02/08/2010

L’Expansion de l’Univers : 1. La théorie

Je débute une petite série de billets qui, je l'espère expliquera bien pourquoi l'Univers ne peut qu'être en expansion. J'ai constaté que certains comparent cette théorie avec le créationnisme, car qui dit expansion dit création. Or il existe une différence fondamentale entre la théorie de l'Expansion de l'Univers et le créationnisme : l'Expansion de l'Univers ne cherche pas à exploiter les inconnues de la science classique. Elle ne cherche pas non plus à expliquer la création par l'œuvre d'une force consciente. Elle ne traite d'ailleurs pas de la création elle-même, mais de tout ce qui se passe ensuite. C'est une théorie scientifique basées sur des arguments physiques irréfutables. Et il n'y a plus aujourd'hui de doute au sein de la communauté de l'astrophysique. Ca fait donc un moment que je projette de me lancer dans cette série, je me décide aujourd'hui.

univers.jpgEn 1929, Edwin Hubble a édicté sa théorie de l'Expansion de l'Univers, en se basant sur le décalage vers le rouge de la lumière émise par les objets les plus lointains. Il a ainsi expliqué par l'effet Doppler ce décalage de couleur. Ce qui en découle, c'est que si toute la matière s'éloigne inexorablement, à un moment donné dans le passé, toute la matière de l'Univers se trouvait en un seul endroit. Cette conclusion a rebuté pas mal de scientifiques, à commencer par Albert Einstein, qui voyaient jusque-là en l'Univers un espace infini et éternel. Mais ce qui est éternel ne peut avoir de commencement, ni de fin. Il n'y a pas de début ni de fin à l'éternité. Leur conception de l'Univers se voyait donc toute chamboulée. C'est d'ailleurs Einstein qui a émis une hypothèse concurrente, dite de la « lumière fatiguée ». Il a toutefois convenu plus tard que cette théorie était pour le moins tirée par les cheveux et s'est alors rangé à l'avis de la majorité.

 


Le spectre électromagnétique

Il faut savoir que la lumière et les autres ondes électromagnétiques sont composées de particules dénommées photons, vibrant à différentes fréquences, correspondant à l'énergie qu'elles ont emmagasiné. Plus un photon a un niveau d'énergie élevé, plus il vibre vite. Et donc sa fréquence augmente. Ainsi, les ondes connues les plus énergétiques, telles que les rayons X ou les rayons gamma, sont émises par les réactions nucléaires ou d'autres phénomènes très énergétiques. C'est ce niveau d'énergie qui les rend bien sûr très dangereuses. A l'autre extrémité, on trouve les ondes radio, dont le niveau d'énergie est très faible. Au milieu il y a les micro-ondes, (celles de nos fours) les infrarouges (que nous percevons comme de la chaleur), la lumière visible et les ultra-violets. (plus énergétiques que la lumière visible, ce qui les rend dangereux en cas de forte exposition au Soleil par exemple)

spectre em.jpg

Dans le spectre visible, les fréquences les plus élevées correspondent aux couleurs violettes et bleues, alors que les moins élevées correspondent au rouge et à l'orange. Un décalage de la lumière reçue vers le rouge (et donc une diminution de la fréquence de vibration des photons) peut donc s'expliquer de deux manières : une perte d'énergie des photons par un processus inconnu ou par l'effet Doppler.

L'effet Doppler

Cet effet ne concerne pas seulement la lumière mais toute forme d'onde émise autour d'une source en mouvement. C'est donc aussi le cas du son. Quand une source d'onde s'éloigne, la vitesse de la source s'additionne à celle de l'onde émise et l'observateur fixe a l'impression que sa fréquence est plus basse. De même, lorsqu'elle s'approche, l'observateur fixe a l'impression que sa fréquence est plus élevée. Il est très simple d'expérimenter l'effet Doppler. Il suffit pour cela de se tenir au bord d'une route et d'écouter le son des voitures qui s'approchent puis s'éloignent. Avant de nous dépasser, le son qu'elles émettent est plus aigu, (fréquence plus élevée) ensuite il est plus grave. (fréquence plus basse)

doppler.jpg

A l'extrême, lorsque la source sonore atteint la même vitesse que l'onde, la compression de l'onde devient si élevée que cela produit un bang. Il s'agit du fameux « mur du son ».

mur du son.jpg

Pour ce qui est de la lumière, c'est donc pareil. La lumière émise par un objet qui approche a une fréquence plus élevée. Lorsqu'il s'éloigne, la fréquence de la lumière émise est plus basse. En terme de perception de notre œil, cela se traduit par un décalage de couleur vers le bleu (fréquence plus haute) ou vers le rouge. (fréquence plus basse) Si on reprend l'exemple de la voiture, pour autant qu'elle soit de couleur blanche, si sa vitesse était suffisante, elle apparaîtrait bleue lorsqu'elle approcherait et rouge lorsqu'elle s'éloignerait ! Mais pour ça, il faudrait que sa vitesse corresponde à une fraction importante de la vitesse de la lumière, soit plusieurs dizaines de milliers de kilomètres à la seconde...

Cet effet appliqué aux ondes électromagnétiques n'a rien d'une théorie. Il est même quotidiennement exploité par les radars routiers qui mesurent la vitesse des véhicules en comparant la fréquence d'une onde réfléchie contre ceux-ci à la fréquence de l'onde source.

Dans le cas des galaxies, il semble que plus elles sont lointaines, plus la lumière qui nous en parvient est décalée vers le rouge. Hubble a donc émis la théorie que ces galaxies s'éloignaient de nous. Mieux, plus elles sont loin, plus elles s'éloignent vite. Cela signifie finalement que tous les objets de l'Univers s'éloignent les uns des autres. (c'est en réalité un peu plus compliqué que ça puisque c'est l'espace entre les objets qui s'agrandit...) Donc en revenant en arrière dans le temps, on comprend vite que ces objets se rapprochent les uns des autres. Et que si on remonte suffisamment loin, on trouve un moment dans le passé où toute cette matière se trouvait en un seul point.

Or en astrophysique, une énorme quantité de matière réunie en un seul point, ça s'appelle une singularité. Un trou noir en somme. Et donc, si on fait reprendre le cours normal du temps, on comprend que c'est bien l'explosion d'un trou noir gigantesque qui serait à l'origine de tout l'Univers connu. Le big bang correspond à la création de l'Univers. En tout cas, si on se base sur l'effet Doppler, on ne peut pas expliquer autrement le décalage vers le rouge.

La « lumière fatiguée »

Mais Albert Einstein n'aimait pas l'idée d'un Univers en expansion. Pour lui l'Univers a toujours existé et existera toujours. Il a donc émis une hypothèse concurrente, celle de la lumière fatiguée. Il pensait que, par un processus inconnu, les photons pouvaient perdre une partie de leur énergie lorsqu'ils parcouraient de très grandes distances. Ainsi leur fréquence diminuait. Et leur couleur se décalait vers le rouge. Cette hypothèse est assez sensée, même s'il manque une partie de l'explication. Car finalement, la science n'a pas toujours réussi à tout expliquer. Un tel phénomène pourrait très bien exister. Et ainsi, il n'y aurait plus de mouvement global. La lumière se décale vers le rouge parce qu'elle perd de l'énergie.

Mais la théorie d'un Univers statique et immuable se heurtait à un autre écueil. Selon sa théorie de la relativité générale, extension de la gravité de Newton, tout objet possédant une masse provoque une plissure du « tissu » de l'espace-temps. Et tout objet sous l'influence d'une plissure sera attiré vers la source de cette plissure. Ainsi de part sa propre masse, sans aucune autre force pour compenser, l'Univers doit obligatoirement se contracter, la matière attirant la matière ! Et si l'Univers était éternel, cela signifierait qu'il aurait terminé de se contracter depuis un temps infini. Et qu'il se serait transformé en une singularité. On n'en ressort pas...

Pour éviter cet écueil, Einstein a tenté d'apporter une modification dans sa théorie, introduisant une « constante cosmologique » ayant très peu d'effets à peu de distance, mais contrebalançant totalement l'effet de la gravitation beaucoup plus faible à longue distance. Mais comme il ne parvenait pas à expliquer d'où sortait cette constante, il a fini par se ranger à l'opinion majoritaire et accepter l'idée que l'Univers puisse être en expansion. C'était en tout cas le seul moyen d'expliquer que l'Univers n'était pas en contraction.

Vers la seconde partie

Vers la troisième partie

Vers la quatrième partie

Vers la dernière partie

16:01 Publié dans Espace, Science | Tags : expansion, univers | Lien permanent | Commentaires (28)

Commentaires

Si l'univers en expansion est quasi irréfutable. On ne sait pas vraiment si cela se fera éternellement et que l'univers se rétractera pas jusqu'au fameux Big crunch, avec peut-être à la fin un trou noir éternelle. ( le coup du trou noire et plus une question de ma part, si cela peut arriver avec un big crunch ) Mais d'après les dernières observations, il semblerait que cette expansion serait définitive.

Il y a un autre mystère lié à l'expansion et que celui-ci à eu une phase de ralentissement et d'accélération.

On se réjouit de lire la suite de ce billet.

Écrit par : D.J | 02/08/2010

L'expansion de l'univers me paraît aussi incontestable que celle, mutatis mutandis, de la fumée d'une cigarette, et même d'une infinité de cigarettes dans un espace infini. Mais en déduite que toute la matière ait pu "se trouver en un seul point", cela me paraît suspect, car l'idée d'un commencement, voire d'une "création" est anthropomorphique. Je crains en effet que, jusqu'à preuve du contraire, certains astrophysiciens, surtout Américains, puissent être inconsciemment influencés par leur croyance religieuse. Assez rares sont ceux qui, à l'instar de Louis PASTEUR, qui était croyant, sont capables de laisser leurs convictions au vestiaire avant d'entrer dans leur laboratoire ...
Pourquoi n'y aurait-il pas eu une infinité de Big Bang successifs ?
Faut-il nécessairement qu'il y ait eu aussi des Big Crunch ?
Je me méfie a priori des théories astrophysiques fondées sur des particules qui n'ont souvent qu'une existence théorique ...
Mais je ne suis qu'un observateur candide ...

Écrit par : Michel THYS | 02/08/2010

Merci Kad, excellent. Que de questions!

L'expansion suppose-t-elle obligatoirement un Big Bang? Qui lui-même suppose un commencement, et un espace fini dans lequel se déploie notre univers. Mais alors, d'où vient le Big Bang? Et qu'y a-t-il au-delà de notre univers?

L'expansion suppose que les limites de l'univers se déplacent, ou repoussent autre chose plus loin. Les représentations de l'expansion orientent un peu trop les idées à mon avis. Ce fuseau en expansion monodirectionnelle est une vue de l'esprit. Car si l'univers avait une expansion aussi directionnelle, il faudrait que quelque chose ait influencé sa direction. Mais quoi?

Sinon il doit se déployer de manière sphérique. L'image en fuseau est avant tout pédagogique, elle sert à montrer des étapes, une chronologie de l'expansion, mais elle n'est pas si innocente. Elle suppose même une évolution, qui aboutirait un jour à un ciel sans étoiles.

Une expansion sphérique n'est pas incompatible avec l'idée que l'univers est sans limites. Il peut être agité de mouvements spastiques - contraction-dilatation - locaux (à très vaste échelle) sans avoir une expansion illimitée et directionnelle. Sans Big Crunch. il pourrait par endroit se dilater, à d'autres se contracter, comme un ballon de caoutchouc que l'on resserre par endroit: il se dilate à d'autres.

Car après tout la partie en expansion que nous voyons ne peut être considérée comme la totalité de l'univers, mais seulement de la partie visible avec nos instruments. Cela ne serait pas contradictoire avec le fait qu'il ait pu y avoir un univers provenant d'un méga trou noir, mais cela ne serait que dans une portion de l'univers.

Écrit par : hommelibre | 02/08/2010

... mais cela ne serait que dans une portion de l'univers TOTAL (que nous ne voyons peut-être pas). Cela laisse toutefois intacte la question de l'origine. Même l'infini ne peut répondre à la question de l'origine, car l'infini est un concept inapplicable aux états de condensation, comme un objet ou un être vivant, qui ont un début et une fin.

Mais en même temps la notion de fin n'est qu'une vue de l'esprit, une convention. On dit que la mort est la fin de la vie. Mais on peut aussi dire que c'est un simple changement d'état, pas une disparition. Dans ce cas, la notion de transformation nous amène au concept de non-fini, ou d'infini.

Mais la question de l'origine de l'univers ne trouve pas son compte. Ou alors il faut l'accepter sans autre explication: l'Univers est infini, point. Il n'a ni commencement ni fin.

Par contre le Big Bang suppose un commencement. Et là c'est pire que l'infini, car s'il y a un commencement la question de l'origine ne peut être contournée: d'où vient cet univers que nous situons depuis le moment que nous appelons Big Bang?

Écrit par : hommelibre | 03/08/2010

D.J.: Je ne sais pas où on en est avec l'étude d'un éventuel big crunch, mais ce que je sais, c'est que ça dépend de la quantité totale de matière dans l'Univers. Ce que l'on déduit de la vitesse d'expansion actuelle, c'est qu'on ne voit pas toute la matière qui y est présente. Car le ralentissement de l'expansion déduit de sa vitesse actuelle est plus important que ce qu'aurait dû provoquer la gravité générée par la matière visible. C'est pourquoi tant d'astrophysiciens sont à la recherche de la fameuse "matière noire" autrement dit une matière invisible. Ensuite, si on trouve cette matière noire et qu'il y en a plus qu'on ne s'y attend, il est possible que la gravitation soit assez importante pour freiner un jour l'expansion et mener vers une re-contraction qui mènera fatalement vers un big crunch.

Certains disent aussi que l'expansion serait en accélération, ce qui peut paraître étrange, car on ne connaît aucune source d'énergie qui puisse accélérer l'expansion. C'est pour ça qu'ils cherchent une "énergie noire", par analogie avec la matière noire. S'ils ont raison en tout cas, il n'y aura pas de big crunch, car il n'y aura pas de ralentissement. (c'est sans doute de ça que vous voulez parler) Bref, tout ça n'est pas très clair pour l'instant. Je préfère en rester à parler de l'expansion en général, car c'est la seule certitude qu'on ait jusqu'à présent.

hommelibre: Le problème, c'est que les questions du "avant" et du "ailleurs" n'ont pas à proprement dit un sens, car le temps et l'espace ont été créés en même temps que l'univers. Dans la singularité originale, tout comme dans toute singularité, ces propriétés n'avaient aucune existence, tant cet étrange objet déforme l'espace-temps. Mais si on considère que l'espace-temps doit se replier dans "autre chose", soit d'autres dimensions, alors oui, il est possible qu'il existe d'autres univers, qu'ils explosent puis implosent sans cesse. Ça serait en tout cas une excellente manière de recycler perpétuellement la matière. Car comme je l'expliquerai un autre jour, sur le long terme, le destin de l'Univers tel que nous le connaissons ne pousse pas à l'enthousiasme.

Mais ce qu'il faut comprendre, c'est que la théorie de l'Expansion ne cherche pas à expliquer l'avant-Big Bang ni, éventuellement, l'après-Big Crunch. Elle ne cherche même pas à expliquer le Big Bang lui-même. Des preuves de son existence ont été fournies par l'observation et c'est tout ce qu'on sait. Le reste n'est que conjectures. Mais c'est sans doute le propre de l'homme et c'est ce qui le fait avancer de vouloir toujours en apprendre plus.

Michel Thys, je comprends vos craintes et je les partage. Mais personnellement, que quelques scientifiques parviennent à trouver un dernier refuge pour leurs convictions, ça ne me dérange encore pas trop. Du moins pas tant que ça n'interfère pas avec leur travail. Comme je l'ai dit plus haut, l'Expansion de l'Univers ne traite pas d'un "avant" ni d'un "ailleurs". Si certains ont envie de penser que quelque part dans les autres dimensions, il peut exister un paradis habité d'une puissance supérieure qui aurait créé le big bang, et tant qu'ils ne prétendent pas que cette puissance supérieure continue depuis à manipuler notre Univers dans le but si futile d'y créer l'homme, je veux bien leur laisser cette conviction. Du moins jusqu'à ce que la science parvienne à expliquer le big bang lui-même.

Écrit par : Kad | 03/08/2010

C'est pas beau la cosmologie ?
Moi qui m'occupe d'initier les enfants à l'astronomie, le coup de l'expansion de l'univers est un joli défi à relever.
Comment faire comprendre à des enfants (et aux adultes !) que l'univers enfle et qu'il n'est dans "rien" ?

Quant aux trous blancs, je préfère l'approche des astronomes disant que les trous noirs sont troublants...

Et puisque nous sommes un peu dans la dérision, quelqu'un me disait un jour que quand quelqu'un se tuait à vous expliquer quelque chose, il valait mieux le laisser mourir...

P.S.: expliquer le big bang ne va pas nous avancer beaucoup. Qu'y avait-il avant ?

Écrit par : Michel Sommer | 03/08/2010

Michel, c'est vertigineux et magnifique!

Écrit par : hommelibre | 03/08/2010

"Comment faire comprendre à des enfants (et aux adultes !) que l'univers enfle et qu'il n'est dans "rien" ?"

C'est un peu le problème dont je parle dans le billet suivant: nos cerveaux ne sont pas capables d'appréhender un Univers recourbé. C'est pour ça qu'il faut utiliser des analogies bidimensionnelles. Personnellement, c'est comme ça que j'ai compris les choses. Grâce à Carl Sagan, regretté cosmologiste et vulgarisateur et à sa série Cosmos. A l'époque, j'avais 12 ans. Donc c'est possible non ? Je cherche à faire partager ma façon de comprendre les choses. Sur moi ça a marché. Donc je me dis que d'autres peuvent comprendre aussi de la même manière.

Écrit par : Kad | 03/08/2010

En matière - c'est le cas de dire - de big bang et big crunch, il faut se rappeler qu'il ne s'agit que d'une description rendant certes bien compte de phénomènes observés mais de ne constitue en aucun cas la seule description possible.
A ce propos, lire :

Cosmological Models with No Big Bang
de
Wun-Yi Shu
sur :
http://arxiv.org/abs/1007.1750

Écrit par : Schindler | 05/08/2010

Seulement aucun modèle alternatif ne peut expliquer le rayonnement fossile (voir partie 3) et comme je le montrerai dans la prochaine partie, un modèle sans big bang mène à des non-sens du point de vue énergétique et du point de vue de l'état actuel de la matière. La théorie de l'Expansion ne signifie pas que notre Univers soit la seule chose qui existe, (ça paraît même assez peu probable) ni que le temps a un commencement et une fin. Encore moins cela signifie que la physique théorique est parfaite et qu'on ne doit pas rechercher de nouvelles théories. Par contre, on ne peut pas imaginer sérieusement un Univers sans Big Bang avec les connaissances actuelles.

Sinon, ça serait bien de publier un lien qui permette de se rendre compte de ce que propose cette théorie alternative, car le résumé n'est pas très explicite et je pense que la lecture du contenu est réservé aux abonnés comme c'est généralement le cas des revues scientifiques. (de plus ça doit prendre pas mal de temps à lire, si c'est juste pour se faire une idée !!!)

Écrit par : Kad | 05/08/2010

Malgré toutes les théories des astrophysiciens (quantique, etc) en faveur du Big Bang, je reste, jusqu'à preuve irréfutable du contraire, rationnellement attaché à la géniale découverte de LAVOISIER : "Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme", plutôt que d'accepter qu' une matière et une énergie aient pu être condensées en un seul point à une température infinie.

Pourquoi la matière et l'énergie (E=M.c²) n'auraient-elles pas toujours existé, se transformant au fil d'une infinité de Big Bang, au cours d'un temps infini et dans un espace infini et "statique", nonobstant les collisions relativement rares entre les astres ?

L'"expansion de l'univers" et le "fond cosmologique" sont-ils vraiment des preuves de la réalité du BIG Bang ? Ne sont-ils pas pas explicables autrement ?
Avant le prétendu Big Bang, il devait nécessairement y avoir d'autres formes de matière et d'énergie, plutôt que le "néant" qui est à mes yeux une création de l'esprit. Une création "ex nihilo" est a priori aussi impensable que la "génération spontanée". Sauf évidemment pour ceux qui croient en un Dieu créateur ...

Mais je suis conscient qu'une telle conception s'inspire d'un élémentaire bon sens, de la logique et du principe de parcimonie (le rasoir d'Occam), lequel a quand même souvent fait la preuve dune certaine pertinence ... !

Écrit par : Michel THYS | 05/08/2010

Désolé, mais je trouve votre intervention un peu incohérente. Je m'explique:

"Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme"

Personne n'a dit le contraire. La singularité précédent le Big Bang contenait toute l'énergie qui se trouve actuellement dans l'univers.

"Pourquoi la matière et l'énergie (E=M.c²) n'auraient-elles pas toujours existé, se transformant au fil d'une infinité de Big Bang, au cours d'un temps infini et dans un espace infini et "statique", nonobstant les collisions relativement rares entre les astres ?"

Ca fait partie des possibles. Qui a dit que ce que vous proposez est incompatible avec la théorie de l'Expansion ?

"L'"expansion de l'univers" et le "fond cosmologique" sont-ils vraiment des preuves de la réalité du BIG Bang ? Ne sont-ils pas pas explicables autrement ?"

Jusqu'à présent, je n'ai jamais entendu qu'on avait trouvé d'autres explications, suffisamment crédibles au fond cosmologique. Et après avoir un peu cherché des informations sur la théorie de Wun-Yi Shu citée par Schindler, je ne pense pas que ce problème a été traité. (mais je n'ai pas eu le temps d'en lire tous les détails) Et puis, quand on trouve exactement ce qu'on a prévu théoriquement, ne doit-on pas penser que la théorie est validée ?

"Mais je suis conscient qu'une telle conception s'inspire d'un élémentaire bon sens, de la logique et du principe de parcimonie (le rasoir d'Occam), lequel a quand même souvent fait la preuve dune certaine pertinence ... !"

En fait votre raisonnement découle d'une logique qui a cours dans le monde qui nous entoure, mais qui perd tout sens dans un monde relativiste. Les distorsions de l'espace-temps ne peuvent pas être comprises avec la logique commune qui voit le monde selon une conception euclidienne. Par exemple, demander ce qu'il y avait avant ou ce qu'il y a ailleurs n'a pas de sens de la manière dont vous interprétez ces questions. Si on parle en multi-dimensionnel c'est possible. Mais selon une conception classique de l'espace et du temps, ça n'en a aucun.

Écrit par : Kad | 05/08/2010

"Sinon, ça serait bien de publier un lien qui permette de se rendre compte de ce que propose cette théorie alternative,"

Le texte intégral de la publication de Wun-Yi Shu est disponible gratuitement en format .PDF à l'adresse précédemment donnée.

Pour ce qui est du rayonnement fossile, Wun-Yi Shu y travaille et il n'est pas exclus qu'il puisse en rendre compte par sa théorie.

Quant au BB, ce modèle est aujourd'hui excellent mais ce serait contraire à une démarche scientifique (IMHO) d'en faire un dogme.

Écrit par : schindler | 05/08/2010

S'il y parvient, ça m'intéressera beaucoup. Mais en attendant, je continuerai à privilégier la théorie de l'expansion. Même avec ses quelques défauts et les questions qu'elle soulève.

Écrit par : Kad | 05/08/2010

Kad, votre texte est très intéressant et je vous en sais gré.
Néanmoins, si votre explication de l'effet Doppler permet aux gens de le comprendre facilement , il ne faut pas oublier que la vitesse de propagation des ondes électromagnétiques est constante, quelle que soit la vitesse de la source. Il n'y a donc pas additivité des vitesses. Et donc l'effet Doppler doit s'expliquer différemment. A partie de l'énergie elle-même.

D'autre part, si la notion de singularité (trou noir, big-bang) peut être comprise dans un espace à 3 dimensions par la "pliure" d'une surface molle, cela devient beaucoup plus difficile dans l'espace-temps à 4 dimension. Et il devient encore plus difficile d'expliquer que pour un observateur extérieur, dans une telle singularité les distances deviennent infiniment petites et le temps infiniment long. Ce qui d'ailleurs conduit à dire que si big-bang il y a eu et qu'il ait été possible de l'observer de loin :
- Pour un observateur situé dans le big-bang, celui-ci aurait eu lieu en quelques microsecondes
- Pour l'observateur extérieur, il se serait déroulé pendant des millénaires.

Écrit par : Lambert | 06/08/2010

D'accord pour l'effet Doppler, il y a une différence fondamentale entre ce qui a lieu pour le son et pour la lumière, le fait que la vitesse de la lumière est constante quelle que soit la vitesse de l'observateur. D'ailleurs ça n'est pas réellement les objets qui s'éloignent dans le cas de l'Expansion de l'univers, c'est l'espace entre les objets qui s'étire et qui étire les ondes ! Mais c'est vrai que j'ai préféré simplifier et ne pas rentrer dans ce genre de détails.

Et oui, avec la relativité générale, c'est bien l'espace-temps qui est replié dans d'autres dimensions et pas seulement l'espace. Je pense être plus clair sur ce point dans la seconde partie. (mais j'ai peut-être échoué à expliquer cela car c'est quand même très compliqué)

Écrit par : Kad | 06/08/2010

Les vulgarisateurs scientifiques, prennent à chaque fois l'exemple du son d'un véhicule avec une sirène comme l'ambulance qui s'approche ou qui s'éloigne pour donner une idée de l'effet Doppler sur l'éloignement des galaxies. Il faut penser aussi aux novices de la science.

D.J

Écrit par : D.J | 06/08/2010

Merci beaucoup pour cet exposé simple à comprendre : j'ignorais totalement que c'était ainsi que l'on a découvert que l'univers était en expansion.

Je trouve que l'analogie avec le véhicule en déplacement (effet Doppler) est très parlante.

Je vous ai un peu malmené sous votre article sur le loup du Valais, mais là, vraiment, félicitations !

Voyons les épisodes suivants...

Écrit par : Spipou | 05/09/2010

Mais ce que je ne comprends pas très bien, c'est pourquoi la théorie de l'expansion plait aux religieux ? Quelle genre d'eau apporte-t-elle à leur moulin ? Pourquoi expansion serait synonyme de création ? On peut très bien imaginer qu'avant le début de l'expansion, il y ait eu "autre chose". Par exemple une masse unique, résultat elle-même "d'autre chose"... Par définition, on n'en sait rien, puisqu'on n'a pas de traces de ce qui existait avant que l'expansion commence. (Arrêtez-moi si je dis des bêtises)

Écrit par : Spipou | 05/09/2010

Non vous ne dites pas de bêtises. Effectivement, la récupération de l'expansion de l'Univers n'a pas beaucoup de sens, puisque cette théorie ne cherche pas à expliquer la création.

Écrit par : Kad | 05/09/2010

Bonjour,je voudrais savoir s'il y a ine formule pour répondre à la question"quel volume a l'univer".
Puis si il n'y a na pas quel serait la forme d'une telle formule?
Ex:vitèsse ((lumière+la différence entre l'expansion)"ou l'inverse"+le temps,multiplier) par le cube pour représenté sont volume.
Voila une représentation de la formule que j'imagine

Écrit par : SERIN | 12/10/2010

C'est une question intéressante. Mais je ne pense pas qu'elle ait véritablement un sens. Car l'univers n'est (probablement) pas une forme géométrique tridimensionnelle comme on en étudie à l'école. Mais c'est plutôt un espace sans bord recourbé dans d'autres dimensions. Mais si on veut partir dans votre sens, on pourrait par exemple calculer le volume de la bulle d'univers dans laquelle nous vivons, c'est-à-dire la partie de l'univers avec laquelle nous pouvons interagir.

Le volume d'une sphère est égal au cube du rayon multiplié par 4/3*pi.

Donc si on part d'un rayon qui soit de 15 milliards d'années-lumières environ, soit la distance qui nous sépare du big bang, et qu'une année-lumière représente environ 1*10 puissance 13 kilomètres, (1 suivi de 13 zéros) le volume de cette sphère est de 1.5*10^23*1.5*10^23*1.5*10^23*3.141*4/3, soit environ 10 puissance70 km3. (un 1 suivi de 70 zéro) Je n'ai aucune idée comment s'appelle ce chiffre. Ce qui est sûr c'est que ça fait très grand ! ^^ Et en plus ça grandit chaque année.

Écrit par : Kad | 12/10/2010

Bonjour,


Description : Mon Blog, présente le développement mathématique de la conscience c'est-à-dire la présentation de la théorie du Fermaton.La liste des questions mathématiques les plus importantes pour le siècle à venir, le No-18 sur la liste de Smale est; Quelles sont les limites de l'intelligence tant qu'humaine et artificielle.


(fermaton.over-blog.com)

Cordialement

Clovis Simard

Écrit par : clovis simard | 13/11/2010

Bonjour,


Description : Mon Blog, présente le développement mathématique de la conscience c'est-à-dire la présentation de la théorie du Fermaton.La liste des questions mathématiques les plus importantes pour le siècle à venir, le No-18 sur la liste de Smale est; Quelles sont les limites de l'intelligence tant qu'humaine et artificielle.


(fermaton.over-blog.com)

Cordialement

Clovis Simard

Écrit par : clovis simard | 13/11/2010

pourquoi dans une seule direction?

Écrit par : cagnard | 08/01/2011

pourquoi dans une seule direction?

Écrit par : cagnard | 08/01/2011

Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-4: HATMAN !

THÉORÈME D'HATMAN , PHYSIQUE QUANTIQUE !
RELATIVITÉ
VITESSE LUMIÈRE
APOCALYPSE


Cordialement

Clovis Simard

Écrit par : clovis simard | 09/03/2011

Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-4: HATMAN !

THÉORÈME D'HATMAN , PHYSIQUE QUANTIQUE !
RELATIVITÉ
VITESSE LUMIÈRE
APOCALYPSE


Cordialement

Clovis Simard

Écrit par : clovis simard | 09/03/2011

Les commentaires sont fermés.