14/08/2009

Nostalgie du métro automatique léger

Rapellez-vous. Ca ne fait pas si longtemps. En 1993, suite au plébicite des transports publique par le peuple, le Grand Conseil avait voté favorablement à la construction d'un métro de type VAL, automatique et léger, entre St-Genis et Annemasse. Ce métro aurait dû être l'épine dorsale de notre réseau de transports publiques. Mais 5 ans plus tard, le nouveau Grand Conseil mettait fin abruptement à ce projet. (voir ici) Pour des raisons de coût, les Genevois ont choisi l'autocensure et ont décidé qu'ils étaient trop petits pour s'offrir un tel luxe. Et pourtant une ville telle que Lille, bien moins riche que Genève, avait déjà sauté le pas. Et quelques années plus tard, les voisins lémaniques de la capitale vaudoise ne faisaient pas autant de chichis et ont décidé vaillament de se lancer dans la construction de leur propre métro. Et le succès est finalement au rendez-vous, prouvant clairement l'erreur commise par nos élus genevois.

Lille_VAL_208.jpg

Ils ont alors décidé de remplacer "avantageusement" ce magnifique projet par l'extension du réseau de trams. Il faut reconnaître que le tram est très efficace sur de petites distances. Il permet de relier des arrêts plus nombreux que le métro et avec une plus grande vitesse moyenne que le bus. Toutefois, quand il s'agit de plus longues distances, la vitesse commerciale beaucoup plus élevée du métro le rend bien plus intéressant. Il suffit de se rendre à Paris pour s'en apercevoir. Il n'y a pas un point de la ville qui ne puisse pas être relié en moins d'une demi-heure. Et cela malgré la taille de la ville qui n'a rien à voir avec celle de Genève.

Donc choisir de remplacer le métro par un tram en direction de St-Genis, c'était bel et bien un renoncement à des transports publics vraiment efficaces. Et en plus, en réduisant systématiquement la capacité des pénétrantes, on ne parvient même pas à obtenir l'effet escompté, c'est à dire à transférer les pendulaires du trafic privé vers le tram. Tout ce qu'on arrive à produire, c'est un chaos chaque jour grandissant !

Quant à l'argument du coût, il ne tient que si on compare directement le tram avec le métro. Mais si on avait pris en considération le CEVA, dont la construction n'aurait pas été nécessaire si un métro circulait aujourd'hui sur l'axe St-Genis - Annemasse, il devient beaucoup moins évident que le métro aurait été à ce point hors de prix. Et au final, nous aurions une ligne efficace reliant le Pays de Gex et la Haute-Savoie, ce que le CEVA n'offrira pas. Quant au tram, ce qui le rend inefficace sur cette liaison, c'est la grande distance entre les deux pôles frontaliers.

Bref, nous ne referons pas l'histoire de notre canton. Désormais il est bien trop tard pour revenir en arrière. Nous devrons faire avec le réseau de trams. Le CEVA va en outre nous permettre de disposer d'un semblant de réseau de métros. Restera à l'étendre au Pays de Gex pour disposer d'un véritable réseau capable de drainer une grande partie des pendulaires. Quant au trafic individuel, auquel on a pris de larges espaces en ville, nous attendons de pied ferme qu'une traversée de la rade apporte une compensation permettant au trafic qui n'a rien à faire en ville de ne pas y entrer. Pas sûr en tout cas que tout cela coûte moins cher qu'un métro...

22:43 Publié dans Genève, Transports | Tags : val, genève, métro | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.