15/12/2009

Copenhague ou la perpétuation des mauvaises solutions

Jusqu'à la fin de la semaine, Copenhague est le centre du Monde. Car c'est là que se tient la grande messe de la nouvelle religion sacralisant la déesse Terre. Les fidèles de tous pays n'ont d'yeux que pour cette ville où les grands de ce monde peinent à finaliser un accord qu'ils appellent de leurs voeux. Mais si on ne peut que convenir que quelque chose doit être fait pour notre avenir, les solutions pronées dans le cadre de ce sommet de Copenhague sont-elles souhaitables ?


Copenhague, finalement ça n'est que la continuation de Kyoto. Le but de ce nouveau sommet est de prolonger l'accord instauré par le précédent traité et de le renforcer en diminuant encore plus les quantités de CO2 rejetées par les différents acteurs. Les solution employées sont les mêmes. Or Kyoto, si on en juge par la courbe de croissance du CO2, est un total échec. Les solutions proposées ne semblent avoir aucun impact sur cette progression, qui n'a même pas été infléchie.

CO2.jpg

Dans ces conditions, on peut se dire que ces solutions sont totalement inefficaces et qu'il faut reprendre à zéro l'évaluation des méthodes proposées pour faire baisser le taux de CO2... Ou pire: et si tout ce qu'on pourrait tenter de faire n'avait aucun impact sur l'évolution du taux de CO2, pour la simple et bonne raison que la contribution humaine à cette augmentation est négligeable ? En tout cas, on évalue le coût des accords de Kyoto à plusieurs centaines de milliards d'euros jusqu'à aujourd'hui. (difficile d'ailleurs de trouver des évaluations précises, ce qui est tout de même un comble...) Le moins qu'on puisse dire, c'est que cet argent à été bien placé, on dirait...

Et quand on voit les solutions qui ont été proposées, on ne s'étonne pas. En particulier l'échange rétribué de permis de polluer est un non-sens car il permet à ceux qui ne veulent pas modifier leur activité économique pour la rendre plus propre de se donner bonne conscience à bon compte. Et surtout, ce système ne prenant en compte que la production nette de gaz à effet de serre pour évaluer si un projet peut bénéficier des largesses de ce programme, il produit des absurdités totales. Voici une liste de solutions techniques qui sont considérées comme bénéfiques selon cette vision:

- Les bio-carburants, considérant que les plantes dont ils sont extraits ont consommé du CO2 durant leur pousse, sont réputés quasiment neutres selon cette logique. C'est oublier un peu vite que les plantations qui sont utilisées pour la production de ces carburants ont remplacé des plantations destinées à l'agro-alimentaire. Et comme les gens doivent bien manger, ces dernières plantations se sont donc déplacées ailleurs. Et très souvent elles ont remplacé des forêts, véritables puits de CO2 ainsi perdus. Au final, le bilan en CO2 est donc extrêmement négatif. Pas étonnant donc que cette mesure n'ait aucun impact sur l'évolution du taux de CO2!

Et pire encore: on prétend à tort que les bio-carburants sont non-polluants. En réalité, si on part du principe que le CO2 est un gaz à effet de serre naturellement présent dans l'atmosphère et non un polluant, on peut dire que les bio-carburants sont tout aussi polluants que des carburants classiques ! Car toutes les autres émanations sont absolument identiques à celles produites par les carburants d'origine minérale ! Peut-on accepter qu'un accord se prétendant écologique n'apporte aucune solution à ce niveau ?

- Un exemple de solution technique absolument abérante: l'utilisation de coques de café pour remplacer le charbon dans des centrales électriques ! La centrale de Geertruidenberg au Pays-Bas a décidé de se reconvertir en achetant des coques de café du Brésil, (normalement rebutées) pour remplacer le charbon utilisé jusque-là dans ses fours. Le résultat: selon la méthode de calcul de Kyoto, du fait qu'on brûle de la matière végétale, la production de CO2 est considérée comme quasiment nulle. Donc, à nouveau on est face à une technologie extrêmement polluante, une centrale à charbon, mais bénéficiant des largesses du système des échanges de droits d'émanations ! Ceci parce qu'on a perdu de vue que le CO2 n'est pas une pollution, mais que toutes les autres émanations en sont...

Bien sûr, on peut dire que c'est une amélioration et qu'il faut bien commencer quelque part. Mais le but qu'on devrait se fixer aujourd'hui pour ce qui est de la production d'énergie électrique, c'est zéro émanation. Et il ne faudrait financer que des programmes qui vont dans ce sens...

- Le nucléaire. Et bien oui. Le nucléaire aujourd'hui s'est payé une nouvelle respectabilité et est devenu la solution d'avenir, seule capable de sauver notre monde de la catastrophe écologique. Car oui, le nucléaire produit peu de CO2. Et si on veut bien faire l'effort d'oublier que ses déchets sont la pire forme de pollution que l'homme ait été capable de créer jusqu'ici, on peut sans problème reprendre la construction de nouvelles centrales, non ?

- Le diesel. De nombreux pays européens favorisent le diesel. En effet ces moteurs consomment moins de carburant que les moteurs à essence et ainsi produisent moins de CO2. Qu'importe qu'ils soient responsables de la production de quantités importantes de particules fines, que les filtres ne parviennent pas toutes à retenir, et que ces particules soient responsables de nombreuses maladies pulmonaires...

- Le chauffage à bois. Toujours sur le même principe, tout ce qui est végétal est bon à brûler. Pourtant se chauffer au bois produit des émanations toxiques importantes. Pour s'en rendre compte, il suffit de fermer un instant la trappe de sa cheminée pour profiter à fond de la fumée à l'intérieur. C'est clair que les cheminées ou les poêles ne posent pas trop de problèmes pour l'instant. Mais on imagine ce que ça pourrait donner si tout le monde en possédait...

Et je ne parle même pas des mesures actives, telles que l'enfouissement du CO2, ou encore pire, la diminution de lumière solaire arrivant jusqu'au sol en injectant du dioxyde de souffre dans la haute atmosphère. J'espère qu'on nous protégera des apprentis sorciers, qui eux pourraient bien détruire notre monde...

Bref, cette liste non-exhaustive montre bien que se focaliser sur les gaz à effet de serre ne permet pas de transformer notre économie en vue d'une véritable réduction des émanations et autres pollutions. Pourtant des technologies existent ou sont en préparation pour remplacer nos technologies polluantes actuelles. Des technologies basées sur l'électricité, d'origine solaire ou éolienne ou bientôt aussi thermonucléaires. Des technologies basées sur l'hydrogène également. Si on veut bien s'en donner les moyens, on peut se lancer dans des recherches qui permettront à ce siècle d'être celui où nous avons réussi à convertir notre technologie pour qu'elle puisse se passer totalement de combustibles carbonées. Et pour qu'elle devienne non-polluante. Et aussi, nous pourrions nous lancer dès aujourd'hui dans de véritables programmes d'économies énergétiques. Nous pouvons mieux isoler nos maisons. Nous pouvons forcer nos industriels à produire des équipements plus économes. Mais le veut-on réellement ? Ou tout cela n'est finalement qu'une histoire de gros sous ? Car il est évident que ceux qui bénéficient des largesses de Kyoto ne veulent pas que ça s'arrête...

Prenons donc le temps de réfléchir. N'acceptons pas de nous faire presser par ceux qui prétendent que si Copenhague échoue, après il sera trop tard. Il est évident qu'ils ont tout intérêt à prétendre cela. Ils ont besoin de taxes carbone pour financer les solutions boîteuses qu'ils proposent. Ils ont besoin des permis de polluer pour éviter de changer. Mais leur intérêt n'est pas le nôtre. Alors défendons-nous...

En attendant, Paula va-t-elle devoir rentrer
dans son pays pour cultiver des coques de café ?
Cliquez sur cette vignette pour en savoir plus...

1575297350.jpg

20:43 Publié dans Monde, Politique | Tags : copenhague, traité | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

un peu de patience, l'Iran et la Corée du Nord vont très prochainement arrangé tout ça!

Écrit par : dominiquedegoumois | 15/12/2009

Merci, Kad

:o)

Écrit par : Blondesen | 16/12/2009

"un peu de patience, l'Iran et la Corée du Nord vont très prochainement arrangé tout ça!"
Je m'en fiche, puisque vous m'avez gentiment proposé un voyage en Afghanistan. Je serai à l'abri là-bas ! Non ?

Écrit par : Kad | 16/12/2009

Il est vraiment cool celui la de billet. J'ai beaucoup apprécié la deuxième partie! C'est le moment d'aller dévorer les précédents avec l'espoir qu'ils sont aussi bons. :)

Écrit par : Poele a granulé | 29/10/2011

Les commentaires sont fermés.