24/10/2009

Le problème ce n'est pas l'affiche, c'est l'initiative !

J'ai bien hésité à participer à cette vague d'indignation contre l'affiche de l'UDC, car en parler c'est en faire la publicité ! Et les interdire comme l'ont fait de nombreuses communes, c'est paradoxalement offrir une tribune inespérée aux défenseurs de l'initiative. D'ailleurs, je me demande quelle base légale permet à ces communes de bafouer un droit politique basique à un groupement, celui de défendre ses positions politiques. Car finalement, qu'est-ce qu'on attendait d'autre ? Des affiches bien gentillettes qui exposent de manière posée les arguments des initiants ? Et bien croire cela est parfaitement absurde. Car l'initiative contre les minarets est une initiative haineuse ! Et on ne peut pas défendre une initiative haineuse avec autre chose que des affiches haineuses !

Car le problème finalement, ça n'est pas de savoir si l'affiche du comité d'initiative est haineuse. Mais le vrai problème c'est de comprendre pourquoi l'Assemblée Fédérale a accepté qu'une initiative allant clairement à l'encontre des valeurs constitutionnelles de notre société aille en votation ! Et aussi pourquoi le Tribunal Fédéral n'a pas invalidé la décision de l'Assemblée Fédérale. La liberté religieuses est un fondement constitutionnel. Le respect des minorités aussi. Alors accepter d'envoyer tout le peuple voter sur cette initiative, c'est nier les fondements de notre société ! C'est accepter de prendre le risque que le peuple accepte une initiative contraire aux droits de l'Homme.

Et finalement, c'est là que réside le problème. Si cette initiative passait, elle ne pourrait qu'être déclarée illégale. Si ça ne devait pas être par le Tribunal Fédéral, ça le serait forcément par la Cour Européenne des Droits de l'Homme à laquelle le Tribunal Fédéral est assujetti. Alors pourquoi déplacer toute la population pour voter sur une interdiction qui n'entrera jamais en vigueur ? Si vous avez l'intention de voter pour cette initiative, je vous l'annonce donc : jamais les minarets ne seront interdits en Suisse ! Pas tant que la Suisse est signataire de la Convention Européenne des Droits de l'Homme en tout cas ! Ceux qui vous font croire que votre voix à la moindre valeur vous ont menti ! Dans quel but ? J'avoue que je ne le comprends pas...

Bon et finalement, ces histoires d'affiches sont parfaitement idiotes. Je suis certain que la population de ce pays est suffisamment mature pour ne pas se forger son opinion sur une image aussi haineuse soit-elle. Et s'il faut lutter contre cette affiche, ça doit être avec une attitude positive et constructive. En proposant des contre-arguments à l'image de la Coordination Genevoise contre l'Exclusion et la Xénophobie qui propose cette excellente affiche : (cliquez dessus pour agrandir)

affiche contre initiative minarets.jpg

Commentaires

"Car le problème finalement, ça n'est pas de savoir si l'affiche du comité d'initiative est haineuse. Mais le vrai problème c'est de comprendre pourquoi l'assemblée Fédérale a accepté qu'une initiative allant clairement à l'encontre des valeurs constitutionnelles de notre société aille en votation ! Et aussi pourquoi le Tribunal Fédéral n'a pas invalidé la décision de l'assemblée Fédérale. La liberté religieuses est un fondement constitutionnel."

C'est que l'initiative vise les minarets et non la liberté de culte pour les musulmans.Même les musulmans considèrent le minaret comme non indispensable pour leurs pratiques de la religions.

Mais voilà,les initiants en se prenant aux minarets pour combattre l'extrémisme religieux se trompent de cible.Minarets ou pas,les islamistes restent des islamistes.Interdire les clochers,ne va pas empêcher les curés pédophiles de s'en prendre aux enfants.

La formation des imams par l'état serait plus judicieux,sachant que des mosquées comme à Genève sont financées par l'Arabie Saoudite,cela éviterait les dérapages et d'arriver à celui qui paye commande.

Pour moi,c'est aussi non à l'initiative.

D.J

Écrit par : D.J | 24/10/2009

"C'est que l'initiative vise les minarets et non la liberté de culte pour les musulmans.Même les musulmans considèrent le minaret comme non indispensable pour leurs pratiques de la religions."

D'accord, mais je doute que la cour des Droits de l'Homme fasse le même jugement. A partir du moment où on créé une loi qui ne s'adresse qu'à une seule communauté, ça s'appelle de l'exclusion. Ca passerait bien mieux si la loi avait été formulée autrement. Par exemple : "Tout édifice ostentatoire ne correspondant pas à la tradition architecturale suisse est interdit" Encore qu'il aurait fallu dans ce cas définir ce qui est ostentatoire et ce qui est de tradition architecturale suisse. On se retrouverait devant un bel imbroglio judiciaire. Mais disons en tout cas qu'un tel texte aurait exclu les minarets sans pour autant s'attaquer exclusivement aux musulmans.

Écrit par : Kad | 25/10/2009

Les commentaires sont fermés.