08/08/2009

La réalité de la protection du loup en Suisse

Ainsi, une fois de plus une autorisation de tir a été accordée contre des loups en Valais, et cela juste après celle qui a été délivrée dans le canton de Lucerne. Pour rappel, cet animal est protégé par une convention européenne, dont la Suisse est signataire et qui place le loup dans la catégorie des espèces strictement protégées, la plus restrictive possible. Mais des règles ont été édictées pour permettre tout de même aux autorités de réguler la présence du loup.

En théorie, ces autorisations de tir devraient être hautement exceptionnelles ! Mais que voit-on en pratique ? Ces canidés sont systématiquement éliminés de nos montagnes ! C'est bien simple : à ma connaissance, aucun loup ayant séjourné dans notre pays n'a survécu à son court passage ! En fait de protection, la loi suisse est plutôt destinée à éliminer consciencieusement ces prédateurs ! Et cela est totalement scandaleux ! La Suisse ne respecte pas ses engagements et il est temps de dénoncer ces pratiques !

Tout d'abord, faire croire qu'une promiscuité entre troupeaux de moutons et loups est possible est un mensonge éhonté ! Et c'est bien cela qu'affirme la loi lorsqu'elle fixe une limite à quinze bêtes tuées pour que l'autorisation de tir puisse être accordée. Il est absolument évident que les loups tuent les moutons ! Tout le monde le sait ! Et ça n'est pas parce que les bergers affirment qu'ils n'ont pas à se protéger du loup parce que les montagnes leur appartiennent qu'il faut les écouter ! La Suisse a des responsabilités vis-à-vis des règlements internationaux et il est temps d'émettre des règles strictes en faveur de la protection du loup. Ces règles, très simples, sont les suivantes :

- Seuls les moutons protégés par des chiens et enfermés dans des enclos peuvent être remboursés à leur éleveur en cas d'attaque.
- Seules les attaques sur des moutons protégés par des chiens et enfermés dans des enclos peuvent être contabilisées pour déterminer la dangerosité d'un loup. Un loup tuant un animal d'élevage non protégé est à considérer comme un simple phénomène naturel.
- Le braconnage du loup est un crime passible de peines de prison.

Il est temps de cesser de protéger les intérets des bergers qui ne veulent que la destruction du loup. Laisser courir ses bêtes sans protection relève d'une volonté claire de discréditer le loup et de pousser à son abattage. Et on doit dès à présent faire comprendre aux autorités locales, en particulier les autorités valaisannes qui cherchent délibérément à exterminer le loup, que la protection de ce canidé est une priorité dans ce pays !

15:14 Publié dans Nature, Suisse | Tags : loup, protection | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Merci pour la fermeté de vos propos et la clarté de vos arguments!
Bon we à vous!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 08/08/2009

A croire que les autorités suisses qui ont été pour la réintroduction du loup et qui du coup veulent les abattres,ne savait pas que ce dernier ne bouffait pas des pâquerettes et de l'herbe.Non seulement le loup est un prédateur,mais en plus il n'est pas con.Il a bien compris que les moutons ou les chèvres sont des proies bien plus faciles à attraper.

On a l'impression que l'on introduit une espèce sans la connaître.ça serait comme réintroduire des chevaux sauvages pour ensuite les abattres parce que ça bouffe l'herbe des vaches.

De toute façon,elveurs,paysans ou agriculteurs,se vantent d'être les gardiens du paysage tout en se plaignant que les trois quarts des espèces animales leurs sont nuisibles.

D.J

Écrit par : D.J | 08/08/2009

Personne n'introduit le loup. Il est revenu naturellement. Il fait donc partie de la faune locale ! Et quand la loi de protection a été adoptée, le loup était loin d'ici. Facile de protéger un animal qui ne vit pas chez vous. C'est différent quand il faut activement le protéger. Facile aussi de faire la morale aux pays du Sud quand on n'est pas fichu de faire sa part de la protection de la nature ici !

Écrit par : Kad | 08/08/2009

exactement Kad...
le plus minable , c'est que partout dans les pays limitrophes d'Europe, le loup est protégé...et on dédommage les éleveurs pour les dégats causés..et ils la coince tous ces primitifs...Mais en Suisse, on décide de l'abattre...c'eszt comme l'ourse "canelle", on l'a tué alors qu'elle vivait paisiblement jusqu'alors dans les montagnes...
le problème en Suisse est plus basique...il fait référence à un vieux démon d'un autre âge, ce même sentiment irrationnele et barabre qui a fait massacré tous nos grands prédateurs d'Europe Occidentale..Il ne reste que les Pyrénées pour trouver des ours de chez nous...le loup, c'est la même histoire...
et pourtant on leur donne du fric pour se la coincer...mais ils en veulent plus !!...ils veulent contrôler toute la montagne, qu'il n'y ait pas de zone dite "sauvage"...avec ces types, on transformerait nos montagne en jardins à la "française".....

Écrit par : MUR | 08/08/2009

Je précise tout de même que je n'en veux qu'aux irréductibles qui pensent qu'on doit abattre tous les loups pour protéger leur business. Je n'en veux pas à l'ensemble des bergers. Il n'est bien sûr pas agréable de retrouver son troupeau complètement massacré au matin. Et dernièrement un berger qui avait bien fait protéger ses bêtes a tout de même eu des moutons massacrés. Dans son cas, je compatis totalement. Le problème, c'est que ces seuls cas ne suffiraient jamais à prononcer une autorisation de tir, car ils sont trop isolés ! Le problème vient bien de tous les autres...

Écrit par : Kad | 08/08/2009

NOUS AUSSI kAD...PROBLèME,,,ILS SONT LA MAJORITé dans la montagne.....!! alors on fait comment ?.... déjà qu'ils nous coutent les yeux de la tête avec toutes les subventions qu'ils ramassent, en plus ils nous les brisent avec les animaux qui n'ont pas droit de vivre dans ces montagnes....
mais en fait, c'est nous les humains, qui sommes "invités" dans ces lieux...les animaux n'ont jamais eut d'autres lieux...
alors il serait temps d'arrêter d'écouter ces primitifs et d'imposer le choix de la majorité de la population (+de 80% des suisses sont pour le respect du loup dans son habitat naturel !).....
alors qu'ils se la ferme... et vive la démocratie !!

Écrit par : MUR | 09/08/2009

Sans aller trop loin, chacun sa place, et en tenant compte également des loups qui ne sont pas des "animaux de rente", pour reprendre la belle expression relative aux moutons.

http://accesnomade.blog.lemonde.fr/2009/08/10/perils-en-alpages/

Écrit par : Nomade | 10/08/2009

Bonjour a tous,
je lis avec grand interêt tous vos commentaires et moi aussi je me joint à vous pour crier scandale!!! et stop au massacre....

Mais je pense qu'il y a un temps pour la refflexion et un autre pour réagir, aujourd'hui réagissons!!! pendant que nous commentons nos loups se font traquer et massacrer, alors la question est; que pouvons nous faire concrêtement et légalement pour endiguer cette extinction de race dans nos montagnes?
Comment pouvons nous agir, y a t il une délégation ou une association active?comment puis je venir en aide?
merci de vos réponses.
Sergio

Écrit par : Gobbini | 19/08/2009

Je pense que l'association qui est en permanence au front en matière de protection de la faune sauvage, et en l'occurrence du loup, c'est le WWF. Je ne suis pas toujours d'accord avec les positons de cette association, mais dans ce cas je suis totalement au diapason :

http://www.wwf.ch/fr/newsservice/nouveautes/presse/?1202/WWF-Confeacutedeacuteration-et-cantons-preacutecipitent-ils-la-mort-du-loup

Écrit par : Kad | 19/08/2009

@MUR

"ce même sentiment irrationnele et barabre qui a fait massacré tous nos grands prédateurs d'Europe Occidentale."

Irrationnel, vous dites ? De nos jours, pour nous qui vivons sans craindre les prédateurs dans des milieux urbains, ça nous paraît peut-être irrationnel. Mais autrefois, pour des gens chez qui les hivers ramenaient des meutes de loups, et qui n'avaient même pas de pétoire pour se défendre, c'était irrationnel ? Relisez donc l'histoire de la Bête du Gévaudan, ou allez demander à des éleveurs Yakoutes, ils auront peut-être une autre conception de l'irrationnel que vous.

Écrit par : Spipou | 05/09/2010

Les commentaires sont fermés.