07/12/2009

Les cafés restaurants ont besoin de fumée pour vivre !

C'est ce que j'ai appris aujourd'hui. Sans fumée, ils vont tous disparaître. C'est pourquoi ils préparent une initiative fédérale pour (ré-) introduire la liberté de choix entre établissement fumeur et non-fumeur. Une liberté qui a bien sûr toujours existé sans jamais être appliquée tant le nombre d'établissements non-fumeur a toujours été ridiculement bas. Dès lors, est-il sérieux de dire qu'il s'agit d'une véritable proposition respectueuse des uns et des autres ? Je préfère bien sûr de loin cette manière de procéder à celle des cafetiers genevois qui avaient lancé un référendum contre la loi d'application d'une loi acceptée par 80% du peuple. Tout le monde a le droit de lancer des initiatives et de lancer ou relancer un débat. Et puis au niveau fédéral, le souverain n'a encore jamais été consulté. Il serait donc intéressant de s'y mettre une fois pour toutes. De plus, une initiative n'a pas d'effet suspensif. La loi fédérale sur l'interdiction de fumer pourra donc enter en force malgré l'existence de cette initiative.

Toutefois les arguments des cafetiers-restaurateurs suisses m'interpellent de deux manières. Tout d'abord, le fait qu'on affirme que l'interdiction de la fumée saigne à blanc les responsables d'établissements publics me paraît inconsistante. Je croyais que les cafés et restaurants faisaient leur bénéfice sur les boissons et les plats. Depuis quand la fumée apporte des recettes à ces établissements ? Pour moi elle n'est qu'une nuisance inutile. Et si certains ne survivaient que grace à l'autorisation de fumer, on peut s'intéroger à propos de la qualité du service qu'ils proposent. Et on peut ainsi retourner la question et se demander pourquoi on devrait changer la loi pour permettre à des établissements de mauvaise qualité de survivre...

Ensuite on peut me répondre que si les fumeurs ne se rendent plus dans les lieux publiques, ça diminue les recettes globales de tous les établissements et ainsi le nombre d'établissements en difficulté augmente d'autant. Mais là je m'interroge donc sur les motivations des fumeurs. Je ne me souviens pas d'avoir entendu un fumeur se plaindre parce qu'il ne pouvait pas fumer au cinéma ou au théâtre. Ni parce qu'il ne pouvait pas fumer dans un grand magasin. Et que dire des avions ou des trains où avant il était possible de fumer ? L'interdiction a finalement été bien acceptée non ? Alors pourquoi les lieux de convivialité devraient faire exception ? Après tout, un café n'est pas fait pour fumer mais pour consommer une boisson. Et dans le cas d'un restaurant, la fumée est même une très grande nuisance pour les autres clients. Alors pourquoi serait-il normal de fumer ?

Et puis, cet argument est-il véridique ? Sans citer de chiffres, c'est facile de dire qu'on a plus de problèmes qu'avant. En réalité, des faillites d'établissements, il y en a tous les jours. Il y en a toujours eu et il y en aura toujours. Alors il est un peu facile d'accuser l'interdiction de fumer. Et puis j'ai des fois entendu des fumeurs dire que désormais, ils boivent leur verre et s'en vont. Et bien je ne vois pas en quoi ça diminuerait les recettes des cafetiers, car en quoi un fumeur qui reste à tirer sur sa clope sans consommer rapporte-t-il ? Au contraire, il occupe une table et fait fuir les non-fumeurs... Quant à ceux qui boycottent les bistrots parce qu'ils ne peuvent plus y inhaler leur dope, je pense qu'ils ne tiendront pas longtemps. Dans quelques années, cela paraîtra tellement naturel que la fumée soit interdite qu'on ne se souviendra même plus de ces débats stériles...

Commentaires

On -vous- sent venir..., qu'ils fassent REVOTER LE PEUPLE UNE SECONDE OU TROISIEME FOIS ..., minarets, fumée. Putain de m.

Écrit par : Ducon | 07/12/2009

" Alors pourquoi les lieux de convivialité devraient faire exception ?"

Pourquoi ?? ... On va dans un magasin pour faire des achats, dans un avion pour être amené d'un point A à un point B, idem pour un train. Ce ne sont pas des lieux de "convivialités". Par contre, si on se rend dans un bistrot, une "boîte" ou un restaurant, bin c'est pour partager un moment convivial avec les amis, camarades ou collègues. Si on doit sortir pour en griller une ... la convivialité n'est plus de mise. Surtout si dans la "bande" on est tous fumeurs ... on s'invite entre soi et le problème est résolu. D'oû une baisse de fréquentation des lieux "conviviaux".

Mais bon, j'attends la suite de cette saga avec impatience !

(o-o)

Écrit par : Loredana | 07/12/2009

Ducon (non c'est pas pour être impoli ! :) ) C'est pas mon idée. Je suis plutôt contre. Mais si on devait voter (et non revoter puisqu'on ne s'est jamais prononcé au niveau fédéral) je l'accepterai tout simplement. Vous devriez en faire de même, c'est le jeu de la démocratie.

Vous avez besoin de fumer pour passer un bon moment Loredana ? Dommage. Je pense qu'on peut passer un bon moment avec des amis juste en discutant, en riant et en buvant un verre. Et si une fois toutes les 1 ou 2 heures vous devez sortir, ça ne gâche pas tout, si ?

Écrit par : Kad | 07/12/2009

pouf! pouf!
Vous vous étonnez de cet effet collatéral de l'interdiction de fumer ?
Vous n'avez donc jamais remarqué que ce sont généralement des fumeuses et des fumeurs qui viennent prendre l'apéro, qu'ils sont généralement amateurs de bons vins, que ce sont eux qui consomment cognacs ou pousse-cafés après le repas... en fumant une cigarette ou - mieux ! - un bon cigare.
Vraiment jamais remarqué ?
Avec de rares non-fumeurs mâchouillant une assiette de crudités arrosée d'un verre d'eau du robinet, les bistros ne voient pas leurs chiffres d'affaires exploser... comme c'est étonnant !
Je l'ai déjà écit maintes fois: les interdictions de fumer voulues par ce bon docteur Rielle et consorts ne me gênent pas le moins du monde: elles me paient largement mon "vice" et la convivialité, je la vis désormais chez moi et/ou chez mes amis fumeuses/fumeurs.
C'est nettement moins cher et plus sympa !

:o)

Écrit par : Blondesen | 08/12/2009

@ Blondesen

Quel cliché !

Avec un peu plus de respect de la part de "certaines cheminées", on en serait jamais arrivé là ...

Avec l'interdiction de fumer, j'ai retrouvé le plaisir d'aller boire un verre ou passer une soirée dans un lieu public, sans avoir mal à la gorge et les habits qui puent la fumée froide.

Dans de nombreux pays, après un temps d'adaption la consommation n'a pas baissé dans les établissements publiques et dans bien des cas, elle a même augmenté.

Aux Etats-Unis, l'interdiction existe depuis bien longtemps ...

Écrit par : Clyde | 08/12/2009

"Avec l'interdiction de fumer, j'ai retrouvé le plaisir d'aller boire un verre ou passer une soirée dans un lieu public, sans avoir mal à la gorge et les habits qui puent la fumée froide."
J'ajouterai le plaisir, au restaurant, de savoir ce qu'il y a dans les assiettes de ses voisins sans avoir besoin de regarder. Mais ça, c'est un plaisir que les fumeurs ne peuvent pas comprendre, ils n'ont pas d'odorat !

Écrit par : Kad | 08/12/2009

Eh bien à vous lire, Clyde et Kad, il devrait y avoir des files d'attente de non-fumeurs devant les bistros.
Or ce n'est pas vraiment le cas.
Si la disparition des fumeurs n'explique pas la prochaine disparition de nombre de bistros, alors "on se perd en conjectures...", comme l'écrirait tout bon journaliste.

:o)

Écrit par : Blondesen | 08/12/2009

Je ne sais pas si les bistrots précédemment enfumés sont aussi vides de clients que de fumée. Par contre, pour ce qui est des bons restaurants que je fréquente, je ne constate aucune baisse de fréquentation. S'ils veulent attirer les non-fumeurs, les bistrots devront peut-être s'adapter, offrir de nouveaux services. Ceux qui n'y arriveront pas disparaîtront peut-être. Comme il y a tous les ans des faillites, ça sera leur tour... Et puis que vous fassiez partie des mauvaises têtes qui ont choisi de ne plus fréquenter les établissements publics, ça ne m'étonne pas. Par contre, je suis sûr que la grande majorité des fumeurs s'adapteront très vite...

Écrit par : Kad | 08/12/2009

Bonjour Kad,

"Vous avez besoin de fumer pour passer un bon moment Loredana ?"

Non, j'peux m'en passer. Mais j'aime bien décider quand j'ai envie de m'en griller une et comment. Or, mettons que je sois attablée dans un resto avec des amis et que sur 6 personnes, 4 fument. On demande aux deux non-fumeurs de nous excuser et on va s'en fumer une ? Et si j'ai pas envie au même moment que les autres ? Je reste et je sors plus tard. Bref, pas sympa ni pour les uns ni pour les autres.

Je ne remets pas en cause, pour autant, les votations à ce sujet. Et j'attends la suite ...

(o_o)

Écrit par : Loredana | 08/12/2009

Il ne s'agit pas de faire la "mauvaise tête", hé ! ho !
Aller au bistro avec mes amis fumeurs ne nous convient plus, car la nouvelle loi a créé un nouvel environnement qui ne nous convient plus. C'est pourtant simple à comprendre.
Nous choisissons donc de nouveaux environnements - privés - qui eux nous conviennent.
Je ne comprend cependant toujours pas pourquoi - avec env. 30 % de non-fumeurs intolérants, 30 % de fumeurs et 40 % d'indifférents, il n'était pas possible d'avoir des établissements "non fumeur" et "fumeur" comme en Espagne.
Encore une fois, je m'en tamponne le coquillard et si vous tenez absolument à cacher la merde au chat en refusant de comprendre - et d'admettre - que cette loi est une catastrophe pour les cafetiers-restaurateurs, eh bien ce n'est vraiment pas mon problème, mais le leur !

:o)

Écrit par : Blondesen | 08/12/2009

Poésie quand tu nous tiens ...

Écrit par : robert le plouc | 08/12/2009

Merci pour cet article bien rédigé.

Pour répondre à certains commentaires, difficile d'estimer vraiment l'impact de cette loi sur les chiffres d'affaires… Je n'ai pas observé de grand changement chez mes amis fumeurs. (C'est de toute manière dommage de fumer en buvant ou en mangeant, ça tue le goût. On peut très bien s'en griller une après : pour moi, c'est toujours après les verres ou les repas.)

Par contre, ce qui est sûr, c'est que c'est beaucoup plus agréable
– pour les employés des cafés/restaurants
– pour les familles : si vous vous êtes déjà promené en ville avec une poussette du temps où on pouvait fumer, vous aurez constaté qu'on pouvait chercher longtemps pour trouver un endroit qui ne pas complètement enfumé.

Écrit par : Alfred | 08/12/2009

Les commentaires sont fermés.