01/06/2010

Israël forcément coupable ?

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Hier j'ai écrit un billet critique quant à la position israélienne sur les armes atomiques, aujourd'hui j'appelle à la mesure concernant l'affaire de la flottille dite humanitaire qui a été abordée hier par Tsahal. D'autres que moi sont plus radicaux en rejetant directement la culpabilité sur les occupants des navires. D.J. et hommelibre entre autres. D'autres encore, comme Demir Sönmez crient sans attendre à l'acte de barbarie gratuit. Tous ont en tout cas une chose en commun: ils se sont déjà fait une opinion et n'accepteront jamais une conclusion d'enquête qui ne confirme pas leur vision des faits.

Pour ma part, je ne jugerai pas de l'affaire. Il y aura sans doute une enquête indépendante, il faut donc attendre ses résultats avant de prendre position. (pourtant il semble qu'une majorité d'Occidentaux aient déjà pris position, car quand Israël est l'accusé et le Hamas l'accusateur, Israël est forcément coupable...) Pour l'instant en tout cas, c'est une bonne chose que les militaires aient tout filmé. Ils devaient se douter que ça ne se passerait pas tout simplement. Pour l'heure quelques points à relever:

- Depuis que cette flotille a appareillé, je me demande quel est le but de leur voyage, sachant qu'elle n'aurait jamais pu passer le blocus. Pour moi il a toujours été clair que cette opération avait des visées politiques. D'ailleurs les occupants de ces bateaux ne sont pas membres d'une ONG, mais sont qualifiés par la presse de "militants pro-palestinien" (terme politiquement correct pour désigner un militant pro-Hamas ?) Leur but n'était-il pas de prouver que les Israéliens sont des salauds qui affament les enfants de Gaza ?

- D'ailleurs, une ONG ne procède jamais de la sorte en tentant de forcer un blocus. Les ONG collaborent avec les militaires et les forcent à respecter le droit humanitaire. Cela se pratique quotidiennement dans la région de Gaza.

- Il est absolument invraisemblable qu'on ait donné ordre aux soldats de tirer à vue sur les occupants "pacifiques" sachant que la réaction du monde et des médias occidentaux était totalement prévisible. Il est donc pour moi certain que les soldats ne s'attendaient pas à avoir à faire usage de leurs armes en posant le pied sur les navires.

- Cacher des combattants sous une bannière humanitaire est un crime de guerre, selon les lois internationales. (c'est pourtant ce que le Hamas n'a pas hésité à faire durant l'opération "Plomb durçi", mais ça ne gêne personne) Les images tournées par les militaires montrent clairement que des armes ont été utilisées par les "militants pacifiques". Et pas seulement pour se défendre, mais plutôt pour attaquer les soldats montés à bord.

Voilà. Pour moi, ça n'est pas suffisant pour dire que les soldats de Tsahal sont innocents, mais en tout cas suffisant pour leur laisser le bénéfice du doute et attendre qu'une enquête donne ses résultats. Pour moi, l'attitude de la presse est honteuse. (bravo par contre à la Tribune pour la diffusion des images tournées par les militaires, en plus de celles tournées par les occupants des navires) Je peux comprendre que Al Jazeera ait une version orientée, mais la presse occidentale devrait faire preuve de plus de mesure.

Pour moi cette affaire a tout d'une opération presque routinière qui a mal tourné. Il est possible que la réaction des soldats ait été disproportionnée, mais il est également plus que probable qu'ils aient subi des attaques délibérées dès leur arrivée à bord. Les images prises par les militaires semblent montrer que c'est le cas. Mais il est également possible que les images aient été sorties d'un contexte plus global et donc manipulées. Donc pour l'instant rien ne permet de prendre position de manière catégorique.

Commentaires

Bonjour Kad

Ce qui urgentissime c'est d'aller au noeud du problème et de trouver des solutions rapides et pragmatiques. Ce qu'il faut, c'est arrêter de palabrer et de travailler efficacement! Ce qu'il faut c'est des dirigeants honnêtes, sincères et efficaces au lieu de ces corrompus qui ne sont intéressés que par le pouvoir, l'argent et le copinage politique... qu'ils soient occidentaux, arabes ou juifs!

Tant qu'ils ne font rien, il y aura bien d'autres "bavures" israéliennes, des "actes de résistance" palestiniens, des "condamnations offusquées" internationales, et des réactions d'une populace plus au moins violentes, plus au moins ridicules, ou plus au moins raisonnables!

C'est un éternel recommencement!

Bonne journée

Écrit par : zakia | 01/06/2010

Tout a fait d'accord avec vous...ce n'est qu'une affaire banale, la routine pour Tsahal comme vous dites. Depuis quand respectent-ils les lois internationales...pourquoi on s'offusque, on s'étonne, on se révolte...?? Rien de bien étonnant de la part du pays le plus raciste et colonnisateur de la région...Bref un un affaire routinière quoi

Écrit par : Lyonnais du 69 | 01/06/2010

"Depuis quand respectent-ils les lois internationales..."

Je ne savais que nous avions un juge du TPI sur ces blogs. Visiblement, je dois m'incliner, vous arrivez à juger en 24 heures un état et décider ce qui est un crime international. Félicitations, je ne pensais pas qu'il existait un juge aussi efficace au TPI !!!!

Ah au fait, Mr. le Juge, je suppose que vous êtes d'accord avec moi là-dessus : "Cacher des combattants sous une bannière humanitaire est un crime de guerre, selon les lois internationales."

Bref, ce qui était routinier, c'était de monter à bord d'un navire approchant de la bande de Gaza. Dans un blocus maritime, ça se fait souvent. Ce qui l'était moins c'est la tournure des évènements. Alors perte de pédales des soldats ou légitime défense ? Seule une enquête indépendante peut le dire.

Écrit par : Kad | 01/06/2010

Dans sa bêtise (ou son infini complexe de supériorité), Israël n'a semble-t-il pas attendu que la flottille entre dans les eaux territoriales au large de Gaza.

L'armée a donc attaqué les bateaux dans les eaux internationales, ce qui constitue un acte de piraterie et une nouvelle violation flagrante des lois internationales qui s'appliquent à tout le monde sauf à Israël. Peut-être qu'il s'agit de l'Etat du "peuple élu" ?

Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, la Méditerranée connaît une nouvelle organisation de pirates : Israël.

Écrit par : linario | 01/06/2010

"Rien de bien étonnant de la part du pays le plus raciste et colonnisateur de la région..."

Moi des vrais racistes j'en croise ici tous les jours... En plus ils prétendent donner des leçons aux autres en la matière...

TROLL

----------------------------------

@Mireille Luiset

Ferme ta gueule grosse conne, moi le lyonnais j'suis le plus fort en gueule et s'est tout sur tou le monde. Je suis le seul gris a osé dire tout sur les juifs. Et paf dans ta grande gueule.

Ecrit par : lyonnais du 69 | 11 mai 2010

http://riton.blog.tdg.ch/archive/2010/05/05/grand-conseil-nombreux-textes-udc-deposes.html

Mais jai toujours dit que jaimais pas les juifs Carlitos....jsuis ptere con a vos yeux mais vous pourrez pas me reprocher de pas dire ce que je pense...jai jamais aimé les juifs et je les aimerai jamais...AH PCK VOUS AIMEZ BIEN LES ARABES VOUS??????????????????????????????????????

Ecrit par : Lyonnais du 69 | 21.05.2010

Les arabes quant a eux jai compris quils puissent balancer des caillous et des rockets sur Israel qui venait leur prendre leurs terres...par contre riposter a coups de bombes et de tank...et entendre de tels discours derrierre ca haaaaaaaahahahahah je deteste les juifs, cest eux les envahisseurs je lai toujours dit et le dirai toujours. on a le droit de detester les musulmans et de les rabaisser a longueur de journée sur vos blogs par contre on peut pas etre anti sémite????cest ca un pays libre jsuis raciste antisemite je lassume et jen suis fier....et jai le DROIT ahahhhahaha

Ecrit par : Lyonnais du 69 | 21.05.2010

http://guymettan.blog.tdg.ch/archive/2010/05/20/oui-aux-minarets-non-a-la-burqa.html

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 01/06/2010

@kad Tout a fait d'accord avec votre raisonnement, attendons une enquête objective si elle est possible car je n'y crois pas beaucoup. Les positions sont tellement tranchées des deux côtés qu'elle sera mise en doute immédiatement. De toutes façons la franchise, la vérité et surtout le courage de reconnaître ses erreurs ne sont pas des pratiques habituelles que cela soit du côté Israelien ou Palestinien.

Écrit par : graindesel | 01/06/2010

Pourquoi attendre une enquête? Pourquoi ne pas dire, assez, parlons sérieusement de paix!!

Il faut trouver une solution le plus tôt possible!! Assez de perte humaine, c'est le moment?!!

Écrit par : Fatima | 01/06/2010

D'accord avec vous graindesel, quelque soit le résultat d'une enquête, il y aura malheureusement toujours des gens pour le contester. Mais ceux qui gardent la tête froide seront au moins capables d'en accepter les conclusions quelque qu'elles soient non ? Personnellement ça sera mon cas en tout cas.

"Pourquoi attendre une enquête? Pourquoi ne pas dire, assez, parlons sérieusement de paix!!

Il faut trouver une solution le plus tôt possible!! Assez de perte humaine, c'est le moment?!!"

Je ne vois pas le rapport entre la paix et une enquête. Faire une enquête n'empêche pas la recherche d'une solution au conflit Fatima. Malheureusement, pour ma part, je doute qu'une solution puisse être trouvée dans un proche avenir. Comme dit graindesel, les positions sont beaucoup trop tranchées de part et d'autre...

Écrit par : Kad | 01/06/2010

linario : "Dans sa bêtise (ou son infini complexe de supériorité), Israël n'a semble-t-il pas attendu que la flottille entre dans les eaux territoriales au large de Gaza."

C'est sans doute une erreur, je vous le concède. Mais si ça s'était passé dans les eaux territoriales de la bande de Gaza, ça aurait-il changé quelque chose au résultat final ? J'en doute. Et est-ce que la flottille aurait obtempéré et aurait fait demi-tour ? Aucune chance. L'important à mon avis, c'est moins où ça s'est passé que qu'est-ce qui s'est passé.

Écrit par : Kad | 01/06/2010

Pour moi ça ne change pas grand chose, je pense de toute façon que Israël, en tant que pays riche, développé et équipé d'une armée très forte, abuse de sa force sur des populations sans défense, s'accapare des territoires sous des justifications relevant de la foi et méprise le droit international.

Mais là, on a un motif évident et probablement incontestable pour les accuser : ils ont commis un acte de piraterie qui ne se justifiait en rien. En faisant ça, ils justifié tous les comportements agressifs que les passagers des bateaux auraient pu avoir et ont gâchés leurs seules chances de dénoncer cette flottille comme convoi terroriste.

Écrit par : linario | 01/06/2010

" D'autres que moi sont plus radicaux en rejetant directement la culpabilité sur les occupants des navires. D.J. et hommelibre entre autres. D'autres encore, comme Demir Sönmez crient sans attendre à l'acte de barbarie gratuit. Tous ont en tout cas une chose en commun: ils se sont déjà fait une opinion et n'accepteront jamais une conclusion d'enquête qui ne confirme pas leur vision des faits. "

Faut-il encore savoir qui mènera une enquête? Si c'est sous l'égide de la communauté international; je peut vous retourner le compliment. Comment une enquête peut-elle être crédible de la part d'une communauté international qui a condamnés de suite Israël dans cette affaire sans en attendre d'autre conclusion, voir même sans attendre la version définitive de l'état hébreux.

Si je défend l'état hébreux, c'est surtout contre le mensonge et la calomnie des pro-palestiniens gauchistes et consort qui malgré les images d'hommes armés et déterminer à en découdre avec les soldats de Tsahal continuent de nous parler d'attaques directs des ces derniers contre des hommes pacifistes non armés, contre des femmes et des enfants qui étaient endormis paisiblement etc... etc...

De toute façon peut-importe le résultat d'une enquête; la très mauvaise image d'Israël et bel et bien sceller depuis longtemps.

D.J

Écrit par : D.J | 01/06/2010

"les images d'hommes armés et déterminer à en découdre" -> vous pouvez nous les montrer ? Parce que moi, pour l'instant, tout ce que j'ai vu ce sont des civiles sur un bateau qui essayaient de repousser avec des bâtons un abordage de militaires armés de fusils d'assaut...

Écrit par : linario | 01/06/2010

...et qui les jettent à la mer!

"Mais là, on a un motif évident et probablement incontestable pour les accuser : ils ont commis un acte de piraterie qui ne se justifiait en rien."

Sinon, je pense que linario est spécialiste du droit international de la mer ? Dans ce cas, vous n'ignorez pas que l'article 101 de la convention des Nations Unies dit:

Article 101
Définition de la piraterie
On entend par piraterie l'un quelconque des actes suivants,

a) tout acte illicite de violence ou de détention ou toute déprédation commis par l'équipage ou des passagers d'un navire ou d'un aéronef privé, AGISSANT A DES FINS PRIVES, et dirigé:
i) contre un autre navire ou aéronef, ou contre des personnes ou des biens à leur bord, en haute mer,
ii) contre un navire ou aéronef, des personnes ou des biens, dans un lieu ne
relevant de la juridiction d'aucun Etat,

b) tout acte de participation volontaire à l'utilisation d'un navire ou d'un
aéronef, lorsque son auteur a connaissance de faits dont il découle que ce navire ou aéronef est un navire ou aéronef pirate,

c) tout acte ayant pour but d'inciter à commettre les actes définis aux
lettres a) ou b), ou commis dans l'intention de les faciliter.

...agissant à des fins privés. Cela exclut donc les navires de guerre. (à l'exception de ceux dont l'équipage se serait mutiné, selon l'article 102) Donc non, à ma connaissance il ne s'agit pas d'une violation du droit de la mer. Les navires de guerre ont tout à fait le droit d'inspecter un navire en haute mer.

Mais bon, je ne suis pas juge du TPI comme lyonnais. Donc je me tais...

Écrit par : Kad | 01/06/2010

Non, je ne suis absolument pas un spécialiste du droit international de la mer. SI les agissements de l'armée israélienne ne peuvent LÉGALEMENT être considérés comme de la piraterie, ça ne m'empêchera pas de penser que ce qu'ils ont fait ressemble vraiment beaucoup à ce que font les pirates somaliens au large du golf d'aden : prendre par la force les bateaux et leurs équipages qui navigent dans les eaux internationales et les ramener au bord pour les séquestrer.

Vous n'êtes pas juge mais vous semblez bien informé, dites-moi donc quelle était la base légale de l'armée pour agir ?

Écrit par : linario | 01/06/2010

En tout cas, en tant qu'officier, si on fait cela à mes hommes :

http://www.youtube.com/watch?v=STCTd05ig-w

je donne l'ordre de tirer.

Écrit par : Pierre Loriol | 01/06/2010

Tiens vous savez ce qui m'est arrivé la semaine dernière linario ? J'étais au volant de ma voiture et un flic a eu l'audace de m'arrêter ! Et il m'a demandé mes papiers. J'ai été vraiment surpris et bien sûr, ça m'a fait très peur. Et comme j'avais une barre de fer sur le siège passager, je l'ai laissé approcher et quand il était suffisamment proche de ma fenêtre, je lui ai défoncé la tronche à ce pirate ! Vous êtes d'accord avec moi que j'étais dans mon bon droit non ? En plus il avait une arme à la ceinture, c'était clairement agressif ! D'ailleurs je suis pacifiste, je ne pourrais jamais faire preuve de violence sans provocation...

Écrit par : Kad | 01/06/2010

Kad, c'est tout à fait bien dit ! Ce que vous avez omis de dire, c'est en plus vous étiez sur la place réservée à la police, et on vous a sommé par haut-parleurs de quitter les lieux !

Les pirates se sont ceux qui ne respectent pas les sommations.

Écrit par : Caramelita | 01/06/2010

Kad, chacun sait que lorsqu'il se trouve dans un pays qqcq, il est susceptible d'être contrôlé par l'Etat, qu'il s'agisse de la police ou de l'armée.

En revanche, sur quelle base légale l'armée Israélienne a-t-elle abordé les bateaux qui voguaient DANS LES EAUX INTERNATIONALES ?

Écrit par : linario | 02/06/2010

Bien d'accord avec vous, Kad, comme d'habitude. Il me parait évident qu'Israël s'est fait piéger dans cette affaire, préméditée, qui s'est doublée d'un emballement réciproque: les turcs, puis les soldats israéliens, se sont laissés successivement aller à la violence aveugle. Et le droit international autorise les bateaux de guerre à contrôler des cargaisons civiles suspectes, les français le font tous les jours dans les Caraïbes, bien au-delà des eaux territoriales, contre le narco-trafic. L'intention israélienne de contrôler la cargaison puis de l'acheminer à Gaza était plus que vraisemblable, car c'était la meilleure, d'un point de vue médiatique.
D'un autre côté, même si une barre de fer peut faire très mal, et si une défenestration peut tuer, une rafale d'arme automatique à bout portant sur un groupe de gens est évidemment plus meurtrière encore. L'utilisation d'un canon à eau (il doit y avoir des bateaux de pompiers dans le port de Tel Aviv, non ?) aurait sans doute été moins sanglante... Sans compter que si certains s'étaient un peu moins pris pour des supermen supérieurement intelligents, ils n'auraient pas lâchés des jeunes hommes surarmés, un par un, au beau milieu d'une foule d'émeutiers surexcités. Au risque de se faire piquer leurs flingues.
Mais le vrai problème est ailleurs. Dans l'imagerie populaire, les jeunes civils armés qui sont morts au Plateau des Glières, en 44, resteront à tout jamais des héros, des résistants. Et ceux qui ce jour là portaient l'uniforme allemand resteront des occupants, voire tous simplement des salauds. Idem des Français en Algérie ou des Arabes en Espagne, il y a fort longtemps. Sans oublier les Francs à Antioche.
Israël est un porte-avions occidental dans un moyen-orient gâvé de pétrole. Pour le bâtir, il a fallu exproprier manu militari les occupants antérieurs, dont il semble qu'une bonne partie était tout simplement d'anciens juifs, devenus musulmans, souvent en passant par le chistianisme (secte juive au départ, faut-il vous le rappeler) ou l'arianisme (autre secte d'origine juive qui est clairement le chaînon manquant entre les deux testaments et le Coran). De toute manière ils étaient là avant, ils n'avaient rien demandé à personne, ni causé de tort à quiconque, en tout cas pas aux juifs, qui y vivaient certes sous le statut de Dhimmitude, mais paisiblement.
Le fait que la communauté internationale, sous sa forme encore coloniale de 1948 ait agréé l'opération lui donne certes une légitimité "légale", mais en aucun cas une légitimité morale. Et les lois peuvent se changer lorsqu'à l'évidence, elles font erreur et ne correspondent plus à la pensée des sociétés ou aux rapports de force qui y règnent. Accessoirement, pour être cynique, la fonction de porte-avions est devenu tout à fait inutile dans le contexte de l'après guerre-froide, à l'époque de la guerre des étoiles. Tout au contraire, elle est un coin sanglant qui dérange tout le monde.
Cela fait des années que je l'ai dit et écrit, la viabilité d'un Etat juif en terre musulmane tend vers zéro à terme. La seule solution est de faciliter la réintégration en occident de tous ceux qui le souhaitent et de négocier un statut non discriminant dans le cadre d'un état non confessionnel, pour ceux qui tiendraient à rester. Faire cela c'est abattre le principal pilier de l'emprise intégriste sur les populations musulmanes (même agnostiques ou athées), c'est aussi se montrer équitable en appliquant nos principes de justice et c'est enfin tracer la ligne de nos défenses infranchissables si l'intégrisme continuait à se faire menaçant.
C'est aussi éviter un bain de sang, de victimes juives, musulmanes et potentiellement chrétiennes ou athées si les choses sortaient du cadre régional, ce qui s'avère probable. Ainsi que des destructions innombrables, potentiellement nucléaires... Bref, c'est résoudre enfin un conflit qui dure depuis 3 générations... Et dont je ne crois malheureusement pas qu'il puisse jamais se résoudre dans la paix, sur place. Des mondes occidentaux (plutôt que chrétiens) et musulmans peuvent vivre côte à côte, aussi longtemps qu'il le faudra pour aplanir les tensions. Mais pas si une excroissance de l'un est plantée comme une écharde sous le pied de l'autre...

Écrit par : Philippe Souaille | 02/06/2010

ASSEZ DE MENSONGES
Aujourd’hui, je ressens un irrépressible besoin de me faire l’écho d’une vérité que semble hélas vouloir ignorer les médias européens, peut-être par naïveté, par angélisme, voire même par ignorance, par mode sans doute, probablement afin de ne pas aller contre le courant dominant en Europe et d’éviter de froisser certaines communautés.



Mais l’idée que l’on puisse nous prendre à ce point pour des benêts, en tentant de nous faire gober des couleuvres, m’est cette fois tout simplement insupportable, et je me dois de rappeler quelques points.



1. pourquoi y a-t-il un blocus maritime sur Gaza ?

Gaza est soumise à un blocus par l’armée israélienne, parce que Gaza est sous le contrôle du Hamas, un mouvement radical islamiste longtemps considéré comme une organisation terroriste, qui refuse à Israël son droit d’exister, qui a juré sa destruction, et qui lance régulièrement des attaques contre l’état hébreux. Israël impose désormais un blocus sur Gaza, afin d’éviter que le Hamas puisse s’armer plus qu’il ne le fait déjà, et de retarder autant que possible l’éclatement de nouvelles hostilités. Attention ! Israël autorise l’acheminement d’aides humanitaires sur Gaza, à conditions que ces dernières se déroulent dans le respect des règles de sécurité (débarquement dans le port d’Ashdod, contrôle des marchandises par les autorités israéliennes, etc..). Alors laquelle de ces deux options est-elle la moins mauvaise ? Une nouvelle guerre et son cortège de victimes ? ou un filtre maritime permettant de trier les armes de guerre des denrées, et d’éviter une nouvelle flambée de violence ?



2. pourquoi Israël a-t-il lancé une intervention sur la flottille dite « de la Paix » ?

Le projet de cette flottille dite « de la Paix » était connu des autorités israéliennes. C’est un mouvement islamiste turc, proche du Hamas et impliqué dans des opérations jihadistes, qui a organisé de convoi maritime. Durant près de trois semaines, les autorités israéliennes ont tenté de négocier avec les autorités turques, afin que ce convoi achemine son aide humanitaire dans le respect des règles de sécurité imposées par le blocus. Mais les Turcs ont refusé. Et comme le redoutaient les Israéliens, le convoi a tenté de forcer le blocus maritime sur Gaza, et ce malgré les sommations répétées de la marine israéliennes (voir sur YOUTUBE), contraignant ainsi les commandos israéliens à intervenir. Le but des militaires israéliens était de monter à bord des navires, surtout du vaisseau principal le MAVI MARMARA, et ce uniquement afin de convaincre le commandant de rebrousser chemin et d’accoster à Ashdod. Israël ne s’est jamais opposé à la livraison de l’aide humanitaire, pour autant que les marchandises soient au préalable contrôlées. Les autorités israéliennes autorisaient même les responsables de la pseudo « ONG » d’être présents durant tout le processus de contrôle et de livraison.



3. L’intervention israélienne était-elle disproportionnée ?

Les autorités israéliennes pensaient sans doute qu’une fois à bord des bateaux de l’ « ONG », les commandons israéliens se heurteraient à une résistance passive, à des crachats, voire à des jets de projectiles divers ou de peinture. Alors dans un souci d’image, et afin d’éviter des blessés inutiles, elles ont décidé de remplacer les pistolets-mitrailleurs de leurs commandos par des pistolets de paintball… et non, je ne plaisante pas… de paintball… Les films en ligne sur YOUTUBE le prouvent. En guise de réelles armes, les soldats n’étaient munis que de leur pistolet d’ordonnance, qu’ils ne pourraient utiliser qu’en ultime recours. Et lorsque ces commandos ont débarqué, un par un, sur le MAVI MARMARA, en descendant d’hélicoptères par des cordes, ils ont chacun été cueillis par 4 à 6 extrémistes armés notamment de barres de fer, de couteaux ou de sprays lacrymogènes, qui les ont lynchés et roués de coups. Après avoir été tabassé, un premier commando a été jeté sur un pont inférieur ; son crâne a été fracassé. Un autre a été poignardé. Puis, les militants se sont emparés de leurs pistolets d’ordonnance et ont fait feu sur les autres soldats israéliens, en blessant sept par balles. C’est n’est qu’à ce moment-là que la direction des opérations israéliennes a autorisé ses soldats à faire usage de leurs armes à feu pour sauver leur vie. Oui, des gens ont péri, et d’autres ont été blessé.



Mais de grâce, qu’on cesse de tenter de nous arracher des larmes en nous faisant croire que ce sont de pauvres humanitaires qui ont injustement été massacrés. Ces gens-là étaient des militants extrémistes armés qui ont déclenché les hostilités en premier, et dont le vrai but n’avait rien d’humanitaire, mais était certainement de provoquer l’incident et de se faire passer pour des martyres aux yeux d’une Europe trop naïve et trop faible pour pouvoir accepter cette réalité et pour la dénoncer. Si ces individus avaient réellement voulu venir en aide à Gaza, ils auraient accepté que leurs marchandises soient déchargées à Ashdod, et qu’elles puissent ainsi être livrée à la population palestinienne de Gaza. Non, ces gens ne recherchaient que l’affrontement.



Ah au fait, dernières nouvelles : devinez ce qui se cachait parmi les marchandises et autre denrées transportées par le convoi humanitaire « de la paix » : des tenues de combat, du matériel de vision nocturne, des gilets pare-balles en kevlar, etc…



Alors aujourd’hui, oui, j’en veux à cette armée israélienne… non pas d’avoir finalement ouvert le feu sur des extrémistes dangereux, oh ça non… Je lui en veux d’être naïvement tombée dans ce piège du politiquement correct, tellement préoccupée par l’image qu’elle pourrait donner et par ce que pourront bien penser de son intervention les donneurs de leçons occidentaux ; elle aurait pu opter pour la vraie intervention, celle dont elle est capable en réalité, une opération forte qui aurait pu dissuader les militants de déclencher les violences. Mais au lieu de cela, Tsahal a préféré envoyer ses hommes au lynchage, des hommes équipés de paintballs, dont les camarades n’ont eu ensuite d’autre choix que de tirer pour sauver leur vie.



Et aujourd’hui, la voici, la récompense pour avoir à la base voulu épargner des vies : des morts et des blessés quand même, de dangereux militants qui une fois de plus passent pour des victimes, encore plus de mépris d’une communauté internationale dont l’hypocrisie donne la nausée, et une Turquie soit disant laïque qui a enfin trouvé le prétexte pour rompre définitivement ses relations avec son ancien allié…



Et moi qui prie pour qu’un jour l’Occident ouvre à nouveau les yeux, avant qu’il ne soit trop tard, avant qu’Israël, l’unique et dernier rempart face aux extrémistes islamistes, ne tombe, abandonné par les lâches et les candides que nous sommes.

Écrit par : MIKE BERKER | 02/06/2010

Non, M. Berker, Israël n'est pas l'unique et dernier rempart face aux extrémistes islamistes. Elle est à la fois un poste avancé en territoire ennemi et une provocation permanente. Le rempart existe, il est naturel, c'est la Méditerranée, et le détroit des Dardanelles. Et si les Israëliens rentraient en Occident, où ils sont chez eux - à charge pour nous de les accueillir au mieux - c'est l'une des causes essentielles du conflit qui disparaitrait. C'est même à mon avis "La" cause essentielle et c'est en tout cas la seule qui soit de nature à souder le moyen orient et même au-delà le monde islamique, y compris les forces agnostiques ou athées et libérales, de plus en plus nombreuses en son sein.
Comme de toute manière il est plus que temps de passer à d'autres modes de production d'énergie que le pétrole, tout est synchro: la logique humaniste rejoint le cynisme des intérêts bien compris de chacun.

Écrit par : Philippe Souaille | 02/06/2010

linario: "En revanche, sur quelle base légale l'armée Israélienne a-t-elle abordé les bateaux qui voguaient DANS LES EAUX INTERNATIONALES ?"

Contrairement à ce que vous croyez, la haute mer n'est pas une zone de non-droit. Le droit de la mer est même la plus ancienne convention internationale. Sa version moderne, la convention des nations unies, définit clairement qui est responsable de faire la police en haute mer. Il s'agit des navires militaires de tous les pays membres de la convention, c'est à dire de tous les membres de l'ONU! La Suisse, bien que n'ayant pas d'accès à la mer en fait d'ailleurs aussi partie. Cette convention est simplement l'une des plus universelles lois au monde.

Écrit par : Kad | 02/06/2010

Yoda versus Barbie : hilarant http://www.youtube.com/watch?v=YCtYecGbQz8

Écrit par : Djinius | 02/06/2010

@Mike Berker : Les habitants de Gaza ont besoin de matériaux pour construire ou réparer des maisons car énormément ont été détruire par l'armée israélienne. est-ce que Israël a l'habitude de laisser passer le ciment et les métaux nécessaires ?

@Kad : Merci pour ces précisions.

Écrit par : linario | 02/06/2010

Philippe, comme vous le dites nous sommes souvent d'accord, mais il semble que sur le sujet d'Israël cela ne soit pas le cas. Remettre en question la légitimité d'Israël à notre époque est pour moi tout à fait hors de propos. Critiquer la position d'Israël, d'accord. Je l'ai d'ailleurs à plusieurs reprises fait à propos de divers points politiques, par exemple la colonisation de la Cisjordanie ou sa position par rapport au TNP, mais jamais je ne me permettrai de remettre en question l'existence même d'un pays tiers!

En réalité, l'argument ethnique est pour moi très faible. Prétextant qu'un peuple était là avant est un faux débat qui peut mener à des discussions sans fin. Vous dites que les Arabes étaient là avant les Juifs. On est d'accord. Mais à ce moment-là, on peut remonter plus loin. Les Arabes sont des colonisateurs venus sur cette terre au cours du premier millénaire. Auparavant, il y avait... des Juifs! Alors si on veut utiliser des arguments historiques pour justifier l'appartenance d'une région à telle ou telle ethnie, on s'expose à un débat sans fin.

Pour transposer en remontant moins loin dans le temps, on peut prendre le cas de la Pologne, dont les frontières ont fortement été modifiées durant la guerre. Après la chute du communisme et la réunification allemande, les Allemands auraient très bien pu revendiquer des territoires se trouvant actuellement en Pologne est dont son territoire a été amputé. Entre autres, la ville de Gdansk (Danzig) était une grande ville allemande avant d'être annexée. De même, les Polonais auraient pu revendiquer leurs anciens territoires de l'Est, que se partagent actuellement la Biélorussie et l'Ukraine. Si ces peuples avaient alors laissé libre cours à leur nationalisme, on aurait vu apparaître des conflits territoriaux au cœur de l'Europe. Heureusement ces peuples ont su être sages et rester sur les acquis territoriaux.

La réalité c'est que les peuples ne sont pas statiques. Ils bougent au gré de l'histoire et de ses aléas. Il en va de même des Juifs.

Pour moi la seule réalité, c'est que des Juifs et des Arabes habitent aujourd'hui cette région. Et que tant bien que mal, il faudra bien qu'ils trouvent le moyen de se supporter, à défaut de se respecter. L'idéal serait qu'ils parviennent à partager un même pays, mais je pense que la différence de vision est trop grande pour parvenir à créer un système politique qui convienne aux deux communautés. C'est pour ça que je suis favorable à la création de deux entités séparées même si je réprouve le nationalisme qui est à la base de cette aspiration.

"Pour le bâtir, il a fallu exproprier manu militari les occupants antérieurs"

Étonnant dans ce cas qu'il y ait autant de Palestiniens non-Juifs qui vivent en Israël avec des droits identiques à ceux des Juifs.

"La seule solution est de faciliter la réintégration en occident de tous ceux qui le souhaitent et de négocier un statut non discriminant dans le cadre d'un état non confessionnel, pour ceux qui tiendraient à rester."

Forcer les Juifs à "rentrer" chez eux (un chez eux que la plupart d'entre eux n'ont jamais connu) serait à considérer comme une déportation. Un acte de génocide donc. Et c'est bien ce que le Hamas souhaite. La déportation ou la mort. Que plus un seul Juif ne subsiste dans la région. Une épuration ethnique en bonne et due forme donc.

Mais cette phrase montre que ça n'est pas votre souhait, ce dont je n'aurais jamais douté. Seulement voilà: ça n'a aucune chance de se réaliser. Le jour où on accordera le droit à l'autodétermination du peuple palestinien, il fera le même choix que celui qu'il a fait dans la bande de Gaza: l'obscurantisme religieux, la haine et le racisme. En un mot, le Hamas.

D'ailleurs la création d'un état démocratique où pourraient vivre en bonne intelligence Arabes et Juifs est inutile. Cet état existe déjà, il s'agit d'Israël. Le fait que les Palestiniens ne veulent pas en entendre parler montre bien qu'ils n'accepteront jamais de partager.

Écrit par : Kad | 02/06/2010

Il semble que les commandos ont tiré à balles réelles sur le navire grec Sfentoni et le bateau turc Mavi Marmara avant de monter à leur bord. La députée arabe israélienne Hahine Zoghbi se serait adressée à eux en hébreu par haut parleurs pour leur demander de cesser le feu, les passagers n'étant pas armés...

Écrit par : linario | 02/06/2010

la haute mer n'est pas une zone de non-droit. Le droit de la mer est même la plus ancienne convention internationale. Sa version moderne, la convention des nations unies, définit clairement qui est responsable de faire la police en haute mer. Il s'agit des navires militaires de tous les pays membres de la convention, c'est à dire de tous les membres de l'ONU! -> ça signifie que n'importe quel bateau militaire peut aborder un bateau non militaire battant pavillion d'un autre pays, héli-treuiller des hommes armés à bord, prendre le contrôle du navire et le ramener au bord, lui, son équipage et toute sa marchandise ?

Et ensuite, de quel statut "jouissent" les prisonniers ? A qui appartient le bateau "saisi" ? Et les marchandises ?

Merci d'avance

Écrit par : linario | 02/06/2010

Kad, je n'ai jamais été en Israël. J'ai lu, j'ai vu des films, j'ai beaucoup parlé avec des gens qui en revenaient ou y habitaient, mais rien ne vaut le constat personnel. Donc il faudra que j'y aille, mais en attendant ce que je retire de mes diverses sources d'information, c'est que si la nature de l'Etat d'Israël est démocratique, les arabes qui y vivent ne sont pas tout à fait des citoyens comme les autres. A fortiori ceux qui en ont été chassés.
Quant aux voyages dans le temps, il ne viendrait à personne de demander aux burgondes qui ont fait souche ici de retourner en Prusse ou aux Wisigoths de Catalogne d'aller se faire voir quelque part entre le Don et le Danube, d'où ils viennent. Mais justement ces peuples se sont assimilés aux peuples antérieurs. Avec le temps, ils se sont fondus dans la masse. Ce qui n'est clairement pas le cas d'Israël, qui tout au contraire a vocation de rester séparé de son environnement humain et culturel naturel.
L'assimilation au niveau individuel, ne doit pas être une obligation, et la non-intégration d'un individu ou de quelques familles reste gérable. Mais lorsqu'il s'agit de toute une population qui de fait, s'arroge le pouvoir, cela devient une forme de colonialisme. Suscitant des réactions normales de rejet anti-colonialiste.
Par ailleurs, tous les mots ne sont pas synonymes. Exode et génocide sont même de sens opposés. L'envoi des juifs dans les camps fut un génocide. Atroce. L'arrivée des juifs en Palestine après guerre fut un exode. L'un tue et assassine, l'autre sauve et assure la survie. Etonnant d'ailleurs comme le film tiré (de très loin) de l'aventure de l'Exodus eut à l'époque un impact fort... Déjà une histoire de bâteau arraisonné...
J'ai d'excellents amis, juifs communistes, qui ont participé au scénario du film de Preminger. Ils avaient été victimes du maccarthysme et avaient songé en 49 à se réfugier en Israël, avec plusieurs autres cinéastes juifs communistes de Hollywood... Mais un envoyé du gouvernement israélien les en avait dissuadés. Tel Aviv ne voulait pas fâcher l'Oncle Sam. Ils ont fait souche en France et à Cinecitta, à la place... Tant mieux pour le cinéma européen.

Écrit par : Philippe Souaille | 02/06/2010

"Quant aux voyages dans le temps, il ne viendrait à personne de demander aux burgondes qui ont fait souche ici de retourner en Prusse ou aux Wisigoths de Catalogne"

Il n'est donc pas plus réalisable de demander aux israéliens de quitter leur nation sexagénaire pour émigrer en Europe...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 02/06/2010

Je suis bien d'accord avec Mr.Souaille sur ce point-là.
Il me semble avoir lu qu'il y avait eu, autour les années 40-50, une piste de créer un Etat juif dans un des Etats des Etats-Unis. Mais je n'arrive plus à retrouver duquel il s'agissait... Toujours est-il que le Wyoming ou le Montana sont assez peu peuplés au km2.

Écrit par : Fufus | 02/06/2010

On aurait aussi pu les envoyer sur la Lune pour créer leur état dans un lieu peu peuplé, non ? Ou sur Mars, parce que sur la Lune leur présence va rapidement nous déranger !

"ça signifie que n'importe quel bateau militaire peut aborder un bateau non militaire battant pavillion d'un autre pays, héli-treuiller des hommes armés à bord, prendre le contrôle du navire et le ramener au bord, lui, son équipage et toute sa marchandise ?"

Je vais essayer de vous répondre, mais je vous l'ai dit, je ne suis pas spécialiste non plus et je ne suis pas tout à fait sûr de moi. En tout cas, je ne pense pas que tout ce que vous décrivez soit autorisé. Mais lui interdire l'entrée dans ses eaux territoriales, le cas échéant en faisant usage de la force (de manière proportionnée bien sûr, ce qui reste à démontrer dans ce cas) ou contrôler la marchandise pour vérifier que le navire ne transporte pas des marchandises prohibées, oui je pense. Ça se pratique couramment il me semble.

Par contre, ce que vous décrivez ne peut être fait qu'en cas de prise de contrôle d'un navire par des pirates. Il appartient alors à la justice du pays ayant arraisonné le navire de décider quoi faire de l'équipage, du navire et de sa cargaison. Dans ce cas-ci, je ne sais pas si les militaires ont été trop loin. Mais en tout cas, les prisonniers sont justifiés par les actes de violences commises. Les Israéliens ont finalement décidé de relâcher tout le monde alors que les auteurs de ces violences auraient pu être inculpés. Tous les autres bien sûr ne pouvaient être incarcérés qu'à titre de garde-à-vue.

Pour ce qui est des cargaisons, elles appartiennent bien sûr à ceux qui ont affrété la flottille. Les Israéliens ont proposé d'acheminer les denrées par la terre, sous contrôle des militants eux-mêmes, mais cela a été refusé. Donc à eux de choisir: livraison à Gaza ou bien ils repartent avec leurs bateaux, leur cargaison et leurs bonnes intentions.

Écrit par : Kad | 02/06/2010

Vous voulez savoir les bases légales? 1.-Un blocus maritime est en vigueur sur la côte de Gaza. Il a été imposé, parce que Israël se trouve actuellement dans un état de conflit armé avec le régime du Hamas qui contrôle Gaza. Celui-ci, à diverses reprises, a bombardé des cibles civiles sur le territoire israélien avec des armes en partie introduites en contrebande par mer.
2.- Les blocus maritimes sont une mesure légitime et reconnue par le droit international. Ces mesures peuvent être mises en application dans le cadre d'un conflit armé.
3.- Un blocus peut s'imposer en mer, même dans les eaux internationales, chaque fois qu'il n'empêche pas, l'accès aux ports et les côtes des États neutres.
4.- Les manuels navals de quelques pays occidentaux, inclus les États-Unis et l'Angleterre, reconnaissent le blocus maritime naval comme mesure efficace et établissent différents critères qui font qu'un blocus est valable, en incluant la condition requise d'avertir de l'existence du blocus.
5.- Dans ce sens, il faut remarquer qu'Israël donne publicité à l'existence du blocus et précise les coordonnées du même au moyen des canaux internationaux acceptées. Israël a aussi pourvu la notification appropriée aux gouvernements affectés et aux organisateurs de la flottille de protestation de Gaza.. Par ailleurs, en temps réel, les bateaux qui participent à la flottille de protestation ont été avertis dans des occasions répétées qu'un blocus maritime était en vigueur.
6.- Ici, il faut remarquer que, en vertu du droit coutumier, la connaissance du blocage peut être présumée une fois au blocage a été déclaré et qui procède a été accordé, comme ci-dessus indiqué.
7.- Selon la loi maritime internationale, quand un blocus maritime est en cours, aucun bateau ne peut entrer dans l'aire bloquée.. Ceci inclut tant les bateaux civils comme les bateaux ennemis.
8.- Tout bateau qui viole ou essaie de violer un blocus maritime peut être capturé ou même attaqué selon le droit international.. Le manuel du Commandant des USA sur le Droit d'Opérations Navales établit qu'un bateau est considéré comme tentant de violer le blocus depuis le moment où le bateau abandonne le port avec l'intention de le violer.
9.- Ici nous devons faire remarquer que les manifestants ont indiqué sa claire intention de violer le blocage au moyen des déclarations écrites et orales.. De plus, la route de ces bateaux manifesté sa claire intention de violer le droit international.
10.-En tenant en compte de l' intention explicite des manifestants de violer le blocus naval, Israël exerce son droit en vertu du droit international de renforcer le blocus. Il faut remarquer que, avant de prendre des mesures d'exécution, des avertissements explicites ont été directement transmis aux capitaines des bateaux, en exprimant l'intention d'Israël d'exercer son droit d'appliquer le blocus.
11.-Israël avait essayé de prendre le contrôle des bateaux qui participent à la flottille par des moyens pacifiques et d'une forme ordonnée afin de renforcer le blocus. Etant donné le grand nombre de bateaux qui participent à la flottille, une décision tactique a été prise pour les arrêter à une certaine distance de la zone du blocus

Écrit par : Hakim | 02/06/2010

Merci pour votre réponse. Je pense que si une armée fait irruption sur un bateau dans les eaux internationales, cette armée n'a aucun droit d'inculper ou de placer en garde à vue les occuper si ceux-ci se sont rebellé... Mais l'enquête internationale nous éclairerai sur ce point.

Quant à votre première phrase :
On aurait aussi pu les envoyer sur la Lune pour créer leur état dans un lieu peu peuplé, non ? Ou sur Mars, parce que sur la Lune leur présence va rapidement nous déranger !

Vous jouez les victimes là et on se dit que vous n'allez pas tarder à traiter votre contradicteur d'anti-sémite. Car pourquoi la Palestine serait un bon endroit et pas le Wyoming ou le Montana ? Si ce n'est pour des raisons religieuses...

Écrit par : linario | 02/06/2010

Ne serait-ce que sur la lune, je ne vois pas en quoi cela pourrait déranger. Par contre, l'oxygène est raréfié et il paraît que la végétation pousse assez mal.

Blague mise à part, je ne vois pas ce qu'il y a d'exceptionnellement drôle de proposer qu'ils aillent aux States: il y a déjà autant de juifs là-bas qu'en Israël. Ou alors qu'ils reviennent en Europe. Personnellement je n'ai rien contre les juifs. Ah moins bien-sûr qu'ils viennent construire une colonie dans mon jardin. Mais ça, y a pas de risque, j'ai pas de jardin..

Écrit par : Fufus | 02/06/2010

"Vous jouez les victimes là et on se dit que vous n'allez pas tarder à traiter votre contradicteur d'anti-sémite. Car pourquoi la Palestine serait un bon endroit et pas le Wyoming ou le Montana ? Si ce n'est pour des raisons religieuses..."

Peut-être parce que beaucoup de Juifs étaient déjà installés sur ce territoire ? Oui je parle des méchants sionistes. A ma connaissance, le Wyoming et le Montana n'ont jamais été des territoires abritant de grandes communautés juives. A la rigueur New York. Mais peut-on raisonnablement penser faire de New York un état juif ?

Maintenant, vous tous qui trouvez si scandaleux que les Juifs vivent là-bas, trouvez-vous normal qu'un hypothétique futur état palestinien soit interdit aux Juifs ? C'est pourtant ce qui arrivera sans doute. Lorsqu'on a donné le droit de vote aux Gazaouis, ils ont choisi d'élire les ennemis jurés d'Israël et les pires ennemis de la démocratie qui leur étaient donné de choisir. C'est cela la seule raison qui fait que les Arabes et les Juifs ne peuvent pas vivre ensemble, dans un même état. Car en Israël, les Arabes qui y vivent se portent bien à ma connaissance.

Pour Philippe Souaille qui doute des droits politiques des Arabes en Israël, je cite Linario: "La députée arabe israélienne Hahine Zoghbi"

Ben voilà.

Écrit par : Kad | 02/06/2010

Kad, il y avait des députés africains au parlement français, Senghor et Houphouet Boigny entre autres, cela signifie-t-il que le Sénégal et la Côte d'Ivoire n'étaient pas des colonies et que les noirs étaient des blancs comme les autres en Afrique ??? Ce qui va bien évidemment au-delà de leurs couleurs respectives.

Écrit par : Philippe Souaille | 02/06/2010

Le racisme est une donnée universelle, partagée par les c... du monde entier. Seulement, il se trouve qu'en Israël, comme dans plusieurs pays arabes d'ailleurs (et évidemment aussi en Palestine), les racistes ont plus de poids et de pouvoirs qu'en d'autres endroits. Cela peut se comprendre, il y a des tas de raisons objectives pour l'expliquer, mais cela ne fait ni l'affaire de la paix, ni celle des arabes israéliens qui ne se sentent apparemment pas tellement bien considérés (dans leur ancien chez eux !) puisqu'au moins une de leur députée élue était à bord de ces vaisseaux de fous furieux.
Quand de plus la religion se greffe sur le racisme, il est temps de réfléchir à des solutions alternatives, si l'on veut éviter les solutions finales... Et pour compléter ce que dit Fufus, il y a au moins deux fois plus de juifs en Europe et dans les Amérique qu'en Israël, dont la plupart n'ont aucune intention d'émigrer... J'ai même un copain, dont la famille n'avait jamais quitté Jérusalem depuis 2000 ans, qui vit en Europe. Et il n'est pas le seul.
Le sionisme était peut-être une belle idée, mais une idée coloniale. Il a d'ailleurs été sérieusement question d'implanter Israël au Kenya, vous le savez.
Mais surtout, c'est une idée qui a foiré. Seuls les imbéciles ne changent pas d'avis. Or les juifs que je connais sont tout, sauf des imbéciles. Et dans leur immense majorité, ils ne vivent pas en Israël.

Écrit par : Philippe Souaille | 02/06/2010

J'ajoute Kad que votre argument m'étonne. Dire: "regardez, on les laisse voter et ils élisent ces salopards du Hamas, donc ils ne sont pas fiables et ne veulent pas la paix" sans se rendre compte que s'ils votent comme cela, c'est en réaction à ce qu'ils subissent et ont subi depuis 60 ans, ce n'est pas faire acte de la perspicacité toute scientifique et néanmoins sensible que je vous connais habituellement.
N'étant pas raciste, je pars du principe que les Palestiniens ne le sont pas plus que d'autres. Idem des Israéliens d'ailleurs. Donc s'ils votent Hamas, c'est qu'ils sont ulcérés. La faute à qui (en plus du fait que le Shin Beth a cru malin de les aider en douce au début, pour faire suer l'OLP...)?
De plus les Palestiniens n'ont rien à perdre. Donc la haine a toutes les chances de l'emporter sur la raison. En plus, maintenant, il semble que les fondamentalistes islamistes aient compris qu'ils auraient un meilleur press book en se positionnant en victimes qu'en faisant sauter des immeubles ou des touristes. Israël n'est pas sortie de l'auberge !
Contre une armée de gueux, prêts à tout, elle ne risque qu'une chose, devoir employer toujours davantage la force jusqu'à atteindre un niveau intolérable pour la communauté internationale et une partie des Israéliens eux-mêmes. Un vrai fichu cercle vieux qui ne peut qu'envenimer les choses.

Écrit par : Philippe Souaille | 02/06/2010

Cela étant, la solution d'un seul Etat, ni juif ni islamique, mais vraiment laïc, accordant effectivement les mêmes droits aux juifs, aux palestiniens musulmans et chrétiens et aux athées, serait effectivement la meilleure solution. Bien meilleure que deux ethnothéocraties rivales et néanmoins voisines aux frontières surréalistes.
Aldeeb, lui-même palestinien chrétien, en parle dans son blog. Mais est-elle encore possible ?

Écrit par : Philippe Souaille | 02/06/2010

Faut-il encore savoir si les palestiniens avaient un vrai choix démocratique en élisant le Hamas. Mais il est vrai qu'ils se sont tirés une balle dans le pied.

D.J

Écrit par : D.J | 02/06/2010

Bonjour à tous et merci à Kad d'avoir lancé cette discussion.
Je ne suis pas juge au TPI mais je crois comprendre que dans le cas d'un blocus clairement publicisé, et c'est le cas ici, il est permis (selon le droit international) d'intervenir dans les eaux internationales, afin justement d'éviter que les bateaux ne pénètrent dans les eaux territoriales. Sinon à quoi sert un blocus?
Mon point n'est pas de discuter le bien-fondé ou non du blocus mais de démonter l'accusation de piraterie évoquée dans ce forum.
A nouveau merci à Kad pour cette discussion très intéressante.

Écrit par : arpatkan | 02/06/2010

Je cite:"Le rempart existe, il est naturel, c'est la Méditerranée," Désolé M. Souaille, mais les temps où une mer représentait un rempart sont bien révolus. La preuve est l'invasion islamique a c t u e l l e!

Écrit par : Hakim | 02/06/2010

OPINIONS Jeudi3 juin 2010
Le droit international de la mer ne justifie aucunement le raid israélien

PAR MARCELO KOHEN,
Marcelo Kohen, professeur de droit à l’IHEID de Genève, analyse le raid mené lundi par la marine israélienne contre la «Flottille de la liberté» sous l’angle du droit international de la mer
Le Temps: L’intervention israélienne en haute mer auprès d’une flottille d’aide humanitaire qui tentait de se rendre vers Gaza est-elle légale?

Marcelo Kohen: L’argument juridique israélien est le suivant: Israël est en état de conflit armé avec le Hamas. Dans ce cadre, il a le droit de décréter un blocus maritime par rapport à la bande de Gaza et d’empêcher des navires de le rompre. J’estime ces arguments infondés. Primo, il n’existe pas techniquement parlant un «état de conflit armé». Le Hamas n’est pas un Etat, il existe par ailleurs un cessez-le-feu et même les violations de celui-ci n’autorisent pas à parler de l’existence d’hostilités établissant un «état de guerre». Dans cette logique, on pourrait maintenir éternellement un blocus maritime, il suffirait que l’une des parties se considère toujours en «état de guerre». Secundo, même s’il y en avait un, un tel blocus maritime de caractère presque permanent serait contraire au droit international. Paradoxalement, le gouvernement israélien répète ici l’argument qu’il critiquait – à juste titre – avant la guerre des Six-Jours, face au blocus par l’Egypte du golfe d’Aqaba. Tertio, l’arrestation des navires turcs en haute mer est une violation grave à la liberté de navigation.

– Le blocus maritime est-il toutefois une pratique tolérée?

– Non, par sa résolution 3314 définissant l’agression, l’Assemblée générale des Nations unies l’a précisé. Parmi les situations définies dans la résolution comme des actes d’agression figure notamment le blocus des ports et des côtes.

– Le droit de la mer ne reconnaît-il pas un droit d’arrestation des navires en haute mer dans certaines circonstances?

– Nous sommes dans une situation très différente de celle reconnue à l’article 110 de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer. Il s’agit d’un droit de visite par un navire de guerre si l’Etat en question a de sérieuses raisons de soupçonner entre autres que le navire étranger se livre à la piraterie, au transport d’esclaves ou qu’il n’a pas de nationalité. Il permet au navire de guerre d’effectuer une inspection, mais en bonne et due forme, «avec tous les égards possibles». Dans le cas qui nous intéresse toutefois, nous ne sommes pas dans l’exercice du droit de visite. Israël a clairement dit que son objectif n’était pas de vérifier la cargaison du bateau, mais de l’empêcher d’accoster le long de la bande de Gaza.

– Chypre n’a apparemment pas accepté que la «Flottille de la liberté» se regroupe dans ses eaux territoriales. Certains avancent pourtant qu’elle avait un droit de passage inoffensif.

– Il existe un droit de passage inoffensif dans les eaux territoriales des Etats côtiers, mais un Etat peut suspendre temporairement ce droit, notamment pour des raisons de sécurité. Par ailleurs, les navires se livrant à ce droit de passage doivent respecter les réglementations de l’Etat côtier, ce qui, dans le cas présent, n’a apparemment pas été le cas.

– On parle aussi des eaux territoriales de Gaza. De quelle souveraineté relèvent-elles?

– C’est une mer territoriale de 12 miles marins qui fait partie intégrante du territoire palestinien. La souveraineté n’en incombe pas à Israël.

– Les Gazaouis ont-ils une zone économique exclusive de 200 miles prévue par le droit de la mer?

– Non, une telle zone doit être déclarée par l’Etat côtier et pour l’heure, il n’y a pas d’Etat palestinien qui a pu procéder à une telle déclaration.

– Le droit international de la mer est-il plus bafoué que d’autres droits?

– Non, hormis les récents épisodes de piraterie au large de la Somalie ou de l’Indonésie, il est globalement respecté. Mais ce genre d’intervention musclée en haute mer m’inquiète, tout comme la persistance du blocus maritime. Un Etat ne peut pas s’arroger un droit unilatéral de réglementer la navigation maritime internationale.

– La Convention de l’ONU sur le droit de la mer prévoit-elle des sanctions?
– Ni Israël ni la Turquie ne sont des Etats parties à la Convention. Mais les règles régissant la navigation en haute mer leur sont applicables. C’est du droit coutumier. Si la Turquie et Israël avaient ratifié ou adhéré à la Convention, un mécanisme obligatoire de règlement des différends aurait pu être suivi. Cela aurait pu passer par le Tribunal du droit de la mer à Hambourg, par la Cour internationale de justice ou par l’arbitrage. Malheureusement, ce ne sera pas le cas.



© 2009 LE TEMPS SA

Écrit par : Mr. Bean | 03/06/2010

Les commentaires sont fermés.