09/06/2009

Et si cet été les terrasses étaient réservées aux non-fumeurs ?

L'été passé, les fumeurs ont tellement envahi les terrasses, qu'il était souvent difficile de trouver de la place. Mais soit. Il faut bien avouer que c'était assez normal vu l'interdiction de fumer à l'intérieur. On l'avait donc accepté comme un effet secondaire de l'interdiction. Et cette interdiction, elle est salutaire pour nous autres non-fumeurs, qui ne voulons plus supporter la fumée des autres dans des locaux fermés.

Mais cet été la situation est différente. Les fumeurs semblent tellement s'accrocher à leurs privilèges qu'ils ont fait passer un référendum contre la loi d'application, ce qui a remis à plus tard son application, pourtant inéluctable. Alors Messieurs et Mesdames les fumeurs, si vous tenez tant à fumer à l'intérieur, allez-y ! Cet été, nous les non-fumeurs nous contenterons très bien des terrasses. Nous vous laissons tout l'intérieur des cafés-restaurants !

Et en septembre, nous allons donc revoter puisque vous nous y obligez. Et nous allons accepter cette loi. Puis, la loi entrera en vigueur. Et l'hiver prochain, vous aurez le choix entre vous abstenir ou aller fumer dehors, comme ça se fait dans de nombreux cantons et pays sans que personne n'ait rien à y redire ! Et alors, nous pourrons enfin respirer sans problème dans ces lieux publics tellement insupportables lorsqu'ils sont enfumés.

Fumeurs, sachez que nous n'avons rien de personnel contre vous. En tout cas pas moi. J'ai de nombreux amis fumeurs et je ne les juge pas d'après ce vice. Mais votre fumée, nous ne voulons plus la supporter car c'est une réelle nuisance. Nous n'accepterons plus de tousser tout un week-end après être sorti d'un lieu public trop enfumé. Nous n'accepterons plus de voir nos repas gâchés par des odeurs nauséabondes. Nous n'accepterons plus de recevoir en pleine poire la fumée d'un impoli à la table voisine. Nous n'accepterons plus de voir certains lieux publics nous être interdits pour éviter ces nuisances. Nous avons accepté pendant très longtemps de subir votre loi. Désormais c'est votre tour.

09:10 Publié dans Genève | Tags : fumée, genève | Lien permanent | Commentaires (12)

Commentaires

Fumer n'est pas chic

Écrit par : paco | 09/06/2009

Bonjour,

Et si cet été les ex-fumeurs nous fichaient la paix ???

Écrit par : Loredana | 09/06/2009

Mais bien sûr Loredana. Le jour où les fumeurs cesseront de fumer à l'intérieur, nous les laisserons tranquilles...

Écrit par : Kad | 09/06/2009

No problem !
Si l'interdiction passe cet automne, en 2010 nous nous retrouverons TOUS sur le trottoir, parce qu'il n'y aura plus de bistros: ils auront tous fermé !
Vous n'avez pas encore compris ?
Petit rappel: jusqu'à 80% de baisse du chiffres d'affaires pendant la brève (heureusement!) période d'interdiction l'année passée.
Et vous ne voulez donc pas comprendre qu'il devrait être possible d'avoir des bistros non-fumeurs ET fumeurs ?

:o)

Écrit par : Blondesen | 09/06/2009

Il va pleuvoir tout l'été!
Et moi je serai à l'intérieur!

:-)

Écrit par : Pascale | 09/06/2009

Dans aucun pays il y a eu diminution à long terme du chiffre d'affaire des bistros. Ces affirmations sont... fumeuses !

Les bistrots fumeurs et non-fumeurs, ça ne marche pas. Pour info, il n'a jamais été interdit de faire des cafés non-fumeurs. Et pourtant, presque aucun n'a été créé. Si certains bistrots sont restés non-fumeurs aujourd'hui, c'est uniquement parce que nous sommes en période transitoire. C'est l'interdiction qui changera les moeurs, puisqu'il n'y a pas d'autre moyen.

Quant à la limite à 80 m2, je me demande ce qu'en pense le patron d'un bistrot qui mesure 85 m2. A sa place, je créerais un vestibule de 5 m2. Et alors celui d'un bistrot de 90 m2 ? Ben puisque celui de 85 m2 a fait un vestibule de 5 m2, pourquoi ne pas en créer un de 10 m2 ? Et ainsi de suite... Et vous avez pensé aux bistrots qui sont trop grands pour rester fumeurs et dont le chiffre d'affaire ne permet pas d'installer des fumoirs ? Ceux-là, vous les condamnez bel et bien à mort...

Et pour finir, je n'accepte pas qu'on me dise qu'il y a des lieux publics qui me sont interdits. Vous acceptez bien d'éteindre vos clopes avant d'entrer dans un supermarché ou dans les locaux d'une administration, non ? Alors pourquoi ce qui se fait dans certains lieux partagés par les fumeurs et les non-fumeurs ne devrait pas se faire partout où votre fumée peut déranger ?

Écrit par : Kad | 09/06/2009

L'argument de la concurrence est un parfait contresens. Premièrement il faudrait savoir si l'interdiction n'entraîne aucune conséquence économique, ou si les fumeurs rapportent tellement en tant que clients qu'une ségrégation entre les établissements ferait péricliter le commerce des locaux non-fumeurs, secondement avez-vous pensé à tous ceux qui n'ont pas les moyens ou la possibilité d'aménager de terrasses et surtout à l'immense majorité qui n'aura jamais les moyens d'ouvrir un établissement privé (oui parce que c'est quand même bien privé, pas de financement de l'Etat à mon sens)? Pour donc ne condamner aucun établissement à mort, réglementons le tout, c'est-à-dire les surfaces, le capital investi, la sympathie de serveur-euses, la décoration... Vous comprenez aisément que les bistrots faisant partie d'un marché libre, interdire la concurrence est parfaitement ridicule.

"Alors pourquoi ce qui se fait dans certains lieux partagés par les fumeurs et les non-fumeurs ne devrait pas se faire partout où votre fumée peut déranger ?"

La grosse différence entre un supermarché et un bistrot est que le supermarché, tout le monde est obligé de s'y rendre pour s'alimenter, et qu'on n'y passe rarement des heures. Le bistrot est un lieu où personne n'est forcé de mettre les pieds, qui appartient purement et simplement à son tenancier, qui peut se réserver le droit dans le cas des clubs d'y autoriser ou non l'entrée d'untel ou untelle, ce qui marque profondément le caractère privé de ces établissements et replace l'église au milieu du village dans un contexte ou le terme de "public" commence à coloniser tout et n'importe quoi pour faire passer tout et n'importe quoi.

Et puis où mettre la limite? Les terrasses non fumeur (votre proposition), alors même que la terrasse est située en extérieur et que personne ne pourra empêcher quelqu'un de s'y poster à 1m avec sa clope, la rue dans ce cas peut-être, les abribus, les balcons, les appartements comme dans certains coins de la Californie?

Dans ce cas interdisons l'alcool (les personnes ivres parlent fort et ça dérange), les bébés, les "relous", les chiants, toutes personnes qui peuvent insupporter les autres et à plus ou moins long terme créer des dépressions nerveuses létales, des cancers mortels dus au stress, sans compter la perte pour les PME en terme de burning out...!

Il y a pleins de bars et restaurants qui sont aujourd'hui restés non fumeurs, il suffit de savoir faire son choix.

Écrit par : Audrey | 09/06/2009

Kad, allez donc voir les chiffres au Royaume-Uni et en France, si les chiffres genevois ne vous suffisent pas.
Nier cette évidence, c'est tout bonnement de la mauvaise foi.
De la mauvaise foi, sur le sujet de la fumée, il y en a eu et il y en a plus qu'assez: à commencer par le mythe de la "fumée passive létale", parfait exemple de mensonge d'Etat propagé par ce bon docteur Rielle et consorts.

:o)

Écrit par : Blondesen | 09/06/2009

Kad,

Si mes souvenirs sont exacts, lorsque l'interdiction était en vigueur, des commentaires, on ne peut plus hargneux, pleuvaient sur le fait qu'il fallait aussi interdire aux gens de fumer.... aux arrêts de bus (plein de mégots par terre... beurk !!, on a même eu droit à ce genre de photo dans la TG !!) ... aux balcons car ceux du dessus se prennent la fumée qui ... monte et ceux du dessous se ramassent les mégots dans leur jardins, ... à ceux qui font du lèche vitrine pour les mêmes raisons que ceux aux arrêts de bus, et cetera et cetera et cetera.

Je repose donc la question : Et si cet été les ex-fumeurs nous fichaient la paix ??


Cordialement

Écrit par : Loredana | 09/06/2009

Loredana : ces commentaires "hargneux", je peux vous garantir qu'il ne venaient pas de moi...

Sinon, mon billet est juste un coup de gueule. Pas une proposition ;) J'en ai juste marre que les terrasses soient pleines de fumeurs et que je sois obligé d'aller à l'intérieur pour manger, et bien sûr me prendre plein de fumée dans la figure pendant que je mange. (parce que malheureusement, il y a aussi des fumeurs à l'intérieur...)

Blondesen, on entend des chiffres contradictoires sur le sujet. Tout dépend ce qu'on veut prouver. De toute façon, il ne faut pas oublier que des faillites, il y en a sans arrêt. Pour l'année passée, j'aimerais bien qu'on compare ce qui est comparable. En été, il y a toujours une baisse d'activité à Genève. Et surtout : je trouve surprenant qu'on agite une pareille baisse de revenu, alors que tout s'est passé en été et que tout les fumeurs squattaient les terrasses. Manipulation ?

Écrit par : Kad | 09/06/2009

Ah et j'ai failli oublier : "De la mauvaise foi, sur le sujet de la fumée, il y en a eu et il y en a plus qu'assez: à commencer par le mythe de la "fumée passive létale", parfait exemple de mensonge d'Etat propagé par ce bon docteur Rielle et consorts."

Mouais. Enfin ce qui est sûr, c'est que la fumée passive n'a pas besoin de me tuer pour que j'en ai marre de la suporter. Dans quelques mois ça sera du passé. Et rien ne pourra changer ça.

Écrit par : Kad | 09/06/2009

Kad,

Ca a le goût d'une proposition, ça a l'odeur d'une proposition, ça a l'interrogation d'une proposition MAIS c'est qu'un coup de gueule ?

Si vous le dites, j'vous crois à moitié !

(~__o)

Écrit par : Loredana | 09/06/2009

Les commentaires sont fermés.