournus, aurait fait beaucoup mieux pour défendre notre espace aérien !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_77_American_Airlines

Et plus étonnant encore: les pirates de l'air, lorsqu'ils ont planifié ces attentats, ne pouvaient pas ne pas avoir pris en compte le fait que l'armée de l'air tenterait de les intercepter. Alors pourquoi avoir attendu de s'éloigner de plusieurs dizaines de minutes de leur objectifs pour ensuite prendre le contrôle de l'avion, lui faire faire demi-tour et voler sans transpondeur pendant à nouveau plusieurs dizaines de minutes ? N'aurait-il pas été plus logique de prendre le contrôle de l'appareil peu après le décollage et le faire immédiatement virer vers son objectif ? Il faut savoir que l'aéroport de Washinghton est tout proche du Pentagone. Il semble donc que les pirates n'ont pas du tout tenu compte du risque posé par l'armée de l'air. Pourquoi ? Une seule réponse possible: ils savaient que ce risque n'existait pas. Cette conclusion, j'y étais arrivé quelques jours seulement après les attentats. Bien avant que je ne découvre à quel point la version officielle est fragile.

Pour bien comprendre le problème, il faut comprendre qui sont les islamistes comme Ben Laden. Et qui sont les Néoconservateurs américains. Il faut dire que ces groupes sont plus liés entre eux qu'on ne le croit.

Il y a d'abord les Ben Laden. Un nom devenu extrêmement célèbre le 11 septembre 2001. Mais les Ben Laden ça n'est pas une internationale terroriste, c'est une famille aristocratique en Arabie Saoudite. Leurs liens avec certaines familles américaines, entre autres avec les Bush et les Cheney sont avérés. D'ailleurs plusieurs membres de la famille se trouvaient aux USA au moment des attentats. Étrangement, ils ont été autorisés à quitter le pays en avion privé, alors que tout autre appareil était encore cloué au sol. Et cela sans que le FBI ne prenne la peine des les interroger à propos de l'enfant terrible de la famille, devenu ennemi public numéro un, avant de les laisser quitter le territoire américain... Encore une fois, qui peut croire cela ?

Mais l'histoire d'Oussama Ben Laden commence bien avant. Pendant la guerre afghane contre l'Union soviétique, il s'est rendu en Afghanistan pour combattre "le péril rouge" et aider ses frères musulmans à libérer leur pays. Mais il n'était pas le seul. C'était la guerre froide et les intérêts américains rejoignaient ceux des moudjahidines. Parmi ces derniers, je pense qu'Oussama, du fait des liens que sa famille entretenait avec les Etats-Unis, était un des hommes de la CIA, là pour barrer la route au communisme et imposer une cuisante défaite à l'ennemi soviétique. C'est à ce titre qu'il s'est introduit au sein de cette communauté rebelle. En tant que riche Saoudien, il était aussi un des principaux bailleurs de fonds de la rébellion.

Lorsqu'il est devenu évident que des éléments extrêmes se cachaient parmi les moudjahidines, je pense que la CIA a demandé à Oussama Ben Laden de les noyauter, de créer une cellule pour les fédérer et mieux pouvoir les contrôler. Cette cellule, sorte de cheval de Troie, a été dénommée "Al Qaida", ce qui signifie quelque chose comme "la liste". Une liste d'extrémistes à surveiller. La CIA pensait alors pouvoir garder le contrôle sur ces éléments extrêmes et éviter ainsi qu'ils ne prennent plus tard le contrôle du pays.

Mais je pense que ce qu'ils n'avaient pas prévu, c'est que leur agent, Oussama, rompe le contact et devienne indépendant. Une cellule terroriste, faite d'une poignée de fous de Dieu, venait donc d'être créée. Par la suite, cette cellule s'est entre autres livrée à des actes de terrorisme contre des intérêts américains. C'est alors qu'Oussama Ben Laden, l'ancien agent de la CIA, a pris place sur la liste des 10 criminels les plus recherchés par le FBI. Mais finalement, jusqu'à quel point Al Qaida avait échappé au contrôle de la CIA ? Se peut-il que le mouvement était toujours infiltré par l'agence américaine ? Difficile à dire, mais très possible.

Jusque-là, à part le fait qu'Oussama Ben Laden puisse avoir été un agent de la CIA, rien de très étonnant. Mais là où cette histoire prend un tournant décisif, c'est lorsque la présidence de Bill Clinton s'achève et que Georges W. Bush prend le pouvoir. Un pouvoir qu'il n'a pas obtenu seul. Il a été aidé dans sa campagne par la frange la plus extrémiste du parti républicain: les néoconservateurs.  Et ainsi il leur était redevable et a formé un gouvernement où ils étaient largement représentés.

Les Néocons ont une particularité: ils ont un projet. Une mission presque divine. Celle de faire régner les Etats-Unis sur l'ensemble de la Terre. Et pour cela, ils sont décidés à éliminer les ennemis de l'Amérique de la carte du monde. Et à recréer la puissance militaire perdue après la fin de la guerre froide. Je n'invente rien, ils ont eux-mêmes décrit leur projet dans le document "Projet pour un nouveau siècle américain" écrit par un think tank néoconservateur en 1997, soit 3 ans avant la prise de pouvoir de George W. Bush. Un think tank auquel ont contribué Dick Cheney, Paul Wolfowitz, Donald Rumsfeld et... John Ellis Bush, le propre frère du futur Président et gouverneur de Floride ! L'état du fameux recomptage des voix...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_pour_un_nouveau_si%C3%...

Mais de leur aveu même, leur projet présente un problème: il va à l'encontre de l'opinion publique, qui pense que depuis la fin de la guerre froide, la puissance militaire n'est plus la priorité numéro une et qui est globalement défavorable à une nouvelle extension du budget militaire et à la reconstruction de la puissance militaire américaine. Donc, dans le même document, ils reconnaissent que la réalisation de leur politique prendra beaucoup de temps. A moins bien sûr qu'un évènement suffisamment frappant, qu'ils décrivent eux-mêmes comme un nouveau Pearl Harbor, ne se produise. Est-ce donc un hasard si ce nouveau Pearl Harbor s'est produit ? Est-ce un hasard si depuis les budgets militaires des Etats-Unis ont largement dépassé ceux des pires instants de la guerre froide ?

J'ai toujours cru, dès les premières semaines qui ont suivi l'attaque du 11 septembre, que le gouvernement américain avait laissé faire. Qu'il était au courant de ce qui se tramait, mais que l'attaque servait ses intérêts et qu'il a choisi de ne pas intervenir pour l'empêcher. Quand un crime est commis, la première chose qu'on doit se demander c'est "A qui profite le crime ?". Et dans ce cas le profit pour les Néoconservateurs était trop évident. Les attentats allaient exactement dans le sens qu'ils avaient souhaité. Mais je me suis toujours refusé à croire que le gouvernement était impliqué. Pourtant, depuis quelques temps, suite à la découverte d'une accumulation de preuves que je considère comme flagrantes, je n'exclue plus qu'il ait participé aux attaques ou même en a été l'instigateur. Je ne vais pas détailler ici ces preuves. Je pense toutefois qu'il est vital de faire ses propres recherches. Si on veut comprendre le monde d'aujourd'hui, comprendre ce qu'a été le 11 septembre est indispensable.

Tout d'abord, on ne peut être qu'incrédule. Il est inconcevable qu'un gouvernement élu dans un pays démocratique puisse assassiner ses propres électeurs. Mais si on accepte de prendre en compte ces arguments sans préjugé, on ne peut que se rendre à l'évidence. Pour commencer ses recherches, on peut visionner les excellents films "Zéro enquête sur le 11 septembre", "Loose Change Final Cut", sa suite "Loose Change, an American Coup" et en complément, on ne doit pas manquer le film très émouvant "9/11: Press for truth" qui montre le combat de quelques femmes de pompiers new-yorkais pour la création d'une commission d'enquête sur le 11 septembre. Un combat de David contre Goliath. Un combat contre un gouvernement américain qui s'est toujours refusé à enquêter sur ce qui n'est rien de moins que le pire crime perpétré en Amérique durant les 50 dernières années et peut-être durant toute son histoire. Un combat finalement perdu, car la commission d'enquête que G.W. Bush a daigné créer après un long refus n'a tenu aucun compte des légitimes interrogations de ces femmes et n'était finalement qu'une gigantesque et grotesque mascarade.

Encore une fois, il n'y a rien d'antiaméricain ni d'antisémite à faire ces recherches. D'ailleurs des 4 films que j'ai cités, 3 sont américains. Un seul est européen. Et puis, souhaiter qu'on fasse toute la lumière sur un crime commis contre la nation américaine, c'est au contraire un grand mouvement de civisme, un grand geste d'amitié pour le peuple américain. Toute accusation d'antiaméricanisme ou d'antisémitisme ne sert qu'à relayer une propagande destinée à cacher la vérité et à empêcher le peuple d'ouvrir les yeux.

Le 11 septembre 2001, le monde a changé. Profondément et durablement. C'est bien ce que souhaitaient les Néoconservateurs américains. Désormais, ils avaient le champ libre. Très rapidement, ils ont désigné le coupable. Le traître de la CIA, Oussama Ben Laden était le coupable dont ils avaient besoin. Ils ont immédiatement réclamé sa tête à ceux qui le cachaient, les Talibans. Et puisqu'ils refusaient de la leur livrer sans preuve de sa culpabilité, ils seraient les premières victimes de la puissance américaine retrouvée.

Mais si l'Afghanistan et les monstrueux Talibans étaient des ennemis de l'Amérique tout désignés, leur importance stratégique n'était plus ce qu'elle était durant la guerre froide. C'est pourquoi G. W. Bush et les Néoconservateurs ont immédiatement désigné "l'Axe du Mal", formé par les ennemis naturels de l'Amérique. Irak, Iran, Corée du Nord. Trois pays ayant peu de rapports entre eux, deux d'entre eux étant pratiquement ennemis héréditaires pour s'être affrontés durant près de dix ans, étaient censés former une sorte d'alliance au nom évoquant les forces de l'Axe durant la Seconde Guerre Mondiale.

Je tiens à préciser ici que même si je ne suis pas d'accord avec les méthodes des Néoconservateurs, je pense que leur désignation des dangers pour l'Amérique est assez judicieuse. Ces trois pays sont bel et bien des ennemis avérés de l'Amérique. Ces trois pays ont effectivement développé à un moment ou un autre un programme de fabrication d'armes de destruction massive. Si j'ai toujours été opposé à l'attaque de l'Irak, c'est pour deux raisons. La première c'est qu'elle était justifiée par de mauvais arguments. Aller en Irak pour éliminer un gouvernement injuste et rendre au peuple irakien son statut sur la scène internationale, j'aurais été d'accord. Mettre fin à une situation de guerre froide et à un embargo vieux de plus de 10 ans, encore une fois d'accord. Rechercher des armes de destruction massive que Saddam Hussein n'avait plus les moyens de développer depuis une bonne décennie, pas d'accord. Attaquer l'Irak pour ses contacts avec Al Qaida, contacts toujours pas établis après 7 ans d'occupation, pas d'accord. Et, raison jamais avouée officiellement mais évidente à qui réfléchit un peu, remettre sur le marché le pétrole irakien pour faire face à la raréfaction mondiale du pétrole, pas d'accord non plus. La seconde raison de mon rejet de cette intervention, c'est qu'elle serait cause de grande instabilité. Et qu'elle avait toutes les chances d'être un bourbier dans lequel les soldats américains allaient s'enliser. Je pense que sur ce point, la suite m'a malheureusement donné raison.

Bien sûr, le fait que Saddam Hussein n'entretenait aucun lien avec le terrorisme ne le rend pas meilleur. Ni le fait qu'il n'avait plus les moyens de réaliser son rêve de posséder l'arme suprême. Sa mort ne me chagrine pas, bien au contraire. Le monde est meilleur sans lui. Mais si sa mort est la seule réussite d'une opération qui dure depuis 7 ans et dans laquelle les Etats-Unis se sont enlisés jusqu'au cou tant leur départ précipité aurait été pendant longtemps la cause d'une anarchie sans nom entre le Tigre et l'Euphrate, une opération qui a causé la mort de plusieurs milliers de soldats américains et de dizaines ou de centaines de milliers de civils irakiens, alors je continue à penser qu'elle n'aurait jamais dû être entreprise. Un jour ou l'autre, le gouvernement irakien serait tombé de lui-même. Alors il aurait toujours été temps de prendre les choses en main pour éviter que le pays ne sombre dans le chaos après des décennies de dictature.

Et lorsque le mensonge qui a été à la base de l'intervention en Irak a été exposé au grand jour, beaucoup ont été surpris. Pas moi. J'ai toujours su que le gouvernement américain mentait. Et pourtant, lorsque j'ai suivi en direct la longue intervention de Colin Powell devant l'Assemblée Générale de l'ONU, présentant les preuves "irréfutables" des rapports entre le gouvernement irakien et Al Qaida ainsi que celles de l'existence d'un programme de fabrication d'armes de destruction massive en Irak, j'ai tout le long rêvé de voir Dominique de Villepin se lever à la fin de cette présentation et dire "Ok les gars. Ce coup-ci vous nous avez convaincus. Ces preuves c'est du béton, il faut qu'on y aille pour mettre la pâtée à ces gangsters." Mais bien sûr, ça ne s'est pas réalisé. Car le gouvernement français savait que ça n'était que du vent. Leurs informations étaient très différentes. Et ils avaient un avantage sur les Américains. Ils connaissaient l'esprit arabe et savaient qu'une opération d'invasion et d'occupation à long terme d'un pays arabe serait un véritable piège. Ils avaient décidé de ne pas s'y faire prendre.

Quant à Al Qaida, qu'on nous présente toujours comme la grande menace planant sur ce monde, il est probable que le mouvement ait disparu, en tant qu'internationale terroriste en tout cas, depuis des années. Il est non moins probable que son chef charismatique soit décédé depuis tout aussi longtemps. Mais on continue à entretenir le mythe. Car tant qu'on croira à la menace Al Qaida, il sera possible de continuer à mener une guerre contre ce terrorisme. En réalité toutefois, Al Qaida n'est plus aujourd'hui qu'un nom générique, derrière lequel n'importe quel mouvement extrémiste va se cacher pour se faire mousser. L'Occident a non seulement créé Al Qaida, mais il a également créé le mythe Al Qaida qui est à la fois entretenu par les gouvernements occidentaux et par les mouvements islamistes.

Car les menaces terroristes existent bien. Mais aujourd'hui elles ne sont plus organisées comme elles l'ont sans doute été. La nébuleuse de mouvements qui utilisent l'appellation Al Qaida n'ont que très peu de rapports entre eux. Ils ne sont en tout cas pas en mesure de livrer une guerre organisée. Seulement l'avouer ça serait aussi devoir mettre un terme à la guerre contre le terrorisme.

Ainsi la guerre contre le terrorisme a commencé en Afghanistan et en Irak. Et puis bizarrement, la réalisation de la politique néoconservatrice s'est arrêtée là. Est-ce dû au fait que les autres tendances actives au sein du parti républicain ont repris de la vigueur durant le second mandat de G. W. Bush ? C'est possible, même si l'équipe en place durant ce second mandat semblait tout aussi néoconservatrice, sinon plus, que la précédente. Le plus probable est que l'enlisement des opérations en Irak et en Afghanistan a montré la difficulté de la réalisation de cette politique néoconservatrice ce qui a affaibli cette tendance au sein du parti.

Quoi qu'il en soit, les autres nations désignées par G. W. Bush comme faisant partie de l'Axe du Mal n'ont pas été inquiétées durant son second mandat. Ce qui fait de la politique néoconservatrice un échec historique. Car si l'Afghanistan et l'Irak ne représentaient somme toute qu'un danger très faible pour les intérêts américains, l'Iran et la Corée du Nord sont eux des dangers potentiels avérés. La Corée du Nord qui, à cause de l'attentisme américain dispose désormais de missiles pouvant mettre en danger le territoire des Etats-Unis et d'armes nucléaires fonctionnelles. Ce pays ne peut désormais plus être inquiété. Il restera une menace aussi longtemps que son gouvernement restera au pouvoir. Et l'Iran quant à lui est sur le point d'atteindre le même objectif. Ses missiles ne peuvent bien sûr pas atteindre le territoire américain, mais Israël et un jour l'Europe. Et d'ici quelques temps, peut-être à peine une poignée de mois, il disposera de la capacité de produire des têtes nucléaires pour ses missiles. Durant son second mandat, Bush a décidé de n'opposer à ces menaces qu'un "parapluie anti-missiles". Et après son départ, les démocrates ont même affaibli ce parapluie, acceptant de plier devant les Russes et ne pas protéger, provisoirement au moins, l'Europe de la menace nucléaire iranienne. Cette politique montre un affaiblissement gigantesque de l'Occident. Et c'est plus qu'inquiétant.

Le fait est qu'en désignant ces trois pays comme responsables du 11 septembre, on nous a clairement menti. Car même si l'Iran est dominé par un gouvernement islamiste, il s'agit d'un islamisme chiite alors que les Talibans et Al Qaida sont composés d'extrémistes sunnites. Et il est de notoriété publique que les Chiites et les Sunnites ne sont pas capables de s'entendre durablement. Dernièrement, des liens entre l'Iran et les Talibans ont bien été mis en lumière, mais le pays avec lequel les Talibans entretiennent véritablement des liens privilégiés, c'est bien le Pakistan. Par contre, le fait que le gouvernement iranien n'ait pas véritablement de rapport avéré avec Al Qaida fait-il de Mahmoud Ahmadinejad un saint ? Le fait que le gouvernement américain ait en son temps menti sur le programme d'armes nucléaires de l'Irak, signifie-t-il forcément qu'il mente aujourd'hui à propos du nucléaire iranien ? Ce sont des raccourcis que certains mouvements pacifistes et tiers-mondistes n'hésitent pas à faire. Pourtant il s'agit d'une assimilation hâtive. Le fait est qu'à force de crier trop souvent au loup, on ne vous croit plus le jour où le loup entre effectivement dans la bergerie.

Je pense pour ma part que l'Iran développe effectivement un programme nucléaire militaire et qu'il a les moyens de le mener à terme. J'aimerais beaucoup croire les Iraniens lorsqu'ils prétendent que leur programme est purement civil et pacifique. Mais dans ce cas, pourquoi refuser les inspections de l'AIEA ? Pourquoi développer simultanément un programme de missiles balistiques à longue portée ? Pourquoi faire semblant de négocier pour systématiquement refuser les propositions après quelques semaines ? Pourquoi si ce n'est pour gagner du temps ? Et finalement, pourquoi braver le Conseil de Sécurité et ses sanctions alors qu'il serait si simple de les éviter ? Beaucoup essayent de faire croire que toute cette histoire est organisée par Israël pour engager l'Occident à ses côtés dans une guerre contre l'Iran. Mais pour ma part, je ne suis pas prêt à faire ce pari risqué. Je ne veux pas vivre dans un monde où l'Iran disposera de l'arme nucléaire. Et tout autant que j'étais opposé à une intervention en Irak, je continuerai à militer activement pour une intervention limitée contre les installations nucléaires iraniennes.

Commentaires

Très brièvement, c'est un excellent exposé de l'état des lieux de la nébuleuse! Pour ce qui concerne Ben Laden, on sait qu'il est tapi au Pakistan.
Merci pour cette dense réflexion et de continuer à l'alimenter pour combattre le terrorisme d'état !

Écrit par : Roxane | 20/09/2010

Exposé on ne peut plus clair! Je suis d'accord avec un bonne partie de votre billet sauf sur le point concernant l'Iran, où j'ai quelques réserves. Il est "possible" que le gouvernement iranien "cache" quelque chose puisqu'il n'apporte pas des réponses et des explications claires aux questions que vous avez posées, mais il n'est pas le seul pays qui joue à ce jeu! Tous les gouvernement du monde entier mentent sans vergogne et sans scrupules aucun, que ce soit à leurs citoyens ou au reste du monde, à commencer par les plus grandes démocraties qui se permettent de faire la morale aux autres! Tous ceux qui ont des gamins savent que s'ils veulent transmettre des valeurs à leurs enfants, ils doivent donner l'exemple. Dans toutes les sociétés c'est la même chose! Tous les pays détenteurs des armes nucléaires sont potentiellement dangereux et il n'y a aucune raison que certains en possèdent et d'autres pas. Il faut arrêter de raconter des salades et bannir définitivement ces armes abjectes de toute la terre. Point.Barre. Je crois sincèrement qu'on est en train d'orchestrer la diabolisation d'un pays comme d'habitude et seul l'avenir nous dévoilera la vérité! Quant à une intervention limitée contre les installations nucléaires : on sait très bien comment ça commence et malheureusement aussi, comment ça fini! Je ne crois pas une seconde que ce genres d'interventions téléguidées par des soldats confortablement installés dans leurs bureaux soient sans conséquences pour la population civile! Et si jamais une guerre est déclarée contre l'Iran, le monde musulman, malgré ses divisions et ses déchirements, se trouvera uni en un bloc contre les agresseurs. Tout cela ne fera que le bonheur de tous les extrémistes et pas seulement ceux qui vous viennent à l'esprit!

En tant que femme, j'en ai ras-le-bol de voir des hommes jouer à la guerre. Je pense très sincèrement que nous manquons cruellement de cerveaux intelligents, sages et sensés pour diriger notre planète! Il est affligeant de constater que tous les dirigeants du monde soient si incapables d'apporter la sérénité et la prospérité sur terre, alors qu'ils ont fait tant d'études et touchent des salaires faramineux! Il me vient à l'esprit la chanson Epitaph de King Crimson et surtout ces parles : "The fate of all man kind I see is in the hands of fools". A pleurer de dépit!

Écrit par : zakia | 20/09/2010

"Tous ceux qui ont des gamins savent que s'ils veulent transmettre des valeurs à leurs enfants, ils doivent donner l'exemple. Dans toutes les sociétés c'est la même chose! Tous les pays détenteurs des armes nucléaires sont potentiellement dangereux et il n'y a aucune raison que certains en possèdent et d'autres pas. Il faut arrêter de raconter des salades et bannir définitivement ces armes abjectes de toute la terre."

D'accord avec vous là-dessus. C'est pour ça qu'il faut suivre le Président Obama qui, j'en suis convaincu, souhaite vraiment livrer aux générations futures un monde où les armes nucléaires seront interdites. Pour l'instant il propose de dénucléariser le Moyen-Orient, ce qui n'est pas rien. Il faudra déjà mettre d'accord Israël, l'Iran, le Pakistan et l'Inde ! Si jamais il y parvenait, je serai bien sûr plus favorable à cette solution qu'à l'intervention armée.

A côté de ça, le désarmement des 2 grands a repris. On procède par étapes, mais je pense qu'à terme, on peut imaginer qu'on aboutisse un jour à un accord d'interdiction. Dans 20 ou 30 ans... C'est loin, mais ça permettra au moins d'éviter que la terreur que ces armes ont fait peser sur le monde ne dure 100 ans. C'est en tout cas une utopie en laquelle je veux croire. Et les utopies d'aujourd'hui sont les vérités de demain...

Écrit par : Kad | 20/09/2010

Bonsoir Kad. Si Dieu a de l'influence :) sur nous, Il parviendra à faire de l'utopie du désarmement la vérité de demain. Beaux rêves avec tous les adeptes convaincus par la non-violence et vivants sur la planète Terre. Nous sommes largement minoritaires...mais peut-être qu'un jour nous obtiendrons ce que notre âme nous dit d'obtenir pour l'humanité et nos enfants. Faisons d'une minorité une majorité d'adeptes et alors la Terre sera peuplé d'un jardin d'Eden... nous serons morts mais de Là-Haut nous pourrons contempler des êtres humains plus dignes et plus respectueux de toute vie sur Terre.

Écrit par : pachakmac | 21/09/2010

Juste une précision au sujet du mot "Al Qaida" en arabe : cela signifie "base". Bien évidemment, dans ce contexte, ça renvoie vers "base de donnée".Tout simplement: "data", en anglais. Donc, on aurait affaire à une cellule terroriste qui se ferait appeler data. C'est comme si une bande de criminels se faisait appeler "wanted", ou un truc dans le genre !
Voilà, c'est de là que vient la traduction "liste". Mais ce n'est qu'une interprétation de journalistes à mon avis. Car le plus logique serait la signification du mot base qui renvoie au "bas de l'échelle", et qui fait allusion aux cellules dispersés à travers le monde et les nouveaux recrutés, ce qui correspond mieux à la réalité et au mode de fonctionnement de ce groupe, enfin, tel qu'on le présente : des leaders qui se contentent de donner des ordres et inspirent les antennes dispersés autour du globe, lesquels fonctionnent de manière relativement indépendante

Écrit par : jebs | 29/01/2011

Le problème, c'est que si ces armes disparaissent de la surface de la terre ( d'ailleurs j'aimerai bien voir comment : en les faisant exploser dans la stratosphère ? ), d'autres armes au moins aussi meurtrière sont là, prêtes à prendre le relais ( chimiques, biologiques, entre autres ), et celles-là ne sont pas seulement aux mains de certains gouvernements, ce qui est encore pire !
La folie n'est malheureusement pas l'apanage de ceux qui nous gouvernent, la soif de pouvoir étant également partagée dans toutes les couches des sociétés à travers la planète, le pire, c'est que dans certaines de ces sociétés ( en fait, la majorité ), on y inculque aux enfants, ( je devrais plutôt dire, on y conditionne ) la haine de la différence raciale/culturelle/religieuse, la haine de l'autre, que ce soit l'occidental, le musulman, le goyim, le blanc, le voisin... à un point qu'il serait utopique d'attendre mieux de cette humanité, avec ou sans armes nucléaires !
Tant que ce problème n'est pas traité à la racine, on ne sortira pas de ce cercle vicieux. c'est un problème d'éducation, depuis la famille, l'école, les lieux de culte, les moyens de communication, partout là où l'être humain est "programmé", conditionné, lobotomisé.
C'est pour ça que les psychologues, les sociologues, plus que n'importe qui, ont une grande responsabilité, car ces moyens d'éducation que j'ai cité plus haut ( familles comprises ) sont au mains de "criminels" qui s'ignorent, qui n'arrêtent pas de produire, génération sur génération, des bombes à retardement. Et je ne parle même pas du système économique injuste, qui est un peu l'huile qu'on jette sur le feu qui couve. Et là, je pointe du doigt la responsabilité des économistes, et des politiques.
L'humanité est arrivée à un stade où elle aurait besoin d'un grand lavage de cerveau, dans le sens hygiénique du terme.

Écrit par : jebs | 29/01/2011

Les commentaires sont fermés.