10/08/2009

Fusion PDC - PBD ?

Le Sonntagszeitung a émis hier l'hypothèse que le PDC et le PBD d'Evelyne Widmer-Schlumpf étaient en tractation afin de fusionner les 2 partis. (voir cet article) Christophe Darbellay a immédiatement nié l'existence d'un tel projet. Pourtant il me semble tellement logique et presque nécessaire que je ne vois pas pourquoi il n'en serait pas question. En effet la dissolussion des voix du centre-droit ne peut que profiter à leurs adversaires, UDC en tête. Et si le PDC pouvait récupérer les quelques voix du parti bourgeois, alors son deuxième siège au Conseil Fédéral ne pourrait pratiquement plus être contesté. Et surtout, le siège de la Conseillère Fédérale dont la popularité est la plus élevée pourrait être maintenu. Bien sûr, le jeu de chaises musicales étant ce qu'il est, quelqu'un devrait tout de même céder sa place à un UDC. Et si ça n'est pas Mme Widmer Schlumpf, ça ne pourrait être qu'un membre du PRL.

Voilà sans doute pourquoi on n'a pas choisi d'annoncer une telle fusion trop tôt. En tout cas pas maintenant, alors que le siège de Pascal Couchepin est disponible. Car la fusion du PDC et du PBD donnerait une totale légitimité à l'UDC pour réclamer ce siège vacant. L'annonce, si elle devait avoir lieu, ne sera faite que peu de temps avant le début de la campagne de 2011. C'est à dire au plus tôt vers la fin 2010. Car pas question de céder un second siège à l'UDC avant la fin de la législature. Et une éventuelle démission anticipée de Hans Rudolf Merz pourrait aussi remettre la décision à plus tard. Le meilleur plan finalement serait de tabler sur une démission de M. Merz pour la fin 2011 afin que ça soit les résultats des prochaines élections qui décident de la composition du futur Conseil Fédéral. On aurait ainsi 2 PDC-PBD presque assurés, 2 Socialistes et les 3 derniers sièges seraient partagés entre le PRL et l'UDC, avec probablement 2 UDC et 1 PRL. Ce dernier étant celui qui sera élu à l'automne. L'élection serait alors beaucoup moins tendue que la précédente...

Maintenant quel nom pourrait avoir le nouveau parti ? Le plus petit dénominateur commun entre les 2 partis semble être composé de "Parti" et de "Démocrate". Dès lors pourquoi ne pas imaginer que le PDC en profite pour perdre son étiquette chrétienne ? Il me semble que dans un état laïque, de plus en plus composé de confessions multiples, il serait bon que l'un des plus grands partis gouvernementaux abandonne son étiquette religieuse. Le parti saura-t-il sauter sur l'occasion ?

11:13 Publié dans Politique, Suisse | Tags : fusion, pdc, pbd | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.