02/10/2017

L'affaire des glyphosates

Monsanto.PNG

* Image tirée du site officiel de Monsanto

Monsanto nourrit le monde. C'est ce que cette entreprise affirme depuis des années. Sur le papier, c'est une belle histoire. Monsanto s'implante dans les pays en voie de développement et apporte ses semences génétiquement modifiées pour aider ces pays à produire assez de nourriture pour tout le monde. Bref, comme sur le bandeau ci-dessus, Monsanto aide les plus pauvres à vivre.

Mais dans la réalité cela ne se passe pas vraiment comme ça. Pourquoi tant d'agriculteurs, en Inde par exemple, choisissent le suicide ? Le problème c'est que Monsanto arrive avec une solution clé en main, semences, pesticides, herbicides, et enferme les agriculteurs dans ce système dont il n'est plus possible de sortir par la suite. Chaque année, ces agriculteurs doivent acheter leurs semences et autres produits auprès de Monsanto et ne sont plus maîtres de leur production. On les transforme en ouvriers de Monsanto. Et vu la différence extrêmement maigre entre le prix de revient et le prix de vente des produits de leur labeur, les agriculteurs ne parviennent plus à vivre et à faire vivre leur famille. Beaucoup choisissent le suicide pour mettre fin à cette situation insoutenable.

Ce problème est identique dans les pays riches. Par exemple en France, on dénombre chaque année près d'un suicide d'agriculteur par jour. Ramené à la population du pays, ça fait encore moins qu'en Inde, mais tout de même, c'est alarmant. Surtout que la France interdit toujours les OGM, même ceux que la commission européenne a autorisés. (ce pour quoi la France est d'ailleurs mise à l'amende...) Mais Monsanto a tout de même réussi à rentrer par la porte arrière en proposant des semences dites 'standard', c'est-à-dire non-OGM, mais tout de même clonées. * Monsanto perd ainsi l'attrait du 'Roundup ready' à savoir la capacité des plantes à résister au Roundup, son produit phare, mais conserve l'autre avantage, le contrôle des semences.

C'est dans ce contexte que survient l'affaire des glyphosates. Ce composant chimique essentiel du Roundup a été classé par l'OMS comme cancérogène probable, le second niveau de dangerosité après les cancérogènes certains. Cela devrait être suffisant pour qu'on applique le principe de précaution et qu'on interdise l'usage et l'importation de produits contenant du glyphosate. Mais la Commission européenne s'est refusée à le faire. Cela démontre au passage aux consommateurs que la santé publique n'est pas le premier soucis de la Commission, mais que les intérêts financiers des grands groupes internationaux passent avant. En France, plus soucieuse de la santé de ses habitants, le gouvernement a décidé de manière isolée d'interdire la commercialisation de ce produit. Mais les traités européens interdisent à la France de restreindre l'importation de produits autorisés en Europe. Ainsi la France va se retrouver dans une situation absurde: elle interdit la production de produits traités au glyphosate, mais autorise l'importation de produits eux-mêmes traités avec cette substance !

Lire la suite

15/09/2017

L'Homme et le hasard

Après le passage de pas moins de quatre ouragans dans les Antilles et le golfe du Mexique, ce qui est frappant, c’est la tendance de beaucoup à mettre cela sur le dos du réchauffement climatique. Et cela alors que les météorologues eux-mêmes ne s’y risquent pas. En effet, il est extrêmement difficile de mettre un évènement climatique quel qu’il soit sur le compte d’un changement climatique à grande échelle. Et même si quatre ouragans se succèdent, on peut penser que cela est dû à des conditions océaniques particulières durant cette année et dans cette région. Cela ne peut par contre pas être considéré comme une preuve d’un changement à long terme.

irma.jpgEn réalité, au delà de la tristesse que je ressens devant le dénuement des populations touchées, cela m’inspire une réflexion sur la perception que l’Homme a du hasard. Je pense que l’être humain déteste le hasard. Pour lui il rime avec danger. (qui en anglais se dit ‘Hazard’ tout comme le hasard, ça n’est sans doute pas pour rien) Pour cela il préférera dire qu’un événement climatique catastrophique est dû à sa propre incurie, et donc qu’il a les moyens d’y remédier, plutôt qu’accepter l’éventualité qu’il soit dû au hasard des circonstances.

Lire la suite

19:02 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (2)

02/09/2017

Le nouvel impérialisme est-il durable ?

Aujourd'hui, l'impérialisme colonial comme il s'est pratiqué de l'Antiquité à la période moderne semble avoir disparu, au moins provisoirement. Suite à la décolonisation, on a cessé d'étendre son territoire par l'invasion de pays tiers et par l'occupation physique de ces pays. La première conséquence, c'est que le nombre d'états a littéralement explosé. Il est passé de 53 états souverains en 1914 à 197 états reconnus par l'ONU aujourd'hui, soit un quasi-quadruplement en un siècle. Ces états sont considérés comme intouchables du point de vue de la souveraineté par les règles de l'ONU et toute agression extérieure est considérée comme un crime de droit international, susceptible d'être sanctionné par le conseil de sécurité, comme ça avait été le cas lors de l'invasion du Koweit par l'Irak.

Mais ça n'est pas parce qu'on n'étend plus la taille de son territoire par la force que toute forme d'impérialisme a disparu. La forme ancienne a été remplacée par une forme plus subtile, celle des sphères d'influences. Si on n'envahit plus un pays pour l'annexer, désormais on "intervient" dans le but de changer de gouvernement, de manière à faire passer certains états jugés stratégiques du camp adverse à son propre camp. Cela passe par des confrontations directes, comme en Irak en 2003, avec occupation temporaire le temps de mettre en place un gouvernement plus ou moins fantoche, à des stratégies bâties sur le chaos.

Cette dernière invention américaine est d'ailleurs plus récente. Il s'agit d'utiliser ses services secrets afin de pousser les oppositions internes au régime en place à se soulever afin de créer une situation de guerre civile, dont ne peut émerger qu'une sorte de putréfaction politique, dans laquelle l'ordre ne peut plus s'installer. On créé donc (de l'aveu même d'Hillary Clinton) des mouvements comme Daesh, non pas volontairement mais parce que seuls des mouvements de ce genre peuvent émerger du chaos créé, et on les désigne ensuite comme ses ennemis. Ne reste plus alors qu'à intervenir militairement afin de se débarrasser de ce mouvement. La suite est identique à la version précédente: on occupe le terrain, on met en place un gouvernement fantoche et on s'en va.

Ces méthodes sont bien sûr celles des Etats-Unis, mais d'autres états ont également des visées impérialistes. En particulier la Chine, qui utilise plutôt sa croissance économique interne pour proposer ses services à des états plus pauvres et leur promettre de leur amener des richesses. Cette méthode est plus pacifique, mais elle n'en reste pas moins impérialiste, puisqu'il s'agit d'étendre sa zone d'influence au détriment du camp adverse. 

Finalement, on doit citer la Russie, qui est réduite à défendre ce qu'il reste de la zone d'influence qu'elle avait à l'époque soviétique. Cette zone d'influence est attaquée de toutes parts par le camp occidental et par les Etats-Unis en particulier.

On a donc là, les trois puissances impériales du moment, les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Mais si on veut comprendre ce qui les motive, il faut analyser le fonctionnement d'un empire, ce qui motive sa création et son extension. Pour cela je prendrai l'exemple de l'Empire qui a le mieux fonctionné dans l'histoire: l'Empire romain.

Le fonctionnement de l'Empire était basé sur la conquête. Lorsqu'on étendait le territoire vers d'autres régions, on pillait ces régions et on ramenait les richesses au centre de l'Empire, à Rome. Les soldats adverses étaient transformés en esclaves, qui travaillaient gratuitement pour les riches romains et leur permettaient ainsi d'accroître encore leurs richesses. Puis, une fois ces régions pacifiées, (la fameuse Pax Romana) on les mettait au travail et on leur faisait bénéficier petit à petit d'une partie des richesses et de la grandeur romaine. On faisait ainsi de ces populations conquises de véritables citoyens, heureux de leur nouvelle condition. C'était donc un véritable système, dont le but était d'accroître sans cesse la richesse des romains tout en pacifiant les zones conquises afin de pouvoir diminuer leur occupation militaire. En effet, l'extension d'un empire non pacifié sera limité par la capacité d'occupation militaire. L'idée géniale des Romains, c'était donc de transformer petit à petit les territoires conquis en véritables provinces ne nécessitant que très peu de présence militaire et fournissant même des militaires à l'Empire.

On le voit en tout cas, l'extension de l'Empire romain avait pour but la croissance économique de Rome. Ainsi, à cette époque, on aurait pu lier l'idée de la croissance économique (si elle avait existé) à celle de la croissance territoriale. Plus on conquérait de territoires, plus on pouvait ramener de richesses à Rome et en faire profiter d'autres provinces. Ce système génial a permis à la République romaine, déjà impérialiste dans son fonctionnement, puis à l'Empire romain lui-même, de perdurer des centaines d'années. Mais on le comprend, dans un monde fini, ce mode de fonctionnement ne peut pas être éternel. Arrive fatalement le moment où les frontières ne peuvent plus être étendues et l'économie se met à stagner à l'instar du territoire. Et cela d'autant plus que plus l'Empire est étendu, plus le rythme des conquêtes doit s'accroître pour maintenir une croissance économique constante. Au sud, le Sahara empêchait la conquête de nouveaux territoires. A l'Est, l'extension était bloquée par les empires asiatiques. Au nord, les peuples germains dont on avait définitivement abandonné l'idée de les soumettre étaient poussés vers l'Empire par des peuples venant de plus loin. (entre autres les fameux Huns) Et en Bretagne, la frontière nord était définitivement fixée par le mur d'Hadrien.

La richesse cessait donc d'augmenter, le réservoir d'esclaves ne se renouvelait plus. Et pire, le territoire commençait à s'amoindrir par le Nord. Avec cette décrue territoriale est arrivée la crise économique. C'est cela qu'on appelle généralement la décadence de l'Empire romain, ce n'est rien de plus qu'une crise. Mais une crise très profonde dont l'Empire n'a jamais pu ressortir. C'est donc le système génial qu'ont inventé les Romains qui a finalement causé leur propre perte. Et c'est une constante historique: nul empire n'est éternel. Et cela même si ceux qui y vivent ne peuvent imaginer qu'il puisse un jour disparaître.

Aujourd'hui, les derniers empires coloniaux comparables à l'Empire romain, les Empires britannique et français, se sont réduits à peau de chagrin et on peut même dire que ces deux anciens empires coloniaux sont désormais des provinces d'un autre empire, l'Empire américain. Mais comme on l'a vu, cet empire a ceci de nouveau qu'il n'annexe pas, mais s'assure de son influence au sein de sa zone économique. Ainsi, le but final de ce nouvel impérialisme est somme toute identique. En étendant sa zone d'influence, on accroît ses richesses et on s'assure la continuité de sa croissance économique. Les provinces, telles que la province Europe, sont autorisées à bénéficier des largesses de l'Empire et ont ainsi l'impression d'être des partenaires de premier plan, alors que les zones nouvellement conquises (par les armes ou d'autres méthodes) sont là pour fournir des richesses et des esclaves aux plus riches citoyens de l'Empire.

Finalement, on peut se poser la question titre. Ce nouvel impérialisme est-il durable ? A long terme, l'impérialisme moderne est-il voué à la décadence comme cela a toujours été le cas, ou est-il capable de perdurer à long terme ? La première chose à dire, c'est que tout comme dans l'Empire romain, la croissance infinie de l'économie passerait par la croissance infinie du territoire, ce qui est impossible. De plus, il y a un fait nouveau qui n'existait pas à l'époque de l'Empire romain ou même des empires coloniaux: la taille de la population mondiale est désormais si grande que si tout le monde vivait comme des Américains ou des Européens, il n'y aurait pas assez de ressources pour tout le monde. En particulier, la substance qui est à la base du fonctionnement de l'économie des empires modernes, le pétrole, (l'équivalent de l'or à l'époque romaine) existe en quantité limitée sur la planète et disparaîtra d'autant plus vite que la croissance économique s'accélérera. Donc non seulement la croissance éternelle n'est pas possible, mais en plus c'est la croissance elle-même qui sera à l'origine de la décadence future. Tout comme dans l'Empire romain donc.

Pour l'instant, ce système a trouvé une parade à sa propre destruction. Afin d'éviter une croissance continue à long terme, le système s'ajuste de lui-même avec une succession de périodes fastes et de crises économiques limitées. Mais cet auto-ajustement aura fatalement ses limites. Le système finira par s'effondrer. Et malheureusement, (ou heureusement suivant le point de vue) cela arrivera durant ce siècle et peut-être bien avant encore.

27/08/2017

Une autre Europe existe déjà...

Et cette Europe c'est l'AELE. L'Association Européenne de Libre-Echange, créée à l'instigation de la Grande-Bretagne qui aurait sans doute mieux fait de ne jamais la quitter pour l'UE, ne comporte plus aujourd'hui que 4 états membres: La Suisse, la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein, soit les irréductibles non-gaulois qui résistent toujours et encore à l'envahisseur bruxellois. Il s'agit en tout cas d'une zone bien plus prospère que l'Union Européenne. Certains y verront l'égoïsme de quelques états qui ont peur qu'on leur prenne leurs biens. D'autres y verront la splendide démonstration que le libre-échange fonctionne alors que le modèle de l'Union Européenne est le cimetière de la prospérité pour ses membres les plus riches. Je me placerai personnellement plutôt dans la seconde catégorie.

Lire la suite

28/07/2017

Augmentation de l'activité sismique (partie 3 et fin) : autres théories

Note précédente : Augmentation de l'activité sismique (partie 2) : La planète X

haarp.jpgSi c'est la planète X qu'on accuse le plus souvent sur Internet d'être la cause de l'augmentation présumée du nombre de séismes, j'ai aussi lu qu'il pourrait s'agir de l'expérience ultra-secrète de l'armée américaine HAARP ! (High Frequency Active Auroral Research Program) Pour faire simple, HAARP est un réseau d'antennes situé en Alaska, dont le but est de ioniser la couche de l'atmosphère qu'on appelle 'ionosphère' et dans laquelle se produisent par exemple les aurores boréales lorsqu'elle est ionisée par les rayons cosmiques, afin d'étudier la possibilité d'utiliser ce phénomène pour les communications à très longue distance autour du globe. Sur Internet, on accuse cette expérience de tous les maux de la Terre, peut-être pas tout à fait à tort d'ailleurs car il paraît tout de même dangereux de faire ainsi joujou avec notre atmosphère. Changements climatiques, mort mystérieuse de groupes entiers d'animaux, séismes et même... contrôle mental de populations entières sont les capacités ou les effets secondaires supposés de l'installation ! Je ne vais pas tenter de réfuter ou démystifier la plupart de ces affirmations. Par contre, je m'intéresserai à l'une d'entre elle en particulier: son utilisation comme arme sismique. Ou plus exactement, son utilisation a-t-elle conduit à l'augmentation du nombre de séismes qu'on observe depuis le début du siècle.

C'est en effet envisageable : pourquoi ne pas penser que les scientifiques, dans leur quête désespérée de la découverte, ont créé un monstre capable de tuer des populations entières à distance ? Et bien je ne vais pas le cacher, cet effet supposé est très facile à réfuter en se basant sur les données sismiques que j'ai relevées. Selon Wikipedia, l'armée a abandonné l'installation en 2013. L'université locale (en Alaska) a reçu ensuite l'autorisation d'en reprendre l'exploitation en 2015. Il n'est pas précisé si cette exploitation a effectivement repris à ce moment-là. Mais ce qui est certain, c'est que l'installation était à l'arrêt durant toute l'année 2014. On devrait ainsi voir une nette diminution de l'activité sismique durant cette année. Mais il n'en est rien, bien au contraire. 2014 est finalement la seconde année à la plus forte sismicité, juste derrière 2007 (33 séismes de magnitude supérieure ou égale à 6) et à égalité avec 2008. (32 séismes de magnitude supérieure ou égale à 6) Donc exit HAARP, ce n'est pas cette installation qui provoque l'augmentation de l'activité sismique, n'en déplaise à ses détracteurs. (ou fans ?)

Pour clore avec les théories qui fleurissent sur Internet, j'ai été très intéressé par un blogueur qui dit avoir détecté un pic sismique annuel depuis 2004, l'année du séisme de Sumatra. Bien sûr, lui considère que c'est dû à la planète X dont on sait qu'elle n'existe pas. (voir mon précédent billet) Déjà, lui au moins s'est rappelé que la Terre tourne autour du Soleil et il attribue ce pic sismique à l’alignement annuel du Soleil, de la Terre et de la planète X. Il fait l'hypothèse que la planète X est doté d'un si fort magnétisme qu'elle annule pratiquement le magnétisme solaire lors de cet alignement et provoque donc une sorte de spasme du noyau de notre planète. Bien entendu, on voit très mal comment une planète pourrait avoir un magnétisme si important qu'il pourrait annuler celui du Soleil. Mais puisque cette planète n'existe pas, il est de toute manière inutile de pousser plus loin cette démonstration. (il est par contre tout à fait envisageable qu'un tel effet existe avec d'autres planètes comme Jupiter ou Vénus, mais à bien moindre échelle) Non, ce qui m'a intéressé dans sa proposition, c'est qu'il ait découvert un pic sismique annuel autour du mois d'avril. Ça, c'est très intéressant je trouve. Donc pour en avoir le cœur net, j'ai repris ma série de données issue des archives de la NOAA et j'ai recherché, en les classant par mois, l’existence de ce pic sur la période concernée, à savoir 2004-2017.

Séismes par mois 2004-2017.PNG

Alors oui, il semble bien qu'il existe un pic au mois d'avril, mais c'est loin d'un pic aussi marqué qu'il le prétend. Je me suis donc limité à la période 2010-2017 pour voir si l'intensité de ce pic augmentait ou diminuait.

Séismes par mois 2010-2017.PNG

Et je pense que oui, le pic semble s'amplifier. Difficile en revanche de dire si c'est dû à une véritable augmentation ou à un effet lié au manque de significativité des données statistiques.

Maintenant, pour faire un rapprochement entre l'augmentation supposée de l'activité sismique et le pic sismique observé, il serait intéressant de vérifier s'il existait auparavant. Donc j'ai refait la même étude, mais pour la période 1950-1990, qui est clairement antérieure à la période active observée.

Séismes par mois 1950-1990.PNG

Le pic est moins marqué certes, et il se situe plutôt en mars. Mais il existe bien et il ne peut pas être attribué à une hypothétique planète X, qui n'était pas encore censée être à portée ! On doit donc plutôt parler de pic printanier. Et finalement, ne devrait-on pas plutôt l'attribuer à une cause climatique ? Je me souviens que certains géologues font l'hypothèse que les pergélisols empêchent ou retardent les séismes en figeant les sols en profondeur. Le fait est que ces pics printaniers font suite à des périodes hivernales plus calmes. On peut donc faire l'hypothèse que l'hiver retarde une partie des séismes qui se produisent au printemps alors qu'ils auraient dû se produire plus tôt.

Et là ça m'a donné l'idée de comparer la courbe de l'augmentation des séismes avec celle des températures. J'utilise la courbe éditée par le Hadley CRU de l'université d'East Anglia (cliquer sur l'image pour agrandir)

Comparaison temp - séismes.PNG

La forme générale est assez semblable, mais dans le détail il ne s'agit pas d'une corrélation forte. Il faut dire que les séismes sont des événements hautement aléatoires et il aurait été étonnant de voir les deux courbes presque confondues ! Toutefois, l'hypothèse d'une augmentation liée au réchauffement climatique ne me paraît pas infondée. C'est en tout cas une hypothèse que font certains géologues et climatologues. Et ceux qui me connaissent savent que je suis loin d'être un apôtre du réchauffement et de ses conséquences catastrophiques. Ceci dit il y a bien une chose qu'on ne peut pas nier en la matière : nous vivons une période chaude et cela a forcément des conséquences, même si elles ne sont peut-être pas si catastrophiques qu'on le prétend généralement.

26/07/2017

Augmentation de l'activité sismique (partie 2) : La planète X

Note précédente: L'activité sismique est-elle en augmentation ? (partie 1)

Pour expliquer l'augmentation de l'activité sismique, certains parlent aussi d'une planète X, soit disant connue de la NASA et qui approcherait de la Terre toutes les 3600 et quelques années, provoquant moult péripéties à chacun de ses passages. La présente occurrence a donc lieu depuis le début des années 2000. (son précédent passage étant responsable du déluge biblique, c'est d'ailleurs comme ça qu'ils ont calculé la période, ça montre à quel point la méthode est scientifique !)

planète x.jpgOn mélange d'ailleurs tout et n'importe quoi, car certains l'appellent Nibiru, nom qui aurait été donné à cette planète par les Sumériens lors d'un précédent passage et ils affirment qu'elle serait la planète d'origine des Annunakis, des extra-terrestres qui seraient rien de moins que les dieux de Sumer ! (j'ai dû d'ailleurs manquer quelque chose, la civilisation sumérienne n'existait pas encore en 5200 av. JC et n'existait plus en 1600 av. JC, les Sumériens n'ont donc pas pu observer de passage de la planète supposée) Au départ, ils ont tous attendu l'arrivée de cette planète pour fin 2012 et la fin du calendrier des Mayas.* Mais le fait que la fin du monde ait finalement été moins grave que prévu ne les dérange pas du tout. Ils sont toujours persuadés que la planète X est en approche. En seront-ils encore persuadés dans 10 ans ? Dans 20 ans ? La question reste ouverte.

Bien entendu, même si on évite de parler des Annunakis, on touche là à l’irrationalité la plus complète. Si les astronomes suspectent, du fait de perturbations gravitationnelles causées aux géantes gazeuses extérieures en particulier Neptune, l'existence d'une planète Nine (planète neuf) et d'une planète X (planète dix), il n'a jamais été question de planètes faisant parfois des incursions dans le système solaire intérieur ! Ces planètes sont en effet cantonnées à la ceinture de Kuiper, très très loin du Soleil, trop loin en tout cas pour influer sur notre bonne vieille Terre. (pour rappel l'intensité du champ magnétique diminue avec le carré de la distance !) Leur période est certes dans le même ordre de grandeur que Nibiru, mais cela est dû à leur éloignement justement. Contrairement à ce qu'a affirmé un commentateur sur le précédent billet, les astronomes mettent énormément de moyens actuellement pour essayer de détecter ces deux planètes, qui sont difficiles à voir, car loin de leur périhélie. (point de leur orbite le plus proche du Soleil) Non les scientifiques ne sont pas sectaires et ne refusent pas la découverte, au contraire c'est le moteur de leur mode de pensée. Mais ils ne se basent que sur des arguments rationnels pour fonder leurs recherches. C'est cela qui peut paraître déprimant pour ceux qui aimeraient qu'ils étudient sérieusement le sujet de leurs fantasmes collectifs.

Car finalement, on peut trouver une multitude d'arguments qui rendent impossible l'existence d'une planète qui approcherait de la Terre depuis le début des années 2000. Tout d'abord, si on se réfère aux lois de Kepler datant du 17ème siècle **, tout corps astral en orbite suit une trajectoire elliptique dont l'un des foyers et l'astre autour duquel il gravite. Lorsque l'orbite est circulaire, les deux foyers se confondent en un seul et donc l'astre attracteur est au centre de cette orbite. L'orbite circulaire des planètes est donc un cas particulier de cette loi, les comètes par contre suivent des trajectoires elliptiques quelconques et sont donc à considérer comme le cas général de la loi.

Loi de Kepler.PNGLes lois de Kepler induisent aussi qu'un corps suivant une trajectoire elliptique ira beaucoup plus vite lorsqu'il est à proximité de l'astre autour duquel il gravite que lorsqu'il en est éloigné. On voit en effet qu'une comète telle que celle de Halley, dont la période est de 76 ans, n'a été visible que durant moins d'un an lors de son dernier passage à proximité du Soleil, en 1986. La comète de Hale Bopp particulièrement brillante, qui a éclairé notre ciel durant 18 mois entre 1996 et 1997, a une période d'environ 4200 ans, ce qui la rend plus proche du cas qui nous intéresse. Donc on peut en déduire qu'une planète suivant une orbite comparable à cette comète ne peut pas traîner dans le système solaire intérieur depuis autant d'années ! C'est absolument absurde de l'affirmer et ceux qui y croient sont vraiment naïfs.

Le second argument, c'est qu'il y a beaucoup trop d'astronomes amateurs sur Terre pour parvenir à cacher l'existence d'une telle planète. Il faut d'ailleurs noter que les planètes Venus, Mars et Jupiter sont très brillantes dans le ciel et peuvent être vues de tous à l’œil nu, même par un fort clair de Lune ! Et bien sûr il en serait sans doute de même pour une planète faisant une incursion au sein du système solaire intérieur. Bref, si la planète X se trouvait à proximité, on la verrait à l’œil nu et on serait au courant de sa présence.

Certains, conscients de ce problème, prétendent que si on ne voit pas la planète X approcher, c'est qu'elle est cachée par le Soleil. Mais il semble qu'ils oublient que notre planète tourne justement autour du Soleil. Comment le Soleil pourrait cacher l'approche d'une planète... toute l'année ? Les autres planètes sont parfois cachées par le Soleil mais sont visibles le reste du temps. Il devrait en être de même pour la planète X. En fait, pour que la planète X approche du système solaire intérieur en restant cachée par le Soleil, il faudrait que sa trajectoire soit... une spirale ! Décidément, Dieu ne veut pas qu'on puisse se préparer à la catastrophe qui nous guette, pour nous imposer tant d'entorses aux lois de la physique...

Il y en a d'ailleurs qui sont conscients des problèmes de leur théories et ils inventent des solutions alambiquées. Ce blog vaut bien le détour pour ceux qui veulent rire un bon coup:

http://harmonyum.over-blog.com/2015/10/nibiru-position-ao...

Si si, la fameuse trajectoire spirale ! Le pauvre est obligé de transgresser une bonne dizaine de lois de la physique pour arriver à expliquer l'inexplicable ! Petit problème tout de même, le "passage 1" (sic) prévu pour 2016 ne s'est pas réalisé. Quelle conclusion en tirer ? En tout cas, son blog a cessé d'émettre. Il est peut-être terré dans un abri à attendre la fin du monde ?

nibiru.jpgOn voit d'ailleurs aussi fleurir des images du Soleil où une sorte de second soleil apparaît à ses côtés. Bien entendu, il ne s'agit que de reflets liés à l'optique des appareils photo utilisés. Et puis ceux qui mettent ces photos en ligne veulent justement prétendre que c'est le Soleil qui cache la planète X, ce que l'on sait absurde.

J'ai aussi lu qu'un télescope avait été construit en secret en Antarctique pour observer l'approche de la planète X qui ne serait visible que de là-bas. Problème: il n'existe aucun point du ciel qui pourrait n'être visible que de l’Antarctique. Au moins les Australiens, les Néo-zélandais, les Argentins, les Chiliens et les Africains du Sud devraient pouvoir observer la planète.

Voilà. Autrement dit exit Nibiru. Cette planète n'a jamais existé que dans l'esprit de certains qui en ont besoin pour donner du sens à leurs croyances. Et l'augmentation de l'intensité des séismes n'a rien à voir avec elle.

* Concernant la fin du calendrier Maya, j'avais écrit un billet à l'époque détaillant mon explication. Je vous en conseille la lecture:
http://leblogdekad.blog.tdg.ch/archive/2012/12/16/qui-a-p...

** Les 3 lois de Kepler sont empiriques et basées sur l'observation, mais plus tard, Newton découvrira la gravitation et parviendra à démontrer que ces lois sont des cas particuliers de la sienne. Voir ici une très bonne explication pour ceux qui souhaitent creuser le sujet, dont j'ai tiré une illustration du présent billet:
http://matieresscientifiques.fr/terminale-S/physique/lois...

Note suivante : Augmentation de l'activité sismique (partie 3 et fin) : autres théories

25/07/2017

L'activité sismique est-elle en augmentation ? (partie 1)

Note : Je découpe ce billet en plusieurs parties, du fait de sa longueur. Les autres parties viendront dans les jours suivants.

japon.jpgCertaines sources sur Internet parlent d'une augmentation de l'activité sismique qui aurait lieu depuis le début des années 2000. On se rappelle en effet de terribles séismes ayant eu lieu durant cette période, en particulier à Haïti, au Chili et bien sûr les très meurtriers tsunamis liés aux séismes de Sumatra en 2004 et du Japon en 2011, tous deux de magnitude supérieure à 9 sur l'échelle de Richter. Cela marque les esprits, mais cette impression est-elle réelle ?

Et bien j'ai voulu en avoir le cœur net. J'ai téléchargé les données sur les séismes répertoriés par la NOAA * entre les années 50 et nos jours en me limitant aux séismes de magnitude 6 ou supérieure, ceci afin d'éviter un effet lié au manque de disponibilité des données, les séismes de basse intensité pouvant être insuffisamment documentés par le passé dans certaines régions. J'ai ensuite trié ces données afin de déterminer l'évolution réelle de la fréquence des gros séismes dans le monde.

La base de données de la NOAA de laquelle j'ai tiré ces données: https://www.ngdc.noaa.gov/nndc/struts/form?t=101650&s...

(Note: si quelqu'un est intéressé par le fichier Excel que j'ai créé à partir de ces données brutes pour les utiliser, je le mets à disposition. M'envoyer simplement un email en cliquant sur le lien dans la colonne de droite, j'y répondrai avec le fichier attaché)

Le graphique obtenu est le suivant: (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Total mag 6-9.PNG

 

 

 

 

 

 

Finalement, ce que montre ce graphique, c'est qu'il semble bien que le nombre de séismes augmente depuis le début du siècle et peut-être encore plus depuis 2008. La moyenne annuelle de la décennie en cours est d'environ 25 séismes, alors que cette moyenne était de moins de 15 dans les années 50. A noter que l'année 2017 semble bien se diriger vers la même moyenne, comptant déjà 14 séismes de magnitude 6 ou supérieure, voire 15 car le dernier séisme en Turquie ne fait pas encore partie des données collectées.

On peut toutefois imaginer que cette augmentation soit due au manque de référencement de certains séismes anciens. Pour éviter cet effet, je me suis limité aux séismes de magnitude 8 ou supérieur, beaucoup moins nombreux, mais provoquant une telle stupeur qu'ils ne peuvent pas être oubliés. Donc si on peut imaginer que les séismes de magnitude 6 étaient imparfaitement répertoriés durant les années 50 et 60, cela parait impossible que cela soit le cas concernant les plus gros d'entre eux !

 

Total mag 8-9.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand on trie les données par décennies, on voit une claire augmentation. En effet, dans ce cas on trouve 9 séismes pour les années 50, 10 durant les années 60, seulement 6 dans les années 70, 5 dans les années 80, 6 pendant les années 90. Ils étaient par contre 12 durant la première décennie de ce siècle et déjà 7 durant l'actuelle. Autrement dit, il y a déjà eu plus de très gros séismes durant ces dernières 17 années que durant les 30 précédentes ! La différence me paraît donc significative.

Bref, sans qu'il s'agisse d'un effet aussi impressionnant que certains le prétendent, cela semble confirmer une augmentation, d'ailleurs connue des scientifiques spécialistes de ce domaine mais non expliquée. Alors bien sûr, on trouve sur Internet diverses théories, pour expliquer cette augmentation de l'activité sismique, parfois très farfelues.

Par exemple, certains disent qu'on se dirige vers une inversion de la polarité de la Terre à très brève échéance et que l'augmentation de l'activité sismique est la prémisse d'un cataclysme global. Comme souvent, ils prétendent que c'est également l'avis des scientifiques, voire qu'ils cachent la vérité pour éviter de provoquer une panique. Et bien, selon les spécialistes, c'est vrai qu'il est probable qu'on assiste à une inversion de la polarité de la Terre dans les prochains millénaires, mais pas dans les prochaines décennies ! Certes le pôle magnétique s'est déplacé et l'intensité du champ magnétique semble en légère baisse. Cela indique des modifications subtiles du noyau de la Terre, qui peuvent éventuellement être une prémisse d'une inversion future. Ou peut-être pas, nul ne le sait.

Mais le plus gros problème, c'est d'expliquer comment une telle inversion pourrait être la cause d'une augmentation de l'activité sismique. Il n'y a pas de modèle scientifique testé qui explique en quoi une inversion polaire pourrait provoquer une augmentation de l'activité sismique. Mais bon, pourquoi pas ? Le problème ce n'est pas qu'on invente des théories, mais c'est plutôt qu'on en fasse des vérités absolues sans l'amorce d'une preuve... Et surtout qu'on accuse les scientifiques de cacher la vérité à la population !

D'ailleurs, le fait que cette catastrophe globale avait été annoncée pour la fin du calendrier Maya, comme dans le très mauvais film catastrophe '2012', et qu'en 2017 cela ne se soit toujours pas passé ne les dérange pas : ils attendent toujours la fin du monde pour le lendemain, comme si notre calendrier s'était arrêté avec celui des Mayas ! Que la vie doit être gaie quand on pense chaque jour que la fin du monde va se produire le lendemain !

* La NOAA est une organisation américaine regroupant des données liées aux sciences de la Terre, leur site est une véritable mine d'or d'informations sur notre planète.

Note suivante : Augmentation de l'activité sismique (partie 2) : la planète X

10:17 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (21)

27/06/2017

Après l'embargo, l'ultimatum et après... la guerre ?

Je suis sidéré qu'on ne parle presque pas des tensions internationales sur nos médias occidentaux en ce moment. Pourtant jamais la situation n'a été si tendue. Les nouvelles se succèdent et font écho les unes aux autres, comme si on vivait un improbable scénario de film catastrophe. Pourtant, on continue simplement les préparatifs des vacances comme si tout allait pour le mieux. Dans les précédents billets, j'ai déjà cité les 3 théâtres d'où une crise majeure pouvait venir. La Syrie bien sûr, mais aussi le Golfe Persique et la Corée du Nord.

missile coréen.jpgDans ce dernier état extrême-oriental, on continue à narguer le monde entier avec des missiles qui menaceraient jusqu'aux rives continentales des Etats-Unis. Il semble qu'on soit désormais en mesure d'équiper des missiles balistiques d'armes nucléaires, certes assez peu puissantes, mais tout de même potentiellement très meurtrières si utilisées contre des zones habitées. La rhétorique est plus guerrière que jamais, Kim Jong Un ayant traité Donald Trump de nouvel Hitler aujourd'hui même, ou de psychopathe la semaine dernière après la mort de l'étudiant américain peu après sa libération des prisons nord-coréennes. Bref, on est loin d'un langage diplomatique !

http://www.20minutes.fr/monde/2094571-20170627-coree-nord...

Ce qui est sûr c'est que la Chine et la Russie se préparent déjà à une confrontation entre la Corée du Nord et les USA. Ces deux pays ont groupé beaucoup de troupes aux frontières qu'ils ont avec la péninsule coréenne. Officiellement il s'agit de faire face à un possible afflux de réfugiés. Mais il s'agit aussi et surtout de faire face à une possible extension du conflit...

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1733/Coree-du-Nord/article/det...

En Syrie, les tensions vavion syrien.jpgont également croissante entre l'autoproclamée "coalition internationale" et les forces gouvernementales. Avion syrien abattu par les Américains, attaque israélienne contre les forces gouvernementales suite à une attaque de missiles dans le plateau de Golan, on peut dire qu'on s'éloigne de plus en plus d'une attaque coordonnée contre Daesh. Même lorsque les Américains bombardent des bâtiments officiels de Daesh à Raqqa, ils bombardent une prison où sont bien sûr en majorité détenus... des fidèles du gouvernement syrien !

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20170619-avion-syrien-abat...

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/06/24/97001-201706...

http://www.rfi.fr/contenu/ticker/syrie-une-frappe-aerienn...

Et finalement, on prétend qu'Assad préparerait une nouvelle attaque chimique. (alors que bien entendu, on n'a encore jamais daigné présenter des preuves de l'implication du gouvernement Assad dans les attaques chimiques précédentes) Et on menace à nouveau la Syrie de représailles dans un tel cas. Gageons qu'une attaque va avoir lieu prochainement, qu'on en accusera immédiatement le gouvernement syrien et qu'on va en profiter pour se lancer dans une véritable guerre contre les troupes gouvernementales, délaissant au passage Daesh qui pourra enfin souffler et reconstituer ses forces.

http://www.lemonde.fr/syrie/article/2017/06/27/les-etats-...

Mais c'est finalement entre le Qatar et la coalition menée par l'Arabie Saoudite que se situe le principal motif d'inquiétude. En effet, un ultimatum en treize points, dont beaucoup sont totalement irrecevables, a été transmis au gouvernement qatari. Ce dernier a une dizaine de jours pour s'y conformer. Certes le souverain des Emirats Arabes Unis prétend que ça n'est qu'une base de négociations, mais dans ce cas pourquoi l'assortir d'un ultimatum ? Est-ce la bonne manière de conduire des négociations ?

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orien...

http://www.europe1.fr/international/pour-erdogan-lultimat...

La question qui se pose donc c'est "Et après ?" Le Qatar ne cédera pas, c'est évident. Donc à la fin de l'ultimatum que va-t-il se passer ? La guerre ? Si c'est le cas, l'Iran et la Turquie se sont déjà rangés derrière le Qatar. On se retrouvera donc avec deux grosses coalitions opposées l'une à l'autre. Iran, Turquie et Qatar contre Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Egypte et Bahrein. Possiblement aussi Israël. Et derrière ces deux coalitions, la Russie et la Chine d'une part, les Occidentaux d'autre part. Cela ne prédit rien de bon.

Bref, ce début d'été ne pousse pas à l'optimisme. Je pense même qu'on n'a jamais été si proche d'un conflit global depuis la crise des missiles de Cuba. Et peut-être même qu'il faut remonter plus loin pour trouver une situation plus explosive...

23/06/2017

Les fourmis mieux que les humains ?

Avez-vous vu cette scène de panique dans une fan zone de la Juventus de Turin quand des "plaisantins" ont fait sauter un pétard pour faire croire à un attentat ? Cette fausse alerte s'est tout de même soldée par un bilan de... 1500 vrais blessés ! Certes, il s'agit de supporteurs de football et les mauvaises langues diront que ce qui brille dans une foule de supporteurs, ce n'est pas l'intelligence. Mais tout de même, il faut s'imaginer au milieu de cette foule, compressé contre des barrières de sécurité par des gens paniqués, eux-mêmes poussés par d'autres gens paniqués et incapables de faire autre chose que vous écraser. Cela fait un peu penser à la tragédie du Heysel en 1985 qui avait fait 39 morts durant la finale de la Coupe des Champions, déjà des fans de la Juventus pour la plupart.

Ce qui m'interpelle, c'est la dynamique de cette foule. Une véritable vague de panique déferle et écrase tout sur son passage. On s'aperçoit que la foule a bien un mouvement global, mais elle n'est pas mue par la raison, mais uniquement par la peur. Autrement dit par un instinct primaire. Si la foule avait été capable d'additionner l'intelligence de ses membres plutôt que sa peur, elle aurait pu avoir un mouvement coordonné, permettant à un maximum de personnes d'échapper au danger présumé, sans mettre d'autres en danger. Mais ça n'est pas comme cela que ça se passe.

Maintenant, étant enfant, avez-vous déjà tenté de provoquer une situation de panique au sein d'une colonie de fourmis ? En plantant par exemple un bâton dans leur fourmilière. La fourmi est un être dépourvu d'intelligence, qui n'est mu que par ses seuls instincts. On pourrait s'attendre ainsi à ce qu'elles réagissent de manière totalement illogique, en partant dans tous les sens. Mais il n'en est rien. Immédiatement, elle s'en prennent au bâton, de manière coordonnée pour l'éliminer. Elles vont additionner leurs forces réciproques pour parvenir à se débarrasser de l'intrus. Et après quelques minutes, elles auront effacé les traces de cette petite tragédie et auront repris leur travail habituel.

N'est-il donc pas étrange de constater que l'être humain, censé être le plus intelligent de la création et de plus adapté à la vie en société organisée, est incapable de réagir de manière coordonnée dans une situation de crise, alors qu'un être aussi stupide que la fourmi le peut ? C'est un peu comme si les fourmis était dépourvues d'instinct de survie propre, mais n'avait qu'un instinct de survie commun à toute la colonie. Seule, une fourmi ne peut rien faire, mais une colonie de fourmis est comme un organisme complet, doté de différents organes spécialisés et d'une intelligence collective lui permettant de faire des miracles, un peu à la manière des cellules formant un organisme complet. L'homme, au contraire, individuellement est une machine formidable, mais collectivement, c'est comme si l'intelligence des uns et des autres s'annulait pour ne plus laisser que les instincts primaires. Au final, les fourmis ne sont-elles pas mieux adaptées à la survie que nous ? Elles existent d'ailleurs depuis une centaine de millions d'années alors que l'homme n'existe que depuis quelques centaines de milliers d'années. Et probablement qu'elles existeront encore longtemps après sa disparition.

10:53 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

13/06/2017

Un point sur la situation internationale

Pendant que tout le monde prépare ses vacances et que la France et la Grande Bretagne ne parlent que des conséquences de leurs élections législatives réciproques, des événements très inquiétants se produisent ailleurs dans le monde. Que cela soit en Syrie, dans le Golfe Persique ou en Corée du Nord, la tension semble à son comble en cette fin de printemps. Je rappelle au passage mon analyse de la situation mondiale datant de la fin de l’année passée (voir ici et les billets suivants pour les détails) : je pense que ce printemps catalyse tous les dangers et que la moindre étincelle peut enflammer toute l’hémisphère nord. Or ces derniers temps, les étincelles virevoltent un peu partout et, contrairement à ce que peut laisser penser la quiétude ambiante, le danger est à nos portes. Pour rappel d’ailleurs, la quiétude régnait également juste avant la première guerre mondiale…

Ce que j’avais plus ou moins prédit, c’est qu’une guerre entre l’Iran et l’Arabie Saoudite pourrait dégénérer et se répandre dans le monde entier. La Corée du Nord a elle aussi le potentiel d’entraîner le monde dans la guerre. Même si je ne crois pas trop que ce pays qui s’est attiré l’inimitié du monde entier puisse amener la Chine ou la Russie à combattre à ses côtés. Cependant, un conflit nucléaire localisé peut très bien enfler jusqu’à devenir mondial. Le danger n’est donc pas à sous-estimer.

La Syrie

Ce pays reste bien sûr une poudrière. Il ne faut pas pavoiser en entendant parler des victoires militaires, tant de la "coalition internationale" et des "forces syriennes libres" que des forces syro-russes. Il y a eu également des attaques graves de ladite coalition internationale contre les forces syriennes. D’ici quelques temps, il est probable que les derniers bastions de Daesh vont tomber. Les deux coalitions vont alors se retrouver face à face et il faudra envisager l’avenir du pays et de la région. Que va-t-il se passer ? Il y a peu de chances que ces deux camps arrivent à s’entendre tant leurs positions sont différentes. En particulier, il est impossible que le gouvernement Bachar accepte l’idée occidentale d’un avenir dont il serait écarté. Une telle position est donc incompatible avec une paix dans la région et il y a à craindre que la guerre continue ensuite, opposant directement les deux coalitions et entraînant derrière elles leurs "parrains" occidentaux et russes.

A propos de l'attaque de la coalition contre un convoi syrien et avertissement de Moscou:

http://www.europe1.fr/international/bombardement-en-syrie...

Le Qatar

Depuis une semaine, le Qatar est sous embargo suite à la découverte de ses liens avec le terrorisme. Personnellement, non seulement la révélation de ces liens ne m’étonne pas – je suis convaincu depuis des années que le Qatar finance le terrorisme, en particulier de Daesh – mais ce qui m’étonne par contre, c’est que le principal accusateur se trouve être l’autre état soupçonné de financer ce terrorisme, l’Arabie Saoudite ! J’ai même déjà dit que pour moi, cet état et Daesh ne formaient qu’une seule entité. Et je le pense toujours.

Dans ces conditions, à quoi ce blocus rime-t-il ? Il faut évidemment aller chercher du côté des liens que le Qatar tente de créer avec l’Iran. Car si le Qatar a jusqu’ici financé le terrorisme, il faut rappeler que l’Iran n’a rien à voir avec le terrorisme et d’ailleurs il vient de subir un attentat de grande ampleur, ce qui cause encore plus de tensions dans la région. Donc en se rapprochant de l’Iran, le Qatar s’éloigne de l’Arabie Saoudite et de Daesh. C’est cela qui est considéré comme intolérable par les Saoudiens. Si l’Iran nouait des relations étroites avec le Qatar, les Iraniens se retrouveraient à leurs frontières terrestres alors que jusqu’à maintenant ils étaient séparés d’eux par un bras de mer.

Cette crise a bien sûr également été rendue possible par la visite de Trump le mois dernier, durant laquelle il a rappelé le lien indéfectible des Etats-Unis avec le royaume de Saouds, et qui a à nouveau désigné l'Iran comme le grand Satan de la région, rompant avec la politique de détente suivie par Obama. Il semble donc que ceux qui avaient espéré que Trump serait un anti-guerre (au rang desquels je me trouvais) et qu'il se mettrait en choc frontal avec le complexe militaro-industriel se soient trompés. D'ailleurs les contrats gigantesques de vente d'armes conclus durant cette visite ne font qu'envenimer une situation déjà explosive.

Je pense que parmi les étincelles actuelles, celle-ci a véritablement le potentiel d’enflammer toute la région, puis le reste du monde. Car si l’Arabie Saoudite et l’Iran se retrouvent en guerre directe, c’est aussi les Occidentaux qui se retrouveraient opposés, par leurs alliances réciproques, à la Russie et la Chine.

Au passage, il faut signaler que la Turquie soutient le Qatar dans cette crise. Cela confirme donc que, bien que faisant toujours partie de l'OTAN, ce pays s'éloigne rapidement des Etats-Unis.

L'Iran accuse l'Arabie Saoudite et les Etats-Unis d'être à l'origine des attentats de Téhéran:

http://www.leparisien.fr/international/iran-fusillades-au...

La Turquie augmente sa présence militaire au Qatar:

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/06/07/97001-201706...

Visite de Donald Trump à Riyad: vente d'armes record, réaffirmation du soutien à l'Arabie Saoudite et accusation contre Téhéran de soutenir le terrorisme:

http://www.lefigaro.fr/international/2017/05/21/01003-201...

La Corée du Nord

Même si les Etats-Unis ont rappelé l’une de leurs flottes pour la poster dans la région, la Corée du Nord continue à tester toutes sortes de missiles en vue d’une confrontation directe. Il y a entre autres des missiles terre-mer, visant donc directement le groupe aéronaval qui lui fait face, et un missile intercontinental (de type ICBM) que Pyongyang dit être presque prêt à tester. Cette dernière menace serait bien sûr inacceptable pour les USA. Dans ces conditions, un conflit régional, potentiellement nucléaire, deviendrait inévitable. Et comme écrit plus haut, dans une telle éventualité, on ne peut pas exclure une extension du conflit.

Test imminent de missiles intercontinentaux :


http://www.lci.fr/international/la-coree-du-nord-affirme-...

missile corée.jpg

09/06/2017

Et si on jetait les pandas dans la cage des tigres ?

L'année passée, j'ai visité le zoo de Beauval en France, l'un des 6 zoos européens autorisés à accueillir des pandas géants. En effet, le gouvernement chinois est avare en pandas captifs, lancé qu'il est dans un grand programme de conservation de l'espèce. Car il faut le dire, le panda n'est pas un champion de la survie de l'espèce. Incapable de résister à la disparition de son environnement, très mauvais sur le plan de la reproduction, le panda géant est au bord de la disparition à l'état sauvage. Sans l'aide du gouvernement chinois, il aurait sans doute disparu aujourd'hui.

Et bien j'ai trouvé le spectacle offert par ces gros paresseux assez ennuyeux. Il s'agit d'un animal très mou et il n'y a pas grand chose à voir. Il passe son temps à mâchonner du bambou, assis sur son derrière. Alors finalement, je me dis que ça serait assez sympa pour le spectacle de jeter ces grosses peluches dans la cage des tigres afin de voir en combien de temps ils seraient mangés ! Au moins ça attirerait les spectateurs pour quelques minutes et ensuite, il ne serait plus nécessaire de nourrir ces gros mâcheurs de bambou.

Lire la suite

10:02 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (17)

24/05/2017

Saffie Rose: portrait d'une combattante croisée

Selon la revendication que Daesh a faite hier à propos de l'attentat de Manchester, les victimes de l'attaque étaient toutes des croisées et leur mort est le fait d'un courageux soldat du califat.

revendication.PNG

Voici donc le visage d'un de ces combattants croisés visés par l'attaque. Il s'agit de Saffie Rose, 8 ans, dont le crime a été d'être fan d'une chanteuse sans doute considérée par Daesh comme une incarnation démoniaque. Les gens qui ont écrit cette revendication sont-ils capables de regarder cette fillette dans les yeux et n'éprouver aucun remord ? Cette fillette qui restera à jamais une fillette et ne grandira jamais, ne rencontrera jamais l'amour, n'aura jamais d'enfant, n'apprendra jamais un métier...

saffie rose.PNG

Malheureusement je ne pense pas qu'ils éprouvent le moindre remord. Au mieux, ils la considéreront comme un dommage collatéral, une victime utile de leur noble combat. Et si jamais une petite once de remord parvenait à faire son chemin, il le ferait taire en rappelant que de nombreux parents en Syrie, en Irak ou ailleurs ont vu leurs enfants tomber, victimes collatérales des bombes chrétiennes. L'horreur de ces guerres est indéniable, mais d'une part ça n'est pas une raison pour que plus de parents connaissent la même horreur et d'autre part c'est une fausse justification car les dirigeants de Daesh se fichent totalement du sort des populations.

Et que dire de l'acte commis par ce 'soldat du califat' ? Le suicide peut être vu comme un acte courageux, mais le meurtre d'enfants est un acte abjecte de lâcheté. Comment une même personne peut susciter à la fois l'admiration de certains pour son courage et l'abjection des autres pour sa lâcheté ? Le salafisme est en fait l'émanation des dérives sectaires de notre époque. Si dans les années 90, on a vu des actes sordides se produire, tels que les suicides de masse du Temple Solaire, désormais on a affaire à ce nouveau sectarisme qui mine notre société. On peut en tout cas se poser la même question qu'on se posait à l'époque: comment une personne ayant reçu une instruction, une éducation supposées normales peut arriver à commettre des actes aussi insensés ? Comment peut-il croire les mensonges de ceux qui le poussent à en venir à de pareilles extrémités ?

12:42 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (8)

09/05/2017

De qui se moque-t-on ?

Comme prévu, dimanche à 20h pile, le visage d'Emmanuel Macron est apparu sur les postes de télévision français, pour sa victoire facile et annoncée dans la présidentielle 2017. Ce qui l'était moins par contre, c'est qu'à 20h05, TF1 annonce pour le lendemain un reportage exclusif sur les coulisses de sa campagne. Cela faisait donc des mois qu'une équipe de journalistes suivait Emmanuel Macron durant toute sa campagne pour tourner un reportage 'insider' dans l'intimité du jeune président!

Probablement, la majorité des téléspectateurs n'a pas réagi et s'est dit que tout cela est parfaitement normal. C'est bien de découvrir le nouveau président dans son intimité pour savoir qui il est vraiment. Mais je suis pour ma part effaré que la vérité qui est révélée par l'existence même de ce reportage ne saute pas aux yeux de la foule. Cette vérité, c'est que TF1 savait depuis le début que Macron serait président!

Car il ne s'agit pas d'un reportage effectué à partir de la fin du 1er tour, moment auquel on devait logiquement se rendre à l'évidence et comprendre qu'Emmanuel Macron sortirait vainqueur de ce second tour au suspense éventé. Mais ce reportage sur les coulisses de la victoire d'Emmanuel Macron débute en fait bien avant la fin du 1er tour, avant même le début de la campagne officielle, à la fin de l'année 2016! Comment diable TF1 pouvait savoir qu'Emmanuel Macron allait gagner à ce moment-là, alors qu'il n'était même pas le favori des sondages ???

Quand j'ai hurlé devant ma télévision, on m'a rétorqué qu'ils avaient sans doute suivi tous les candidats de la même manière. Mais non, soyons sérieux, ils ne l'ont pas fait, c'est évident. Ils ont suivi Emmanuel Macron et seulement Emmanuel Macron. On ne va pas tourner des heures et des heures de reportage pour n'en garder qu'une infime partie.

La conclusion de tout cela, c'est que l'élection est vue par les dirigeants de TF1 (qui sont également à la tête de l'économie française) comme une mascarade facilement manipulable. Et de qui se moquent-ils ? Et bien des Français, qui le méritent bien.

05/05/2017

Marine Le Pen a déjà perdu

Je le pensais déjà le soir du premier tour. Mais je lui accordais tout de même une possibilité de gagner si elle parvenait à montrer qu'elle possède un vrai projet pour redresser la France. Mais lors du débat, elle a galvaudé cette chance. Tout ce qu'on retiendra de sa faible prestation, c'est une folle qui fait l'avion en singeant les envahisseurs pour faire de son vis-à-vis un David Vincent de salon.

8491379lpw-8493272-article-jpg_4267215_660x281.jpg

Loin de présenter son programme, elle a passé son temps à essayer de torpiller celui de son interlocuteur qui, de son côté, a eu tout le loisir de le détailler. Elle s'est montrée "rageuse", comme diraient les québécois, et n'a pas affiché la posture d'une vraie présidentiable. Par sa faute principalement, le débat a été de mauvaise qualité et a dû fatiguer une grande partie des Français. Certes Emmanuel Macron n'a pas été très bon non plus. Mais il a quand même été moins mauvais, il faut bien l'avouer. Comme il étais le favori avant ce débat, il n'avait pas besoin d'être très bon, c'était bien à sa challenger de faire le débat et elle s'y est très mal prise.

Et c'est même à se demander si ça n'est pas voulu finalement. Marine Le Pen a d'excellents conseillers, en particulier Florian Philippot qui est souvent très bon lorsqu'il s'agit de présenter des arguments construits, mais elle s'est entêtée à torpiller son propre discours, comme si elle était venue sans la moindre préparation. A croire que le FN n'a pas pour but de prendre le pouvoir. Il tient à remplir ad eternam son rôle d'épouvantail permettant ainsi de forcer les Français au vote utile et donc à perpétuer le système.

Finalement, après moult péripéties, c'est le scénario qui était écrit depuis le début qui va se concrétiser. Marine Le Pen, dans sa totale incompétence, va faire élire son opposant. Celui-ci va pouvoir bien vite oublier ses promesses et appliquer le programme que l'Union Européenne a écrit pour la France. Ce programme c'est les GOPE que j'ai détaillé dans ce billet.

Alors j'espère que tous ceux qui ont une fois de plus voté "utile" au premier tour, particulièrement la moitié des Français qui souhaite renverser le système, vont enfin comprendre qu'il faut arriver à stopper la répétition de ce scénario absurde, où les anti-système de gauche neutralisent les anti-système de droite. Mélenchon et Le Pen ne représenteront jamais une solution car ils ne cherchent pas à s'unir sur l'essentiel, sur ce qui les rapproche, à savoir la sauvegarde de la France. Dans ces conditions, les patriotes français ont cinq ans pour trouver une autre solution et comprendre qu'ils ont tout intérêt à mettre leurs querelles de côté pour se rassembler en tant que peuple souverain.

28/04/2017

Les primaires françaises, grande réussite

Quelques mois plus tard, il est assez drôle de constater que les 2 partis qui ont organisé des primaires sont hors jeu après le premier tour. Pourtant, pendant plusieurs mois, les médias n'avaient parlé que de ça. D'abord de la primaire de la droite puis de celle de la gauche, qui avaient réuni respectivement environ 10% et 6% de l'électorat. Sachant d'ailleurs que parmi les électeurs de droite, il y avait de nombreux socialistes qui s'étaient mobilisés contre Nicolas Sarkozy, offrant au passage 2€ aux républicains, on comprend à quel point ces primaires n'avaient pas intéressé grand monde.

D'ailleurs, si on fait le compte des favoris présumés l'année dernière, il est d'autant plus amusant de constater que peu d'entre eux sont arrivés à l'élection présidentielle.

Côté socialiste, la question que se posaient les médias l'année passée, c'était si Hollande allait se présenter aux primaires et, s'il jetait l'éponge, si Manuel Valls allait le remplacer. Finalement, ni l'un ni l'autre n'a atteint l'élection, pas plus que le challenger désigné, Arnaud Montebourg.

Côté républicain, on nous a longtemps vanté le fabuleux Alain Juppé. Et on se demandait s'il parviendrait à battre Nicolas Sarkozy... Tous deux ont été envoyé à la retraite bien avant l'élection!

On s'attendait dès lors à ce que le prochain président soit Fillon... mais le seul membre respectable des républicains s'est révélé être beaucoup moins respectable que prévu. Si bien qu'une partie de ses électeurs se sont reportés sur Dupont-Aignan et Fillon va devoir faire face à la justice.

Au final, les deux partis qui ont dominé les 35 dernières années sont éliminés du second tour. C'est un véritable séisme, tout comme les scores de l'extrême-droite et de l'extrême-gauche qui sont sans précédent. Cette élection est vraiment hors normes. Et vu le résultat de cet exercice inédit, je pense qu'on ne devrait plus assister à des primaires en France, ce qui serait très salutaire pour la vitalité de la démocratie qui aura souffert de la spoliation de l'attention des médias.

Finalement, la seule chose qui s'est révélé exacte, c'est la présence de Marine Le Pen au second tour. Et comme le prévoyaient les médias depuis le début, son opposant, quelqu'il soit, est très largement favori. Ceci dit, Macron est tellement lisse et peu convaincant, je pense de plus en plus que Marine Le Pen a contre toute attente plus de chances que prévu. Son élection serait finalement le dernier séisme de cette présidentielle et en ferait un événement historique sans précédent.

Je réitère ce que j'avais dit il y a quelques temps: Si Marine Le Pen est une machine à faire élire un âne (autrement dit n'importe qui lui étant opposé), Emmanuel Macron est peut-être bien une machine à faire élire une machine à faire élire un âne.

25/04/2017

Pauvre peuple français...

Oui pauvre peuple français. Quelques décennies de télé-réalité et de séries américaines auront eu raison de ta détermination et auront suffi à te décérébrer. Où est passée la France qui se bat ? La France résistante qui refuse de laisser à autrui sa souveraineté ? Elle doit être morte avec l'américanisation réussie commencée dès la fin de la guerre.

Tu avais une vraie occasion de changer les choses par les urnes et de chasser tes esclavagistes. Mais voilà que tu t'apprêtes à une union patriotique pour faire barrage à celle qui souhaite la destruction de la nation. Les valeurs s'inversent. Ceux qui cherchent à protéger la souveraineté sont une menace pour la patrie. Les euro-mondialistes sont le dernier rempart contre eux. Ceux qui ont le pouvoir depuis si longtemps et qui transforment le peuple en esclave sont un moindre mal alors que le changement est vu comme un danger. On préfère donc rester dans la même situation, on choisit le confort d'une vie servile plutôt que l'incertitude de la liberté. Le choix que ferait une bête de somme.

Tu vas donc foncer tête baissée dans le piège qu'on te tend et quand tu t'apercevras qu'on t'a menti, tu descendras dans la rue pour te plaindre. Comme à chaque fois. Et comme à chaque fois, quand tu auras fini de te plaindre, tu capituleras. Pourtant tu pouvais prendre vraiment les choses en mains et récupérer ta démocratie, mais une fois de plus, tu as cru ceux qui te mentent depuis tant d'années. Ce comportement n'a rien d'humain. Le peuple français dans son ensemble est un peuple animal. Un peuple hybride composé de plusieurs animaux différents.


aveaute.jpgSi les Français sont des veaux comme le disait Charles De Gaulle, c'est qu'ils s'abreuvent à l'auge de la télévision qui meuble leur temps de cerveau disponible afin de leur éviter d'avoir à réfléchir. Qu'il est confortable de rester tranquillement à regarder Koh Lanta pendant 5 ans sans avoir à réfléchir à l'avenir de la nation. Puis au bout de ces 5 années, quand on est obligé de refaire un choix, on en redemande. C'est tellement bon. Qu'importe qu'on soit destiné à être transformé en tranches pannées, tant qu'on peut brouter.


mouton-noir-intello-abattoir.jpgSi les Français sont des moutons, c'est qu'ils sont prêts à suivre le berger quoi qu'il arrive. Et cela même s'il s'avère que c'est un loup déguisé. La règle d'or du Français-mouton : suivre le troupeau en toute situation, même s'il saute dans un précipice. De toute façon, il n'y a qu'une chose qui compte: être régulièrement tondu pour que la laine ne s'accumule pas trop.

Mais non finalement, voici l'animal hybride qui représente le mieux les Français. Il devrait remplacer le coq comme emblème national :

MOUGEON.jpg

09/04/2017

Les questions en suspens après l'attaque américaine sur territoire syrien

Une fois n'est pas coutume: la première stupeur passée, on se pose des tas de questions. Souvent, lorsqu'il s'agit de confrontation militaire, il ne faut pas chercher la réponse dans les médias, ils ne les abordent même pas. Pour ma part, je me pose toute une série de questions auxquelles je peine pour l'instant à répondre.

1200px-Tomahawk_Block_IV_cruise_missile_-crop.jpgTout d'abord, il faut savoir que le Tomahawk utilisé par les Américains est un missile de croisière, qu'on peut assimiler à un avion sans pilote ou à une bombe volante descendant des fameux V1 allemands, qui vole à basse altitude en utilisant un logiciel de suivi de terrain. Il est de conception relativement ancienne, puisqu'il date des années 80. Il n'a de ce fait aucune capacité en matière de furtivité et fait donc une très belle cible pour la DCA adverse. On compte plutôt sur leur grand nombre pour surpasser les capacités de défense de l'ennemi. 

Deuxièmement, il faut savoir que la Russie a justement déployé d'importants moyens de défense anti-aérienne pour protéger le territoire contrôlé par le gouvernement syrien. Il s'agit de missiles de haute technologie S-300 et S-400, dont on dit qu'ils sont d'une très grande précision, à tel point qu'on leur accorde des capacités anti-missiles. (autrement dit, ils sont capables de cibler et détruire des toutes petites cibles se déplaçant à très grande vitesse, ce qui n'est pas le cas du Tomahawk, qui se déplace lui à vitesse subsonique) Il se dit d'ailleurs qu'en 2013, c'est la destruction de deux missiles Tomahawk tirés depuis la Méditerranée qui avait convaincu Obama d'abandonner l'idée d'une invasion de la Syrie. En effet, comme prémisse à toute attaque terrestre, les Américains considèrent qu'il est primordial de contrôler le ciel.

Finalement, on peut considérer que d'un point de vue stratégique, cette attaque n'a aucun intérêt. D'une part, les Tomahawk sont plutôt considérés comme une arme d'appui de l'aviation, l'équivalent de l'artillerie pour l'armée de terre. En  2003, des Tomahawk avaient été tirés pendant plusieurs heures avant que les premiers avions n'emplissent le ciel irakien. C'est bien une tactique classique d'artillerie, qui pilonne les lignes ennemies pendant une longue période avant que les troupes combattantes avancent pour occuper le terrain, mais appliquée à l'aviation. Or, on voit qu'ici c'est l'arme d'appui qui est utilisée comme arme offensive. Je trouve de ce fait cette attaque d'un intérêt tactique quasi-nul, d'autant qu'il semble que les Russes aient été prévenus de l'attaque.

Ce peu d'intérêt tactique est d'ailleurs confirmé par les images diffusées par les médias. On voit des hangars bombardés vides, (s'il y avait eu des avions dedans, on aurait vu des restes des carlingues) une piste de décollage totalement indemne et des vieux Mig-21 alignés, d'ailleurs sans doute là plutôt pour l'effet de la mise en scène tant ces avions datant du Vietnam ont peu de chances d'être engagés dans un conflit moderne.

Les questions que je me pose sont donc les suivantes:

1. Pourquoi choisir de détruire une cible sans intérêt tactique, voire même préparée pour subir le minimum de dégâts ?

2. Pourquoi aucun Tomahawk n'a-t-il été détruit alors qu'ils sont censés être vulnérables aux S-400 russes ?

3. Pourquoi lancer si vite une opération sans plan de bataille réel ?

Je ne peux faire qu'une théorie. Je n'ai aucune preuve de ce que j'avance. Mais au moins, tout porte à croire que Poutine et Trump se sont bien entendu sur cette affaire et qu'ils ont contré ceux qui souhaitent jeter de l'huile sur le feu et provoquer une troisième guerre mondiale.

A mon avis, ils se sont en effet entendu sur une cible afin de gêner au minimum les opérations russes et syriennes sur les territoires occupés par les djihadistes. Il s'agit d'une opération de marketing visant l'opinion publique américaine afin de la convaincre que les USA ne restent pas les bras croisés face aux horreurs de la guerre en Syrie. Il s'agit également de tuer dans l’œuf toute attaque de la présidence qui pourrait à terme la forcer à intervenir réellement en Syrie, avec les risques qu'on sait. Selon moi donc, l'ennemi qu'à combattu Trump avec cette attaque, ça n'est pas le gouvernement syrien ni la Russie. Mais c'est ceux qui dans son propre pays souhaitent le forcer à envenimer une situation déjà très compliquée.

Je vois tout de même une autre possibilité. Il est possible que les Tomahawk tirés aient été dotés de systèmes de brouillage et qu'il s'agissait en fait d'une démonstration faite aux Russes prouvant que désormais, ce qui était vrai en 2013, à savoir que la Russie contrôlait l'espace aérien syrien, n'est plus vrai en 2017. Je considère cette théorie comme peu probable mais pas impossible. Si c'était le cas, cela signifierait en tout cas que les rapports de force en Syrie et dans le monde s'en retrouveraient totalement chamboulés.

06/04/2017

L'attentat de Sarajevo de notre époque ?

Dans mon analyse de la situation géopolitique et du risque qu'elle dégénère en 3ème guerre mondiale, j'avais, dans un commentaire fait cette prévision: "Bien sûr, il n'y aura pas d'attaque unilatérale. Je pense plutôt qu'il y aura un attentat de Sarajevo comme déclencheur. Si un ou plusieurs attentats de Sarajevo se produisent dans les prochains mois, nous pouvons commencer à avoir très peur."

Voir le billet ici

Attaque-chimique-en-Syrie-le-bilan-s-eleve-a-72-morts.jpgJ'avais aussi prévu que le dernier créneau disponible pour lancer une troisième guerre mondiale serait le printemps 2017. (voir l'analyse pour plus de détails) Et bien je crains que les événements des derniers jours me donnent raison. Jusqu'à l'été, nous vivons la période la plus dangereuse, peut-être de toute l'histoire. Et l'attaque chimique, réelle ou non, qui a eu lieu en Syrie avant-hier est un événement extrêmement dangereux dans ce contexte. Si, comme la menace a été proférée par les Etats-Unis, une intervention unilatérale devait avoir lieu, (ce qu'on appelle communément une déclaration de guerre) dans la situation explosive que nous vivons, la guerre pourrait rapidement se répandre à travers le monde entier.

Et je ne suis qu'à moitié étonné qu'on n'attende pas une enquête sérieuse pour définir le coupable. La théorie russe selon laquelle le régime syrien a bombardé un entrepôt des terroristes qui dominent la ville et que cet entrepôt contenait malheureusement des armes chimiques, me paraît pourtant très plausible. Dans ce contexte, je suis sûr que la Russie n'aurait pas mis son veto contre une résolution condamnant l'utilisation des armes chimiques sans désigner de coupable. Une enquête sérieuse aurait ensuite pu être lancée, mais on préfère faire confiance à des ONG pourtant plus que douteuses. Il y a de ce fait une volonté claire de mettre de l'huile sur le feu, ce qui ne m'étonne pas compte tenu du souhait de certains militaires américains d'en découdre avec la Russie et la Chine.

Encore une fois, j'espère me tromper, mais la situation ne semble pas évoluer très positivement.

14/03/2017

Analyse des programmes économiques: 1. Macron, on rase gratis

Je l'avais dit dans ce billet, je vais analyser les programmes économiques des candidats et les comparer aux GOPE de la Commission Européenne. Et comme il paraît qu'il a un programme, je vais commencer par le candidat Macron.

2057545_presidentielle-2017-emmanuel-macron-sa-campagne-son-projet-web-0211697685848.jpgLe programme économique d'Emmanuel Macron se trouve sur cette page.

  • Baisse sensible du déficit budgétaire, notamment en licenciant des fonctionnaires.

Emmanuel Macron prévoit d'économiser 60 milliards d'euros annuel sur le secteur de la fonction publique, notamment en diminuant le nombre d'emplois publics de 120'000 fonctionnaires. A noter qu'on prévoit un programme d'investissement de 50 milliards. Étonnant non ?

  • Réduction des dotations communales, regroupement de communes et de communautés.

Le programme prévoit de diminuer le nombre de personnes assujetties à l'impôt local, il est vrai avec compensation de l'état. Au passage assez peu réaliste quand le programme prévoit de diminuer les taxes et les dépenses.

  • Abaissement du salaire minimum.

Rien de prévu là-dessus, mais en guise d'augmentation, on prévoit une baisse des charges salariales.

  • Réduction de la protection des employés en CDI.

Oui cela c'est bien prévu. La protection des prud’hommes en cas de licenciement abusif devrait diminuer.

  • Augmentation de l’utilisation de l’apprentissage.

Oui c'est également prévu. Une bonne chose d'ailleurs, je trouve la formation en France trop basée sur les études. Un modèle moins élitiste serait très profitable.

  • Baisse de la rémunération des chômeurs.

Ca n'est pas vraiment prévu, mais il est par contre prévu de mieux contrôler les chômeurs. Ca n'est pas un mal bien sûr.

  • Suppression de la protection des professions réglementées afin de favoriser l’ubérisation du monde du travail.

Vu que c'est la mesure phare de la loi Macron, on ne doute pas que ça fasse partie de ses souhaits.

  • Suppression des protections des PME par rapport aux grandes entreprises.

Je n'ai rien trouvé là-dessus.

  • Simplification du droit des entreprises.

Oui c'est prévu, par exemple en supprimant le régime du RSI ou en créant des facilités pour les créateurs d'entreprises.

  • Diminution de l’impôt sur les sociétés et report sur la TVA.

Rien n'est dit à propos de la TVA. Mais à force de raser gratis, on comprend bien qu'il va falloir trouver de l'argent !

  • Passage à une imposition à la source.

Cela n'est pas cité, mais puisque c'est déjà en cours, ne pas en parler c'est y consentir.

Bref, le programme de Macron, ni à gauche ni à droite, semble en effet un peu plus à gauche que le programme de l'Union Européenne pour la France. Par les temps qui courent, cela paraît donc moins néolibéral que la tendance générale. Ceci dit, les belles paroles de Macron lorsqu'il prétend aller négocier avec l'UE ne tiendront pas. Quelle est la légitimité d'un président français pour imposer sa vision à l'ensemble de l'Europe ? Au final, il devra bien s'adapter. Donc le programme, s'il n'est pas totalement en accord avec les GOPE, est partiellement mensonger.

En plus, on a de la peine à comprendre comment ce programme va se financer. Macron semble croire à une relance de l'emploi et donc de l'impôt qui suffira à ce financement. Mais c'est un pari assez risqué. D'ailleurs relancer l'emploi en commençant par promettre la suppression de 120'000 postes de fonctionnaires paraît paradoxal.

08/03/2017

Les primaires : un système pernicieux

Aux USA, c’est déjà une tradition depuis très longtemps. Avant chaque élection présidentielle, les électeurs ont droit à des élections primaires simultanées pour les deux partis dominants, le parti démocrate et le parti républicain. Cela donne lieu à des débats entre candidats proches, puis les élections ont lieu dans les différents états, un à un, de manière simultanée pour les deux grands partis afin de faire mousser le suspense.

Deux partis français ont choisi de suivre cet exemple américain : Les Républicains, qui montrent à quel point leur choix de dénomination ne doit rien au hasard, et les socialistes, qui conservent pour l’instant leur nom historique, mais qui ne devraient sans doute plus tarder à adopter la dénomination de partie démocrate, qui leur conviendrait bien mieux, tant ils cherchent à adopter la posture de leur grand frère américain.

Probablement, ces deux partis étant aux commandes du pays depuis plusieurs décennies, ils souhaiteraient aller plus loin et éliminer la concurrence pour faire du système politique français un véritable bipartisme à l’américaine. Car le principal avantage pour les partis qui organisent des primaires, c’est de spolier totalement le débat démocratique et de s’accaparer totalement l’attention des médias. C’est particulièrement vrai aux USA, où les autres candidats, et il y en a contrairement à ce qu’on cherche généralement à nous faire croire, n’ont quasiment pas droit de cité dans les médias.

En France par contre, d’autres candidats coexistent encore avec ceux des « grands » partis. Certains parce qu’ils ont refusé de se soumettre aux primaires, d’autres parce que leur parti reste assez grand pour parvenir à concurrencer les deux partis dirigeants. D’autres encore parviennent à survivre de manière marginale, à la manière des petits candidats américains. Personnellement je prédis à l’avenir une évolution à l’américaine, avec la marginalisation de tous les partis ne proposant aucune primaire.

penelope-francois-fillon-2.jpgMais cette évolution est-elle souhaitable ? Je pense personnellement qu’elle est très dommageable. D’une part la diversité politique est garante du bon déroulement du débat démocratique. Or celui-ci est déjà mis à mal par le traitement des médias, très inadapté car souvent basé sur la simplification et la polémique. Le focus exagéré sur le Pénélopegate à moins de 50 jours du premier tour est par exemple totalement contraire à la nécessité pour la population de se faire une opinion sur les divers programmes politiques avant l’élection. Est-ce planifié ainsi ou est-ce uniquement de l’incompétence ? Je n’en sais rien mais je trouve en tout cas le résultat très lassant…

Il faut bien comprendre que les primaires ne sont pas un système démocratique. Il n’est en rien le garant de la pluralité des opinions et même risque d’aller à l’encontre de celle-ci. Dès lors qu’un même électeur peut se prononcer pour les deux primaires, il risque de favoriser le même type de candidats dans les deux cas. Ceci poussera les partis à modifier leur programme politique afin de convaincre un maximum d’électeurs. C’est ce qu’on voit aux USA où les deux partis principaux sont, somme toute, en très grande partie sur une ligne commune. Et comme tous les autres partis sont marginalisés, peu d’idées neuves peuvent faire leur chemin. Finalement, le bipartisme américain n’est pas très différent du monopartisme soviétique…

Mais en réalité, je trouve que le principal désavantage des primaires est ailleurs. On l’a vu, aux USA la campagne10530756-17299546.jpg présidentielle aura été de piètre qualité. Entre une Hillary Clinton empêtrée dans ses affaires d’emails et un Donald Trump qui a fédéré beaucoup de monde contre lui, beaucoup d’Américains ne savaient pas trop pour qui voter. En France, c’est le Pénélopegate qui met à mal la candidature du champion issu de la primaire républicaine. Et bien c’est justement les primaires qui sont la cause de la mauvaise qualité de ces élections. Car dès le moment qu’un candidat a été issu d’un choix dépassant largement les limites du parti, sa légitimité dépasse elle aussi le cadre du parti.

Ainsi comment le parti républicain pourrait remplacer François Fillon par un autre candidat alors qu’il n’est pas responsable de son investiture ? Si Fillon (ou plus probablement un autre candidat) avait été choisi par un congrès du parti, c’est la base du parti qui l’aurait élu. Il aurait ainsi été très facile de convoquer un nouveau congrès pour soit renouveler la confiance au candidat ou le remplacer par simple vote. Mais on ne peut pas relancer une nouvelle primaire. Donc on est condamné à attendre un désistement du candidat lui-même ou à réitérer sa confiance en lui contre vents et marées.

C’est pareil pour le cas d’Hilary Clinton. Les affaires qu’elle a subies durant la campagne sont sans doute en grande partie responsables de son échec. Mais pas moyen de la remplacer par Bernie Sanders sur le fil. Elle était la candidate issue de la primaire et sa légitimité était trop grande pour cela.

Bref pour moi le choix d’un candidat est une affaire interne aux partis. Ensuite la véritable élection, cadre démocratique unique, ne peut reposer sur les partis. Les élections, ce sont des hommes et des femmes face à leur électorat. J’espère que dans cinq ans, on oubliera cette procédure responsable de tant de couacs.