29/09/2009

Le CO2, ce grand incompris

Comme j'en ai assez de lire ces confusions classiques qui sont faites, (jusque dans "Home", le film de Yann Arthus-Bertrand !) je tiens à rétablir la vérité. Dire que le CO2 est une pollution montre une méconnaissance grave de la chimie de la vie ! Il faut savoir que si la vie est apparue sur notre planète, c'est parce que son atmosphère originelle était saturée de CO2 ! Si la vie continue à exister aujourd'hui, c'est parce qu'il y reste du CO2 ! Sans CO2, il n'y a pas de vie sur Terre ! C'est une histoire qui remonte à une époque où les premières cellules végétales ont appris la photosynthèse pour briser la molécule de gaz carbonique et récupérer le carbone, élément si indispensable à la vie. L'oxygène, qui ne leur servait à rien, était alors simplement relâché dans l'atmosphère. C'est ainsi que notre atmosphère a lentement été modifiée, le CO2 étant peu à peu remplacé par l'oxygène. Lorsque le taux de CO2 est devenu très faible, la vie aurait donc pu disparaître.

Mais c'est là que le second miracle s'est produit. La cellule animale a fait son apparition. Elle avait la particularité de tirer son carbone d'autres formes vivantes, (végétales ou animales) et ainsi pouvoir se passer de CO2. Mieux, lorsqu'elles brûlent ce carbone avec de l'oxygène de l'air pour en tirer son énergie vitale, les cellules animales produisent du CO2, qu'elles rejettent ensuite ! Et c'est ainsi qu'un équilibre, qu'une symbiose parfaite est apparue : les plantes produisent de l'oxygène à partir du CO2 dont elles assimilent le carbone. Les animaux absorbent l'oxygène créé et mangent les plantes (ou d'autres animaux) pour en récupérer le carbone. Après consommation du carbone, ils rejettent le CO2 pour le plus grand bonheur des plantes !

CO2.pngMais qu'en est-il du CO2 relâché par l'homme, non pas par sa respiration, mais par son activité industrielle ? Et bien, d'un point de vue chimique, il est produit plus ou moins par la même méthode. Par consomption du carbone à l'aide de l'oxygène de l'air. La différence par contre, c'est qu'on ne se sert pas d'un carburant vivant, mais d'un carburant mort depuis des millions d'années. Le pétrole et le charbon ont été des formes de vie bien avant que leurs restes se retrouvent enterrés sous des couches de centaines de mètres de roche. C'est la pression de cette roche qui a transformé ces restes vivants en carburants si recherchés par nos contemporains. Donc en produisant du CO2 à partir de ce carbone enterré, on ne fait finalement que réintroduire dans le biotope du carbone qui en avait disparu depuis longtemps.

L'effet positif, c'est que l'augmentation du taux de CO2 dans l'atmosphère aide à la pousse des plantes. C'est ainsi que les arbres croissent aujourd'hui plus vite qu'à la fin du 19ème siècle. De ce point de vue, on peut considérer le CO2 dû à l'activité humaine comme  plutôt bénéfique. Alors que lui reproche-t-on ? Et bien le CO2 a une autre particularité : c'est un gaz à effet de serre. Sans rentrer dans les détails, cela signifie qu'il participe à un phénomène qui permet à notre atmosphère d'être bien plus chaude que le froid de l'espace. Mais il n'est pas le seul. La vapeur d'eau, présente en beaucoup plus grandes quantités, a un effet bien plus important. On l'a tous expérimenté. Dans une atmosphère très humide, par exemple dans les pays tropicaux, la température monte beaucoup sous l'effet du soleil le jour et peine à redescendre la nuit. Par contre, dans les déserts où l'humidité est beaucoup plus faible, il peut faire très froid la nuit.

Ce qu'on considère comme un effet dévastateur c'est donc l'augmentation de cet effet de serre dû à l'augmentation du taux de CO2. On pense qu'en augmentant le taux de CO2 de manière artificielle, on va provoquer une augmentation exponentielle de la température au niveau du sol. Mais certains climatologues en doutent fortement, contrairement aux affirmations des gouvernements. Ils pensent que l'effet de serre dû au CO2 a été largement sur-évalué par les modélistes et qu'en réalité l'augmentation de température du prochain siècle restera tout à fait contrôlable. Le débat restera ouvert au moins une bonne décennie encore.

Conclusion : il faut cesser de parler de pollution lorsqu'on parle de CO2. C'est un gaz inerte, qui est même essentiel à la chimie de la vie. Il ne provoque pas de cancer, ni de crise d'asthme, ni de mutations génétiques. Pour qu'il rende l'atmosphère irrespirable, il faudrait que son taux monte tellement, qu'il ferait chuter le taux d'oxygène, faisant ainsi ressembler l'atmosphère à sa version archaïque, où la vie animale ne pourrait pas exister. Et je rassure tout le monde : on en est très loin...

 

 

21:19 Publié dans Science | Tags : co2 | Lien permanent | Commentaires (16)

Commentaires

Dire que le débat est ouvert et que "certains climatologues" en doutent fortement mérite des détails, des sources, des preuves.

Car il n'existe aujourd'hui, au sein de la communauté scientifique plus aucun doute sérieux sur la responsabilité de l'homme dans le réchauffement climatique et dans l'urgence qu'il y a à agir.

Il n'y a plus que des lobbies économiques véreux, des politiques vaseux et des internautes dopés à des sites pseudo-sceptiques amateurs pour répandre encore ces mensonges, qui ne font que retarder l'action, pourtant urgente et nécessaire.

Écrit par : Sandro Minimo | 29/09/2009

@Sandro: vous vous trompez. Faites une petite recherche sur internet et vous trouverez PLEIN de sources sérieuses qui contestent la pensée unique du moment.

Le gaz à effet de serre le plus important est la vapeur d'eau.

Le CO2 est plus lourd que l'air, il faudrait donc que l'on nous explique comment il peut se retrouver dans les hautes couches de l'atmosphère.

Seuls les petits glaciers reculent, les grands glaciers s'épaississent, même au Groeland.

"Il n'y a plus que des lobbies économiques véreux, des politiques vaseux et des internautes dopés à des sites pseudo-sceptiques amateurs pour répandre encore ces mensonges" comme vous le dites si bien...sauf que c'est vrai pour la raison inverse de celle que vous évoquez.

Faut pas avoir peur de penser librement, et il faut prendre le temps de se renseigner objectivement. Faites-le, vous serez surpris.

L.

Écrit par : légensontétranges | 29/09/2009

PLEIN de ressources SERIEUSES? Ah bon? Vraiment? J'attends des références. Et pas les éternels sites amateurs fabriqués en deux trois soirées par des fans de bagnole ou des ultra-libéraux qui pensent qu'on va s'en prendre à ce qu'ils ont de plus cher et qui se montent la tête pour contester une réalité qui fait consensus.

On trouvera toujours un scientifique pour aller à contre-courant, mais aujourd'hui des milliers de scientifiques sont arrivés à la conclusion que l'homme est responsable à 90% du réchauffement actuel. 90%.

NONANTE POURCENT.

Les glaciers fondent. OUI. Massivement. Et partout ou presque. On trouvera toujours des exceptions, mais la tendance est absolument claire.

Toutes ces idioties de pseudo-sceptiques ne sont que des moyens de retarder l'action pourtant urgente. Il restera toujours un doute. Etes-vous prêt à risquer la survie de l'humanité pour 10% d'incertitude?

DIX POURCENT.

Écrit par : Sandro Minimo | 29/09/2009

Vos sources mériteraient d'être citées également. Vos assertions n'ont rien de scientifique et semblent sorties des people magazine...

Cessez cette psychose, renseignez-vous et arrêtez de raconter de telles âneries!

Hausse de température PROUVEE depuis 1 siècle. 0,7 degré. Hausse des océans? 150m en 10 000 ans, depuis la dernière glaciation...

Les pierres du Niton ont été déposées dans le lac par le glacier du Rhône, qui remplissait l'ensemble du Léman il y a seulement 10 000 environ....ça fait un sacré recul!

La plupart des glaciers alpins ont connu des avancées (oui, des AVANCEES) dans les années 80, et de grandes avancées pendant le Petit Age Glaciaire, donc arrêtez de faire croire que le monde était stable jusqu'à aujourd'hui! Vous vous faites manipuler!

Voici une des nombreuses références concernant par exemple les glaciers:

http://virtedit.online.fr/article.html
http://www.wikiberal.org/wiki/Robert_Vivian

Prenez le temps de lire des articles allant dans les DEUX sens!

Meilleures salutations à Sandro et à Kad bien sûr!

L.

Écrit par : légensontétranges | 29/09/2009

Vous voulez des noms en voici :

http://www.heartland.org/events/NewYork09/speakers.html

Ce ne sont pas tous des idiots congénitaux comme vous les décrivez. En particulier Richard Lindzen du MIT est une des sommités mondiales du domaine. Tiens je vous laisse lire son pédigrée, il est très impressionnant.

http://en.wikipedia.org/wiki/Richard_Lindzen

Très peu de vos scientifiques du GIEC arrivent seulement à sa cheville. Il en a d'ailleurs fait partie, mais l'a quitté pour suivre sa propre voie.

Et aussi la conférence suivante :

http://www.heartland.org/events/WashingtonDC09/speakers.html

Il vous en faut d'autres ? Ben c'est facile, je vous laisse faire le tri parmi ceux-ci :

http://www.petitionproject.org/signers_by_last_name.php

Non ils ne sont pas tous climatologues. Mais il y a tout de même 32000 Américains qui ont signé cette pétition, et tous les signataires doivent avoir au minimum "BS, MS, or PhD degrees in science, engineering, or related disciplines.", c'est-à-dire qu'ils doivent avoir des connaissances étendues en sciences ou en ingénierie ! Maintenant, vous pourrez sans doute prouver que ces 32000 personnes sont toutes des demeurées. Alors je vous souhaite bien du courage pour faire des recherches sur chacune d'entre elles !

Écrit par : Kad | 30/09/2009

Kad, je vois qu'on est tout à fait d'accord sur ce point!
En fait, cela fait des années que je collectionne des références sur le réchauffement, surprise, lorsque la théorie est "sortie" fin des années 80, que personne ne semble se souvenir du "Little Ice Age" que j'avais étudié pour des raisons personnelles bien avant qu'on nous serine "Le Changement Climatique", et je me demandais pourquoi on manipulait le bon peuple pareillement via les médias:

Ce qui était une théorie est devenue une "pensée unique" dont on ne peut même plus discuter sans passer pour un "mauvais", etc.

Alors, non, Sandro, je ne défends pas la voiture à tout venant. J'aime la nature, et crois au combat contre la pollution, et ce, depuis longtemps. Mais cette histoire de réchauffement induit par l'homme est une vaste manipulation, relayée par les médias, et sans réel fondement scientifique.

Sandro: le CO2 est PLUS LOURD QUE L'AIR! Il retombe. C'est con mais c'est comme ça. C'est pour cela qu'on s'asphyxie dans les puits, par exemple...il ne peut donc pas "monter" pour former un effet de serre. Les nuages montent pour un temps, par exemple, mais il finit toujours par pleuvoir, l'eau étant plus lourde que l'air....

Et bien le CO2, c'est pareil. Il redescend. On peut le stocker dans des puits (des puits physiques, des grottes, etc) et il ne remonte pas!

Bon, il est tard, good night et à demain, je n'en doute point, pour quelques références de plus....

Écrit par : légensontétranges | 30/09/2009

Et au fait, ça n'était pas le sujet principal de ce billet, tout ce que je voulais démontrer, c'est qu'il est faux de dire que le CO2 est une pollution. C'est au pire le responsable du réchauffement du 20ème siècle. Mais en aucun cas un gaz dangereux comme les particules fines, le monoxyde de carbone, l'ozone ou encore les oxydes d'azote. Et pourquoi la plupart des gens croient ça ? Simple, il n'y a qu'à voir le genre d'images qu'on montre lorsqu'on veut parler du CO2...

http://www.lejdd.fr/Ecologie/Actualite/Champions-des-rejets-de-CO2-91922/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rejets_de_CO2

Bref, on confond allègrement le smog, les poussières fines avec le CO2. Mais voilà, montrer des rejets de CO2, ça n'est pas aussi impressionnant. Le CO2 est incolore et inodore !

Écrit par : Kad | 30/09/2009

Il y a autre chose concernant l'accusation du CO2 concernant le climat:
Kad
Cette théorie(l'épouvantail du CO2) commence à être utilisée afin de produire l'électricité via le nucléaire, et là, cela devient beaucoup plus dangereux:car les déchets nucléaires, personne n'a encore trouvé quoi en faire, et ils sont un VRAI danger pour les générations futures.
Je ne comprends pas encore quels sont les enjeux (argent, sûrement) pour toutes ces manipulations d'opinions, mais c'est vachement grave.

Comme le dit Kad, il y a de vraies sources de pollution qu'il faut combattre, et à force de faire peur avec le CO2, on détourne l'attention sur d'autres problèmes qui coûteraient plus cher aux entreprises aujourd'hui.
Lucy

Écrit par : Lucy | 30/09/2009

Vous prêchez un converti Lucy. Je suis profondément anti-nucléaire et j'aimerais qu'on se débarrasse de cette source d'énergie le plus vite possible, c'est-à-dire dans les vingt prochaines années. Quitte à utiliser temporairement des sources d'énergie telles que le gaz, en attendant que les sources d'énergie propres du futur soient prêtes. (voire faire le forcing pour que ces dernières soient prêtes à temps) Mais on n'en prend vraiment pas le chemin. Tous les pays industrialisés, y compris la Suisse, relancent leurs programmes nucléaires en ce moment et le lobby du nucléaire n'a jamais été aussi fort. Et cette force, c'est le changement climatique qui le lui donne. Si nous construisons aujourd'hui des nouvelles centrales, c'est pour cinquante ans qu'on se lance dans cette voie. Je trouve ça intolérable. Mais j'ai bien peur que ce que j'en pense n'y change pas grand chose...

Écrit par : Kad | 30/09/2009

Merci pour ce billet et les commentaires, très instructifs. @légensontétranges: est-il vrai qu'en l'an mille, bien avant le "Little Ice Age", on passait à pied de Zermatt en Italie?

Écrit par : Nathalie Chaix | 30/09/2009

Je peux déjà vous répondre partiellement. Je ne suis pas sûr qu'on pouvait passer les barrières des Alpes à pied, mais ce que je sais, c'est que le recul récent d'un glacier à mis à jour une voie romaine. Ainsi, il semble clair que ça n'est pas la première fois dans l'histoire des Alpes, récente sur le plan géologique, que les glaciers reculent autant.

Et si on remonte encore 10000 ans auparavant, Genève était entièrement recouverte par le glacier du Rhône, aujourd'hui réduit à une très courte langue de glace. Les glaciers sont vivants, avancent et reculent au gré des changements climatiques. Pour le tourisme, le recul d'un glacier peut être catastrophique. Mais pour le reste, recul ne veut pas dire disparition.

Écrit par : Kad | 01/10/2009

Merci

Écrit par : Nathalie Chaix | 01/10/2009

Exact Kad. Et il y a 10'000 ans on passait la manche a pied.

Si on regarde les cycles paeloclimatique de 400'000 ans personne ne peut-serieusement dire qu'on est aujourd'hui dans une situation exceptionnel ou un trend jamais vu.

C'est pas une raison pour deforester jusqu'au dernier arbre, et c'est pas non plus une raison pour souscrire a la dictature vert sur menace d'apocalypse.

Écrit par : Eastwood | 01/10/2009

Inutile d'argumenter en faveur d'une ou l'autre "option". Les modifications climatiques sont la règle sur la planète. Qu'importe (?) la ou les raisons de ces changements à répétition.

En revanche, et cela change considérablement la donne, la population des humains de la planète a considérablement augmenté depuis les grandes glaciations, et même depuis la fin du "petit âge glaciaire" vers 1860. De 1 milliard aux alentours de 1810, nous en sommes aujourd'hui a plus de 7 milliards d'humains. Et quelques milliards de plus dans un demi-siècle.

Les conséquences des modifications climatiques, que personne ne nie si j'ai bien compris, seront alors d'un tout autre ordre de ce qu'elles furent il y a plus de 10'000 ans.

Qu'importe les fantasmes (ou pas) sur les coupables éventuels de ce changement les problèmes à venir sont eux bien réels. "La société contemporaine dispose d’une perspective temporelle incommensurablement plus profonde que toutes les sociétés du passé, avec les quinze milliards d’années de la cosmologie. Et pourtant elle lie son activité à l’instantanéité de la Bourse. Elle prône la croissance (et c’est là sa contradiction majeure, son « péché mortel ») infinie dans un monde fini"

Écrit par : Azrael | 01/10/2009

Azrael, ce n'est pas le sujet de ce billet, mais je suis d'accord de dévier un peu.

Ces théories concernant la croissance allant obligatoirement dans le mur sont bien connues. Mais elles ne sont pas nécessairement justes. Tout d'abord, compte tenu de l'inflation, une légère croissance du PIB correspond à une stagnation de la quantité de richesses en circulation.

Ensuite, la croissance peut avoir plusieurs visages. Ce qui a provoqué une catastrophe ces dernières années, c'est que la croissance a été purement artificielle. On a fait gonfler un capital ne reposant sur aucune richesse réelle. On voit bien là la limite du système capitaliste: la cupidité de l'être humain. Cela montre en tout cas clairement qu'on ne peut pas laisser un système capitaliste exister sans encadrement. Mais je ne pense pas qu'il faut jeter le bébé avec l'eau du bain.

Ensuite, on oublie souvent de dire que la croissance n'est pas nécessairement quantitative. Elle peut aussi être qualitative. Il suffit pour comprendre cela de comparer un pays comme l'Inde avec le nôtre. A bien des égards, la nature est bien mieux lotie dans notre pays que dans le leur. Et pourtant notre PIB par tête d'habitant est infiniment plus élevé que le leur.

En développant par exemple les énergies de substitution, on créé de la croissance. Pourtant le résultat final est une diminution de l'impact global de l'être humain sur l'environnement. Toute la question est donc de placer l'argent où il faut ! C'est juste une question de volonté politique. Moyennant une plus grande intervention de l'Etat dans certains domaines, le système capitaliste peut rendre le Monde plus prospère tout en protégeant la planète. Je ne pense pas qu'aucun autre système ne puisse réaliser cela.

Écrit par : Kad | 01/10/2009

[b][u]Selon les propres chiffres du GIEC (rapport 2007):[/u][/b]
l'eau (vapeur d'eau et nuages) compte pour 72% de l'effet de serre global (silence Média ?!)
et le CO2 avec les autres gaz, pour 28%.

Première constatation: l'homme n'a aucune action sur l'eau (Océans) et ses 72% d'impact sur l'effet de serre global.
Reste 28% de diff. gaz (Méthane/CH4 14%, NO2 8%, autres gaz 1%, CO2 77%).
Ce qui veut dire que le CO2 au total représente le 22% de l'effet de serre global.
Mais l'homme n'est pas responsable des 22%. Le rapport est le suivant (source NASA/GIEC)

Rejets de CO2 en %

[u]La Nature:[/u] [u] L'Homme[/u][/u]
Océans: 38,87 % Industrie: 2,35%
Sol: 25,91% Agriculture/Ruminants: 0,41%
Resp animale/plantes 25,91% Util des terres 0,65%
Dégagements volcaniques 5,95%

Total Nature ~97% Total de l'activité humaine ~3%

L'homme rejette donc seulement 3% du CO2 total présent dans l'atmosphère.
De plus il faut savoir qu'en gros la moitié de ces 3% de CO2 est absorbée par le sol, les océans, les plantes,
et que seul le reste (1,5%) va dans l'atmosphère, car le CO2 est un gaz plus lourd que l'air, 1,5x plus lourd (poids moléculaire du CO2=44). Et il ne reste pas indéfiniment dans l'atmosphère, avec le temps il est absorbé, mais je ne sais pas la durée.

Donc 1,5% du CO2 présent dans l'atmosphère est d'origine humaine, et 1,5% de ce 22% participe
à l'effet de serre, soit 0,33%... (silence Media)

L'HOMME EST RESPONSABLE DE 0,33% DU CO2 REJETÉ DANS L'ATMOSPHÈRE. (PLOUF ! fait le pavé dans la mare)

Où je veux en venir ?
De tous temps, les pouvoirs politiques et religieux on toujours créé et diabolisé quelque chose pour mieux gouverner et instaurer leur solutions.
Ce matin en regardant le journal, on nous dit que les gaz polluants (le CO2) rejetés à Copenhague représentent
le rejet de 600'000 Éthiopiens afin de nous culpabiliser au sujet du CO2. Au journal de 13H on nous donne carrément l'impact du CO2 par français. (Tous coupables !) On est coupable du réchauffement climatique qui est
un phénomène naturel. Au moyen-age il faisait beaucoup plus chaud que maintenant avec 23x plus de CO2 (et pourtant il n'y avait pas de voitures) et à l'époque égyptienne encore plus chaud qu'au moyen-age. Le réchauffement est dû en partie aux taches solaires (je peux donner l'explication à ceux que ça intéresse).Savez-vous par exemple que tout notre système solaire se réchauffe (sur Mars les calottes glacières
on diminué de 3m, sur Pluton la température à triplé. (Silence Média) PS: On en a parlé à Copenhague.
Lorsque vous prenez les courbes de températures SIÈCLE PAR SIÈCLE et non par 10aines de milliers d'années,
on constate que QUAND LA TEMPÉRATURE AUGMENTE LE CO2 AUGMENTE[u] APRÈS[/u] le CO2 est toujours décalé (en moyenne). Al Gore dans son film a dit l'inverse . A noter que Al Gore est actionnaire d'une société qui va gérer la future TAXE CARBONE dans le monde,société financée par Goldman Sachs et JP Morgan. Bonne affaire.
Notez aussi qu'il était vice président des USA lors de leur refus de Kyoto. (Bizarre)

Le but cette manœuvre politico-médiatique est de nous faire accepter cette TAXE CARBONE en jouant sur la peur
répétitive et sur le sentiment de culpabilité.
Ils diabolisent le CO2 en nous fixant l'attention dessus afin de polluer discrètement.

Savez-vous par exemple que dans le CODEX ALIMENTARIUS (règles alimentaires régies par l'OMS) on a réintroduit
180 pesticides interdits jusqu'à présent et tout ceci rentre en vigueur en janvier 2010 !! (Silence Média.) Mon estomac se réjouit.
Savez-vous par exemple que certaines voitures qui émettent peu de CO2 polluent plus que certaines qui en émettent beaucoup ( la liste était parue sur un journal auto et sur France Info) Depuis, silence radio.
Etc...

Je suis un ancien scientifique et un écologiste engagé avec les yeux ouverts et sans visières.
Je suis sidéré de l'ignorance et du manque de sens critique des gens. Si on leur disait que les grenouilles
étaient responsables du réchauffement, il n'y aurait plus de cuisses dans nos restos. Avec tous les moutons qu'il
y a sur cette terre on pourrait faire un pull jusqu'au soleil.

Je préfère parler de pollution que de réchauffement climatique (même s'il a lieu)

La solution est simple, il faut revenir à des économies locales, il faut passer d'un système quantitatif à un système qualitatif. (le rêve de l'industriel est que vous lui achetiez un produit le lundi, que ce produit se casse le mardi, et que le mercredi vous lui rachetiez le même produit fabriqué de l'autre côté de la terre avec son coût en pétrole pour le faire revenir chez nous). Parlez de ça au dé-localisateurs.

Si tout le monde n'achetait plus rien, ou d'une manière moins radicale, achetais plus intelligemment, tout le système s'écroulerait. Et il y aurais surtout moins de pollution
Ai-je besoin de 20 paires de chaussures, de 15 pantalons, du dernier téléphone, etc...
N'oubliez pas que chaque objet à son coût en pétrole.
Savez-vous que Nike ne fabrique rien et fait travailler en sous-traitance des gens (enfants) de l'autre côté de la terre pour faire revenir leur chaussures chez nous avec leur coût en pétrole. Mais ça à Copenhague on en parle pas.
Pour ma part c'est ce que j'applique depuis 10 ans, j'achète très peu et je vis très heureux car j'ai réussi à me contenter de ce que j'ai. Un bon footing, une soirée entre amis ou une promenade avec mes chiens me rend plus heureux que le dernier Aïïe-pod. Préférez une vie associative que matérialiste.
J'ai banni toute forme de publicité, le journal de 13/20H et les émissions abrutissantes. Pour la télé il ne reste plus grand chose. Et profitez d'internet pendant qu'il n'est pas trop censuré.

Pour en revenir au CO2 je vous demande d'être plus critiques et de penser par vous mêmes.

Phrase du jour:

CHAQUE JOUR JE LAVE MON CERVEAU EN REGARDANT LA TÉLÉ.

Écrit par : chun | 15/12/2009

Les commentaires sont fermés.